La Dissertation sur l’éducation physique des enfans de Ballexserd

Le corps, le rapport au corps, l’éducation du corps tiennent une place importante dans les livres d’éducation. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède nombre de ces ouvrages. Parmi ceux-ci, on trouve le livre de Jacques Ballexserd, médecin genevois du XVIIIe siècle (1726-1774), Dissertation sur l’éducation physique des enfans, depuis leur naissance jusqu’à l’âge de puberté, paru en 1762 à Paris chez Vallat-La-Chapelle.

Le livre de Ballexserd eut un certain succès en son temps : il fut d’ailleurs réédité en 1780 avec de nouveaux ajouts et cette seconde édition fut encore plus diffusée que la première.

Une Une du 1R96027

Une « dissertation » ?

On emploierait plutôt aujourd’hui le terme de mémoire ; il s’agit d’un petit traité qui est une réponse à un sujet proposé par la Société hollandaise des sciences de Harlem en 1761 : « Quelle est la meilleure direction à suivre dans l’habillement, la nourriture et les exercices des enfants depuis le moment où ils naissent jusqu’à leur adolescence pour qu’ils vivent longtemps et en santé ».

Page 1

C’est le mémoire de Ballexserd qui a remporté un prix et qui a été édité l’année suivante à Paris avec quelques ajouts.

Une très importante mortalité infantile

Au XVIIIe siècle, beaucoup d’enfants meurent dans leurs deux premières années. C’est à cette époque qu’émergent les premières statistiques sur la mortalité, ce qui permet de percevoir cette réalité de façon autre qu’empirique. C’est d’ailleurs un sujet qui intéressa Ballexserd puisqu’il y consacra un autre écrit, Dissertation sur cette question : quelles sont les causes principales de la mort d’un aussi grand nombre d’enfants, édité après sa mort en 1775 et couronné dès 1772 par l’académie de Mantoue.

L’invention du terme « éducation physique » ?

Le livre de Ballexserd est souvent cité pour être le premier à employer le terme d’éducation physique, même si ce terme n’a pas encore le sens que nous lui donnons aujourd’hui. Il s’agit plutôt d’une attention portée au corps, et notamment au mouvement, au rôle de celui-ci dans le maintien ou le renforcement de la santé. On parlait aussi à l’époque d’éducation corporelle ou d’éducation médicinale. Après 1750, de nombreux traités médico-pédagogiques ou médico-éducatifs sont écrits par des médecins et une littérature pédagogique consacrée au corps voit le jour. Le livre de Balexert est édité d’ailleurs la même année que l’Émile qui sans être un traité médical, évoque nombre de sujets abordés également sous un autre angle par Ballexserd (les deux auteurs se sont d’ailleurs abondamment détestés et Rousseau a accusé le médecin de plagiat).

Les quatre périodes de l’enfance

L’enfant est envisagé globalement depuis sa naissance jusqu’à l’âge de 15 ou 16 ans ; quelques pages sont même consacrées à la grossesse, temps antérieur à la naissance. L’enfance est partagée en quatre époques : la naissance et l’allaitement, du sevrage jusqu’à 5-6 ans, de 6-7 ans jusque vers 10 ans puis de 10-12 ans jusqu’à la puberté.

P. 3-4 du 1R48057

Cette division de l’enfance en quatre périodes est nouvelle à l’époque et connaîtra une belle postérité puisqu’elle correspond encore globalement aux césures que nous utilisons aujourd’hui.

Quels conseils pour des enfants en bonne santé ?

Ballexserd aborde un peu tous les domaines, notamment l’habillement, la nourriture, les exercices physiques et des observations diverses.

Certains de ces conseils et prescriptions peuvent paraître parfois fantaisistes mais on y trouve les grands sujets de débats et de discussions de l’époque : il faut favoriser l’allaitement maternel, tant pour la mère que pour l’enfant, il faut éviter la mise en nourrice, il ne faut pas emmailloter les bébés et entraver ainsi leurs mouvements, il faut être attentif au sevrage, moment délicat dans la vie du petit. Pour les plus grands, il faut qu’ils mangent sans excès, qu’ils ne portent pas de corset à baleines qui altère le développement et la croissance, mais qu’ils portent en revanche des sabots sans talons jusque vers 8-10 ans car cela évite les genoux cagneux. À tous les âges, les coups doivent être évités car ils peuvent endommager les corps.

 pages 126-127 p. 157

Au XVIIIe siècle, l’on commence à identifier les maladies proprement infantiles : Ballexserd soutient d’ailleurs l’inoculation de la petite vérole (ou variole) chez les enfants.

p. 165-166

En filigrane on perçoit également un fort intérêt pour l’enfant, dont Ballexserd souligne la nature particulière : l’enfant est spontanément gai, alerte, joyeux, mais aussi contrarié, jaloux, mauvais joueur. De nombreuses remarques montrent une solide observation des mœurs et habitudes infantiles. En condamnant certains comportements parentaux ou sociétaux, Ballexserd nous dévoile également ce qui pouvait se pratiquer alors.

p. 168-169

Quels présupposés se dessinent sous la plume de Jacques Ballexserd ?

Le nom de Ballexserd n’est plus connu du grand public aujourd’hui, à la différence de celui de Rousseau ; mais avec Ballexserd, on entre dans le deuxième cercle en quelque sorte, dans ces écrits nombreux, souvent oubliés, mais qui montrent les états de la connaissance à un moment donné, ses tâtonnements, ses recherches, ses présupposés idéologiques.

Chez Ballexserd, on est encore dans l’idée que la nature est bonne ; il ne faut la corriger que lorsqu’elle fait des ratés (par exemple, les enfants qui ont les jambes tordues gagneront à être emmaillotés).

La certitude que l’être humain a dégénéré depuis la fin des époques antiques est bien présente : l’éducation du corps pourra peut-être permettre de retrouver cette vigueur première.

p. 22-23

On y distingue des idées des Lumières, notamment la foi dans le progrès. La mort du nourrisson par exemple n’est plus une simple fatalité : on peut s’en préserver si l’on prodigue les bons conseils, d’abord à destination des couches supérieures de la population que les couches plus populaires imiteront ensuite.

On distingue également dans ces écrits un projet politique, peut-être inconscient : un corps sain et fort parce que bien éduqué est le propre d’une bourgeoisie montante, loin des manières affectées et affaiblies des aristocrates ou de la Cour. En ce sens, une lecture pré-révolutionnaire est parfois faite de ces écrits médico-pédagogiques.

Certaines des idées contenues dans cet ouvrage sont aujourd’hui obsolètes ou ont été invalidées, mais ce sont les discussions autour de chacune d’entre elles qui ont contribué aux règles d’hygiène et de vie qui sont devenues les nôtres, à l’avènement des soins par le mouvement, à la réflexion sur l’éducation physique telle qu’elle se construit encore aujourd’hui.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Conservation et patrimoine)

Bibliographie

GLEYSE, Jacques et al. L’éducation physique de Ballexserd, un discours moderne ? Avante, 2001, n° 1, p. 51-65.

Dictionnaire historique de la Suisse. Article <Jacques Balexert>.

À écouter

Webradio « IFÉ quoi ? » : <épisode 17 | 22 mars 2019>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.