Jacques Pierre Pointe au chevet des Œuvres d’Ambroise Paré

  • Image BIUS
  • Paré - 25
  • Paré - 20
  • Paré - 23
  • Paré - 9
  • Paré - 15-1
  • Paré - 18
  • Paré - 2
  • Paré - 5

Un exemplaire ancien des Œuvres d’Ambroise Paré est présenté dans le cadre de l’exposition « Le Médecin face à la douleur. 16e-18e siècle ». La BU Lyon 1 ne possède que deux éditions des Œuvres de Paré : l’édition lyonnaise de 1641, parue à Lyon chez l’imprimeur libraire Claude Prost, qui nous intéressera (BU Lyon 1 Cote 805) ; et l’édition des Œuvres complètes de Paré en 3 tomes par J.-F. Malgaigne (1840-1841), qui fut la première véritable tentative d’édition critique de Paré. Tout récemment, a paru une édition critique riche des derniers apports de la recherche, sous la direction scientifique d’E. Berriot, J. Céard et G. Pineau en 4 tomes, aux Classiques Garnier. Le statut de cet ouvrage, dont la première édition remonte à 1575, est tout à fait exceptionnel dans la production médicale du XVIe siècle, aussi bien par la trajectoire de son auteur que par l’ambition scientifique qu’il manifeste. Les Œuvres de Paré ont été un véritable best-seller de la littérature chirurgicale de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle.

Ambroise Paré (1509-1590), premier chirurgien et conseiller du Roi

Portrait Ambroise Paré.Œuvres. Paris, Gabriel Buon, 1579 . BIU Santé (Paris)

Son auteur a connu un parcours professionnel très singulier. Originaire de Mayenne, Ambroise Paré, souvent présenté comme « le père » de la chirurgie française, n’est qu’un simple chirurgien barbier quand il se confronte pour la première fois à la médecine de guerre à la fin des années 1530. Fort de cette expérience, il fait paraître un premier ouvrage en 1545, Méthode de traicter les Playes faictes par Hacquebuttes. Sa production scientifique, toujours en français, s’étend rapidement à d’autres domaines que ceux de la chirurgie : ses divers traités abordent aussi bien les maladies internes que les questions de philosophie naturelle. Son habileté technique et son ingéniosité (il est l’inventeur de nombreux instruments et prothèses) lui valent une reconnaissance rapide des milieux médicaux et de la cour, ainsi qu’une ascension sociale inouïe en son temps. Fait chirurgien ordinaire du roi en 1552, il est premier chirurgien et conseiller du roi au moment où paraissent, en 1575, les Œuvres, la collection de ses traités parus depuis trente ans, présentée en 28 livres. Il les remanie, corrige, amplifie, jusqu’à la 4e édition parue de son vivant, en 1585, qui ajoute aux 28 livres L’Apologie et les Voyages.

 

Un projet scientifique original et un succès éditorial

Paré dédie au souverain Henri III cette « recollection » faite pour le profit de la chirurgie française et du royaume, aboutissement de toute une carrière professionnelle, qu’il considère comme son « chef d’œuvre ». Par le soin extrême apporté à la révision de son texte et aux illustrations, il vise un public allant au-delà des seuls spécialistes. Comme l’a montré Evelyne Berriot-Salvadore, Paré, dans la manière d’organiser son corpus, articule les connaissances chirurgicales au reste des connaissances médicales, selon un ordre rationnel, assez conforme aux normes de la médecine de son temps ; mais en consacrant les derniers livres à la question de la génération de l’homme et à l’existence des monstres et prodiges, il célèbre aussi, dans une perspective plus métaphysique, les merveilles de la Création et la dignité particulière de l’homme en son sein1.

Paré a, dès 1561, développé un ambitieux programme d’illustrations, en insérant dans ses traités de chirurgie des gravures représentant des réalités anatomiques, des instruments et opérations chirurgicales. Ces illustrations sont pour beaucoup dans le succès éditorial des Œuvres qu’attestent des traductions rapides en latin, allemand, anglais, néerlandais et même en japonais (1706), ainsi que de nombreuses rééditions pendant une centaine d’années : il y en aura 13 jusqu’en 1685. Après la 8e édition parisienne de 1628, c’est à Lyon que seront rééditées les Œuvres.

L’édition Claude Prost, Lyon, 1641

Janet Doe l’a fait remarquer dans son étude de la bibliographie de Paré, les éditions lyonnaises se caractérisent par leur médiocrité quand on les compare à celles qui ont précédé2: le texte est tassé sur la page, de nombreuses erreurs ne sont pas corrigées et le papier est de mauvaise qualité, signe que l’ouvrage de Paré perdait manifestement en intérêt au XVIIe siècle, même s’il restait une autorité dans le domaine de la chirurgie.

La 10e édition des Œuvres paraît à Lyon en 1641 chez trois libraires différents de la rue Mercière : Philippe Borde, Claude Prost et la Veuve de Claude Rigauld. Cette édition in-folio reprend les bois gravés que l’on trouvait déjà dans la 9e édition, parue à Lyon en 1633 (chez la Veuve de Claude Rigauld et Claude Obert), bois que Janet Doe attribue à Grégoire Huret (1606-1670). Les exemplaires publiés à l’adresse de Claude Prost se distinguent par une page de titre en rouge et noir, avec la marque du libraire « au cœur percé ». Ils comportent, comme les éditions qui ont précédé celle-ci depuis 1628, un 30e livre, « un traité des fièvres en deux parties », supposé avoir été « trouvé dans les manuscrits de l’auteur » mais dont l’authenticité est contestée ; de même, on y trouve un portrait d’Ambroise Paré, daté de 1585, reproduit dans toutes les éditions lyonnaises depuis 1633. Le manque de soin dans la composition se traduit notamment par l’inadéquation des gravures et du texte. Ainsi, à la page 360, dans l’exemplaire de la BU Lyon 1, la gravure placée sous le chapitre « La premiere maniere de reduire l’espaule avec le poing » correspond en fait à la situation décrite deux pages plus haut dans le chapitre « La maniere de reduire l’espine luxée en la partie exterieure ». Les bois gravés illustrant ces deux chapitres ont été intervertis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un exemplaire incomplet et reconstitué

L’exemplaire présent dans les collections de la BU Lyon 1 offre une particularité : la première partie de l’in-folio a été remplacée par 124 pages manuscrites non numérotées où a été recopié le texte manquant, qui correspond aux cahiers a-b1-6 et A-D1-6 (soit 6 cahiers formés de 3 feuilles encartées, soit 72 pages). Ainsi, la page de titre, les pièces liminaires (à l’exception des poèmes d’éloge), tout le premier livre de L’Introduction à la Chirurgie et le début du Second livre des animaux, ont été recopiés d’une écriture régulière, à l’encre sépia sur un papier d’assez fort grammage (de couleur bleue ou blanc cassé), entre deux marges verticales tirées au crayon. Les illustrations n’ont pas été reproduites.

Introduction à la chirurgie

Second livre des animaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le texte imprimé commence ensuite au début du cahier E, mais, les deux premiers feuillets étant endommagés, ils ont été complétés dans leurs marges par le collage de papiers blancs, afin de retrouver leur dimension initiale. Quand cela était possible, les manchettes ont été conservées par le découpage.

 

La fin de l’exemplaire imprimé était également endommagée : dans l’index (intitulé « Table des matières »), les deux feuillets HHHh6 et IIIi1 ont été remplacés par 6 pages manuscrites (de l’entrée « Sang Comment estanché apres la morsure de sangsue » à « Tayes ou cataractes »), dont l’insertion a créé un certain désordre dans l’assemblage des dernières pages lors de la reliure.

Le possesseur

Ex-libris

Page de titre manuscrite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le possesseur de cet exemplaire est Jacques Pierre Pointe (1787-1860), médecin lyonnais, professeur et historien de la médecine, collectionneur d’un grand nombre d’ouvrages présents dans les fonds patrimoniaux de la BU Lyon 13. On peut l’identifier à son ex-libris qui prend la forme d’une vignette lithographiée comportant les armoiries et les initiales JPP sur la feuille de garde du contre-plat supérieur ; l’inscription manuscrite « Pointe Jacques Pierre » (le prénom est moins lisible que le patronyme), suivie de la date « 1840 », se trouve également sur la page de titre, entre le titre de l’ouvrage et l’adresse de l’imprimeur. 1840 peut correspondre à la date d’achat du livre et/ou à la date de reconstitution manuscrite des parties manquantes. L’encre et la graphie employées pour l’ex-libris manuscrit semblent être les mêmes que celles du texte manuscrit reconstitué. Jacques Pierre Pointe peut très bien avoir recopié lui-même les passages détériorés, soit d’après les « restes » de son exemplaire originel, en trop mauvais état pour être utilisés mais lisibles, soit d’après un autre exemplaire de l’édition de 1641 en meilleur état, voire d’après une autre édition.

Article rédigé par Ariane Bayle (Université Jean Moulin-Lyon 3) et Michel Jourde (ENS de Lyon) IHRIM (UMR 5317)

Source:

Paré, Ambroise.Les Œuvres… dixiesme édition revue et corrigée en plusieurs endroits et augmentée d’un fort ample traicté des fièvres… avec des pourtraicts et figures. Lyon: Claude Prost, 1641. Disponible en ligne [consulté le 10 janvier 2020]

Bibliographie:

Doe, Janet. A bibliography of the works of Ambroise Paré : premier chirurgien et conseiller du Roy. Chicago University Press, 1937.

Paré, Ambroise. Les Œuvres d’Ambroise Paré divisées en vingt-huict livres avec les figures et portraicts…, 4e éd. Paris: Gabriel Buon, 1585.

Paré, Ambroise. Les Œuvres d’Ambroise Paré, dixiesme edition reveue et corrigée en plusieurs, et augmentée d’un fort ample traicté des fievres… trouvé dans les manuscrits de l’Autheur, avec les pourtraicts et figures…Lyon: Claude Prost, 1641.

Paré, Ambroise et Malgaigne, Jean-François. Œuvres complètes d’Ambroise Paré, revues et collationnées sur toutes les éditions…, 3 vol. Paris: J.-B. Baillière, 1840-1841.

Paré, Ambroise. Les Œuvres, éd. de J. Céard, G.Pineau, et É. Berriot-Salvadore (4 vol.). Paris,: Classiques Garnier, 2019, vol. 1, « Introduction », p. 20-36.

Rapatel, Livia. « Les ouvrages de Jacques Pierre Pointe dans les collections de la BU Lyon 1. Blog Interfaces, 2016. Disponible en ligne , [consulté le 7 janvier 2020].

 

 

 

 

  1. Les Œuvres (2019), vol. 1, p. 32 []
  2. Janet Doe (1937), p. 92-93 []
  3. Livia Rapatel (2016), « Les ouvrages de Jacques Pierre Pointe » []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search