Gattefossé : parfums et bien-être

  • affiche_2019_A2
  • Interfaces - Parfum-13
  • Interfaces - Parfum-16
  • Interfaces - Parfum-1
  • Interfaces - Parfum-15
  • Interfaces - Parfum-5
  • Interfaces - Parfum-4
  • Interfaces - Parfum-14
  • Interfaces - Parfum-17
  • Interfaces - Parfum-11
  • Interfaces - Parfum-12
  • Interfaces - Parfum-6
  • Interfaces - Parfum-9

Le Festival Science et Manga célèbre cette année le bien-être, c’est l’occasion d’évoquer les recherches du lyonnais René-Maurice Gattefossé sur les parfums et l’aromathérapie à travers les ouvrages conservés dans le fonds ancien de la bibliothèque universitaire Lyon 1.

Page de titre

Les parfums stimulent la partie de notre cerveau impliquée dans les émotions, le bien-être et les souvenirs. Seuls ou associés aux cosmétiques et produits de droguerie, ils permettent de conjuguer hygiène, séduction et plaisir. La fabrication des parfums a d’abord utilisé des matières premières d’origine naturelle, avant que la synthèse organique ne fournisse des composés artificiels. Puis, l’établissement de relations entre structure moléculaire et odeur, ainsi que l’essor de la neurophysiologie, ont permis de comprendre et de moduler l’action des fragrances sur notre organisme. De telles recherches ont été réalisées à l’Université Claude Bernard Lyon 11. L’Agenda du chimiste parfumeur (1918) de René-Maurice Gattefossé (1881-1950) fera l’objet du présent article.

 

 

Un lyonnais entreprenant

Troisième membre d’une fratrie de cinq enfants, René-Maurice Gattefossé nait à Lyon (Montchat). Son père, Louis, a fondé une entreprise de droguerie (1880), ensuite spécialisée dans les matières premières aromatiques (1894). Titulaire d’un diplôme d’ingénieur chimiste de l’Université de Lyon, René-Maurice reprend – avec sa mère et son frère Abel – l’entreprise familiale (1907). Il est victime d’un grave accident de laboratoire (1910), qui lui fait découvrir l’activité antigangréneuse de l’huile essentielle de lavande. Après la Grande Guerre, la société Gattefossé – dont René-Maurice est désormais le seul dirigeant – évolue pour se spécialiser finalement dans les produits de beauté et la pharmacie. Gattefossé consacre ses recherches scientifiques aux parfums et à l’aromathérapie – une méthode dont il forge le nom. Auteur de plus d’une vingtaine d’articles et d’ouvrages, il assure aussi la publication de La Parfumerie moderne, une revue fondée en 1908. Après la mort brutale de Gattefossé à Casablanca, son fils et son gendre lui succèdent la tête de l’entreprise familiale.

Page de titre

Encart publicitaire in René Gattefossé. Esthétique physiologique. Lib. Girardot, 1938.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guerre et épidémies

Lorsque Gattefossé publie son Agenda, la Première Guerre mondiale – à laquelle il a participé comme engagé volontaire – vient de s’achever. L’événement inspire plusieurs passages du texte. Ainsi, « l’exemple de la Faculté des Sciences de Lyon, qui possède depuis peu dans son Institut de Chimie une classe de parfumerie, sera certainement suivi, et nous aurons, avant peu, assez de chimistes pour remplacer ceux, trop nombreux, hélas, qui se sont fait tuer dans les tranchées du front ». Autre conséquence du conflit, l’industrie des parfums artificiels a été « favorisée par les fabrications chimiques de guerre ». Un accroissement de la superficie et de l’équipement de certaines usines à parfum donne l’espoir de supplanter l’Allemagne. Désormais, les parfums synthétiques ne seront plus « de la « camelote allemande », mais « pour la plupart des produits français et fidèles aux modèles naturels ». Des expressions germanophobes renforcent, comme on le voit, le ton patriotique du texte. Autre influence du contexte d’après guerre, il faut « connaître quels sont les parfums qui plaisent à la clientèle américaine ou anglaise ». Notons au passage que la publication de l’Agenda précède la terrible épidémie de grippe espagnole, durant laquelle Gattefossé testera sur des malades hospitalisés le Salvol, un mélange d’huiles essentielles de sa fabrication. Le chapitre consacré à la « composition et valeur désinfectante des fumées en général », qui répertorie des compositions fumigatoires antimicrobiennes, apparaît donc prémonitoire.

Agenda, p. 222

Chimie et procédés

 L’ingénieur chimiste Gattefossé souligne l’importance majeure de sa discipline dans le domaine des parfums. Ainsi, l’analyse organique – utilisant des techniques physiques, comme la distillation fractionnée – permet-elle de déterminer la composition des essences naturelles. Il s’agit essentiellement de terpènes, à l’état d’hydrocarbures stricts ou fonctionnalisés (alcools, cétones, etc.). Les seconds, plus stables et plus aromatiques que les premiers, doivent être préservés dans les huiles végétales utilisées en parfumerie. Aux composés isolés, Gattefossé préfère d’ailleurs les extraits complets de plantes : de même que le sulfate de quinine ne peut remplacer les extraits d’écorce de Quinquina, le menthol « est loin d’être aussi fin que les essences de menthe ».

La parfumerie moderne, 1910

La parfumerie moderne, 1910

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afin de concilier les exigences de stabilité et de conservation des propriétés olfactives, Gattefossé a mis au point un procédé fournissant des essences « déterpénées » : les hydrocarbures terpéniques et les résines malodorantes se trouvent alors éliminés, tandis que les terpènes fonctionnalisés – comme le géraniol et le citronellol de l’essence de géranium – sont conservés. Á ce propos, Gattefossé rappelle un événement significatif : les produits terpéniques présentés à l’exposition internationale de Lyon (1914) sont devenus « semi-solides et nauséabonds ». La chimie permet aussi de trouver des « fixateurs », afin de transformer les huiles essentielles en « une sorte de vernis » peu volatil. Pour la fleur d’oranger, par exemple, le parfumeur utilisera du musc, de l’encens, du benjoin, du baume de Tolu ou du baume du Pérou. Enfin, la synthèse organique fournit des corps parfumés artificiels, comme le nitrobenzène ou « essence de mirbane » – préparé à partir du goudron de houille.

Beauté et hygiène

Agenda, p.153

 Les cosmétiques, qui rassemblent des produits de beauté et d’hygiène, apparaissent dans l’Agenda : poudres de riz, savons parfumés, teintures capillaires, dentifrices, sels révulsifs, etc. Á propos de la « coloration des poudres de riz » Gattefossé aborde le thème de la beauté féminine. Le lecteur apprend qu’« actuellement deux nuances principales sont à la mode : le mauve et l’ocre ».  Si la première teinte éclaircit un teint trop coloré « du fait d’un sang trop généreux », la seconde rehausse la carnation des personnes pâles. Comme les actrices de théâtre, les élégantes doivent choisir leurs fards également en fonction de l’éclairage : lampes électriques à filament ou à arc, manchons à gaz, etc. Toujours à propos des sources lumineuses, les fards colorés limitent l’action du soleil sur le teint, bannissant le hâle ou les taches de rousseur. Des recherches sont donc en cours, visant à préparer les analogues de nos crèmes solaires : des eaux, crèmes ou poudres utilisables à la plage ou en montagne. Avec les dentifrices parfumés, le lecteur de l’Agenda quitte le secteur de la beauté pour celui de l’hygiène. « Pour la bouche, plus que pour tout autre organe, la bonne et saine odeur est un critère de santé […] et nul n’ignore (à moins qu’il n’ait jamais pratiqué l’usage de la brosse à dents) quelle fraicheur et quelle sensation de propreté laissent l’emploi des dentifrices aromatiques français ». Donc, le bien-être est toujours de règle. Supplantant les pâtes dentifrices, les savons et les eaux dentifrices sont à la mode. Leur fabrication utilise des essences de menthe, d’anis, de girofle ou de cannelle, dont la saveur fine et l’odeur fraiche sont persistantes.

Pharmacie et toxicologie

Certains des produits décrits dans l’Agenda – lotions, dentifrices, crèmes pour la peau, etc. -, sont dotés de propriétés curatives ou préventives ». Ils se trouvent donc assujettis à la taxe sur les produits pharmaceutiques et leur conditionnement doit porter une vignette fiscale. Une autre mise en garde du lecteur découle de la toxicité de certaines matières premières, comme le plomb et ses dérivés. Malgré cela, des sels et oxydes du dangereux métal lourd entrent dans la composition de certaines teintures capillaires. Les propriétés cancérigènes de l’amiante – utilisée dans le support absorbant des « sels révulsifs » -, des colorants d’aniline – teintant certaines huiles florales – ou du nitrobenzène – cf. supra – seront démontrées bien plus tard.

En conclusion, si l’Agenda constitue une source de données scientifiques et techniques sur la parfumerie, il incite également à développer un secteur industriel prometteur. Gattefossé n’hésite pas à se montrer péremptoire : « la France occupe dans cette branche une place de choix, mais qui pourra être considérablement améliorée si […] les pouvoirs publics consentent à s’intéresser aux progrès d’une spécialité trop uniquement considérée comme une industrie taillable et corvéable à merci ».

Ouvrages de Gattefossé à la BU Lyon 1

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon

Bibliographie

Chastrette, Maurice. L’art des parfums. Paris : Hachette, 1995.

Ellena, Jean-Claude. Le parfum. Paris : Presses Universitaires de France, 2017.

Holley, André. Éloge de l’odorat. Paris : Odile Jacob, 1999.

Lacour, Sophie, Vasseur, Jean. Les Gattefossé depuis 1880 : une empreinte particulière en galénique et cosmétique. Saint-Priest : Gattefossé Holding, 2000.

Le Guérer, Annick. Le parfum : des origines à nos jours. Paris : Odile Jacob, 2005.

Proust, Brigitte. Petite géométrie des parfums. Paris : Points, 2013.

Tardy, Martine. Histoire du maquillage, des Égyptiens à nos jours. Toulouse : Dangles, 2012.

 

  1. cf. Chastrette et Holley dans la Bibliographie []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.