La carte des pôles de Buffon

La cartographie n’est pas qu’une question de connaissance ; les cartes sont aussi le reflet d’une certaine pensée du monde, d’une réflexion sur l’inconnu en référence à ce qui fait repère. De carte en carte, on voit à la fois : évoluer ce qui est connu et référencé et se dessiner les contours de ce qui est inconnu et recherché. Les cartes sont aussi le moyen de faire connaître plus qu’un territoire mais aussi des valeurs, philosophies et engagements qui sont en cours à l’époque de la découverte. Ainsi, la carte est support d’une pensée, d’une religion ou d’une théorie scientifique.
Carte des deux régions polaires. Georges Buffon, Œuvres complètes de M. le Comte de Buffon, époque de la nature, histoire naturelle, générale et particulière, tome 6 Paris : Imprimerie Royale, 1779. Lyon 1, BU Sciences

Carte des deux régions polaires. Georges Buffon, Œuvres complètes de M. le Comte de Buffon, époque de la nature, histoire naturelle, générale et particulière, tome 6 Paris : Imprimerie Royale, 1779. Lyon 1, BU Sciences

Buffon n’est pas un explorateur et cette carte, qui est assez unique puisqu’elle représente les deux pôles, n’est pas une carte d’exploration.  Le naturaliste a étudié les résultats des expéditions du 18ème qui se sont succédées dans les pôles et s’en est servi pour ses recherches sur le climat et le refroidissement terrestre.

L’illustration n’est pas innocente : représenter les pôles jusqu’au 45e degré de latitude nord et sud permet à Buffon de montrer l’étendue du refroidissement glacial dans l’hémisphère austral en comparaison avec l’hémisphère boréal. La correspondance dans l’hémisphère sud de la position des villes de l’hémisphère nord insiste sur la différence de latitude des étendues glacées entre les deux pôles. En effet, si les glaces arctiques commencent au 65° latitude nord, les glaces antarctiques se trouvent dès le 50° latitude sud ; pour rappel : Paris est au 48° latitude nord !

Certes, cette carte est scientifique : de par les résultats qui lui ont permis d’être dessinée et de par les théories scientifiques qu’elle appuie. Mais cette carte et cette représentation des pôles sont aussi  porteuses de la vision d’une époque qui veut que les explorations n’aient d’autres buts que la conquête des territoires.
Ainsi dit Buffon, page 269
Je ne présume pas qu’au-delà du 50° degré les régions australes soient assez tempérées pour que leur découverte pût nous être utile.
Si vous souhaitez plus d’informations sur la cartographie dans les pôles : cartes d’explorations du nord, du sud, des fonds marins…, vous pouvez vous reporter à l’exposition virtuelle « D’un pôle à l’autre » et notamment à toute la partie consacrée à la cartographie.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10 juin 2010

    […] La carte des pôles de Buffon, un billet daté du 10 mai 2010 sur le blog Interfaces/Livres anciens de l’université de Lyon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *