Histoire d’un livre ou histoires autour d’un livre ?

Un livre quelconque en Première Réserve ?

Au hasard du catalogage systématique d’une des plus belles collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon, la Première Réserve, collection de livres rares et précieux mise en place dès les débuts du Musée pédagogique, nous faisons une découverte curieuse : un livre imprimé très abîmé, simplement broché, daté de 1938, un livre qui n’est ni rare, ni beau : Marie Walewska : « l’épouse polonaise » de Napoléon du comte d’Ornano…

Couverture

Il est rare de trouver dans la Première Réserve un livre qui n’a pas d’une façon ou d’une autre une bonne raison d’y être : belles reliures, éditions rares, incunables, curiosités bibliophiliques, pamphlets introuvables, manuscrits… Pourquoi donc un livre a priori aussi quelconque s’y trouve-t-il ?

Un livre annoté

Sur la page de garde, quelques notes au stylo bille attirent l’attention : il s’agit de ces notes écrites au fil du temps par des bibliothécaires, courantes dans les livres anciens. Si elles abîment parfois l’ouvrage (l’usage du stylo à bille par exemple est proscrit aujourd’hui), elles présentent néanmoins souvent un grand intérêt.

Notes au stylo bille

« Ce livre a été retrouvé en Allemagne par la Commission d’armistice française et donné au Centre National de Documentation Pédagogique en octobre 1951. Page 14, notes au crayon pour passer de France en Espagne. Une photographie d’une jeune femme, une photographie d’une petite fille coiffée d’un képi de lieutenant ».

En effet, la page 14 est annotée au crayon.

Le déchiffrement en est assez malaisé :

« Monter au col de Puymorens 2019m altitude descendre sur le col et passage du Midi et Font Frède et descendre sur les Envalidas (?) refuge Endran (?). Rejoindre Soldeu par voie Res ( ?) Andorra dans les rochers les Ascaldes l’hôtel du Casino.
Porte Puymorens chez Morchette chez Carita 2 La Tour de Carol remonter sur Porte Puym- par les sentiers du col de Puym- éviter le sentier sur la gauche qui va vers l’Andorre. »

Difficiles à lire1, ces notes indiquent indéniablement un chemin à travers les Pyrénées.

Les deux photos sont encore miraculeusement présentes dans le livre : la photo d’une jeune femme effectivement, et d’une petite fille en manteau, coiffée d’un képi, posant devant une maison.

Jeune femme

Derrière la photo de la petite, un nouveau texte, à l’encre cette fois-ci :

Nouveau texte à l’encre au dos de la photographie

« Cette photographie se trouvait dans l’ouvrage 60741 réserve. Cet ouvrage a été retrouvé en Allemagne après 1945. Au verso de la page 13 se trouvent des notes manuscrites relatives à un passage par l’Espagne. Il semble d’après la photo et la date d’édition du livre (1942) qu’il a dû appartenir à un officier voulant traverser la frontière franco-espagnole pour reprendre en Afrique le combat. Fuget gloriam preciosus sanguis eorum. Virgile. »

Effectivement, si le copyright est de 1938, l’impression du livre date bien de 1942.

Copyright Achevé d'imprimer

Il n’y a aucune autre annotation ailleurs dans le livre…

Un livre qui garde son mystère

Qui est cet officier ? Qui sont ces dames, la jeune femme et la petite fille ? On pense à sa femme et sa fille bien sûr mais rien n’est certain… il peut s’agir d’une nièce, d’une sœur… La jeune femme semble porter un uniforme.

Pourquoi ce livre est-il retrouvé en Allemagne après la guerre ? L’homme en question a-t-il été fait prisonnier ? D’où vient l’idée qu’il allait combattre en Afrique ? Cela fait-il partie de la « légende héroïque » de la résistance française ? Est-ce une supposition devenue au fil du temps certitude, ou des témoignages oraux, aujourd’hui inaccessibles, étayaient-ils cette hypothèse à l’époque ? Pourquoi la Commission d’armistice remet-elle ce livre au CNDP ? Qui a écrit les deux textes (le texte sur le livre et le texte derrière la photo) ? Qu’est devenu l’officier en question ?

Bref, indéniablement ce livre a une histoire mais elle nous est aujourd’hui inaccessible. En tout état de cause, ce livre reste un livre assez émouvant, ce qui va lui valoir de conserver sa place en Première Réserve malgré son piètre état.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Source

ORNANO, Antoine-Philippe-Rodolphe d’ (Comte). Marie Walewska : « l’épouse polonaise » de Napoléon. Paris : Hachette, 1938.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 60741

  1. Merci à Jean-Benoît Krumenacker pour les aides à la transcription. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.