La Grande Chirurgie de Guy de Chauliac

  • Chirurgie - 24
  • Chirurgie - 8
  • Chirurgie - 13
  • Chirurgie - 14
  • Canappe
  • Chirurgie - 5
  • Chirurgie - 18
  • Chirurgie - 16
  • Chirurgie - 17
  • Chirurgie - 2
  • Chirurgie - 25

Guy de Chauliac (1298-1368)

Guy ou Guido de Chauliac, né vers 1298 à Chaulhac dans le diocèse de Mende, est le père de la chirurgie médicale, une profession exercée alors par les barbiers. Durant ses études qu’il effectue à Montpellier, Bologne et Paris, il découvre les travaux d’anatomie des médecins grecs et judéo-arabes. A Bologne, il est l’élève de Mondino et d’Alberto Zancari qui le forment à la chirurgie. Vers 1344, il devient chanoine au monastère Saint-Just à Lyon. Sa proximité avec les papes avignonnais, Clément VI (1342-1352) et Urbain V (1362-1370), contribuera à sa notoriété. En 1353, il est nommé chanoine avec prébende de Reims, et en 1359 il sera Prévost du Chapitre de Saint-Just, c’est là qu’il décède en 1368.

Il rédige la Chirurgia Magna dite aussi « Le Guidon » – en référence à son prénom- en 1363. Le manuscrit original écrit en latin connait très vite une large diffusion et sera traduit dans différentes langues à travers l’Europe. C’est à partir de 1490 que paraissent des éditions imprimées, les éditions françaises sont publiées à Lyon par Jean Falcon, Jean Canappe et Symphorien Champier.

Un ouvrage de référence pour les étudiants jusqu’au XVIIIème siècle

La Chirurgia Magna est composée de plusieurs livres qui traitent : de l’anatomie, des apostèmes, des plaies, des ulcères, des fractures, de diverses maladies (la goutte, la peste, la teigne, les hernies…), le dernier traité est un recueil de recettes de médicaments.

Traduction de Simon Mingelousaulx publiée à Paris chez Laurent D’Houry en 1683.

L’ouvrage débute par le « Chapitre singulier » une partie introductive dans laquelle Guy de Chauliac définit la chirurgie comme une partie de la médecine guérissant les hommes par des incisions et des cautérisations, remettant les os en place et effectuant « […] d’autres opérations de la main ».  Il énumère également les quatre qualités indispensables pour être un bon chirurgien: il convient tout d’abord d’être savant, il faut avoir de l’expérience, être ingénieux et inventif et enfin être sage et modéré.

La Grande Chirurgie est conçue sur le modèle appris par Chauliac à l’université de Bologne, avec une bipartition de la médecine en theorica et practica, le fondement de l’acte chirurgical étant l’étude de l’anatomie. Une des qualités remarquables du « Guidon » est l’importance des références bibliographiques citées dans l’ouvrage. Elles témoignent des nombreuses lectures et recherches effectuées par Guy de Chauliac et de sa rigueur intellectuelle. Cette modernité scientifique, associée à la clarté et à la précision de ses propos expliquent le succès de son œuvre. L’ouvrage servira de référence pour l’enseignement de la chirurgie jusqu’au XVIIIème siècle.

Les éditions de la Chirurgia Magna à la BU

La BU Lyon 1 conserve dans ses collections la première édition de La Grande Chirurgie publiée en français, elle a été imprimée à Lyon en 1538 par Jean Canappe. Canappe médecin de François 1er, a enseigné la chirurgie au collège de médecine de Lyon. L’exemplaire de la BU provient du don effectué en 1877 par Joseph Pierre Éléonore Pétrequin.

Jean Canappe,Lyon 1538

Jean Canappe, Lyon1538

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simon Mingelousaulx, Paris Laurent D’Houry 1683.

 

 

La Bu possède également la traduction de Simon Mingelousaulx médecin bordelais, publiée à Paris chez Laurent D’Houry en 1683. Cette édition sera l’ultime édition complète destinée aux chirurgiens.

 

 

 

 

Les abrégés du Guidon à la BU

Le succès de l’ouvrage entraîna la publication de nombreux abrégés et commentaires de l’œuvre du Maître destinés aux barbiers et aspirants chirurgiens.

L’édition Falcon

Réalisée par Jean Falcon (14..-1541?) Professeur et Doyen de la Faculté de médecine de Montpellier, cette traduction en français est destinée aux étudiants. Le livre est construit sous la forme d’un échange entre le Professeur et les élèves. La première édition publiée en 1520 fut suivie de nombreuses autres. La BU Lyon 1 possède l’édition de 1649 publiée à Lyon chez Jean Radisson, marchand libraire établi rue Mercière. L’exemplaire appartenait à Jacques Pierre Pointe (1787-1860) qui fit don à l’Université de Lyon de son importante bibliothèque médicale.

Jean Falcon, Lyon 1649

Les fleurs du Guidon

Les fleurs du Guidon sont de courts abrégés de la Grande Chirurgie. Les fragments étaient sélectionnés selon les centres d’intérêt des lecteurs, ainsi les versions destinées aux praticiens comportaient surtout la partie thérapeutique avec « l’Antidotaire », alors que les publications pour les étudiants privilégiaient les chapitres plus didactiques.

La BU possède Les fleurs de Guidon corrigées et augmentées par Lazare Meyssonnier. Ce manuel destinée aux jeunes chirurgiens a été publié à Lyon en 1693 par Benoist Vignieu (1644 -1721) imprimeur- libraire. Dans son introduction Lazare Meyssonnier (1611-1673), médecin et professeur en Chirurgie au Collège des médecins de Lyon, précise que cette édition des Fleurs de Guidon est destinée à rectifier toutes les « fautes et corruptions […] » d’autres versions parues « […] où il n’y avait point de sens : en telle sorte que les jeunes Etudiants Chirurgiens qui vont en boutiques, avaient pour leurs rudiments, ce monstrueux galimatias […], qui n’avait rien de recommandable ».

Lyon 1693

Introduction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Abrégé complet de Laurent Verduc

Laurent Verduc (16..-1703) chirurgien juré au Collège Saint Côme à Paris a rédigé cette version pour ses étudiants. L’ouvrage est construit sur le principe de demandes et réponses puisque c’est ainsi que se faisait l’enseignement de la chirurgie au Collège Saint Côme. L’édition originale a été publiée par Laurent Bachelu à Lyon en 1691, l’exemplaire de la BU provient du don Pétrequin.

Cette présentation des différentes éditions de la Grande Chirugie, conservées dans les collections universitaires, témoigne de l’importance de l’œuvre de Guy de Chauliac surnommé le « Père de la chirurgie moderne ». Il a révolutionné l’enseignement médical de son époque et fut le premier à préconiser le contrôle des principes théoriques par le fait expérimental.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon 1

Sources :

L’édition de Jean Canappe, publiée à Lyon en 1538,

La traduction de Simon Mingelousaulx publiée à Paris chez Laurent D’Houry en 1683.

L’ouvrage de Jean Falcon, Remarques sur la chirurgie de M. Guy De Chauliac, publié à Lyon chez Jean Radisson en 1649.

Les fleurs de Guidon corrigées et augmentées de la pratique de la chirurgie avec plusieurs expériences et secrets, et de la méthode de consulter pour les jeunes chirurgiens, extraites des leçons de M.L. Meyssonnier, Conseiller et Médecin ordinaire du Roy, Professeur et Lecteur en Chirurgie à Lyon, publié à Lyon en 1693 par Benoist Vignieu.

Le Maistre en chirurgie ou l’abrégé complet de la chirurgie de Guy De Chauliac par Laurent Verduc, publié à Liège en 1709.

Bibliographie:

Bonnichon, Philippe. « Guy de Chauliac  et la Grande Chirurgie. Quatre siècles de vie universitaire» in Mémoires de l’Académie Nationale de Chirurgie. 2007, 6 (3), p.39-44. Disponible en ligne [consulté le 26 juillet 2019]

Julien Pierre. Le Cours de Médecine de L. Guyon et L. Meyssonnier en fac-similé : Louis Guyon et Lazare Meyssonnier, Le Cours de Médecine en françois contenant le Miroir de Beauté et Santé corporelle. In: Revue d’histoire de la pharmacie, 77ᵉ année, n°280, 1989. pp. 100-104.Disponible en ligne [consulté le 26 juillet 2019]

Thévenet, André. «Textes de La Grande Chirurgie» in Académie des Sciences et Lettres de Montpellier. 1997, Bull.28, p.207-222.Disponible en ligne [consulté le 26 juillet 2019]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.