Un fonds en espéranto à la Bibliothèque Diderot de Lyon

Le Docteur Esperanto :

La langue espéranto doit son nom au pseudonyme de son fondateur, Lejzer-Ludwik (=Louis-Lazare) Zamenhof (1859-1917), qui publie son manuel La langue internationale pour la première fois en 1887 sous le nom de Doktoro Esperanto (le docteur qui espère). Il a alors 28 ans mais il mûrit son projet depuis l’adolescence.

Cote BDL : 59917
Lejzer-Ludwik Zamenhof

Issu d’un milieu yiddisch polyglotte habitant la partie polonaise de l’empire tsariste, Zamenhof est devenu médecin ophtalmologue à Varsovie. Il est persuadé que beaucoup de malentendus entre les peuples proviennent de leur incapacité à se comprendre et qu’il faudrait pour résoudre ce problème une langue neutre, facile à apprendre, qui permettrait de dépasser toutes ces incompréhensions.

Il invente donc une langue apolitique et pacifiste, transnationale, neutre et universelle qui prendra le nom d’espéranto et connaîtra une certaine postérité jusqu’à nos jours. L’idée d’inventer une langue internationale voire universelle n’est pas neuve : elle existe dans la fiction (langue des Sélénites de Cyrano de Bergerac ou langues elfiques de Tolkien…) mais également dans la réalité puisque dans la deuxième moitié du XIXe siècle, ces tentatives de langues internationales fourmillent, comme le volapük par exemple.

L’espéranto

L’espéranto est une langue dite a posteriori, c’est-à-dire qu’elle emprunte les éléments de son lexique aux grandes langues parlées en Europe, avec la plus grande internationalité possible : 70% de ses racines sont latines, mélangeant des bases polonaises, russes, allemandes, françaises et anglaises. C’est une langue simple en ce sens que l’on y reconnaît facilement les racines, elle procède par agglutinat et peut évoluer facilement pour être vivante. Elle est dotée d’une structure et d’une grammaire (Fundamento de esperanto) rapidement assimilables.

cote BDL : 59436-1

Le développement de l’espéranto

Les espérantistes, très actifs, s’organisent créant des congrès (le 1er congrès mondial a lieu à Boulogne-sur-Mer en 1905 et rassemble 688 personnes venues de 20 pays), des associations nationales et internationales (en 1908, est créée l’association mondiale d’espéranto), des maisons d’éditions.

cote BDL : 59574-1
cote BDL : 60003

L’espéranto a très vite des adeptes et des locuteurs dans tous les pays. La langue est suffisamment construite et sérieuse pour avoir été envisagée un temps comme langue de la Société des Nations. Quant à Zamenhof, il sera proposé 13 fois pour le prix Nobel de la paix mais en vain.

cote BDL : 110632
cote BDL : 60076

L’espéranto a eu également de farouches adversaires : Mein Kampfle décrit comme une langue de Juifs et de communistes (les 3 enfants de Zamenhof mourront d’ailleurs en camps) et Staline poursuivait ses adeptes en raison de leur « caractère transnational ».

Une collection fournie et variée à la bibliothèque

La bibliothèque centrale de l’enseignement primaire s’est intéressée à l’espéranto dès ses débuts : Ferdinand Buisson en fait d’ailleurs l’éloge, sous la plume d’Emile Grosjean-Maupin, dans le Dictionnaire de pédagogie (http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3760). Sous l’entrée « Langues internationales », le Catalogue Noir, premier catalogue de la bibliothèque, consacre 62 pages à l’esperanto (vol. 96, https://bit.ly/2vv8A3w) sur les 68 consacrées aux langues internationales. Les différentes écritures dans le catalogue et les cotes qui ont été attribuées aux ouvrages montrent que certains livres sont entrés dès le début du siècle à la bibliothèque, à peu près au moment de leur parution. D’autres livres (pas toujours catalogués) sont entrés plus tard grâce au don d’un espérantiste engagé, Célestin Rousseau, en 1947, ou à celui de la traductrice Cécile Royer.

cote BDL : 59456-I

Quelques ouvrages ont encore été achetés dans les années 50-70 et ensuite, les entrées se tarissent très nettement. En ce sens les achats et dons de la bibliothèque reflètent l’engouement puis la défaveur envers l’espéranto, sans avoir suivi le renouveau d’intérêt que connaît celui-ci aujourd’hui.

On trouve à la bibliothèque la plupart des grands noms de l’espéranto du début du XXe siècle, et notamment des espérantistes français : Louis Couturat, Léopold Leau, Louis de Beaufront, Théophile Cart, Edmond Privat…

 

Les documents entrés à la bibliothèque sont assez variés et représentent bien la diversité de l’édition espérantiste : des dictionnaires bilingues espéranto et de nombreuses langues (français-espéranto, suédois-espéranto, portugais-espéranto etc.), des grammaires, des exercices ainsi que des manuels et des cours, des traductions de grandes œuvres de la littérature mondiale, de la littérature native en espéranto (Henri Vallienne, Julio Baghy) et quelques guides de voyage (recensés au catalogue dans une sous-entrée Tourisme).

cote BDL : 59532
cote BDL : 59524
cote BDL : 59918
cote BDL : 59920

Un certain nombre de rapports des différents congrès sont conservés, quelques revues ; dans le catalogue, quelques pages ont été laissées libres pour insérer des titres d’ouvrages scientifiques mais elles sont peu remplies ; sans surprise en revanche, plusieurs titres concernent la possibilité d’adopter l’espéranto dans le système éducatif.

cote BDL : 5716
cote BDL : 110633

Quelques exemples d’autres langues internationales

Quelques pages du Catalogue noir sont consacrées à d’autres langues internationales, moins connues car ayant eu une moindre postérité : l’ido de Louis de Beaufront, l’apolema, le novial d’Otto Jespersen…

cote BDL : 57871
cote BDL : 47234
cote BDL : 065576

La plus étonnante pour le lecteur contemporain est sans doute le Solrésol de Jean-François Sudre, inventé en 1866 à partir des notes de musique.

cote BDL : 3RA 1903

Certaines de ces langues internationales ne sont pas présentes à la bibliothèque, sans que l’on sache pourquoi : le volapük de Johann Martin Schleyer (1880), l’iala, la langue bleue de Bolack, le basic, l’occidental d’Edgar de Wahl (1922), le latino sine flexione de Peano, le mundolingue de Julius Lott, la pasilingua de Steiner ou l’interlingua (1951).

Comme souvent, on souhaiterait être davantage renseigné sur les raisons des entrées (ou non) de ces ouvrages à la bibliothèque…

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie

BUISSON Ferdinand. Dictionnaire de pédagogie. Article « Universelle (Langue) »

FRAWLEY William J. International encyclopedia of linguistics. Oxford-New York-Auckland : Oxford university press, 2003 [cote BDL : 403 INT]

Le Docteur Louis-Lazare Zamenhof ou « le Docteur Espéranto » : https://esperanto-france.org/zamenhof-le-docteur-esperanto


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search