L’abrégé de l’art des accouchements, une aventure matérielle

  • Abrege des accouchements - 9
  • Abrege des accouchements - 7
  • Abrege des accouchements - 2
  • Abrege des accouchements - 3
  • Abrege des accouchements - 4
  • Abrege des accouchements - 6
  • Abrege des accouchements - 1
  • Abrege des accouchements - 8
  • Abrege 2-2
  • Abrege 1

Le fonds ancien de la bibliothèque universitaire de Lyon 1 possède plusieurs ouvrages intéressants du point de vue de la bibliographie matérielle. Cette discipline, d’origine anglo-saxonne est une archéologie du livre imprimé1. Elle aborde le livre comme étant un objet porteur d’un texte et s’attache à le « faire parler » sur sa fabrication et sa transmission.

La pratique de la bibliographie matérielle induit une méthode d’analyse en deux temps qui permet d’identifier l’ouvrage dans son ensemble. Dans un premier temps, on s’intéresse aux particularités qui concernent l’édition de l’ouvrage : édition, date, lieu, imprimeur, planches, etc. Dans un second temps, on regarde les particularités d’exemplaires, à savoir les marques d’appartenances, la reliure, les erreurs de paginations, etc. Celles-ci sont particulièrement prisées par le bibliographe car elles témoignent du caractère unique du livre ancien, même imprimé.

Nous allons appliquer cette méthode d’analyse à l’ouvrage que nous avons sélectionné dans le fonds ancien de la BU, la quatrième édition du manuel d’Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray Abrégé de l’art des accouchements.  publié à Paris en 1777 par le libraire Debure.

L’auteur

 

Un livre ancien peut en dire beaucoup sur son auteur. Ainsi comme l’indique la description biographique sur la page de titre et sur la gravure en regard de celle-ci, Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray est une « Maîtresse Sage-femme de Paris, pensionnée et envoyée par le roi pour enseigner à pratiquer l’Art des Accouchemens dans tout le Royaume ». Lors de l’examen des pièces liminaires – les pages qui n’appartiennent pas au corps du texte – on retrouve une copie de son brevet l’autorisant à « tenir des Cours d’instruction publique dans toutes les Provinces du Royaume»2. En effet, comme le soutient l’auteur dans son avant-propos3 adressé aux lecteurs, ce manuel est destiné à l’enseignement des jeunes sages-femmes inexpérimentées et « peu intelligentes»4 de province sur les différentes phases de la grossesse et les risques de l’accouchement. Marguerite du Coudray a ainsi passé vingt-cinq ans sur les routes de France pour enseigner aux jeunes sages-femmes avec l’aide de son mannequin.

 

L’édition

On compte cinq éditions en France5. L’ouvrage est d’abord publié en 1759 dans une version sans gravure, de petit format et bon marché. Le fonds ancien de la bibliothèque en possède un exemplaire. La différence marchande entre l’édition de 1759 et celle de 1777 est perceptible à la fois dans l’aspect matériel des deux ouvrages et par l’indication de prix figurant sur la page de titre, à savoir « 50 sols relié » pour l’un et « sept livres quatre sols » pour l’autre. C’est dès la deuxième édition que l’ouvrage s’enrichit d’un portrait en noir et blanc ainsi que de vingt-six gravures en couleurs, ce qui explique largement l’augmentation du prix.

Page de titre. Edition de 1759

 

Page de titre. Edition de 1777

En bibliographie matérielle, la page de titre est une source d’information très importante car en plus de trouver le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur, on trouve également la date de publication, le nom de l’imprimeur, du libraire s’il y a et la date de publication. Autant d’informations indispensables pour remonter la trace de fabrication d’un ouvrage. L’Abrégé de l’Art des Accouchements de la Bibliothèque universitaire de Lyon 1 a été publié « chez Debure, Père, Libraire » à l’adresse « Quai des Augustins, au coin de la rue Gît-le-cœur, Maison du Notaire » à Paris. Son nom complet est Guillaume II Debure, il est le fils aîné de Jean Debure, un libraire parisien. Il est reçu maître en 1759 et reste en activité jusqu’en 1813. Il s’associe vers la fin de son activité avec ses fils Jean-Jacques et Marie-Jacques Debure, qui lui succéderont6. N’exerçant pas la profession d’imprimeur, il délègue l’impression à « P.G Simon, imprimeur du parlement ». Pierre Guillaume Simon est lui imprimeur-libraire, il cumule les deux professions. Il est reçu libraire le 14 février 1738 et imprimeur le 28 septembre 1741. En activité jusqu’en 1782, il cède ensuite sa place d’imprimeur au mari de sa nièce, Nicolas-Henri Nyon7.

Les vingt-six planches gravées en couleurs qui viennent enrichir le volume ont été exécutées par le graveur Jean Robert, disciple de Jacob Christophe Le Blon, inventeur de la technique de la gravure en couleur. Il s’agit d’un « procédé de gravure sur cuivre à l’eau-forte reposant sur la superposition de trois plaques de cuivre, chacune apportant une couleur différente, et donc créant la possibilité de mélanges des couleurs»8. Jean Robert utilisa donc les trois plaques en superposant du jaune-vert pour le bassin, du rouge pâle pour le bébé et la matrice puis du noir pour les ombres et ainsi apporter du relief aux gravures. Les dessins sont d’un certain P. Chaparre dont l’identité exacte reste inconnue. On peut supposer qu’il s’agit d’un collègue maîtrisant les bases du dessin anatomique. Le résultat de l’ajout des couleurs rend les gravures réalistes et témoignent de la volonté pédagogique de l’ouvrage.

 

Pl. VIII

Pl. XVIII

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vingt-septième gravure a quant à elle une vocation différente. Il s’agit du portrait en noir et blanc de l’auteur surmonté de sa devise « Ad Operam » et de ses symboles.  Celui-ci est placé en regard de la page de titre. Cette mise en avant de l’auteur dans un frontispice est une caractéristique du XVIIIe siècle, moment où les droits d‘auteurs commencent à se développer. Dans notre cas, elle permet également d’assoir la légitimité et la reconnaissance du travail de Madame du Coudray.

L’exemplaire

L’identification d’un exemplaire passe par la détermination de son format et l’identification de sa reliure. La détermination de celui-ci ne se fait pas en centimètre comme pour les livres contemporains car les marges de l’ouvrage sont coupées à la reliure voir même recoupées si on lui donne une nouvelle reliure. Ainsi, deux exemplaires d’une même édition peuvent ne pas être du même format. Pour déterminer le format, le bibliographe regarde le sens des lignes de chaînes du papier ainsi que le nombre de feuillets par cahier. Notre exemplaire, après examen, se révèle être un In-8. Les lignes de chaînes, qui changent de sens chaque fois que la feuille est pliée, sont verticales, le nombre de feuillets s’élève à huit et comme le veut la règle générale – toujours modifiée par des exceptions – seul les quatre premiers feuillets sont signés.

 

Les signatures constituent un système de repérage essentiel pour le relieur notamment lors du pliage des feuilles et de l’agencement des cahiers. En effet, les feuilles arrivaient dans des tonneaux, laissant au relieur le soin d’assembler l’ouvrage puis de lui offrir une reliure au goût des clients. Les indications de signatures se trouvent dans les marges inférieures des premières pages de chaque feuillet du livre. Dans cet exemple il s’agit du feuillet « A »

 

 

 

La reliure de notre ouvrage est d’époque, en basane avec le dos plat. Le dos est orné aux petits fer, représentant en son centre un gland. Il comporte également une pièce de titre en maroquin rouge. Les tranches du livre sont rouges et les pages de garde sont en papier marbré dit à motif coquille. Dans son ensemble, cette reliure est un classique du XVIIIe siècle, reconnaissable par ses motifs sur le dos, ses pages de garde en papier marbré et sa tranche de couleur rouge.

Article rédigé par Ema Chavagneux, étudiante à l’enssib

Sources:

Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’art des accouchements. Paris :chez la Veuve Delaguette,1759

Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’art des accouchements. Paris : Libraire Debure, 1777

Bibliographie:

Van Wijland, Jérôme. « Enluminer les accouchements, éclairer l’enseignement : Les planches de l’Abbrégé de l’Art des Accouchemens de Madame du Coudray » dans Histoire des sciences médicales, Tome XLVI, N°4, 2012, pp. 403-414. Disponible en ligne [consulté le 6 mai 2019]

Varry, Dominique. « Introduction à la bibliographie matérielle », juin 2011. Disponible en ligne [consulté le 6 mai 2019]

 

 

  1. Varry Dominique « Introduction à la bibliographie matérielle » []
  2. Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’art des accouchements, Paris Libraire Debure, 1777, p.203 []
  3. Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’art des accouchements, op.cit., p. VII []
  4. Marguerite Le Boursier du Coudray, Abrégé de l’art des accouchements, op.cit, p. VI []
  5. Jérôme van Wijland, « Enluminer les accouchements, éclairer l’enseignement », op.cit., p404. La troisième édition est publiée en 1773 à Châlons-sur-Marne et la cinquième édition est publiée à Paris en 1785 []
  6. Notice de personne, Debure Guillaume (1734-1820), Bibliothèque Nationale de France []
  7. Notice de personne, Simon Pierre-Guillaume (1722-1787), Bibliothèque Nationale de France []
  8. Jérôme van Wijland, « Enluminer les accouchements, éclairer l’enseignement », op.cit., p407-408 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.