Les démonstrations de chirurgie de Dionis

  • Chirurgie - 6
  • Chirurgie - 4
  • Chirurgie - 9
  • Chirurgie - 10
  • Pointe (13)
  • MIK_7584
  • MIK_7586
  • MIK_7590
  • Chirurgie - 2
  • Chirurgie - 8
  • Chirurgie - 7
  • Chirurgie - 3
  • Chirurgie - 1

Un exemplaire du Cours d’opérations de chirurgie de Pierre Dionis est présenté dans l’exposition, « Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles » installée à la BU Santé de la Faculté Lyon Est1. La BU Lyon 1 possède dans son fonds ancien plusieurs éditions de cet ouvrage qui connut un grand succès tout au long du 18e siècle.

Frontispice édition 1716 cote 41071

Pierre Dionis (1643-1718) chirurgien du Roi

Formé au collège Saint-Côme de Paris où il obtient le grade de maître chirurgien, Pierre Dionis sera nommé par le roi Louis XIV « démonstrateur en anatomie humaine suivant la circulation du sang » au Jardin du Palais Royal en 1672. La définition de la charge indiquait clairement l’orientation donnée à cet enseignement qui s’effectuait en dehors de la faculté de médecine de Paris. Cette dernière était alors farouchement hostile aux découvertes de William Harvey (1578-1657) sur la circulation sanguine. Les démonstrateurs nommés au Palais Royal avaient l’autorisation de pratiquer « toutes opérations chirurgicales, dissections et démonstrations anatomiques et avaient priorité dans l’obtention des corps des condamnés »2. Comme l’écrit Dionis dans sa préface, les cours dispensés au Jardin du Roi étaient par ordonnance royale gratuits et ouverts à tous, « afin de faciliter aux étudiants en chirurgie de se perfectionner dans un art qu’il a toujours regardé [le Roi] comme un des plus nécessaires dans un État. »

Un succès éditorial

C’est après avoir cessé ses leçons au Jardin Royal en 1680 pour se consacrer à sa charge de chirurgien de cour que Dionis publie en 1707 chez Laurent d’Houry, la première édition de son Cours d’opérations de chirurgie. Le livre est divisé en dix démonstrations. La première présente le matériel nécessaire pour pratiquer les opérations – instruments, emplâtres, compresses, bandages -, elle est suivie de neuf leçons expliquant comment procéder pour effectuer des opérations sur les différentes parties du corps. Cet ouvrage didactique rencontre un grand succès auprès des élèves en chirurgie qui trouvent un guide à leur portée. Il sera régulièrement épuisé et réédité en français mais également traduit en anglais, en allemand et en hollandais.

Les exemplaires conservés à la BU

  • Édition de 1716

Page de titre édition 1716

 

La bibliothèque universitaire conserve dans ses collections plusieurs éditions de l’ouvrage de Pierre Dionis. Elle ne possède pas l’édition princeps mais une troisième édition du Cours « revue, corrigée et augmentée par l’auteur »3 imprimée chez Laurent D’Houry en 1716 soit deux ans avant la mort de l’auteur. Son portrait figure en frontispice mais l’exemplaire ne comporte pas les gravures de l’amphithéâtre Saint-Côme et Saint-Damien ainsi que celle du Jardin Royal pourtant annoncées dans la Préface et présentes dans d’autres volumes publiés la même année.

 

 

 

 

 

 

 

  • Edition non datée

 

Cet exemplaire4 provient de la bibliothèque de Jean-Baptiste Desgranges (1751-1832) comme l’atteste l’ex-libris positionné sur la feuille de garde du contre-plat supérieur.

 

 

 

 

 

L’ouvrage ne comporte pas de page de titre et débute par l’épître au Roy.

 

 

 

 

A la fin de la table des matières est positionnée la gravure sur cuivre représentant Dionis enseignant l’anatomie dans l’amphithéâtre de la Confrérie des chirurgiens de Saint-Côme et Saint-Damien, réalisée par Jean-Baptiste Scotin, dit Scotin le Jeune (1678-1740).

Gravure de Jean-Baptiste Scotin

Si l’on se réfère au texte introductif « Avis de l’auteur des remarques », il s’agirait d’une quatrième édition revue et complétée par Georges de La Faye (1699-1781) chirurgien et lui-même démonstrateur royal en anatomie. L’Approbation – l’autorisation d’imprimer – à la fin de l’ouvrage est datée de 1739.

  • Édition de 1757

Page de titre édition de 1757

 

La BU possède également une cinquième édition du Cours d’opérations de chirurgie, imprimée en deux volumes5. La page de titre précise qu’il s’agit d’une version « revue, augmentée de Remarques importantes et enrichie de figures en taille douces qui représentent les instruments nouveaux les plus en usage ». Le livre a été imprimé à Paris en 1757 par la Veuve de Charles-Maurice d’Houry, rue de la vieille Bouclerie. Cet exemplaire provient de la donation Amédée Bonnet (1809-1858). Sur les deux volumes est apposé le cachet rectangulaire de 1,5X2,9 cm avec l’inscription « Donation Am.BONNET ».

Au début de l’ouvrage, Georges de La Faye expose les trois objectifs didactiques justifiant cette nouvelle édition du Cours de Pierre Dionis, le premier est la nécessité de rendre plus compréhensibles aux étudiants certains points de l’ouvrage, le second de fournir une description plus développée de certaines opérations chirurgicales, sa troisième intention est de procéder à une mise à jour des connaissances en s’appuyant sur les nouvelles découvertes réalisées dans le domaine.

 

L’exemplaire comporte avant la page de titre, la gravure double page en taille-douce du Jardin Royal réalisée par Jean-Baptiste Scotin (1678-1740).

Gravure de Jean-Baptiste Scotin

 

 

 

Le portrait en frontispice de Dionis est une gravure au burin de Simon Thomassin (1643-1718) d’après Boulogne.

 

 

 

 

 

 

  • Édition de 1777

Page de titre édition 1777

 

 

Il s’agit d’une huitième édition complétée par George de La Faye6.

 

 

 

 

 

La nouveauté annoncée sur la page de titre est la présence de vingt-quatre nouveaux instruments « qu’on a réuni dans une seule planche, qui ne se trouve pas dans les premières Éditions ».

Figure II. Instruments de chirurgie éd. 1716

Fig.II. Instruments communs à toutes les opérations éd.1777

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ouvrage appartenait à la bibliothèque de Jacques Pierre Pointe (1787-1860) médecin de l’Hôtel-Dieu et professeur à l’École préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Lyon. Une vignette lithographiée avec les armoiries et les initiales : « JPP » est collée sur la feuille de garde du contre-plat supérieur et on peut lire l’inscription « Pointe » à l’encre noire sur la page de titre.

 

 

Les nombreuses rééditions du Cours d’opérations de chirurgie de Dionis ainsi que sa présence dans les donations effectuées par trois médecins atteste de l’intérêt qu’il suscite jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Bibliographie :

Laget Pierre-Louis. « L’amphithéâtre d’anatomie de la communauté des chirurgiens de Paris sis rue des Cordeliers. In: Bulletin Monumental, tome 156, n°4, année 1998. pp. 369-384.Disponible en ligne [consulté le 9 décembre 2019]

Vons, Jacqueline. Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux XVIe-XVIIe siècles. Paris : Cour de France.fr, 2012. Disponible en ligne [consulté le 9 décembre 2019]

Vons, Jacqueline. « Pierre Dionis, chirurgien aulique et maître chirurgien juré (1643-1718) » in Stanis Perez et Jacqueline Vons (éds). Santé et médecine à la cour de France (XVIe-XVIIIe siècles) : [Actes du colloque international, 19-20 octobre 2017, Paris], ⟨Bibliothèque interuniversitaire de santé⟩, pp.53-64, 2018, Collection Medic@.Disponible en ligne [consulté le 9 décembre 2019]

 

 

  1. à voir jusqu’au 23 février 2020 []
  2. cf l’article de Jacqueline Vons « Pierre Dionis, chirurgien aulique et maître chirurgien juré (1643-1718) » p.56 cf bibliographie []
  3. cote 41071 []
  4. cote 36283 []
  5. cote 41789 []
  6. cote 35958 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.