L’expédition d’Entrecasteaux, à la recherche de La Pérouse

  • Dentrecasteaux - 5
  • Dentrecasteaux - 8
  • Dentrecasteaux - 3
  • Dentrecasteaux - 2
  • Dentrecasteaux - 6
  • Dentrecasteaux - 3
  • Dentrecasteaux - 1
  • Dentrecasteaux - 11-2
  • Dentrecasteaux - 30

Parmi les ouvrages consacrés aux grandes expéditions d’exploration scientifique organisées aux XVIIIe et XIXe siècles, la BU Lyon 1 conserve dans son fonds ancien le Voyage de Dentrecasteaux, envoyé à la recherche de La Pérouse rédigé par M. de Rossel, ancien capitaine de vaisseau, imprimé à Paris en 1808. Il est composé de deux volumes et d’un atlas in-plano comportant 39 planches gravées sur cuivre.

L’expédition d’Entrecasteaux (1791-1794)

La mission confiée par l’Assemblée constituante au contre-amiral Antoine Bruny d’Entrecasteaux avait pour but de tenter de retrouver les traces de l’expédition de découverte conduite par Jean François de Galaup comte de La Pérouse (1741 -1788) dont on était sans nouvelles depuis trois ans. Mais comme l’explique Hélène Richard1 la raison principale de ce voyage, initié par la Société d’histoire naturelle de Paris, est d’organiser une grande mission scientifique « […] afin que la République ne soit pas moins ambitieuse que ne l’avait été le Roi, et la Société d’histoire naturelle pas moins que l’Académie des sciences. ». Contrairement au voyage de La Pérouse qui visait aussi l’accroissement du domaine commercial de la France, l’expédition confiée à D’entrecasteaux était purement scientifique, il s’agissait de faire des recherches très complètes dans divers domaines.

L’organisation du voyage fut longue, c’est le 28 septembre 1791 que les deux frégates la Recherche et l’Espérance quittèrent le port de Brest avec 219 officiers, savants et hommes d’équipage. Si la mission ne parvint pas à retrouver La Pérouse victime d’un naufrage à Vanikoro en juin 1788, les résultats scientifiques furent considérables. L’expédition effectua une circumnavigation autour de l’Australie et de la Tasmanie, en passant par les îles Tonga, la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Guinée, avant de rejoindre Java.   La mission permit d’accroître la connaissance et la topographie de nombreuses îles de l’océan Indien et du sud du Pacifique. En Tasmanie, D’Entrecasteaux découvrit le détroit auquel il donna son nom et le 19 mai 1793, l’expédition longea de nouvelles terres en particulier celle qu’il nomma île de La Recherche du nom du navire amiral de l’expédition. C’est précisément sur cette île appelée aussi Vanikoro que La Pérouse avait fait naufrage. Des relevés précis de sa position furent établis sans que l’expédition y fasse relâche.

Planche n°4 Carte du canal Dentrecasteaux

Pl. 14 Carte de l’archipel de la Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

Les découvertes tant géographiques que botaniques, zoologiques, minéralogiques et astronomiques de la mission furent considérables. Lorsqu’en octobre 1793, l’équipage fut fait prisonnier par les Hollandais lors de l’escale au comptoir de Sourabaya dans l’île de Java, c’est la perte de tous les résultats et des objets rassemblés au cours du voyage qui préoccupait énormément les survivants (seuls quatre-vingt-neuf survécurent sur les deux-cent-dix-neuf membres de l’expédition). Embarqués dans un convoi hollandais pour rentrer en Europe, ils furent capturés par les Anglais et c’est seulement à l’occasion d’échanges de prisonniers qu’ils parvinrent enfin à regagner la France.

Les caisses contenant les objets et documents collectés durant l’expédition furent déposés à Londres. Et si les collections naturalistes furent assez rapidement renvoyés, les documents nautiques d’une valeur plus stratégique ne furent restitués que beaucoup plus tard après avoir été soigneusement recopiés par Alexander Dalrymple (1737-1808) hydrographe de la Compagnie anglaise des Indes orientales.

La publication du Voyage de Dentrecasteaux

Le récit de l’expédition fut publié en 1808 par Élisabeth-Paul-Édouard de Rossel (1765 -1829) astronome et contre-amiral français. Il fut, après les décès de Joseph-Antoine de Bruni d’Entrecasteaux en 1793 et de d’Alexandre Hesmivy d’Auribeau en 1794, le dernier chef de l’expédition.

Le premier volume reprend le journal de bord tenu par d’Entrecasteaux durant l’expédition. Le deuxième tome est un traité d’astronomie nautique rendant compte des observations faites par Rossel durant le voyage.

Volume 1

Volume 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette édition originale comporte 33 planches gravées sur cuivre, repliées hors texte, elle est accompagnée d’un atlas de 39 cartes dressées par l’ingénieur géographe Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854) publié par le Dépôt général des cartes et plans de la Marine et des colonies en 1807.

Comme l’écrit Hélène Richard, « ces cartes sont d’une qualité extraordinaire grâce à la méthode qu’il a […] mise au point au cours de la campagne. »2. Sa démarche est expliquée dans l’Appendice du volume 1 (p. 593 à 685) intitulé, « Exposé des Méthodes employées pour lever et construire les Cartes et Plans qui composent l’Atlas du Voyage du Contre-Amiral Bruny Dentrecasteaux ». Au cours du voyage, l’ingénieur hydrographe a effectué les levés des côtes des pays visités et les a complétés avec des données précises sur les vents, les courants et les accès à des régions jusqu’alors inconnues. Les travaux réalisés par de Beautemps-Beaupré lors de cette expédition fixent les fondements scientifiques de l’hydrographie et sa démarche sera adoptée par toutes les marines.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Sources :

Beautemps-Beaupré, Charles-François. Atlas du Voyage de Bruny-Dentrecasteaux : contre-amiral de France, commandant les frégates la recherche et l’Espérance, fait par ordre du gouvernement en 1791, 1792, et 1793. Paris : Dépôt général des cartes et plans de la Marine et des colonies, 1807. Cote 11485

Entrecasteaux, Antoine-Raymond-Joseph de Bruni, chevalier d ; Rossel, Élisabeth-Paul-Édouard de. Voyage de Dentrecasteaux, envoyé à la recherche de La Pérouse. Paris : impr. Impériale, 1808. Cote 11485

Bibliogaphie :

Richard, Hélène. « L ‘expédition de d’Entrecasteaux (1791-1794) et les origines de l’implantation anglaise en Tasmanie. » in Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 69, n°257, 4e trimestre 1982. pp. 289-306. Disponible en ligne [consulté le 9 mars 2020]

Richard, Hélène. « La préparation cartographique des voyages français de la fin du XVIIIe siècle » in CCF n° 175 mars 2003. Disponible en ligne [consulté le 9 mars 2020]

 

  1. Hélène Richard. « La préparation cartographique des voyages français de la fin du XVIIIe siècle in CCF n° 175 mars 2003, p.17-18 []
  2. Richard, Hélène. « L ‘expédition de d’Entrecasteaux (1791-1794) et les origines de l’implantation anglaise en Tasmanie. » in Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 69, n°257, 4e trimestre 1982, p.291 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.