Griffonnages et notes de bas de page : histoires de livres

Les livres anciens de la Bibliothèque Diderot de Lyon sont riches de surprise. Leur valeur et leur rareté ne viennent pas seulement de leur contenu scientifique et éditorial, mais aussi de leur histoire individuelle. Nous avons déjà évoqué dans de précédents billets de blog la valeur patrimoniale qui est la leur grâce à leurs reliures1 et aux ex‑libris2 de leurs possesseurs. Ces précédents lecteurs ou même d’anciens bibliothécaires participent grandement de l’histoire de chaque livre.

Le lecteur, puisque le livre lui appartient, a tantôt laissé un ex-libris pour le marquer comme sa possession, tantôt laissé des commentaires en marge ou en bas de page pour signaler un passage ou donner son opinion et bien d’autres choses encore. En effet, les surprises ne manquent pas au fil des pages de livres anciens.

Compléments d’information

Le plus souvent, les annotations laissées dans les livres sont anonymes. Même la présence d’un ex‑libris ne garantit pas d’en identifier l’auteur, car les livres ont pu changer de possesseur à plusieurs reprises, comme en témoignent des commentaires d’écriture et d’encre différentes laissés parfois sur une même page. Certaines de ces annotations peuvent être l’œuvre d’un ancien bibliothécaire ou d’un bibliophile par exemple. Il s’agit parfois simplement de restituer au titre le nom de l’auteur, lorsque l’ouvrage est anonyme ou que l’auteur n’apparaît que sous une initiale. Information bien utile encore aujourd’hui, pour laquelle nous autres catalogueurs notamment les en remercions.

Parfois ces restitutions vont plus loin, en précisant des informations biographiques sur l’auteur en question, en apportant des renseignements sur l’édition, ou encore des références bibliographiques. Par exemple, dans cet incunable (cote 1R 200898) des fonds Éducation3, on trouve, accompagnées d’une jolie date ornée, les précisions suivantes :

« Sans lieu ni date, 88 feuillets, impr. à longues lignes, au nombre de 30 par page. Imprimé à Rome vers 1471, par les soins de Ph. De Lignamine, ainsi qu’il nous l’apprend lui-même dans une épître au pape Sixte IV, qu’il a mise en tête d’une édition du Pungilingua de Cavalcha qu’il fit imprimer à Rome en 1472. (Brunet. Manuel du libraire & de l’amateur de livres. Bruxelles, 1821) »

Incunable

Mais il peut s’agir également de pages entièrement restituées à l’encre. Ainsi dans ce volume (cote 1R 200834) de la première réserve, le texte des feuillets M3 et M4 est manuscrit.

Feuillets M3 et M4

Heures studieuses

Marginalia

De nombreux ouvrages de nos fonds ont été des livres d’étude comme en témoignent les multiples passages soulignés à l’encre, les accolades, les astérisques et pour les plus anciens, les manicules dessinées en marge (cote : 1R 35520). Ces petites mains visaient elles aussi à rappeler un passage important. Quelquefois les passages retenus sont répertoriés sous forme d’index manuscrit, notamment sur les pages de garde. Toutes ces annotations manuscrites sont généralement appelées « marginalia », terme tiré du mot bord, ou marge, en latin.

Certains exemplaires sont criblés de ces annotations que l’on rencontre dans diverses langues, y compris en latin dans les ouvrages les plus anciens, comme en témoigne ce recueil factice du XVIe siècle (cote 1R 200097).

Recueil factice

Artistes en herbe

Mais tous ces anciens possesseurs n’étaient pas aussi studieux, et certains lecteurs se sentant plutôt une âme d’artiste nous ont laissé divers petits dessins entre les lignes ou sur les pages de garde, voire ont ajouté un peu de décor à une page de titre (cote 1R 34644-4). Ces dessins, plus rares, se rencontrent sur des ouvrages de différentes époques, et pas uniquement dans les cahiers d’écoliers présents dans les fonds de manuscrits…

Artistes en herbe 1 Artistes en herbe 2

Les plus anciens, comme ce petit personnage (cote 1R 200082), sont généralement réalisés à l’encre, le crayon à papier n’apparaissant qu’au cours du XVIIIe siècle.

Un peu d’humour

Le mystère demeure sur l’identité de ces bibliophiles, mais force est de constater que certains d’entre eux ne manquaient pas d’humour. Entre lectures savantes et récréatives, certains ont pu choisir de manifester, leur ennui, leur humour noir, un brin de malice.

Aïe

Par exemple, cette édition du XIXe siècle de l’Émile de Rousseau destinée « à la jeunesse » (cote 30681) porte le commentaire manuscrit « aïe !! ».

Pendu

Cette grammaire française du XVIIIe siècle (cote 1R 81937) est quant à elle ornée d’un petit pendu à l’encre à la fin du texte. Allégorie de la finitude, de la lassitude de l’étudiant ou encore message subliminal à l’attention de l’auteur, à vous de juger.

Préface

Cet humour se fait parfois aux dépens de l’auteur ou de l’éditeur, ce qui est le cas de ce commentaire en fin de la préface de l’Émile (cote 30681) :

Texte imprimé : « Au milieu de ces suppositions, fortifiée plus que jamais par une longue et douce expérience, je conserve sans effort ma tranquillité accoutumée, en me disant que le public me jugera. »
Commentaire manuscrit : « mal !!!! »

Critiques acerbes

En effet, certains lecteurs portent un regard très critique sur le texte ou son auteur et sont bien décidés à partager leur opinion, et ce bien avant l’invention des réseaux sociaux. Amis écrivains tenez-vous bien !

On trouve des commentaires très sévères à l’encontre de certains écrivains, qui n’engagent bien sûr que leur auteur.

est un sinistre...

Par exemple, au titre de ce volume de Ferdinand Brunetière (cote 42821) :

« est un sinistre pédant, un de ces hommes qui réussissent à en imposer pendant leur vie par leur charlatanisme mais dont on doit reconnaître la nullité dès leur mort. »

L’œuvre (cote 42821) de M. Brunetière4 semble en effet avoir fait débat car à la fin de l’ouvrage plusieurs lecteurs échangent des commentaires. On peut remarquer le passage de l’encre au crayon de papier et le changement des différentes écritures.

« Brunetière est un cuistre, d’une nullité inconcevable, bien inférieur à […] »
« Pourquoi donc le lisez-vous ? »
« Sans doute parce qu’il est bon de voir jusqu’où va la bêtise humaine et surtout quand les jugements idiots sont ceux qu’il faut adopter »
« Prière de ne pas agrémenter les volumes de réflexions personnelles »
« Prière de signer les réflexions pour que la postérité puisse juger de quelles inepties les esprits dits cultivés sont capables »

commentaires

L’éditeur5 de l’Émile de Rousseau (cote 30681) n’échappe pas à la critique. En effet, on trouve en bas de page, dans un registre moins poli …

Ta bouche...

« Ta bouche vieux fainéant [?] »
« Un peu de politesse svp ! »

Ce lecteur ne se contente pas d’insulter les auteurs mais exprime clairement son désaccord sur plusieurs passages et notamment en ce qui concerne les notes de l’éditeur.

Texte imprimé : « Mais la religion nous apprend que nous naissons avec des penchans dangereux, et l’expérience ne le prouve que trop »

Respectez... Heureusement... l'éditeur vous embête

Note manuscrite : « et des bons, respectez la liberté de pensée ». Ici encore : « Heureusement qu’il y a plus de bons ensemble que de méchants réunis, sans quoi où irions-nous ? ». Et de conclure : « l’éditeur nous embête ».

Fort heureusement, tous les jugements ne sont pas aussi sévères, et d’autres auteurs bénéficient de commentaires plus élogieux (cote 40167).

« -n’a rien de pédant.
-écrit beaucoup mieux que Vaugelas, mais est moins neuf & moins original.
-son meilleur article est celui qui traite de la prononciation, page 452-514 ».

n'a rien de pédant...

En définitive, les perles et autres surprises laissées au fil du temps ne manquent pas dans ces collections dont la richesse et la curiosité n’ont de cesse de nous étonner.

fleur séchée

Restitutions, croquis, notes manuscrites, sans oublier la traditionnelle fleur qu’on a laissé sécher entre les pages (cote 42599), viennent nous rappeler qu’un livre n’a d’existence qu’entre les mains d’un lecteur.

Billet rédigé par Émilie Bleschet (Bibliothèque Diderot de Lyon)

Post-scriptum : aussi amusantes que puissent paraître ces antiques marques laissées par les lecteurs au fil du temps, elles ne sont en aucun cas une excuse pour des dégradations modernes.

Sources

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 34644-4
Quinti Horatii Flacci odarum, sive carminum libri quattuor / Horace, 1517.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 35520
Severini Boetii de philosophiae consolatione / Boèce, 1521.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 81937
Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise, avec des observations sur l’orthographe, les accents, la ponctuation, & la prononciation ; & un abrégé des regles de la versification françoise / Pierre Restaut, 1768.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 200082
Poetarum omnium seculorum longe principis Homeri omnia quae quidem extant opera, Graece, adjecta versione latina ad verbum… / Homère, 1551

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 200097-3
P. Ovidii Nasonis Libri de tristibus cum luculentissimis commentariis reverendissimi domini Bartholomei Merulae apostolici protonotarii & aliis additionibus novis nuper in lucem emissis aptissimisque figuris ornati … / Ovide, 1515.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 200834
Novi Testamenti concordantiae Graecae / Sixt Brick, 1546.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 200898
De officiis ministrorum / Ambroise, 1471

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 30681
Émile ou de l’éducation / Rousseau, 1820.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 42599
L’histoire du vieux et du nouveau testament / Royaumont, 1786.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 42821
L’évolution des genres dans l’histoire de la littérature / F. Brunetière, 1890.

  1. Pour en savoir plus sur les reliures anciennes : <Reliure ancienne du livre imprimé> et <Au royaume des rats de bibliothèque> []
  2. Pour en savoir plus sur les ex‑libris de la Bibliothèque Diderot de Lyon : <ex‑libris>. []
  3. La Bibliothèque Diderot de Lyon est héritière des fonds et livres de la bibliothèque du Musée pédagogique. Ces collections se sont constituées autour du thème de l’éducation, entendu dans son sens le plus large : méthodes pédagogiques, enseignement à l’étranger, philosophie de l’éducation, psychologie, etc. Pour en savoir plus sur les collections patrimoniales : <https://bibulyon.hypotheses.org/4381>. []
  4. Ferdinand Brunetière (1849‑1906) est un critique littéraire, maître de conférences à l’École normale supérieure en 1886 et élu à l’Académie française en 1893. Tenant d’un classicisme rationaliste, il s’opposa aux esthétiques littéraires de son époque et notamment à Flaubert, Baudelaire et Zola. []
  5. Il s’agit en réalité d’une éditrice, Stéphanie-Félicité Du Crest comtesse de Genlis (1746‑1830), qui fut également auteur de nombreux ouvrages sur l’éducation et d’ouvrages littéraires. []

3 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

  2. héas dit :

    quelle belle initiative, un délice, merci

  3. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Bonjour, merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.