Un Poëme sur l’éducation de M. de Lafargue

S’il est un mode d’expression un peu délaissé aujourd’hui mais très courant durant toute l’époque moderne (et même au-delà), ce sont les vers. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède ainsi quelques traités d’éducation qui sont en vers et se veulent de véritables poésies.

Une reliure originale

Le Poëme sur l’éducation de M. de Lafargue (1728-1795) a été publié chez Guillot à Paris en 1788.

C’est sa reliure originale qui attire d’abord l’attention : elle est en maroquin vert à triple filet avec des fleurs dans les coins ; au centre du plat supérieur figure une pièce métallique rivetée qui présente, entre deux canons et des drapeaux à fleurs de lys, la devise révolutionnaire « La nation, la loi et le roi » sous le bonnet phrygien. La reliure semble donc quasi contemporaine de la rédaction du poème.

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède trois exemplaires du Poëme. Les deux autres exemplaires contiennent à la suite du Poëme, en pagination continue, treize fables (p. 81 à 112) et des « pièces fugitives » (p. 113 à 144) du même auteur (épîtres, compliments, odes).

L’un de ces exemplaires [1R 100 052-1 et 2] est un recueil factice dans lequel se trouve, après les œuvres d’Etienne La Fargue, un mémoire sur les forges (Moins que rien sur les forges) de Charles Didier d’Ourches publié en 1807 ; si le sujet n’a strictement rien à voir avec l’œuvre de M. La Fargue, la forme est en revanche la même : c’est un poème en trois chants qui vante les mérites de la métallurgie.

Seul l’exemplaire joliment relié a isolé le poème sur l’éducation du reste de l’œuvre de M. La Fargue (la réclame en bas de la page 80 indiquant le mot FABLES a d’ailleurs été grattée jusqu’à devenir presque invisible) ; 

l’approbation et le privilège royal qui se trouvent normalement après les pièces fugitives ne figurent donc pas dans ce bel exemplaire.

Des vers pour traiter d’un sujet sérieux

La forme du poème, si elle nous paraît aujourd’hui très étrange pour traiter d’un sujet sérieux, n’est pas rare à l’époque, comme on peut le voir par exemple avec le mémoire sur les forges : à la Bibliothèque Diderot de Lyon on trouve des poèmes sur l’art d’embellir les jardins, sur la religion, sur les relations entre amants, sur la conversation, un éloge du thé, bref, sur toutes sortes de sujets. Nous avions d’ailleurs déjà évoqué dans un autre billet la traduction du poème de Scévole de Sainte Marthe, la Paedotrophia (https://bibulyon.hypotheses.org/12248). Ces poèmes didactiques voire scientifiques sont souvent assez longs et prennent pour beaucoup la forme de chants. Celui de La Fargue est accompagné de nombreuses notes de bas de pages expliquant diverses allusions ou citant les originaux latins ainsi que d’une « Table des traits historiques » classés par thèmes. Cette « table des traits historiques » étant placée normalement après les « Pièces fugitives » ne figure donc pas dans l’exemplaire joliment relié.

la table

Un traité d‘éducation qui s’adresse aux pères

Le poème de La Fargue est adressé au comte Charles de Luynes (1783-1839) qui n’a alors que 5 ans (l’épître dédicatoire évoque sa « précieuse enfance »). Mais par-delà cette dédicace qui vise à s’attirer un protecteur (le père du comte, duc lui-même), c’est bien sûr un poème à portée plus générale. L’auteur entend notamment s’insurger contre les préceptes de Rousseau, développés dans l’Emile paru en 1762 : il dénonce particulièrement le rejet de la société et l’individualisme dont fait preuve l’Emile (le poème s’ouvre d’ailleurs par un hommage à la société). L’éducation incombe aux pères qui se doivent de choisir de bons maîtres. L’idéal serait également que le gouvernement s’empare de ce sujet et dispense une éducation publique ce qui amènerait les enfants à aimer la nation et le bien public.

Quelques gravures sur la piété filiale

L’œuvre est illustrée de quelques gravures sur cuivre : une estampe en pleine page figure en tête du poème et quatre vignettes ouvrent chacun des quatre chants.

grande gravure

La seule qui soit signée, la gravure en pleine page, est due à Jean-Baptiste Antoine Cloquet (1838) ; elle représente un père, son enfant et le maître de celui-ci travaillant dans une pièce dédiée à l’étude (cartes murales, globes, papiers et encrier sur la table).

Les quatre vignettes représentent quelques scènes célèbres d’éducation : Henri IV s’amusant avec ses enfants en les laissant grimper sur son dos (ouverture du premier chant), Cornélie, mère des Gracques, montrant ses fils comme étant sa seule richesse (ouverture du troisième chant), deux frères lors d’une éruption de l’Etna à Catane emportent leurs vieux parents sur leurs épaules (exemple classique de piété filiale introduisant le quatrième chant). Le second chant fait exception : c’est l’image d’un père avec son fils lui montrant l’immortalité et dont la légende déclare « On peut aller à tout par l’émulation » dans une esthétique résolument XVIIIe.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Source

LA FARGUE, Etienne. Poëme sur l’éducation. Paris : Guillot, 1788. 

> Bibliothèque Diderot de Lyon [1R 126055] 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.