La zoologie d’Aldrovandi

  • Quadrupèdes 1
  • Quadrupèdes 8
  • Quadrupèdes 11
  • Quadrupèdes 13
  • Quadrupèdes 8
  • Quadrupèdes 10
  • Quadrupèdes 2
  • Quadrupèdes 9
  • Quadrupèdes 17
  • Quadrupèdes 6
  • Quadrupèdes 7
  • Quadrupèdes 16
  • Quadrupèdes 17
  • Quadrupèdes 18
  • Quadrupèdes 19
  • Quadrupèdes 20
  • Quadrupèdes 21
  • Quadrupèdes 22
  • Quadrupèdes 23
  • Quadrupèdes 26

La BU Lyon 1 conserve dans son fonds ancien les volumes de l’Histoire naturelle d’Ulisse Aldrovandi.

Ulisse Aldrovandi (1522-1605)

Originaire de Bologne, Aldrovandi fait des études de mathématiques et de droit avant de s’intéresser à l’histoire naturelle. En 1549, accusé d’hérésie il est transféré à Rome ; c’est durant ce séjour forcé qu’il rencontre Guillaume Rondelet (1507-1566) qui prépare son traité sur les animaux marins et Luca Ghini (1490-1556) qui l’initie à la botanique.

De retour à Bologne en 1551, il approfondit ses connaissances en botanique, en zoologie et en minéralogie et organise plusieurs excursions pour collecter du matériel sur le terrain. Son cabinet des curiosités comporte à sa mort plus de 18 000 pièces. A partir de 1561, il dispense à l’Université de Bologne un cours intitulé Lectura philosophiae naturalis ordinaria de fossilibus, plantis et animalibus et s’attache à la publication de plusieurs livres pour présenter ses découvertes.

Son grand projet est la réalisation d’une vaste encyclopédie d’histoire naturelle, présentant et illustrant toutes les connaissances de son temps sur les plantes, les animaux et les minéraux. Pour y parvenir, il investit sa fortune personnelle et s’adjoint la collaboration d’excellents dessinateurs et graveurs. Seulement trois volumes d’ornithologie et un d’entomologie sont publiés de son vivant. Après sa mort ses disciples, parmi lesquels Bartolomeo Ambrosini (1588-1657) poursuivront son œuvre qui comporte au total 14 volumes in folio. Dans ce billet nous présenterons seulement les ouvrages de zoologie.

Vlyssis Aldrouandi patricii Bononiensis Quadrupedum omniu[m] bisulcoru[m] historia publié à Bologne en 1621

De quadrupedibus digitatis viviparis libri tres et De quadrupedibus digitatis oviparis libri duo, publié à Bologne en 1645

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La zoologie d’Aldrovandi

P. 36. De quadrupedibus digitatis viviparis libri tres et De quadrupedibus digitatis oviparis libri duo. Bologne 1645

Les volumes de zoologie décrivent les espèces avec toutes les variétés, les particularités anatomiques, les différentes races connues, l’habitat de l’animal, son origine, ses modes d’alimentation et de reproduction. On trouve également des informations sur ses ennemis ou encore ses utilisations en gastronomie et en médecine. Pour certaines espèces sont aussi précisées les modalités de chasse et de dressage. Mais le texte comporte des considérations plus étonnantes comme la signification mystique et symbolique de l’animal, ses représentations sur les hiéroglyphes ou les emblèmes, les présages et les phénomènes fabuleux auxquels il est lié. L’histoire naturelle d’Aldrovandi est une considérable somme des connaissances de l’époque où s’entrecroisent érudition et superstition. En effet, il mêle à ses connaissances de terrain et à son observation des espèces, les légendes et croyances collectées dans les bestiaires médiévaux et dans ses lectures des auteurs de l’Antiquité. Buffon sera très sévère à son égard, il reprochera au bolonais son manque d’esprit critique et son absence de remise en question des textes des Anciens. Il dira que débarrassée de toutes les informations absurdes et inutiles son Histoire naturelle se réduirait à un dixième des 14 volumes in folio.

P.92, De quadrupedibus digitatis viviparis libri tres et De quadrupedibus digitatis oviparis libri duo. Bologne 1645

Comme l’écrit Philippe Glardon, la zoologie aldrovandienne conserve la hiérarchie qui régit la nature au XVIème siècle, « L’aigle, le dauphin, le lion, le cerf, sont ainsi les équivalents du roi dans leur ordre respectif, tandis qu’à l’opposé de l’échelle fourmillent des êtres presque indistincts, souvent nés par génération spontanée. »1. On retrouve cette organisation pyramidale dans la composition des livres ; ainsi dans le volume qui traite des solipèdes, sur 495 pages, 295 sont consacrées au cheval et la vache représente 322 pages sur les 1040 du Quadrupedis bisulcis. Les espèces les plus nobles sont « placées sur un piédestal, tandis que les subalternes n’existent qu’en creux »2.

 

P.132, De quadrupedibus solidipedibus volumen integrum. Bologne, 1649

De quadrupedibus solidipedibus volumen integrum. Bologne, 1649

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les illustrations.

Aldrovandi a rassemblé dans son cabinet une importante collection d’aquarelles de plantes et d’animaux et a employé à temps plein des artistes pour la mise en image de ses ouvrages. Certaines illustrations sont réalisées à partir des collections du savant, d’autres selon des modèles qu’il a pu se procurer. Dans son musée à Bologne, on a recensé plus de 5000 bois gravés. Parmi les artistes qui ont travaillé pour son Histoire naturelle figurent Cristoforo et Giovanni Battista Coriolano. Les illustrations sont un curieux amalgame mêlant des images très précises et réalistes permettant l’identification immédiate d’un animal à des illustrations beaucoup plus imaginaires et approximatives provenant de sources antiques ou médiévales

P.36 Vlyssis Aldrouandi patricii Bononiensis Quadrupedum omniu[m] bisulcoru[m] historia. Bologne,1621

P.131. De quadrupedibus solidipedibus volumen integrum. Bologne, 1649

.

 

 

 

 

 

 

 

Les ouvrages d’Aldrovandi comme ceux de son prédécesseur Conrad Gesner (1516-1563) serviront de référence à tous les travaux d’histoire naturelle jusqu’à la fin du XVIIème siècle.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon 1

Sources:

Aldrovandi, Ulisse.Vlyssis Aldrouandi patricii Bononiensis Quadrupedum omniu[m] bisulcoru[m] historia. Bononiae : apud Sebastianum Bonhommium, 1621

Aldrovandi, Ulisse. De quadrupedibus digitatis viviparis libri tres et De quadrupedibus digitatis oviparis libri duo. Bonon: Apud Nicolaum Tebaldinum, 1645

Aldrovandi, Ulisse. De quadrupedibus solidipedibus volumen integrum.Bononiae: Apud Nicolaum Tebaldinum, 1649

Bibliographie:

Boutroue, Marie-Elisabeth. « Le cabinet d’Ulisse Aldrovandi et la construction du savoir » in Curiosité et cabinets de curiosités. Neuilly : Atlande, 2004. P.43-63. Disponible en ligne [consulté le 10 septembre 2019]

Glardon, Philippe. «Le discours naturel d’Ulisse Aldrovandi : lecture et représentation de la nature au XVIème siècle » in S&F. 2015, 13, p.22-23. Disponible en ligne [consulté le 10 septembre 2019]

Pinon, Laurent. «Entre compilation et observation : l’écriture de l’Ornithologie d’Ulisse Aldrovandi» . In: Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention). 2003, 20, pp. 53-70.Disponible en ligne [consulté le 10 septembre 2019]

 

  1. Glardon, Philippe. « Le discours naturel d’Ulisse Aldrovandi : lecture et représentation de la nature au XVIème siècle » in S&F. 2015, 13, p.22-23 []
  2. ibid []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.