Le porte-feuille des enfans : une encyclopédie à manipuler

La BDL possède plusieurs exemplaires du Porte-feuille des enfans et de ses suites. La première édition de cet ouvrage a commencé en 1784 et s’est étendue sur treize ans jusqu’en octobre 1797. Elle se fait sous la direction du dessinateur et graveur célèbre Charles-Nicolas Cochin (1715-1790), assisté d’Antoine-Nicolas Duchesne (1747-1827), botaniste, et d’Auguste-Savinien Leblond (1760-1811), mathématicien.

Un portefeuille ?

A l’origine, les images reproduites dans le Porte-feuille des enfans sont des estampes, des planches d’abord vendues en livraison par cahiers mensuels de 5 à 6 feuilles chacun ; une feuille coûte entre 4 et 10 sols. Ces gravures ont ensuite pu être reliées.

Des gravures déjà connues

Les gravures du Porte-feuille n’ont pas été créées ad hoc. Ce sont des reprises d’images publiées dans des œuvres et recueils célèbres : les animaux sont pour beaucoup tirés de Buffon, les insectes de Réaumur, les costumes de Dandré-Bardon, les voyages de Tournefort ou Cook etc. L’estampe permet en effet de reproduire à bas coûts des images inventées par d’autres et conçues pour d’autres ouvrages. Un collaborateur de Cochin recopiait les gravures premières au pantographe, Cochin en faisait un dessin sur une seule planche, qu’il faisait ensuite graver. Il ne se fit pas rémunérer pour ce travail, en raison de l’objectif pédagogique du projet.

En face de chaque gravure, un texte court fait office de légende, décrivant les objets représentés.

Des thématiques extrêmement variées

Tous les sujets sont abordés ; le sous-titre l’explicite d’ailleurs : Mélange intéressant d’animaux, fruits, fleurs, habillemens, plans, cartes et autres objets… On y trouve donc de tout : des soldats anciens, des insectes, des cétacés, une rose des vents, des costumes, des Chinois, des plumages, des graminées à farine, de la musique, de la mécanique etc.

Un porte-feuille pensé pour des usages divers

Dans l’esprit des auteurs de cette nouvelle encyclopédie par l’image, l’idée n’est pas de reproduire de grandes estampes vénérables pour les faire découvrir et admirer avec respect, mais bien de les mettre dans les mains des enfants, à la portée des enfants, quel que soit leur âge : l’enfant est donc encouragé à s’emparer de l’ouvrage en le découpant, en le classant comme il le souhaite, en le recopiant, en le coloriant (heureusement, les exemplaires de la bibliothèque n’ont été ni coloriés ni découpés !). C’est donc une encyclopédie qui offre plusieurs degrés de lecture et d’usages.

Une flânerie pédagogique dans les images

Il n’y a pas d’ordre dans les images proposées par le Porte-feuille des enfans, et ce désordre est tout à fait assumé : il fait même partie du projet pédagogique qui sous-tend l’ouvrage. De la même façon que dans la conversation, l’on peut facilement passer d’un sujet à un autre, de la même façon dans le Porte-feuille, l’on passe d’une image à une autre, d’un sujet à un autre, au gré des centres d’intérêt et envies de l’enfant. Celui-ci se promène dans les images et apprend en s’amusant : le Porte-feuille est là pour « lui déguiser l’instruction sous la forme d’un simple amusement », selon des préceptes éducatifs connus et pratiqués depuis longtemps (le Porte-feuille n’est en effet pas la première encyclopédie par l’image destinée aux enfants). C’est éventuellement au maître, au précepteur, aux parents de trouver un ordre, s’ils le souhaitent, pour présenter les objets à l’enfant (un index des planches permet de les grouper par thèmes). Des jeux sont également proposés pour accompagner l’ouvrage ainsi que tout un tas de tableaux (beaucoup moins ludiques !) sur les conjugaisons, les nombres, la table de Pythagore…

L’image est là pour plaire et attirer l’enfant mais elle est aussi bien sûr pédagogique : elle est exacte et précise ; chaque objet est présenté pour lui-même, sans décor qui puisse disperser l’attention ; sous chaque représentation (d’animal, de fruit etc.), une échelle permet de représenter au mieux la taille réelle de l’objet.

Un immense succès 

En raison de son coût, l’ouvrage est d’abord réservé de fait aux familles aisées ou aux pensionnats d’élite. Mais le concours organisé en l’an II pour choisir les meilleurs ouvrages d’éducation destinés à être diffusés dans les écoles assure sa plus large diffusion : le Porte-feuille des enfans est primé en 1796 et reçoit une subvention ; il est largement distribué aux instituteurs ce qui assure son succès dans les écoles.

Le succès fut tel que le Porte-feuille des enfans fut imité, notamment par Friedrich Justin et Charles Bertuch qui entreprennent même de l’améliorer, notamment en faisant des versions multilingues et en ordonnant les gravures : celles-ci sont très nombreuses et surtout colorées, ce qui fait de ces Porte-feuille des enfans de magnifiques exemplaires.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie

Renonciat Annie. De l’Orbis sensualium pictus (1658) aux premiers albums du Père Castor (1931) : formes et fonctions pédagogiques de l’image dans l’édition française pour la jeunesse. In La pédagogie par l’image en France et au Japon, p. 55-73.

Renonciat Annie. Voir/savoir, La pédagogie par l’image aux temps de l’imprimé. Scéren CNDP-CRDP, 2011, p. 56-60.

Julia Dominique. Livres de classes et usages pédagogiques. In Histoire de l’édition française. Le livre triomphant, tome 2, p. 468-497.

Sources 

DUCHESNE, Antoine-Nicolas. Le porte-feuille des enfans : mélange intéressant d’animaux, fruits, fleurs, habillemens, plans, cartes et autres objets, dessinés suivant des réductions comparatives… Paris : Mérigot et Merlin, 1784

> Bibliothèque Diderot de Lyon [cotes : 2RD 2871, 2RD 681 et 2RD 684]

BERTUCH, Friedrich Justin. Porte-feuille des enfans. Mélange intéressant d’animaux, plantes, fleurs, fruits, minéraux, costumes, antiquités et autres objets instructifs et amusans pour la jeunesse ; choisis et gravés sur les meilleurs originaux, avec de courtes explications scientifiques et proportionnées à l’entendement d’un enfant. Weimar, 1802-1807

> Bibliothèque Diderot de Lyon [1R 106963-1 à 3]

BERTUCH, Friedrich Justin. Novus orbis pictus juventuti instituendæ et oblectandæ, complectens animalium, plantarum, florum, fructuum, fossilium, rituum etiam aliarumque rerum cum ex natura tum ex disciplinis artibusque depromptarum icones, ad optimorum exemplarium fidem selectas et æri incisas, addita brevi descriptione ad disciplinarum rationem exacta et ad captum juventutis attemperata. Vienne, 1805-1809

> Bibliothèque Diderot de Lyon [2RD 4161-1 à 10]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.