Les cartonnages en percaline à travers les collections de livres pour la jeunesse de la Bibliothèque Diderot de Lyon

L’acquisition récente de nouveaux cartonnages en percaline par la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) a enrichi sa collection déjà importante de livres pour la jeunesse. Ces livres souvent offerts lors des étrennes se prêtent particulièrement à un billet de Noël !

MÖRING, Michel. Le Livre des animaux remarquables et célèbres. Paris : A. Desesserts, éditeur, [1855]. [Cote BDL : 2RC 1541]

Les cartonnages d’éditeurs

Tout au long du XIXe siècle, les techniques de reliure connurent de nombreuses transformations. Jusqu’au XVIIIe siècle, la fabrication du corps de l’ouvrage par un imprimeur -parfois également libraire- et sa reliure étaient des opérations séparées. Les feuilles imprimées étaient vendues non pliées. L’acheteur les confiait telles quelles à un maître-relieur. Celui-ci faisait appel pour décorer la couvrure à un maître-doreur, à moins qu’il ne possédât les deux maîtrises. Á partir du XVIIIe siècle, les imprimeurs-libraires firent réaliser la reliure avant la vente des feuillets. Celle-ci était assez sommaire et présentait une couverture d’attente en simple papier. Les relieurs recouvraient les ouvrages de peau, de la plus luxueuse, le maroquin, à la plus médiocre, la basane, en fonction des moyens financiers du demandeur.

Dans la première partie du XIXe siècle, le besoin en livres de la population augmenta considérablement en raison des progrès de l’alphabétisation. L’école, chargée de former ce jeune lectorat, était en demande d’ouvrages pour l’enseignement mais aussi pour récompenser les élèves méritants. Les collections jeunesse de la BDL présentent un grand nombre d’ouvrages dotés de vignettes ex-praemio, collées sur le contreplat supérieur et témoignant de la remise d’un prix. Ils pouvaient également être gravés sur le plat supérieur.

LANOYE, Ferdinand de. La Mer polaire. Voyage de l’Érèbe et de la Terreur et expéditions à la recherche de Franklin. Paris : Librairie de L. Hachette et Cie, 1865 [Cote BDL : 2RA 6818]

Les éditeurs, face à la demande croissante d’une population peu fortunée, adaptèrent leur offre éditoriale en conséquence. Ils prirent en charge la fabrication complète des ouvrages qu’ils vendaient à bas prix en rognant sur les matériaux employés et les coûts de fabrication. C’est la raison pour laquelle l’on parle de cartonnages d’éditeur. Le prix des ouvrages baissa également grâce aux progrès de la technique, eux-mêmes stimulés par la demande, ce qui permit de réaliser une fabrication en série des reliures. La reliure ne cessa de s’industrialiser entre 1840 et 1870.

La généralisation d’un nouveau matériau de couvrure : la percaline

Vers 1840, l’usage de la percaline se généralisa. La percale ou percaline est une toile de coton dont la trame est très serrée. Elle est parfois appelée toile anglaise : c’est en effet au Royaume-Uni qu’elle fût inventée. Elle est enduite avec un apprêt dont la composition était tenue secrète par le fabricant (mélange de colle de peau, de pieds de mouton et de gomme arabique). Cette préparation servait à imperméabiliser la toile et, en la rigidifiant, à faciliter la gaufrure et la dorure.

Elle possédait de nombreuses qualités : elle était solide, peu coûteuse et avait un bel aspect qui pouvait donner l’illusion du cuir (gaufrure maroquinée ou chagrinée). La gaufrure était réalisée à l’aide d’une plaque gravée, pressée mécaniquement sur les plats de l’ouvrage, tout comme la dorure qui venait après. 

Il est à regretter que le terme de cartonnage d’éditeur ait longtemps laissé dans l’ombre ceux qui étaient chargés de les réaliser. En effet, si certains éditeurs possédaient leur propre atelier de reliure, d’autres faisaient appel à un atelier extérieur auquel ils remettaient des consignes de fabrication très précises. Ainsi, de nombreux cartonnages d’éditeurs ne portent aucune trace de ceux qui les ont reliés ou encore de ceux qui ont gravé les plaques à dorer ou à gaufrer ou destinées à orner les cartonnages polychromes. Toutefois, certains artisans qui jouissaient d’une certaine notoriété, apposèrent leur nom sur les reliures. Ainsi, des dessinateurs et graveurs signèrent les plaques qu’ils réalisèrent comme Robert Haarhaus, Auguste Souze (1829-1900) ou Paul Souze (1852-1924), son neveu.

Cartonnage en percaline bleu mosaïquée, signé au plat supérieur par le graveur Haarhaus
GOURNERIE, Eugène de la. Histoire de Paris et de ses monuments. Tours : Ad Mame et Cie, 1852. [Cote BDL : 2RC 1305]
Cartonnage de percaline rouge à décor noir et or, signé au plat supérieur par le graveur Auguste Souze.
DESBEAUX, Émile. Les découvertes de Monsieur Jean « La Terre et la mer ». Paris : P. DUCROCQ, libraire-éditeur, 1888 [Cote BDL : 2RC 6661]
Cartonnage de percaline rouge à décor noir et or, signé au plat supérieur par le graveur Paul Souze.
AICARD, Jean. Le Livre des petits. Paris : Librairie Charles Delagrave, [1886] [Cote BDL : 2RC 909]

Par souci d’économie, les plaques dont le décor ne renvoyait pas au contenu de l’ouvrage étaient souvent réutilisées.

Il s’agit ici d’un réemploi de la plaque à dorer, le décor mosaïqué appliqué à la main est différent.
GENLIS, Mme de. Les Veillées du château. Paris : Didier, libraire-éditeur, 1847 [Cote BDL : 2RA 1907-1]
GENLIS, Mme de. Théâtre d’éducation à l’usage de la jeunesse. Paris : Didier, libraire-éditeur, 1847. [Cote BDL : 2RA 1909-1]

Des cartonnages en percaline très divers…

De par une grande variété de techniques employées

Les premiers cartonnages en percaline se caractérisaient par leur couleur foncée : noir, bleu. Entre 1840 et 1845, la percaline était uniquement dorée.

Entre 1845 et 1860, les cartonnages en percaline furent dorés et mosaïqués. Vers 1845, la mosaïque était appliquée après la dorure à l’aide d’un pinceau trempé dans du vernis de couleur. Par la suite, la mosaïque fut réalisée à l’aide de petits morceaux de papier glacé et coloré, collés sur la couverture. La dorure venait après.

BOUCAUVILLE, Aglaé de, Histoire naturelle racontée à la jeunesse ou Exposé des instincts et des mœurs des animaux. Paris : P.-C. Lehuby, [1853]. [Cote BDL : 2RD 2332]

Dans les années 1860, la mode de la percaline à décor doré reprit.

Les cartonnages rouges à décor or et encre noire se répandirent vers 1870. On passa alors d’une percaline grainée à une percaline lisse.

 

LABOULAYE, Édouard. Derniers contes bleus. Paris : Librairie Furne, Jouvet et Cie, éditeurs, 1884. [Cote BDL : 2RC 246]

À partir des années 1880, les cartonnages en percaline de couleur vive furent ornés d’une illustration polychrome, réalisée par un procédé chromolithographique.

HERVILLY, Ernest d’. Seule à treize ans. Paris : Charavay, Mantoux, Martin, Librairie d’éducation de la jeunesse, 1899. [Cote BDL : 2RC 3824]

Mais ayant un contenu très conventionnel

Les sujets abordés dans les cartonnages d’éditeurs en percaline ne varient guère par rapport à leurs homologues recouverts de papier gaufré. L’offre éditoriale en matière de cartonnage en percaline se limita longtemps aux textes classiques comme les contes de fées,

Les Contes de Perrault. Paris : Librairie de Théodore Lefèvre et Cie, Émile Guérin, éditeur, [1902]. [Cote BDL : 2RD 2681]

aux ouvrages historiques,

BORY, Paul. Mémoires d’un Romain : vie privée de l’ancienne Rome. Tours : Alfred Mame et fils, éditeurs. 1890. [Cote BDL : 2RD 932]

ou de vulgarisation scientifique,

Les plaques qui ont servi à orner cet ouvrage sont identiques à celles utilisées pour Les Contes de Perrault.
CARPENTIER, Émilie. Les Ignorances de Madeleine. Paris : Librairie Théodore Lefèvre et Cie, [1883]. [Cote BDL : 2RC 246]

ainsi qu’aux récits de voyages d’explorateurs ou bien de missionnaires.

Cartonnage en percaline rouge à décor polychrome signé Auguste Souze.
PP. BAUR et LE ROY. À travers le Zanguebar. Voyage dans l’Oudoé, l’Ouzigoua, l’Oukwèré, l’Oukami et l’ousagara. Tours : Alfred Mame et fils éditeurs, 1887. [Cote BDL : 2RD 6702]

Hetzel et le renouveau du cartonnage d’éditeur en percaline

Dans les années 1860, le modèle, créé par Jules Verne (1828-1905) et son éditeur Pierre-Jules Hetzel (1814-1886), instaura un nouveau type de roman populaire : le roman d’aventures scientifiques, à la couverture accrocheuse d’abord uniquement rouge et dorée puis plus tardivement agrémentée d’un riche décor polychrome. Notons que ce type d’ouvrage fut longtemps considéré comme de la sous-littérature. Ainsi, dans une lettre datée du 13 avril 1877 à son éditeur, Jules Verne souligne que « […] dans l’échelle littéraire, le roman d’aventures est moins haut placé que le roman de mœurs. »1

Un modèle de cartonnage d’éditeur très caractéristique du fait de sa reliure…

Hetzel imposa la mode de la percaline de couleur vive (rouge mais aussi havane, vert, bleu ou violet). Il généralisa également l’utilisation systématique des fers spéciaux, illustrant le contenu de l’ouvrage et signés par des grands noms de la gravure comme Auguste et Paul Souze précédemment évoqués. Auparavant, le décor de la couverture n’était pas toujours en rapport avec le texte ou les illustrations.

Hetzel sut s’adapter aux moyens financiers de son lectorat. Ainsi, il proposa les ouvrages de Jules Verne dans des éditions différentes. Le catalogue Hetzel propose deux versions économiques en petit format : les volumes in-18 non illustrés et les volumes in-18 illustrés ainsi que la version la plus connue en volumes in-8 jésus illustrés.

Cette dernière se caractérise tout autant par la richesse et la variété du décor de sa reliure que par son évolution dans le temps. Ainsi, se succédèrent les cartonnages « aux bouquets de roses », « aux initiales » ou « au steamer » du relieur Charles Magnier (1821-1904), « à l’obus », « à la bannière » « aux deux éléphants » et « au portrait » du relieur Antoine Lenègre (1819 ?-1867), « au monde solaire », « au globe doré », « à l’éventail et à un éléphant » ainsi qu’« au dos à l’ancre » du relieur Jean Engel (1811-1892).

Cartonnage polychrome et or « au steamer et au macaron doré ». Reliure signée Charles Magnier. Plaque gravée par Paul Souze.
VERNE, Jules. Le Village aérien. Paris : Collection Hetzel, [190.?] [Cote BDL : 2RD 956]

… tout autant que de son contenu

Hetzel fit paraître en 1863 dans la collection intitulée « La bibliothèque d’éducation et de récréation » le premier roman de Jules Verne. Il s’agit de Cinq semaines en ballon. Voyages de découvertes en Afrique par trois Anglais. La BDL possède un exemplaire avec une reliure « aux initiales ». Ce ne fut qu’en 1866 que le succès aidant, il créa une collection spécifique à l’œuvre de Jules Verne : les « Voyages extraordinaires ».

Cartonnage en percaline rouge dit « aux initiales ».
VERNE, Jules. Cinq semaines en ballon. Voyages de découvertes en Afrique par trois Anglais. Bibliothèque d’éducation et de récréation, J. Hetzel et Cie, [1885]. [Cote BDL : 2RD 526]

Jules Verne sut instaurer dans ses ouvrages un style très particulier qui avait pour but d’inculquer à ses lecteurs des connaissances sur la science et la technologie modernes tout en leur faisant connaître les différentes régions du monde, le tout sous la forme d’un roman d’aventures. Jules Verne était toutefois un voyageur en chambre. L’Afrique qu’il dépeint dans Cinq semaines en ballon est une Afrique romanesque basée sur de nombreux stéréotypes :

« Si les moyens de transport venaient à manquer, que devenir au sein de peuplades féroces, dans ces contrées inexplorées, au milieu de déserts immenses ? »2.

À l’époque de Jules Verne, l’Afrique était encore un continent mystérieux dont seule une partie était connue.

« Le XIXe siècle ne se passerait certainement pas sans que l’Afrique n’eût révélé les secrets enfouis dans son sein depuis six mille ans » 3.

Cela laissait toute latitude à son imagination. Il s’appuya toutefois sur d’authentiques récits de voyages et autres comptes rendus d’expédition. Dans Cinq semaines en ballon, le docteur Fergusson espère relier entre elles l’exploration du géographe allemand Heinrich Barth (1821-1865) entre Tripoli et le Soudan en 1849 et l’expédition de Richard Francis Burton (1821-1890) et John Hanning Speke (1827-1864) qui devait aboutir à la découverte du lac Tanganyika en 1858.

 

L’âge d’or de la percaline en reliure dura jusqu’à la première guerre mondiale. Son usage recula avec la généralisation des reliures cartonnées pelliculées. Notons que la Bibliothèque rose, collection créée en 1856 par Louis Hachette spécifiquement pour la jeunesse, conserva jusque dans les années trente sa couverture en percaline gaufrée rose. La collection conserva son apparence jusque dans les années 1950 mais il s’agissait alors de papier imitant la percaline !

La couverture en percaline est déchirée au niveau des mors ce qui permet d’apercevoir les fils de la toile.
GENESTOUX, Magdeleine du. Mickey et Minnie. Paris : Librairie Hachette, 1932. [Cote BDL : 2RB 1457]

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie

COMPERE, Daniel. « Jules Verne : bilan d’un anniversaire », in Romantisme, vol. 131, no. 1, 2006, pp. 87-97. [consulté le 22 novembre 2019]. Disponible sur le Web : <https://doi.org/10.3917/rom.131.0087 >.

JAUZAC, Philippe, WEISSENBERG, Éric. Jules Verne, Hetzel et les cartonnages illustrés. Paris : Éditions de l’amateur, 2005.

> Bibliothèque Diderot de Lyon [cote : 070.5 JAU]

MALAVIEILLE, Sophie. Reliures et cartonnages d’éditeur en France au XIXe siècle (1815-1865). Paris : Promodis, 1985.

> Bibliothèque Diderot de Lyon [cote : GF 05 217]

MANGIN, M. C., Bibliothèque municipale de Nancy. La Reliure industrielle, une technique, un art : exposition, Médiathèque de Nancy, 9 octobre-14 novembre 1993. Nancy : Médiathèque, 1993.

> Bibliothèque Diderot de Lyon [cote : 025 MED]

Musée Jules Verne. [en ligne], URL : <https://julesverne.nantesmetropole.fr/home/se-documenter/jules-verne-en-images/les-cartonnages.html#article/> [consulté le 22 novembre 2019].

  1. Correspondance inédite de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel (1863-1886). Tome II (1875-1878). Genève : éditions Slatkine, 2001, p. 171. [Cote BDL : 840.900 8 VERN]. []
  2. VERNE, Jules. Cinq semaines en ballon. [1885]. p. 54 []
  3. VERNE, Jules. Cinq semaines en ballon. [1885]. p. 38 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.