Apprendre en jouant

Instruire en amusant est le rêve de tout pédagogue depuis l’Antiquité : saint Jérôme, Montaigne, Locke… nombreux sont les penseurs de l’éducation qui ont prôné le jeu comme méthode éducative. C’est au XVIIIe siècle que celui-ci fait pleinement son entrée dans l’éducation, au point de faire dire à Rousseau dans le livre II de l’Emile : « On se fait une grande affaire de chercher les meilleures méthodes d’apprendre à lire ; on invente des bureaux, des cartes ; on fait de la chambre d’un enfant un atelier d’imprimerie. » Nous allons présenter quelques uns de ces livres ludiques.

Quelques méthodes en usage au XVIIIe siècle

Dans Méthodes nouvelles pour aprendre à lire aisément et en peu de temps même par manière de jeu & d’amusement publié en 1755, Sébastien Cherrier présente quelques-unes de ces méthodes (p. 108 et ss) : on trouve tout d’abord les dés qui, contenant les consonnes et les voyelles, permettent différentes combinaisons de syllabes. Après usage, il convient de les ranger dans un petit coffre avec des tiroirs fermés à clé : il ne faudrait pas que l’enfant, ayant les dés en permanence à sa disposition, s’en lasse…

On peut également faire jouer les enfants avec des cartes ou des fiches sur lesquelles sont imprimées consonnes et voyelles. « Si la patience, les petites ruses & la joie sont toujours de la partie », l’enfant parvient très rapidement à lire les syllabes. Il est bien recommandé également de favoriser l’émulation entre les enfants, moteur bien connu d’apprentissage.

Sébastien Cherrier décrit aussi, reprenant l’abbé Pluche, une méthode employant un écran percé d’ouvertures dans lesquelles on fait glisser les lettres ou syllabes que l’enfant doit déchiffrer.

Il évoque également des méthodes plus connues comme le bureau typographique ou le quadrille des enfants.

Le bureau typographique de Louis Dumas (1732)

La bibliothèque des enfans ou les premiers élémens des lettres paraît en 1732. L’ouvrage commence par une citation traduite de Saint Jérôme qui décrit un jeu éducatif à base de boules en bois et ivoire.

Le bureau typographique fonctionne avec des cartes, représentant les lettres et les différentes manières de prononcer un son. Ces cartes sont logées dans une sorte de casse, ressemblant à celle des imprimeurs, où tous les sons similaires sont placés dans la même colonne (par exemple O, AU et EAU). L’enfant pioche dans sa boîte typographique, place les lettres et apprend ainsi à combiner des sons. C’est, comme le dit l’auteur, un « alphabet mouvant » qui permet au petit d’apprendre en même temps à lire et à écrire même si sa main n’est pas encore assez sûre pour tracer les lettres à la plume. « Le secret consiste à faire de ce travail si pénible un amusement pour le maître et un jeu pour l’enfant ». Les deux exemplaires de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) ne contiennent malheureusement pas la planche représentant le bureau typographique lui-même, assez encombrant et trop coûteux pour être utilisé ailleurs que dans les familles très aisées.

Le Quadrille des enfants de l’abbé Berthaud (1744)

Claude-Louis Berthaud, directeur d’une pension parisienne, prône une méthode différente mais également ludique. Celle-ci fonctionne avec des fiches – dont une partie est confiée à l’enfant, qui les conserve dans une boîte, et une partie est gardée par le maître – et un manuel. Cette méthode repose sur l’association d’images et de sons, que l’enfant répète sous forme de jeu en tous sens et à plusieurs reprises. Au fur et à mesure que l’enfant reconnaît bien les sons associés à une image, il reçoit l’image en récompense ; s’il perd, l’image ne lui est pas donnée, ce qui est perçu comme un stimulant. La BDL possède la quatrième édition du manuel de 1777 mais malheureusement, le jeu de fiches qui allait avec a été perdu.

Collection des éléments de l’éducation de l’Académie des enfants à Versailles

On trouve également à la bibliothèque une édition de la Collection des éléments de l’éducation de l’Académie des enfants à Versailles, éditée en 1772 par Pierre Fresneau, instituteur de cette académie ou pension privée pour de jeunes nobles dans laquelle était scolarisée aussi sa fille.

Dans l’ABC ou jeu des lettres de l’Académie des enfants, l’auteur évoque dans la préface sa volonté d’« instruire en […] amusant ». S’ensuivent des gravures sur tout ce qui peut s’apprendre dans la langue française (lettres, syllabes, conjugaisons, nature des mots, orthographe…), un Petit abrégé de l’histoire sainte accompagné de 31 gravures de scènes tirées de l’histoire sainte, une cosmographie ornée de magnifiques cartes colorées, une centaine de gravures des statues du parc de Versailles, puis 46 gravures illustrant les fables d’Esope.

L’édition de la bibliothèque ne permet pas vraiment de comprendre comment fonctionnait la méthode : il est fait allusion dans la préface à des cartes et cahiers qui étaient en usage dans l’enseignement dans cette académie mais l’exemplaire de la bibliothèque n’en rend pas compte. Peut-être certaines des planches étaient-elles à découper (les planches avec les lettres ou les 29 leçons d’histoire sainte) ?

Les jeux de l’abbé Gaultier 

Louis Gaultier est un abbé et pédagogue né en Italie, qui a vécu de 1746 à 1818. Il a beaucoup écrit, notamment des ouvrages pour les enfants. Le jeu des fables, paru en 1816, a d’abord fait partie du Cours complet d’études élémentaires avant d’être publié séparément. D’abord adressée aux parents, puis reprise pour les instituteurs, cette méthode a un double but : aider à orthographier en obligeant l’enfant à écrire et apprendre à s’exprimer et développer ses idées.

C’est un jeu très simple : chaque élève a la même quantité de jetons au début et en fonction de la façon dont il lit la fable ou répond aux questions, il perd ou gagne des jetons. On trouve ensuite dans le livre des questions préparées par l’auteur sur 81 fables ; pour chaque réponse des enfants, un nombre de jetons à prélever est indiqué s’ils perdent. A la suite de la règle du jeu, on trouve les 81 fables de La Fontaine en question. Un index de 10 pages donne les définitions pour les mots à expliquer aux enfants.

L’abbé Gaultier était coutumier des jeux ; il a d’ailleurs publié un Cours complet de jeux instructifs que la BDL ne possède pas. L’avertissement imprimé dans l’ouvrage fait la publicité de ses autres écrits : il est fait mention d’une boîte typographique, d’un étui pour le jeu de grammaire, d’un étui du jeu de l’histoire de France avec le médaillon des rois etc.

La BDL possède aussi un Atlas de grammaire du même auteur qui comprend, après plusieurs tableaux assez austères, une « feuille d’étiquettes à coller sur de petites cartes ou sur des boules de loto pour servir au Jeu de grammaire ».

Le reste de l’atlas, sans être à proprement parler un jeu, cherche par des tableaux visuels à attirer l’attention des enfants. Cela va-t-il jusqu’à « exciter […] l’attention des enfants » comme l’affirme le sous-titre ? Il était possible d’obtenir les étiquettes de grammaire séparément et en sac.

Les Lectures graduées pour le premier âge s’accompagnent normalement d’une boîte typographique et toujours de ce système de jetons qui récompensent l’enfant lorsqu’il a bien répondu ou dont il doit se défaire s’il a mal répondu. Les lectures s’enchaînent ensuite, d’abord avec des phrases extrêmement simples et ensuite de façon de plus en plus complexe.

Le syllabaire joyeux

Il s’agit en réalité de la Méthode récréative pour apprendre à lire aux enfans sans qu’ils y pensent, écrite par le baron De Bouis et publiée en 1773. Il s’agit d’associer des lettres à des jouets ; en présentant l’alphabet sur des jouets, l’enfant apprendra les lettres et leurs combinaisons insensiblement.

Ces ouvrages ont-ils été efficaces ? Ont-ils fait rire des générations d’enfants ? Ils témoignent en tout cas d’une attention au naturel particulier des petits attachés au jeu, ne pouvant porter longtemps leur attention sur un seul objet, aimant la gaieté.

Billet rédigé par Claire Giordanengo

(Département Patrimoine et conservation)

Bibliographie :

GRANDIÈRE Marcel. Louis Dumas et le système typographique, 1728-1744. In Histoire de l’éducation, n° 81, 1999, p. 35-62.

PY Gilbert. La fortune d’Émile et l’apprentissage de la lecture. In Dix-huitième Siècle, n° 24, 1992. Le matérialisme des Lumières. p. 267-281.

VIAL, J. Le manuel scolaire élémentaire. In Pædagogica europæa, 1966, p. 88-117.

Jeux de princes, jeux de vilains [En ligne], exposition virtuelle de la BnF, URL : <http://expositions.bnf.fr/jeux/index.htm>

Sources :

BERTHAUD, Claude-Louis. Le quadrille des enfans, ou Systême nouveau de lecture. Paris : Couturier père, 1777 [cote : 1R 129824]

CHERRIER, Sébastien. Methodes nouvelles pour aprendre a lire aisement & en peu de tems, même par manière de jeu & d’amusement, aussi instructives pour les maîtres, que commodes aux pères & mères, & faciles aux enfants. Avec les moiiens de remédier à plusieurs équivoques & bizareries de l’ortographe françoise. Par S. Ch. Ch. R. C. d. N. & d. P. Paris : Augustin Martin-Lottin, 1755 [cote : 40188]

DE BOUIS, Méthode récréative, pour apprendre a lire aux enfans, sans qu’ils y pensent. On peut nommer cette methode Syllabaire joyeux, puisque l’enfant est toujours gai. Paris : chez l’auteur, 1773 [cote : 1R 96137]

DUMAS, Louis, La bibliotheque des enfans, ou les premiers elemens des letres, contenant le sisteme du bureau typographique. Paris : Pierre Simon, 1732 [cote : 2RC 2293 et 2RC 2875]

FRESNEAU, Pierre. A. B. C., ou Jeu de lettres de l’Académie des enfans, et recueil de leurs études. Paris : Hérissant, 1772. [cote : 2RD 1127]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.