L’allaitement maternel : toute une histoire !

 

 

Toujours soucieuse d’entendre le terme éducation dans son acception la plus large, la Bibliothèque centrale de l’enseignement primaire a collecté des ouvrages qui concernent la prime éducation, celle que reçoit le bébé dès sa naissance, voire avant. Par conséquent, nos rayonnages contiennent quelques livres qui retracent certains des débats sur l’allaitement, débats qui sont loin de dater d’aujourd’hui.

 

 

La manière de nourrir les enfans à la mammelle

La bibliothèque ne pouvait manquer d’accueillir en son sein ce grand classique sur l’éducation des nourrissons et des enfants en bas âge. Le titre français, pourtant, en est un peu réducteur : le poème latin de Scévole de Sainte-Marthe, paru vers 1580, s’intitulait la Paedotrophia, ce qui signifie bien l’ensemble de l’éducation infantile, et non le seul allaitement. C’est le petit-fils de l’auteur, Abel de Sainte-Marthe, qui, faisant paraître la première traduction en français du poème de son grand-père, lui donna ce titre en 1698. Le titre choisi par un éditeur postérieur en 1777 est plus explicite et plus exact : Traduction de la Paedotrophie, de Scévole de Sainte-Marthe, ou poëme sur l’éducation des enfans en bas age.

La bibliothèque ne possède pas l’édition originale du poème latin mais des traductions en français, dont le nombre important atteste le succès de l’œuvre.

Dans ce poème didactique dédié à Henri III et composé de trois livres, Scévole de Sainte-Marthe évoque l’allaitement certes, mais également la grossesse, le sevrage, l’habillement du bébé, les promenades, les remèdes, etc. Ce sont tous les aspects de  u petit enfant qui sont passés en revue.

C’est au début du premier livre que figurent les passages célèbres sur l’allaitement : Sainte-Marthe y prône l’allaitement par la mère (point de vue partagé par un certain nombre d’humanistes de son époque comme Érasme ou Michel de L’Hospital) et confirme que le sang et le lait sont bien de même nature (le lait étant du sang devenu blanc en chauffant). Si les bêtes sauvages nourrissent leurs petits, comment une femme, qui leur est infiniment supérieure, pourrait-elle refuser de le faire ? Cet ouvrage, étudié à l’égal d’un classique, figurait dans toute bonne bibliothèque et a été maintes fois réédité et traduit.

Allaiter pour éviter la mise en nourrice

 

Sur ce même thème, un exemplaire plus tardif s’intitule Avis aux mères qui veulent nourrir leurs enfans. Il s’agit de la cinquième édition d’un texte écrit par Marie-Angélique Le Rebours (1731-1821) et publié à Paris en 1799 (an VII).

La première édition était parue anonymement à Utrecht en 1767 (quelques années après L’Émile). Un supplément, paru en 1772, a été intégré aux éditions suivantes : il apparaît désormais dans l’ouvrage comme une partie (l’article troisième). Ce livre a connu un grand succès et a été traduit en plusieurs langues. Pour confirmer sa qualité, l’auteur a intégré à cette édition une lettre laudative de Tissot, célèbre médecin suisse, et le rapport élogieux de la faculté de médecine de Paris.

L’ouvrage est dédié « aux mères qui nourrissent » et le propos en est assez simple : il faut éviter la mise en nourrice qui nuit à la santé des enfants (l’enfant allaité comme l’enfant de la nourrice) et contribue à la dépopulation. Il s’agit de conseils pratiques sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire pour que l’allaitement se passe bien.

En allaitant longtemps, on fait moins d’enfants mais ils se portent mieux : mettre en nourrice, c’est couper l’enfant du prolongement de la grossesse et s’exposer à le faire périr dans la moitié des cas. Le texte démonte un à un les principaux arguments qu’on oppose à l’allaitement maternel : par exemple, aucune femme n’est assez occupée pour ne pouvoir trouver dans sa journée quelques instants pour nourrir son bébé.

Le texte permet de voir certaines pratiques par leur dénonciation même : on ne permet à la mère en campagne d’allaiter qu’après quelques jours, sous prétexte qu’au début son lait serait de mauvaise qualité ; le sein alors s’engorge et l’allaitement fait souffrir la femme, tandis que pour attendre, il a fallu donner au bébé quelques substances (huiles et purgatifs) qui lui donnent des maux de ventre et des coliques. La comparaison avec les animaux est de nouveau de mise, que l’on agisse de même avec une vache et son veau et l’on verra ce qui en résultera : vache malade, veau affaibli…

Marie-Angélique Le Rebours souhaitait que les pouvoirs publics (chirurgiens et médecins sur le terrain mais également magistrats) forcent les sages-femmes à changer leur enseignement pour inciter les paysannes à changer leurs comportements : la notion de santé publique fait doucement son apparition.

Aider à l’allaitement artificiel lorsque celui-ci est nécessaire

Autre problème : quelques années plus tard, en 1826, Madame Breton livre un Avis aux mères qui ne peuvent pas nourrir, ou instruction pratique sur l’allaitement artificiel, publié à Paris chez l’auteur. Madame Breton est un pseudonyme : il s’agirait en fait du docteur Félix-Séverin Ratier (1797-1866).

Madame Breton est l’inventeur de mamelons artificiels qui permettent à la femme d’allaiter même lorsque la maladie, des crevasses ou une « mauvaise configuration » l’en empêchent. Devant leur succès, Madame Breton a l’idée d’inventer un procédé similaire applicable sur des biberons pour les femmes qui ne peuvent pas du tout allaiter. Elle est ainsi amenée à s’intéresser à l’allaitement artificiel et à donner des conseils à ce propos.

Le prix de ces mamelons et biberons est donné au verso de la page de titre.

Si l’allaitement maternel reste l’idéal, l’auteur se concentre surtout sur les produits que l’on peut donner à l’enfant, plébiscitant le lait de vache coupé avec un peu de bouillon et de sucre. La mère est la plus à même de préparer avec soin ce breuvage et l’allaitement artificiel n’est en aucun cas une incitation à mettre en nourrice. Le lait sera coupé de manière différente au fur et à mesure que l’enfant avance en âge.

Quant au biberon et à sa tétine (le terme employé est toujours « mamelon »), il faut qu’ils restent extrêmement propres. La suite du texte comprend des conseils sur le nombre de fois qu’un bébé peut téter par jour puis des conseils plus éloignés du sujet principal sur l’emmaillotage (à proscrire), les vêtements, qui ne doivent pas être trop chauds, sur le fait qu’il ne faut pas porter les enfants sans arrêt ni les forcer à marcher trop tôt, qu’il faut veiller à ce qu’ils dorment bien ; des conseils expliquent comment les soigner, comment leur administrer des lavements…

Les enjeux de l’allaitement maternel n’ont cessé d’être débattus depuis l’époque humaniste avec des motifs variés. Si l’on connaît en général les grands textes célèbres sur ce thème (Érasme, Rousseau…), une multitude d’auteurs ont écrit sur certains des aspects de ce vaste sujet, ce dont témoignent quelques-uns des ouvrages de la bibliothèque.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

SAINTE-MARTHE, Scévole (de). La Manière de nourrir les enfans à la mammelle. Traduction d’un poeme latin de Scevole de Sainte-Marthe. Par Messire Abel de Sainte-Marthe, chevalier, seigneur de Corbeville, conseiller du Roi en ses conseils, doyen de la Cour des Aydes, & garde de la Bibliotheque de sa Majesté à Fontainebleau. Paris, 1698.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 35646.

SAINTE-MARTHE, Scévole (de). Traduction de la Paedotrophie, de Scévole de Sainte-Marthe, ou poëme sur l’éducation des enfans en bas age. Paris, 1777.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 34647.

LE REBOURS, Marie-Angélique. Avis aux mères qui veulent nourrir leurs enfans. Cinquième édition, revue et considérablement augmentée. Paris, an VII.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 33094.

RATIER, Félix. Avis aux mères qui ne peuvent pas nourrir, ou Instruction pratique sur l’allaitement artificiel, par Madame Breton, maitresse sage-femme, reçue a l’hospice de la maternité de Paris, élève de M. Dubois et Mme Lachapelle, ex-répétiteur de la maison royale d’accouchement, chef de clinique pendant les années 1813 et 1814, inventeur brevetée des mamelons artificiels, et des biberons applicables a l’allaitement naturel et artificiel, Paris, 1826.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 100003-1.

Bibliographie

SAINTE MARTHE, Scévole (de). Œuvres complètes, tome IV. Édité par Jean Brunel. Genève : Droz, 2015.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 841.3 SAI.

Sitographie

<Histoire de l’allaitement en France>
<Un bref historique de l’allaitement>
<Image d’un biberon de Madame Breton (modèle Pl20)>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.