Madame Leprince de Beaumont : une écrivaine et pédagogue au temps des Lumières

La Bibliothèque Diderot de Lyon vient de faire l’acquisition des Contes moraux ainsi que des Nouveaux contes moraux de Madame Leprince de Beaumont (1711-1780), afin de compléter sa collection de livres pour la jeunesse. Cela nous a incités à évoquer la vie et l’œuvre de celle qui reste aujourd’hui connue pour son conte de fées La Belle et la Bête, popularisé au cinéma par Jean Cocteau en 1946.

Gardons-nous de la réduire à ce statut de conteuse tant elle fut une pédagogue accomplie ainsi qu’une des premières à écrire spécifiquement pour la jeunesse. De même, il ne faut pas restreindre son œuvre à un unique conte tant celle‑ci fut abondante. Le Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale. Auteurs (tome XCV) [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 015.44 CAT)] lui attribue en effet soixante‑et‑un titres. De cette multitude, nous évoquerons uniquement les ouvrages que possède la Bibliothèque Diderot de Lyon .

Portrait emprunté à l’ouvrage Madame Leprince de Beaumont intime : avec ses principaux contes et des documents inédits de Jean Marie RobainPortrait emprunté à l’ouvrage Madame Leprince de Beaumont intime : avec ses principaux contes et des documents inédits de Jean Marie Robain.

Une enfance pieuse

La vie de Madame Leprince de Beaumont comporte de nombreuses zones d’ombre. Elle n’a pas laissé de mémoires et seule une part réduite de sa correspondance est accessible. Ce qu’elle livre d’elle-même, dans ses œuvres, est également soumis à caution comme le souligne Jean-Marie Robain.

Marie-Barbe Leprince naquit à Rouen le 26 avril 1711 dans une famille d’artisans (menuisiers, doreurs) et d’artistes (sculpteurs). Elle est la sœur du peintre et graveur Jean-Baptiste Leprince (1734‑1781) qui appartint à l’atelier de François Boucher (1703‑1770) et se fit connaître en particulier pour ses gravures au lavis.

Marie-Barbe Leprince perdit sa mère à onze ans. Son père Jean-Baptiste-Nicolas Leprince, maître-sculpteur, par ailleurs ruiné, la plaça alors dans la Maison d’éducation d’Ernemont de Rouen en 1725. Celle-ci était tenue par la congrégation religieuse des Dames du Sacré-Cœur de Jésus et de Marie. Elle avait pour vocation d’instruire les petites filles pauvres. Marie-Barbe Leprince acquit dans cette institution une culture générale solide ainsi que d’excellentes manières. Aussi, lui confia-t-on l’éducation des novices. Cette première expérience dans l’enseignement fut déterminante pour elle.

Une grande expérience d’éducatrice auprès de la noblesse

Après avoir hésité à entrer dans les ordres, elle quitta le couvent d’Ernemont et rejoignit son père, établi à Metz. Elle ne pouvait compter que sur elle-même pour subvenir à ses besoins. Aussi devint-elle la préceptrice et dame de compagnie de la fille aînée de la duchesse de Lorraine, la princesse Élisabeth-Thérèse (1711-1741), future reine de Sardaigne.Lorsqu’en 1738, Louis XV donna en viager les duchés de Bar et de Lorraine à son beau‑père, Stanislas 1er, ancien roi de Pologne, Marie-Barbe Leprince demeura à la cour de Lunéville et offrit ses services à d’autres jeunes filles de bonne famille.

En 1743, Marie-Barbe Leprince épousa Monsieur Grimard de Beaumont. Elle modifia alors son prénom en Jeanne-Marie ou Marie. De cette union naquit une fille, prénommée Élisabeth, dont Prosper Mérimée (1803-1870) est le petit-fils. Deux ans plus tard, lassée des mœurs dépravées de son époux, Madame Leprince de Beaumont le quitta. La déclaration de nullité du mariage aurait été décrétée en 1745.

La même année [?], Madame Leprince de Beaumont s’expatria en Angleterre. Elle devint alors la protégée de l’épouse du philanthrope anglais James Edward Oglethorpe (1696-1785). Celle-ci l’introduisit au sein de la haute aristocratie anglaise où elle exerça à nouveau le métier de préceptrice. Ainsi se vit-elle confier l’éducation de Sophie Carteret, fille d’un ancien Premier ministre puis celle de Charlotte et Mary Hillsborough, filles également de Premier ministre.

Madame Leprince de Beaumont entacha durablement sa réputation en se liant avec un français libertin et peu scrupuleux, nommé Thomas Pichon, qui se faisait appeler Tyrrell ou Tirel. Elle se prétendait mariée avec celui-ci afin de ne pas attirer sur elle encore plus d’opprobre. Ils se séparèrent en 1763 lorsqu’elle décida de rentrer en France.

Ses débuts dans l’écriture

Madame Leprince de Beaumont souhaitait s’extraire de sa condition de gouvernante qui était très proche de celle d’une domestique. De son expérience de préceptrice, elle retirait une légitimité à écrire des ouvrages éducatifs. Elle espérait que cela lui permettrait de subvenir à ses besoins.

En 1750, elle publia un ouvrage destiné à préparer les jeunes filles nobles au mariage. Il est intitulé Lettres de Madame du Montier, à la marquise de ***, sa fille, avec les réponses ; ou l’on trouve, avec une lecture amusante, les leçons les plus épurées & les conseils les plus délicats d’une mère, pour servir de règle à sa fille, dans l’état du mariage ; même dans les circonstances les plus épineuses ; & pour se conduire avec religion & honneur dans le grand monde. L’on y voit aussi les plus beaux sentimens de reconnoissance, de docilité & de déférence d’une fille envers sa mère. L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon est daté de 1758. Il a été publié à Lyon chez Pierre Bruyset-Ponthus (1727-180?) [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6157].

Dès 1758, Madame Leprince de Beaumont se lança dans la rédaction d’une série d’ouvrages pédagogiques intitulé « Magasin ». Le Magasin des enfans ou Dialogues, entre une gouvernante & plusieurs de ses eleves de la premiere distinction est considéré comme un des premiers ouvrages de littérature de jeunesse c’est-à-dire écrit expressément pour un public jeune et qui plus est pour des jeunes filles. Jusque dans la première moitié du XVIIIe siècle, les ouvrages destinés aux filles étaient peu nombreux.

Page de titre Magasin des enfans, publié à La Haye chez Pierre Gosse Junior en 1769 [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3737-1].

Le Magasin, un concept original ?

Le Dictionnaire de l’Académie française, au XVIIIe siècle, renvoyait le mot magasin à « un grand amas que l’on fait de diverses choses ». Ainsi Le Magasin des enfans mélangeait-il des œuvres diverses et courtes telles que des contes, des leçons de chose, des abrégés d’histoire sainte, etc. Il s’agissait là d’un nouveau procédé littéraire correspondant à la mode du XVIIIe siècle qui préférait les formes littéraires brèves en réaction avec celles jugées trop longues du siècle précédent. Par ailleurs, il convenait mieux à un public jeune dont il fallait retenir l’attention.

Le Magasin des enfans fut écrit en Angleterre pour un public de jeunes filles anglaises. Grâce à Madame Leprince de Beaumont, le terme « magasin » gagna dans la seconde moitié du XVIIIe siècle un nouveau sens pris au mot anglais magazine qui désignait une publication paraissant de manière périodique. Au XIXe siècle, le mot magasin finit par désigner la presse illustrée par exemple Le Magasin pittoresque de Charton (1833) [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : P113].

De l’importance du dialogue

Le Magasin des enfans prend la forme d’une série de dialogues. Le dialogue depuis l’antiquité est une forme très présente dans les ouvrages éducatifs. On le retrouve également dans les catéchismes. Dans le Magasin des enfans, il sert de récit-cadre au sein duquel sont insérées de courtes histoires chargées de transmettre des savoirs ainsi que des notions d’instruction morale. Ce type de dialogue est également à rapprocher de la mode des entretiens savants en vogue au XVIIIe siècle. Le Spectacle de la nature de l’abbé Pluche en est un exemple [cote Bibliothèque Diderot de Lyon 2RB 6537-1].

Dans le Magasin des enfans, les interlocuteurs étaient toujours les mêmes : une gouvernante, mademoiselle Bonne, et ses élèves dont la plupart portaient un nom en rapport avec leur trait de caractère principal : Lady Tempeste (13 ans), Lady Sensée (12 ans), Lady Spirituelle (12 ans), Lady Babiole (10 ans), Lady Charlotte et Miss Molly (7 ans) et Lady Mary (5 ans). La discussion portait sur un sujet qui était présenté par une élève puis discuté au sein du groupe. La gouvernante en tirait une leçon. Cela permettait de développer l’esprit critique des élèves. La discussion était plus importante que le contenu de l’enseignement lui-même. Ce point de vue était celui de Fénelon (1651-1715) dans son ouvrage intitulé Éducation des filles [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 2985]. Il s’agissait là d’une volonté de former l’esprit des jeunes filles, de leur apprendre à penser par elle-même ce qui était nouveau sous l’Ancien Régime où l’éducation des filles n’était pas une priorité. Madame Leprince de Beaumont fut influencée en ce sens par le philosophe anglais John Locke (1632-1704). Dans son ouvrage de l’éducation des enfans (cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 40055), publié en 1693, il faisait reposer l’éducation des enfants sur la formation morale. Il considérait en effet que l’esprit de l’enfant était totalement vierge de toutes mauvaises pensées innées. Notons que Madame Leprince de Beaumont en 1776 se pencha également sur l’éducation des garçons en écrivant : Le Mentor moderne, ou Instructions pour les garçons et pour ceux qui les élèvent. L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon date de 1776 et a été publié chez l’imprimeur-libraire parisien Jean-Luc Nyon dit Nyon l’aîné (17..-1799). [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 81220-1 à 6].

Page de titre Le Mentor moderne, ou Instructions pour les garçons et pour ceux qui les élèvent, publié à Paris chez Nyon l’aîné en 1776 [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 81220-1 à 6].Page de titre Le Mentor moderne, ou Instructions pour les garçons et pour ceux qui les élèvent,publié à Paris chez Nyon l’aîné en 1776 [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 81220-1 à 6].

Un succès entaché de quelques critiques

Dans l’avertissement au Magasin des enfans, Madame Leprince de Beaumont précisait qu’elle en différa la parution durant un an et fit paraître le premier tome grâce à son frère Jean-Baptiste Leprince qui lui avait obtenu un soutien financier de la cour de Russie. Elle insistait également sur le fait qu’il lui fallait des souscripteurs afin que d’autres Magasins pussent paraître.

« Si les parens daignent lire ce premier volume ; s’ils le croient assez utile aux enfans, pour en souhaiter la continuation, ils doivent solliciter leurs amis pour remplir un pareil nombre de souscrivans pour l’année prochaine, sans quoi je serai réduite à tout abandonner ».

Le Magasin des enfans rencontra un vif succès. À partir de 1757, il fit l’objet de multiples traductions dans l’Europe entière. Il fut suivi en 1760 du Magasin des adolescentes [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6693] ainsi que du Manuel de la jeunesse […] qui peut faire suite au Magasin des adolescentes de Madame Leprince de Beaumont dont la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire paru à Paris chez l’imprimeur-libraire parisien Jean-Baptiste Fournier en 1771 [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6652-1 et 2]. Ce dernier ouvrage est « spécialement destiné aux jeunes gens qu’on dispose à la première communion ».

Page de titre Magasin des adolescentes ou Dialogues entre une sage gouvernante & plusieurs de ses élèves, de la première distinction, publié à Londres en 1776 sans faire mention de l’imprimeur-libraire. [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6693].Page de titre Magasin des adolescentes ou Dialogues entre une sage gouvernante & plusieurs de ses élèves, de la première distinction, publié à Londres en 1776 sans faire mention de l’imprimeur-libraire [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6693].

 

Légende : Page de titre Manuel de la jeunesse, ou Instructions familières en dialogues, sur les principaux points de la religion […], publié à Paris chez Jean-Baptiste Fournier en 1771 [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6652-1 et 2].Légende : Page de titre Manuel de la jeunesse, ou Instructions familières en dialogues, sur les principaux points de la religion […], publié à Paris chez Jean-Baptiste Fournier en 1771 [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6652-1 et 2].

Toutefois, le Magasin des enfans fut aussi décrié. Ainsi, le style de Madame Leprince de Beaumont ne faisait-il pas l’unanimité. Il était jugé lourd et parfois confus. En fait, Madame Leprince de Beaumont l’avait expressément adapté à son lectorat d’enfants ce qui correspond à la fourchette d’âge de ses jeunes protagonistes entre 5 et 13 ans. Par ailleurs, l’éducation des filles était encore loin d’être jugée nécessaire. Friedrich Melchior Grimm (1723-1807) dans la revue intitulée Correspondance littéraire, philosophique et critique du 15 octobre 1767 traitait de façon très méprisante Madame Leprince de Beaumont de « loueuse de magasins pour les jeunes personnes du sexe. »

La Belle et la Bête

Madame Leprince de Beaumont doit sa notoriété au conte intitulé La Belle et la Bête. Pourtant, dans l’avertissement au Magasin des enfans, elle jugeait les contes de fées très durement :

« Le peu de morale qu’on y fait entrer, & noyé sous un merveilleux ridicule, parce qu’il n’est pas joint nécessairement à la fin qu’on doit offrir aux enfans, l’acquisition des vertus, la correction des vices. »

Le conte de La Belle et la Bête était inséré dans le Magasin des enfans, dans le cinquième dialogue et ne faisait donc pas l’objet d’une publication séparée. Par ailleurs, s’il était directement inspiré du conte de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve (1695 ?-1755), ce dernier était lui-même repris d’un conte folklorique (conte-type 425 C dans la classification Aarne-Thompson1 ). Madame Leprince de Beaumont se le réappropria, elle le réécrivit afin de servir une morale.

Le conte La Belle et la Beste est inséré aux pages 52 à 76 dans Le Magasin des enfans, publié à La Haye chez Pierre Gosse Junior en 1769. [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3737-1].Le conte La Belle et la Beste est inséré aux pages 52 à 76 dans Le Magasin des enfans, publié à La Haye chez Pierre Gosse Junior en 1769. [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3737‑1].

 

Frontispice, légendé « La Belle, voulez-vous être ma femme ? » qui introduit Le Magasin des enfans. Tome I, publié à Paris chez Gérard en l’an XII. [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-1].Frontispice, légendé « La Belle, voulez-vous être ma femme ? » qui introduit Le Magasin des enfans. Tome I, publié à Paris chez Gérard en l’an XII. [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588‑1].

Pour elle, il ne s’agissait pas d’un conte de fées mais d’un conte moral. Elle utilisait celui-ci afin de faire passer un enseignement au moyen d’un récit plaisant. Elle faisait du conte un moment récréatif, une récompense pour ses lectrices.

Dans l’avertissement au Magasin des enfans, Madame Leprince de Beaumont soulignait la nécessité de rendre la lecture attractive :

« Le dégoût d’un grand nombre d’enfans pour la lecture, vient de la nature des livres qu’on leur met entre les mains ; ils ne les comprennent pas, & delà naît inévitablement l’ennui. »

Elle affirmait même : « Il ne faut pas que [les enfants] soupçonnent que je veux les instruire ».

Elle inséra de nombreux autres contes dans Le Magasin des enfans tels que Bellote et Laidronnette, Les Trois Souhaits, Le Prince charmant, Roland et Angélique ou encore Le Prince chéri.

Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome II, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-2]. Il illustre un conte sans titre lu dans le 10e dialogue lors de la 8e journée. Le prince Désir est si orgueilleux qu’il est incapable de voir ses défauts, en l’occurrence un long nez qui le défigure. Lorsqu’il y parvient, son nez redevient normal et il peut alors épouser la princesse qu’il aime.Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome II, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588‑2]. Il illustre un conte sans titre lu dans le 10e dialogue lors de la 8e journée. Le prince Désir est si orgueilleux qu’il est incapable de voir ses défauts, en l’occurrence un long nez qui le défigure. Lorsqu’il y parvient, son nez redevient normal et il peut alors épouser la princesse qu’il aime.
Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome III, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-3]. Il illustre un conte sans titre lu dans le 17e dialogue lors de la 15e journée. Joliette est condamnée par la reine des fées à rester muette jusqu’à ses 20 ans. Elle compense alors son mutisme par une curiosité exacerbée. Elle se met ainsi à colporter par écrit toutes sortes de ragots sans se soucier du mal qu’elle fait. Les calomnies qu’elle répand causeront la mort de son mari ainsi que son propre suicide.Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome III, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-3]. Il illustre un conte sans titre lu dans le 17e dialogue lors de la 15e journée. Joliette est condamnée par la reine des fées à rester muette jusqu’à ses 20 ans. Elle compense alors son mutisme par une curiosité exacerbée. Elle se met ainsi à colporter par écrit toutes sortes de ragots sans se soucier du mal qu’elle fait. Les calomnies qu’elle répand causeront la mort de son mari ainsi que son propre suicide.
Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome IV, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-3]. L’illustration ne correspond à aucun des deux contes abordés dans cet ouvrage soit ceux du Prince Spirituel et de Belote et Laidronette !Frontispice introduisant Le Magasin des enfans. Tome IV, publié à Paris chez Gérard en l’an XII [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3588-3]. L’illustration ne correspond à aucun des deux contes abordés dans cet ouvrage soit ceux du Prince Spirituel et de Belote et Laidronette !

La place de la morale

Dans l’avertissement au Magasin des enfans, Madame Leprince de Beaumont insistait sur le fait que :

« Tout le monde convient que la correction des mœurs est le principal point de l’éducation ».

En 1774, elle utilisa le conte comme un véritable moyen d’expression. Ainsi, elle fit paraître les Contes moraux [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6744-1 et 2] puis les Nouveaux contes moraux [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6745-1 et 2]. Le conte moral rejoignait son goût pour le réalisme, le rationalisme de son siècle. Il avait pour fonction de transmettre un enseignement moral basé sur les valeurs chrétiennes telles que la charité, la bienfaisance, la soumission à la volonté divine et à la providence. Madame Leprince de Beaumont se situait en effet dans le courant philosophique des Lumières religieuses qui cherchait à rendre compatible religion et raison. Dans l’avertissement au Magasin des enfans, elle rappelait qu’il ne fallait jamais séparer la religion et la raison dans l’éducation :

« & je me flatte de les avoir unies dans le Magasin des enfans : car sans cela, je croirois avoir manqué mon but ».

Page de titre des Contes moraux. Par Mde. Le Prince de Beaumont. Tome premier, publié à Lyon chez Pierre Bruyset Ponthus [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6744-1].Page de titre des Contes moraux. Par Mde. Le Prince de Beaumont. Tome premier, publié à Lyon chez Pierre Bruyset Ponthus [Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6744-1]..

Madame Leprince de Beaumont s’était inspirée des Contes moraux de Jean-François de Marmontel (1723-1799) qui connurent un très grand succès au XVIIIe siècle [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 43710- 1 à 3]. Marmontel cherchait à se moquer des traits de caractère des hommes et femmes de son temps. Madame Leprince de Beaumont avait un autre but celui de corriger les esprits. Ainsi, dans ses récits, elle mettait en lumière un vice ou un défaut en l’illustrant avec plusieurs récits. Elle empruntait souvent, mais pas exclusivement, les histoires d’autres auteurs ce qui était courant à son époque. Citons Les Historiettes de Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1692) ou bien les Faits des causes célèbres et intéressantes de François-Alexandre de Garsault (1693-1778). Elle les abrégeait toutefois afin qu’ils illustrassent son propos.

Quelle part de féminisme ?

Dans l’avertissement au Magasin des enfants, Madame Leprince de Beaumont affirmait :

« Oui, Messieurs les tyrans, j’ai dessein de les tirer de cette ignorance crasse à laquelle vous les avez condamnées. […] Je veux leur apprendre à penser, à penser juste, pour parvenir à bien vivre ».

Toutefois, on ne peut pas parler d’une réelle pensée féministe chez Madame Leprince de Beaumont. Si elle a encouragé l’éducation des filles, elle n’a pas été jusqu’à prôner l’égalité entre les hommes et les femmes ou même l’émancipation des femmes. L’éducation des filles, selon elle, devait rester conforme aux conventions de son époque et servait avant tout à en faire des épouses et des mères modèles ainsi que des croyantes irréprochables.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

 

Sources

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Contes moraux. Tome premier [-second]. Lyon : Pierre Bruyset Ponthus, 1776.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6744‑1 et 2

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Le Magasin des enfans ou Dialogues, entre une gouvernante & plusieurs de ses eleves de la premiere distinction […]. Tome premier [-second]. La Haye : Pierre Gosse, Junior, 1769.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 3737‑1 et 2

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Le Magasin des enfans ou Dialogues, entre une gouvernante & plusieurs de ses eleves de la premiere distinction […]. Tome premier [‑second]. Lyon : Étienne Rusand, 1773.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6154‑1 et 2

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Le Mentor moderne, ou Instructionscpour les garçons et pour ceuxcqui les élèvent. Tome premier [‑dixième]. Paris : Nyon l’aîné, 1776.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 81220‑1 à 6

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Lettres de Madame du Montier, à la marquise de ***, sa fille, avec les réponses ; ou l’on trouve, avec une lecture amusante, les leçons les plus épurées & les conseils les plus délicats d’une mère, pour servir de règle à sa fille, dans l’état du mariage ; même dans les circonstances les plus épineuses ; & pour se conduire avec religion & honneur dans le grand monde. L’on y voit aussi les plus beaux sentimens de reconnoissance, de docilité & de déférence d’une fille envers sa mère. Lyon : Pierre Bruyset Ponthus, 1758.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6157

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Manuel de la jeunesse, ou Instructions familieres en dialogues, sur les principaux points de la religion. Ouvrage utile aux personnes qui disposent la jeunesse à la première communion ; & qui peut faire suite au Magasin des adolescentes de Madame Leprince de Beaumont. Première [-seconde partie]. Paris : Fournier, 1771.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6652‑1 et 2

LEPRINCE de BEAUMONT, Madame. Nouveaux contes moraux. Tome premier [‑second]. Lyon : Pierre Bruyset Ponthus, 1776.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 6745‑1 et 2

Bibliographie

CHIRON, Jeanne, SETH, Catriona (dir.). Marie Leprince de Beaumont. De l’éducation des filles à La Belle et la Bête. Paris : Classiques Garnier, 2013.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 CHI 17

HAVELANGE, Isabelle, Le MEN, Ségolène. Le Magasin des enfants : la littérature pour la jeunesse (1750-1830). Montreuil : Bibliothèque Robert-Desnos : Association Bicentenaire, 1988.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.9/6 MAG

BOYER-VIDAL, Marie-Françoise. Madame Leprince de Beaumont (1711-1780). In Houssaye, Jean (dir.), Femmes pédagogues. Tome I de l’Antiquité au XIXe siècle. Paris : Éditions Fabert, 2008, p. 173-200.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 371.4 FEM

MICHAUD, Louis-Gabriel. Biographie universelle ancienne et moderne : ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Paris : Michaud, 1819. Tome XXIV, p. 225-228.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 920.3/34 Mic b(24)

MIGLIO, Paula. Le Magasin des enfans de Madame Leprince de Beaumont (1756) : lectures, réception et mise en valeur patrimoniale d’un livre pour la jeunesse. [en ligne], mémoire de Master 1 « Cultures de l’écrit et de l’image », 2018. URL : <Mémoire P. Miglio> (consulté le 7 mai 2019).

ROBAIN, Jean Marie. Madame Leprince de Beaumont intime : avec ses principaux contes et des documents inédits. Genève : Slatkine Érudition, 2004.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 ROB

  1. La classification internationale Aarne-Thompson ou ATU a indexé le contenu des contes populaires et les a classés par conte-type. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.