La Cosmographie universelle de tout le monde par Sebastian Munster et F. de Belleforest : étude comparée des villes de Lyon et de Marseille

Page de titre

 

Parmi la collection d’ouvrages anciens possédés par la Bibliothèque Diderot de Lyon, La cosmographie universelle de tout le monde constitue une ressource très précieuse tant pour les historiens que pour les géographes, le musée Gadagne en exposant d’ailleurs une copie au sein de ses collections consacrées à l’histoire de Lyon. Cet ouvrage constitue le premier tome de La Cosmographie universelle de tout le monde, commandé par Charles de Bourbon à Sebastian Munster et publié en 1575 qui a pour finalité de « décrire toutes les parties habitables et non habitables de la Terre et de la Mer » et cela en « suivant les auteurs plus dignes de foy ». Cette œuvre, qui s’inscrit dans une tradition géographique initiée sous l’Antiquité par la Géographie de Ptolémée, prétend parvenir à une présentation exhaustive de toutes les parties du monde connu, dans une perspective universaliste. Munster contribue d’ailleurs à une édition en latin de cette Geographia, s’en inspirant très largement dans sa démarche. Professeur de théologie et d’hébreu à Heidelberg mais également géographe, historien, mathématicien et cartographe, Munster répond à tous les critères du savant humaniste.

Une recherche de l’exhaustivité

Dès le titre, l’objectif est affiché : il s’agit bien d’une cosmographie, et non d’une simple cosmologie, la dimension visuelle et graphique étant essentielle. La racine « cosmos » renvoie à l’Univers, signe de ce souci d’exhaustivité. Il s’agit avant tout de décrire les espaces mentionnés, aussi bien d’un point de vue géomorphologique qu’économique, historique et culturel. La dimension historique de cet ouvrage est en effet essentielle, l’auteur s’attachant à donner systématiquement des informations sur la formation des territoires mentionnés. Il procède ainsi à une courte histoire de la Gaule ou encore de l’Italie. Les références à l’Empire romain sont nombreuses et les régions et villes sont souvent mentionnées sous leur nom latin. Ainsi, l’actuel Maroc est désigné sous le nom de Maurétanie tingitane. Cet ouvrage est malheureusement en grande partie incomplet puisque seul le début de la première partie qui traite principalement de la Gaule est présent. L’étude du sommaire nous donne une idée des autres contenus et régions abordées, l’auteur poussant ainsi son étude jusqu’à la Perse et aux Caraïbes.

SommaireSommaire

Une représentation de la ville de Lyon depuis le plateau de la Croix-Rousse

L’une des plus grandes richesses de cet ouvrage réside certainement dans ses réalisations graphiques. Les principales villes françaises ont ainsi droit à une courte monographie accompagnée d’une illustration représentant la ville en question. Les choix graphiques qui sont faits par l’auteur varient selon les cités étudiées. L’angle de vue est ainsi très différent pour Marseille ou pour Lyon. La ville de Lyon est par exemple représentée sous un angle très rasant, depuis la colline de la Croix-Rousse. Le regard est ainsi tourné vers le sud et englobe la totalité de la ville depuis cette colline située au nord.

Vue de la ville de LyonVille de Lyon représentée depuis le plateau de la Croix-Rousse au nord

Une mise en avant des « hauts-lieux » lyonnais

Loin des réalisations cartographiques contemporaines, celles-ci sont encore très imagées et largement illustrées, présentant des formes en relief. Les principaux édifices, notamment religieux, sont ainsi mis en valeur, apparaissant même parfois disproportionnés au regard du tissu bâti avoisinant. La cathédrale Saint-Jean, l’abbaye d’Ainay et l’église Saint-Paul à Lyon dépassent ainsi largement les autres bâtiments.

La légende, située en bas de l’illustration, est intitulée « les lieux principaux notez de la présente ville et cité de Lyon ». Elle numérote et indique les principaux monuments et lieux emblématiques de la ville de Lyon, comme le ferait aujourd’hui un guide touristique. Il est ainsi intéressant de constater que, si cette représentation graphique de la ville de Lyon est bien éloignée des productions cartographiques actuelles, certains codes, comme ce semblant de légende où sont numérotés certains hauts lieux, sont déjà respectés. L’ouvrage permet ainsi aux lecteurs de se représenter les différentes villes mentionnées. Les éléments de relief avoisinants sont également présents : en haut à gauche, on reconnait ainsi les collines du Viennois, en haut à droite les monts du Pilat. La vallée du Rhône se prolonge loin au sud. Seuls deux ponts enjambent le Rhône et la Saône. Un édifice religieux est déjà visible sur Fourvière, constituant désormais la partie méridionale de l’actuelle basilique.

Une monographie qui se concentre sur la cité antique de Lugdunum

Cité de Lyon

Cette réalisation graphique est accompagnée d’une étude historique de la ville de Lyon qui débute dès l’Antiquité et la fondation de Lugdunum. L’essentiel de cette étude est ainsi concentré sur la ville antique. L’auteur y aborde notamment la destruction de Lugdunum lors des guerres civiles sous la dynastie des Sévères. Munster tente également une courte analyse épistémologique du nom de Lugdunum, affirmant que celui-ci proviendrait d’un roi celte ou plus étonnant encore, d’un verbe latin qui signifie « pleurer », ce que les études actuelles semblent contester, privilégiant une référence au dieu du soleil Lug auquel aurait été adjoint le suffixe « dunum » qui signifie colline. L’ouvrage s’attarde en revanche beaucoup moins sur l’époque médiévale si ce n’est pour rappeler les conditions du rattachement de la ville au royaume de France. Il est important de souligner le souci de scientificité et d’exhaustivité de l’auteur. Plusieurs références bibliographiques sont ainsi mobilisées et notamment le géographe Strabon. Si certaines informations sont tout à fait exactes et surprenantes de précision, comme les détails donnés sur la guerre civile entre Clodius Albinus et Septime Sévère qui donnera lieu à la bataille de Lugdunum en 197, d’autres références semblent en revanche anachroniques. Ainsi, l’auteur affirme que « Lyon jouissait du privilège des foires par l’octroi de l’empereur de Rome », confusion vraisemblable avec le privilège accordé en 1420 par Charles VII et confirmé par Louis XI.

Pour Marseille, le choix d’une prise de vue aérienne

Vue aérienne de Marseille et de l’actuel Vieux-PortVue aérienne de Marseille et de l’actuel Vieux-Port

L’angle de vue adopté pour Marseille est très différent de celui choisi pour Lyon. L’image pourrait aujourd’hui correspondre à une prise de vue aérienne, avec toutefois une plongée légèrement oblique qui permet d’englober la ville dans sa totalité et de distinguer les reliefs et les volumes des différents bâtiments. La ville du XVIe siècle occupe le site de l’ancienne cité grecque dont elle reprend en partie le tracé des fortifications. L’actuel Vieux-Port n’est urbanisé que sur sa partie septentrionale, le côté oriental n’étant occupé que par quelques infrastructures portuaires. La ville occupe donc une surface relativement réduite comparée à son emprise actuelle, et ne s’est guère développée depuis l’Antiquité. En bas de l’image, sur ce qui correspond au sud du Vieux-Port, seul le monastère de Saint-Victor, construit au Ve siècle, est présent alors que l’actuel site de la basilique Notre-Dame-de-la-Garde est occupé par ce qui semble être une structure militaire. Le château d’If, rendu célèbre pour y avoir enfermé le comte de Monte-Cristo, est déjà présent, construit en 1529 par François Ier et défendant l’entrée du port. Celle-ci est d’ailleurs barrée par une chaine tirée de part et d’autre du goulet qui marque l’entrée du port.

Une brève étude historique de la ville qui demeure lacunaire

Dans la brève monographie qu’il dresse de Marseille, l’auteur insiste là encore sur la période antique et notamment romaine. Passant très rapidement sur la fondation de la ville par les Phocéens, il utilise abondamment la Géographie de Strabon et la Guerre civile de Jules César pour traiter de la période romaine. Il consacre ainsi plusieurs lignes au siège de la ville par César lors de la guerre civile l’opposant à Pompée, « car la ville suivait opiniâtrement la cause du Sénat de Rome ». La période médiévale est en revanche complètement passée sous silence. L’auteur évoque uniquement l’abbaye de Saint-Victor. Celle-ci est en effet la plus ancienne de France avec celle des îles de Lérins, toutes deux ayant été bâties au Ve siècle. Au Moyen Âge son rayonnement est important, la fondation bénédictine disposant de nombreuses dépendances en Provence et ses abbés entretenant des liens étroits avec l’aristocratie provençale. Cette étude historique et géographique consacrée à Marseille est donc beaucoup plus brève que celle que Munster et Belleforest dédient à Lyon, ce qui peut surprendre au regard de l’importance et du relatif dynamisme économique de Marseille au Moyen Âge et à l’époque moderne.

Un référencement des villes qui détermine leur place au sein de l’ouvrage

Comme nous l’avons vu pour les cas de Lyon et de Marseille, l’importance du référencement des différentes villes par les auteurs classiques va en grande partie déterminer la place que vont occuper les cités décrites dans l’ouvrage. Lyon, ancienne capitale des Gaules et mentionnée de ce fait par de nombreux auteurs antiques, occupe ainsi une place plus importante que Marseille alors même que cette dernière est plus ancienne, puisque fondée par les Phocéens, mais également plus prospère au Moyen Âge que la ville de Lyon qui connait un déclin important. Le dynamisme retrouvé par cette dernière lors de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne grâce à l’organisation des foires, explique sans doute l’importance de la monographie que lui consacrent les auteurs de cette Cosmographie.

En conclusion : un matériau historique précieux

Cette Cosmographie universelle est donc précurseur, constituant l’une des principales géographies éditées sous la Renaissance et l’une des premières depuis la fin de l’Antiquité. Elle constitue un matériau historique incontournable pour approcher les modes de compréhension du monde au XVIe siècle et les connaissances de l’époque à la fois en ce qui concerne la géographie mais également l’histoire et la culture des lieux décrits. Cet ouvrage nous permet en outre, grâce à ses nombreuses réalisations graphiques, de comprendre le fonctionnement et le mode d’organisation des villes de l’époque, constituant ainsi une source précieuse pour les historiens de l’urbanisme mais également pour les archéologues.

Billet rédigé par Gabriel Chemain
(étudiant en licence de géographie à l’ENS de Lyon)

Source

MÜNSTER, Sebastian. La cosmographie universelle de tout le monde. En laquelle, suivant les auteurs plus dignes de foy, sont au vray descriptes toutes les parties habitables, & non habitables de la terre, & de la mer, leurs assiettes & choses qu’elles produisent: puis la description & peincture topographique des regions, la difference de l’air de chacun pays, d’où advient la diversité tant de la complexion des hommes que des figures des bestes brutes […]. À Paris chez Nicolas Chesneau, 1575.
> Bibliothèque Diderot de Lyon : Rés1, 1178

Bibliographie

BERTRAND, Régis. Le Christ des Marseillais. Marseille : La Thune, 2008, p. 39.

BRÉSARD, Marc. Les foires de Lyon aux quinzième et seizième siècles. Paris : Auguste Picard, 1914, p. 203 et 248-252
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : magasin2, 020944

KLEINCLAUSZ, Arthur (dir.), Histoire de Lyon : des origines à 1595, t. I. Lyon : Librairie Pierre Masson, 1939, p.321.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : magasin2, 001698

LESTRINGANT, Franck. L’atelier du cosmographe. Paris : Albin Michel, 1991
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 3 THE le

PELLETIER, André, ROSSIAUD, Jacques, BAYARD, Françoise et CAYEZ, Pierre. Histoire de Lyon : des origines à nos jours. Lyon : Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 2007, p. 488.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 944.582 3 BAY


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.