Le Traité de l’éclairage par le gaz d’Accum revu et complété par Winsor

  • Affiche-Web
  • Eclairage - 1
  • Eclairage - 44
  • Eclairage - 14
  • Eclairage - 16
  • Eclairage - 21
  • Eclairage - 32
  • Eclairage - 4
  • Eclairage - 35
  • Eclairage - 24

L’exposition Chimie@home présentée à la BU Lyon 1 pour la Fête de la science 2019 revisite avec l’œil du chimiste les différents espaces d’un logement étudiant. C’est l’occasion de présenter dans ce blog le Traité pratique de l’éclairage par le gaz inflammable contenant une description sommaire de l’appareil et du mécanisme employés pour illumination des rues, des maisons et des manufactures de Frederick Accum traduit en français par Frederic-Albert Winsor en 1816 et numérisé avec le soutien de la BnF.

La page de titre

La composition de la page de titre classique au XIX siècle, détaille le contenu de l’ouvrage. Il est intéressant de noter que l’auteur M. Accum est simplement mentionné avec l’indication qu’il s’agit de la traduction de l’anglais de la troisième édition de son traité, alors qu’en revanche, le nom du traducteur F.A Winsor est typographié en caractères beaucoup plus grands, avec mention de ses travaux et l’indication qu’il s’agit d’une édition publiée et augmentée par ce dernier. C’est également le nom du traducteur qui apparaît au bas du dos de la reliure. Cette présentation s’explique comme nous le verrons par les relations complexes entretenues par les deux savants autour de leurs travaux respectifs sur l’éclairage au gaz.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frederick Accum, (1769 -1838)

Friedrick Christian Accum ou Frederick Accum est né à Bückeburg en Allemagne, il a comme la plupart des chimistes de l’époque une formation d’apothicaire acquise dans l’officine d’amis de sa famille les Brande apparentés au grand chimiste William Thomas Brande (1788-1866) installé en Angleterre. En 1793, il émigre à Londres pour travailler comme aide apothicaire auprès de celui-ci. Il poursuit sa formation scientifique, étudie la chimie, obtient un poste à la Royal Society et dispense des cours très appréciés. Il s’intéresse également aux recherches industrielles de l’époque comme la production de sucre de betterave ou les travaux sur les gaz d’éclairage. La publication d’un ouvrage sur les substances toxiques utilisées dans les produits alimentaires, A Treatise on Adulterations of Food and Culinary Poisons, dans lequel il dénonce ces pratiques et les commerçants qui y ont recours, lui attire des ennuis. Le scandale et un procès l’obligent à quitter Londres en 1821 pour retourner en Allemagne où il obtient un poste d’enseignant à l’université de Berlin.

Frederic-Albert Winsor (1763-1830)

Friedrich Albrecht Winzer qui a transformé son nom en Frederic-Albert Winsor est un industriel originaire d’Allemagne du nord. Après s’être intéressé à une lampe à gaz brevetée par Philippe Lebon en 1799 et avoir fait des démonstrations d’éclairage au gaz à la cour de Brunswick, il obtient un privilège du roi d’Angleterre Guillaume III de la famille de Hanovre pour l’éclairage de Londres. De 1804 à 1807, il fait breveter plusieurs dispositifs pour purifier les gaz de houille et les commercialise pour l’éclairage industriel. A l’aide d’arguments commerciaux plus ou moins sérieux, il réussit à convaincre de l’intérêt de l’éclairage au gaz et fonde une société d’actionnaires. A la suite de diverses explosions, une commission de vingt-six membres est chargée d’examiner la sécurité de ses appareillages. Winsor demande alors que l’on fasse appel à l’expertise d’Accum a priori opposé au projet mais compétent en matière de production de gaz de houille. Suite aux conclusions favorables de la commission, une Charte royale permet à Winsor de fonder en 1812 la Westminster Gas Light and Coke Company ancêtre de l’actuelle British Gas.

Le Traité d’Accum

Dans sa préface, Frederick Accum définit son propos en indiquant qu’il est destiné à des non spécialistes : « L’objet de cet ouvrage est de faire connaitre sommairement la nouvelle méthode d’éclairage à l’aide du gaz hydrogène carburé tiré de la houille ou charbon de terre ; méthode qui vient d’obtenir d’éclatans(sic) succès et qui a été reconnue propre à suppléer à l’usage des lampes, des chandelles et des bougies », et il ajoute : « Pour mettre nos lecteurs à portée de comprendre l’objet de la substitution  du gaz inflammable au suif et à l’huile, il convient de dire un mot des découvertes successives qui ont eu lieu dans la décomposition du charbon et dans l ‘application de ses divers ingrédients ».

Le traité expose l’origine et la formation du charbon de terre qui désigne la houille (par opposition au charbon de bois), puis les corps obtenus par son traitement, en particulier la composition du gaz hydrogéné carburé, un mélange de dihydrogène, de méthane et de monoxyde de carbone. Les réactions chimiques utilisées pour l’analyse des gaz et les résultats obtenus sont présentés de façon scientifique et détaillée. Le fonctionnement du gazomètre pour produire du gaz est décrit avec précision avec des explications renvoyant aux différentes parties de l’appareil.

Pl.1 Appareil construit par M.Clegg

Pl.6

 

 

 

 

 

 

Une planche fournit même le détail des différentes tuyauteries.

 

 

 

 

Accum insiste sur les dispositifs mis en place pour pallier les inconvénients du gaz : mauvaises odeurs, risque d’intoxication et d’explosions. Certaines de ces améliorations proviennent des travaux réalisés par Frederic-Albert Winsor. Le traité comporte également les modèles de différents types de luminaires alimentés en gaz pouvant être utilisés pour l’éclairage public et chez les particuliers avec des explications sur leur mode de fonctionnement.

Pl.V

 

Afin de convaincre de l’intérêt de ce nouveau mode d’éclairage, Frederick Accum publie les témoignages de commerçants qui l’ont déjà adopté ; ainsi M. Ackerman imprimeur-libraire écrit qu’il est très satisfait des économies qu’il réalise en utilisant le gaz plutôt que des chandelles et fournit un bilan financier complet pour en attester.

La traduction de Winsor

La version française du Traité d’Accum publiée en 1816 par Frederic-Albert Winsor est une édition revue, complétée et recomposée à laquelle Winsor a ajouté soixante-treize pages. Comme il le précise dans son avant-propos, il a apporté plusieurs modifications au texte original, supprimant un chapitre « […] sur la force comparative des lumières de l’huile et des chandelles. »1 car selon lui « Cette partie n’était que la compilation de plusieurs ouvrages bien connus, et à peu près étrangère au fond du Traité ». et en ajoutant divers extraits provenant de ses propres publications et de divers rapports dont celui de la commission d’enquête qui a statué en sa faveur. Il justifie également le déplacement de deux tableaux qu’il a retiré du texte d’Accum et inséré avec ses travaux car il affirme en être l’auteur ; il accuse Accum de les avoir publiés abusivement sans avoir mentionné son nom.

 

 

Le Traité est assorti de nombreux commentaires du traducteur insérés en notes de bas de pages. Ses divers ajouts rectifient, complètent mais surtout visent à valoriser l’apport de Winsor au développement de ce nouveau système d’éclairage.

 

 

 

 

 

Winsor se sert de sa traduction en français du Traité d’Accum pour démontrer à quel point ses travaux ont contribué à l’amélioration et au développement de l’éclairage au gaz, car il estime que son apport n’a pas été suffisamment reconnu par ses pairs. Il écrit d’ailleurs dans son avant-propos : « J’eus d’abord pour antagonistes presque tous les savants, entre autres M. Accum » et plus loin « Personne, j’en ai la certitude, ne pourra se flatter d’avoir employé avant moi tous ces moyens d’exécution ; et dans tous les cas, personne avant moi, n’avait songé à tirer parti de tous ces produits, qui résultent de la distillation du charbon de terre. »2 .

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois

 Source:

Accum, Frederick; Winsor, Frederic Albert. Traité pratique de l’éclairage par le gaz inflammable : contenant une description sommaire de l’appareil et du mécanisme employé pour l’illumination des rues, des maisons et des manufactures. Paris: Chez l’auteur et Nepveu, 1816. Disponible en ligne [consulté le 10 octobre 2019]

Bibliographie:

Accum, Frederick.  A Treatise on Adulterations of Food and Culinary Poisons. Londres : Longman,1820.

Magnier, Désiré. Nouveau manuel complet de l’éclairage au gaz, ou, Traité élémentaire et pratique à l’usage des ingénieurs, directeurs et contre-maitres d’usines à gaz . Paris: Librairie encyclopédique de  Roret, 1849.

 

 

 

  1. p.ij []
  2. p.vj []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.