Arthur Rackham ou l’art de peindre les fées

La Bibliothèque Diderot de Lyon a acquis récemment, afin d’enrichir sa collection de livres pour la jeunesse, un très bel exemplaire de La Belle au bois dormant, publié chez Hachette en 1920. Cette acquisition nous a donné l’occasion de nous pencher sur le peintre aquarelliste et illustrateur anglais Arthur Rackham (1867-1939) qui l’a illustré.

Une vie consacrée à l’illustration

Dessin réalisé par N. Kabac d’après une lettre d’Arthur Rackham datée du 26 octobre 1909 et publiée dans Arthur Rackham, ouvrage dirigé par André-François Ruaud (Les Moutons électriques, 2017)

Arthur Rackham est né à Lewisham dans la banlieue de Londres le 19 septembre 1867. Il s’intéressa, dès son plus jeune âge, au dessin. Dans l’école publique londonienne de garçons (la City of London School) où il passa sa scolarité (1879-1883), il obtint de nombreux prix de dessin, encouragé par son professeur, le peintre animalier Herbert Thomas Dicksee (1862-1942). D’une complexion fragile, il quitta l’école à seize ans et passa quelques mois en Australie en 1884, afin de recouvrer la santé. Il ramena de son périple de nombreuses aquarelles de paysages et de plantes. Au retour de son voyage, il suivit des cours du soir à l’école d’art de Lambeth, en particulier ceux du paysagiste William Llewellyn (1858-1941).

Pour gagner sa vie, il devint en 1885 employé de bureau dans une compagnie d’assurances (the Westminster Fire Office). De 1892 à 1896, Arthur Rackham fut journaliste et illustrateur dans différents journaux londoniens : un hebdomadaire, le Pall Mall Budget, ainsi que deux quotidiens, le Westminster Budget puis le Westminster Gazette. Il épousa en 1903 la portraitiste Edyth Starkie (1867-1941).

Arthur Rackham débuta sa carrière d’illustrateur dans le milieu artistique puis littéraire. Il se fit connaître en 1905, en illustrant à la demande des galeristes Cecil Phillips, Wilfred Phillips et Ernest Brown (Leicester Galleries à Londres) qui étaient en quête d’artistes prometteurs, la nouvelle fantastique de l’écrivain américain Washington Irving (1783-1859) Rip Van Winkle. Après avoir été exposées de mars à avril 1905, les illustrations de la nouvelle furent revendues à l’éditeur londonien William Heinemann (1863-1920). C’était en effet une époque où le livre d’étrennes constituait un marché florissant, ce qui fut le cas jusqu’à ce que la Première Guerre mondiale mette un frein à l’économie.

Arthur Rackham entama ainsi une longue carrière d’illustrateur en particulier de livres pour enfants. On lui doit ainsi d’avoir illustré Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift (1667-1745) dont la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire daté de 1914. Les planches aquarellées sont signées des années 1904 et 1909. Elles sont assez sombres, très peu colorées, aux lignes foisonnantes et sinueuses, comme le fut d’ailleurs l’ensemble des illustrations de Rackham, parues dans les deux premières décennies du XXe siècle.

Gulliver s’empare des vaisseaux ennemis [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4167]

Gulliver s’empare des vaisseaux ennemis
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4167]

Notons que la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un autre ouvrage illustré par Arthur Rackham et qui se situe à la lisière de la littérature jeunesse. Il s’agit des Fables d’Ésope, publiées chez Hachette en 1913. Arthur Rackham y déploie un très grand talent de peintre animalier, talent que l’on retrouvera un peu plus loin dans Les Aventures d’Alice au pays des merveilles.

Frontispice Fables d’Ésope : « La tortue et le lièvre » [cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 2448]
Frontispice Fables d’Ésope : « La tortue et le lièvre »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 2448]

Nous devons également à Arthur Rackham les planches d’un autre ouvrage issu des collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon et qui n’appartient pas à la littérature jeunesse. Il s’agit du Livre des ballades du poète et dramaturge Paul Fort (1872-1960). Cet ouvrage broché fut publié en 1921 chez l’éditeur d’art et d’estampes Henri Jules Piazza (1861-1929), spécialisé dans l’édition de livres illustrés de luxe à tirage limité. L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon est ainsi une édition numérotée, tirée à 1 300 exemplaires. Arthur Rackham, dans les aquarelles présentes dans cet ouvrage, puise son inspiration dans le passé notamment dans le préraphaélisme. Ainsi, les visages des princesses qu’il a dessinés ressemblent à ceux peints par Dante Gabriel Rossetti (1828-1882).

Le chemineau fou par amour
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RE 1099]

Attardons-nous davantage sur trois ouvrages présents dans les collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon et illustrés par Arthur Rackham.

Peter Pan dans les jardins de Kensington

James Matthew Barrie (1860-1937) donna naissance à son personnage de Peter Pan dans un roman destiné à un large public et intitulé Le Petit Oiseau blanc publié en 1902. Il lui consacra les chapitres XIII à XVIII. En 1906, ceux-ci furent publiés séparément chez les éditeurs Hodder & Stoughton sous le titre de Peter Pan dans les jardins de Kensington. Toutefois, la version la plus connue des aventures de Peter Pan n’est pas celle-ci mais sa suite. Elle prit d’abord la forme d’une pièce de théâtre, jouée en 1904, avant d’être novélisée et publiée en 1911 sous le titre de Peter Pan et Wendy. Le Peter Pan qui évolue dans les jardins de Kensington est très différent de l’adolescent qui vit dans l’île du Pays de Jamais avec la fée Clochette et le capitaine Crochet. C’est en effet un tout petit enfant.

« Il alla soumettre son étrange cas au vieux Salomon Caw »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4136]

 Plus que toute autre forme éditoriale, la littérature jeunesse est dépendante de l’illustration. En effet, la description donnée par l’auteur peut être assez succincte. L’image donne alors vie au texte. Ainsi, dans Les Aventures d’Alice aux pays des merveilles, dont il sera question un peu plus loin, Charles Lutwidge Dodgson (1832-1898), plus connu sous le pseudonyme de Lewis Caroll, écrit :

« Si vous ne savez pas ce que c’est qu’un griffon, voyez l’image ci-jointe. » p. 123.

En juin 1905, les galeristes Ernest Brown, Cecil et Wilfred Phillips organisèrent une rencontre entre Arthur Rackham et James Matthew Barrie. À l’issue de cette entrevue, Arthur Rackham fut chargé d’illustrer Peter Pan dans les jardins de Kensington. La parution de l’ouvrage fut suivie d’une exposition des illustrations aux Leicester Galleries en novembre 1906. Cet ouvrage rencontra beaucoup de succès et fut traduit en plusieurs langues. L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon a été publié chez Hachette et s’intitule Piter [sic] Pan dans les jardins de Kensington. Il n’est pas daté. Il comporte vingt-quatre planches en couleurs dans des tons sépia ainsi que quelques vignettes en noir et blanc. Une des caractéristiques de l’œuvre d’Arthur Rackham est l’absence de couleurs vives, remplacées dans ses aquarelles par des tons estompés, des gris-bleu, des gris-vert, la couleur sépia ainsi que des rouges rosés. Notons qu’Arthur Rachkam a bénéficié des progrès techniques de la quadrichromie qui restitue à merveille les nuances de l’aquarelle. Toutefois, les nouvelles techniques d’illustration en couleur ne permettent pas encore d’insérer les images dans le texte. Celles-ci sont toujours publiées à part et insérées dans l’ouvrage comme des planches.

Afin d’illustrer cet ouvrage, Arthur Rackham passa de nombreuses heures à exécuter des croquis dans les jardins de Kensington. Un plan du jardin illustre d’ailleurs l’ouvrage.

« Piter Pan. Carte des jardins de Kensington »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4136]

À partir de ses croquis pris sur le vif, Arthur Rackham réalisa des illustrations pleines de fantaisie. Ainsi, dans la première planche de l’ouvrage, si le roi Édouard est représenté le plus fidèlement possible, il tourne pourtant le dos à des arbres ayant une silhouette humaine ainsi qu’à un petit monde de fées dissimulées dans leurs racines.

« Les jardins de Kensington sont à Londres, où habite le roi. »
[Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4136]

Par ailleurs, Arthur Rackham sait aller au-delà du texte. Dans la treizième planche de l’ouvrage, disponible ci-dessous, il a montré les fées sous la terre dans des occupations diverses, leur donnant ainsi vie alors que dans le texte il est uniquement précisé que « les fées [sont] toutes plus ou moins cachées jusqu’au soir ».

« Les fées sont toutes plus ou moins cachées jusqu’au soir. »
[Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4136]

Les Aventures d’Alice au pays des merveilles

L’illustration de cet ouvrage  écrit par Charles Lutwidge Dodgson représentait un véritable défi pour Arthur Rackham. En effet, la première version de cet ouvrage, datée de 1865, fut illustrée à la demande de l’auteur par le grand caricaturiste John Tenniel (1820-1914). Cette première version d’Alice est disponible sur <Gallica>. Il allait être difficile de succéder à celui-ci. Pourtant, lorsque l’éditeur William Heinemann, qui souhaitait profiter de ce que le droit de copyright de la première version d’Alice expirait en 1907, proposa à Arthur Rackham de l’illustrer, ce dernier répondit favorablement à cette demande.

Un descendant de Dogson prénommé Austin, fut chargé d’introduire la nouvelle version avec un poème qui faisait la transition entre Tenniel et Rackham. Ainsi, s’il célébrait les illustrations de Tenniel, il affirmait tout autant la nécessité de doter les aventures d’Alice de nouveaux atours, cette fois en couleur. Pourtant Rackham parvint difficilement à faire aimer sa version. L’hebdomadaire humoristique et satirique britannique Punch (1841-2002), auquel avait contribué John Tenniel, publia une caricature, croquée par E. T. Reed et intitulée Tenniel’s Alice reigns supreme. On y voit la nouvelle Alice défiler tête basse devant une ancienne Alice assise sur un trône et portant couronne.

Le style d’Arthur Rackham différait beaucoup de celui de John Tenniel, très proche de la caricature. Chez ce dernier, Alice est encore une enfant avec une tête qui paraît disproportionnée par rapport au reste du corps. Les illustrations sont des gravures sur bois en noir et blanc.

Vignette illustrée par John Tenniel « Drink me »,
LeAventures d’Alice au pays des merveilles, Macmillan & Co 1869,
disponible sur <Gallica>

L’Alice d’Arthur Rackham est une jeune fille très réaliste. Les planches aquarellées et les vignettes en noir et blanc se succèdent les unes aux autres. Le style de Rackham se distingue par une juxtaposition d’éléments réalistes et fantastiques, typique du monde onirique. Ainsi en est-il de la planche où sont représentés une reine au visage de sorcière ainsi que des jardiniers cartes à jouer à face de gnomes.

« Dans la mare de larmes »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4179]
« Ils se pressaient autour de lui [le dodo], gesticulant et criant :
“Qui a gagné ?… Qui a gagné ?…” »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4179]
« La Reine dit au Chambellan : Tournez-les de l’autre côté »
[cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4179]

La Belle au bois dormant

Les illustrations de cet ouvrage, publié chez Hachette en 1920, montrent une évolution du style d’Arthur Rackham. Celui-ci y généralise l’usage de l’illustration en silhouette ce qu’il avait commencé à faire dans les Fables d’Ésope.

Vignette extraite des Fables d’Ésope, p. 84

Certaines silhouettes ombrées sont rehaussées de rose et de gris-vert.

Arthur Rackham parvient dans cet ouvrage au sommet de son art qui mêle virtuosité de la ligne, goût des contrastes et parfaite économie de moyens. Par ailleurs, une des planches de l’ouvrage est encore plus remarquable que les autres. Elle se compose d’une encre de Chine rehaussée d’aquarelle. Elle est encartée dans un décor de ronces silhouettées de noir. Elle représente la Belle endormie. Seules ressortent de cette dernière sa chevelure dorée et ses joues roses. La noirceur entoure la Belle créant ainsi une atmosphère de mélancolie si chère à Arthur Rackham.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

SOURCES

BARRIE, James Matthew. Piter Pan dans les jardins de Kensington. Paris : Hachette & Cie, 1910.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4136

CARROLL, Lewis. Les Aventures d’Alice au pays des merveilles. Paris :  Hachette, [191 ?].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4179

ÉSOPE. Fables d’Ésope. Paris : Hachette, 1913.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 2448

FORT, Paul. Le Livre des ballades. Paris : H. Piazza, 1921.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 3RE 1099

PERRAULT, Charles. La Belle au bois dormant. Paris : Librairie Hachette, 1920.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 6682

SWIFT, Jonathan. Les Voyages de Gulliver. Paris : G. Crès et Cie, 1914.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 4167

Bibliographie

FIÈVRE, François. Arthur Rackham dans les jardins de Kensington. La revue des livres pour enfants [en ligne], juin 2009, [consulté le 17 février 2019]. Disponible sur le Web : <HAL>.

FIÈVRE, François. Réenchanter le monde : Barrie lu par Rackham. Belphégor [En ligne], 2011, [consulté le 19 février 2019]. Disponible sur le Web : <Belphégor 10-3/2011 : Peter Pan>.

HAMILTON, James. Rackham, Arthur (1867–1939). In Oxford Dictionary of national biography [en ligne], [consulté le 19 février 2019]. Disponible sur le Web : <Oxford Dictionary of National Biography>.

HEARN, Michael Patrick. Arthur Rackham’s adventures in wonderland. In GUILIANO, Edward. Lewis Carrol observed. A collection of unpublished photographs, drawings, poetry, and new essays. New York : Clarkson N. Potter, Inc. /Publisher, 1976, p. 31-44.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : GF 06 040

KAMENETSKY, Christa. Arthur Rackham and the romantic tradition: the question of polarity and ambiguity. In Children’s Literature. [en ligne], 1977, p. 115-129, [consulté le 21 février 2019]. Disponible sur le Web : <Fichier PDF>.

NOESSER, Laura. Rackham Arthur – (1867-1939). In Encyclopædia Universalis [en ligne], [consulté le 11 février 2019]. Disponible sur le Web : <Encyclopædia Universalis>

RUAUD, André-François. Arthur Rackham. Bordeaux : Les Moutons électriques, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.