Alexis Jordan : un jardin expérimental pour la flore de France

  • Alexis Jordan - 12
  • Alexis Jordan - 6
  • 329. Caloscilaa venusla_Tab. CCXLVII web
  • Centaurea seusana_DSC_0003 web
  • 20161215_160012 carnet web
  • Figure5 web2

En 2019 l’herbier Jordan fera peau neuve !

Il sera restauré avant d’être numérisé et mis en ligne sur la base de données libre d’accès des herbiers français eReColNat. Une belle occasion de présenter l’œuvre de ce grand botaniste lyonnais.

Claude Thomas Alexis Jordan (1814-1897)

Roux, Claudius; Colomb, Antoine. Catalogue des plantes nommées par Alexis Jordan. Lyon: A. Rey et cie, 1908. Cote 4817/8

Claude Thomas Alexis Jordan (1814-1897) fut un très grand botaniste français né et mort à Lyon. Après des études au collège des jésuites de Dole, il se détourna du négoce vers lequel ses parents le poussaient, pour s’intéresser aux plantes de la région lyonnaise, puis de toute la France. Devenu rentier grâce à l’héritage d’un oncle, il prit l’habitude d’effectuer chaque année une excursion botanique, rapportant de très nombreuses plantes vivantes, sèches et graines. Il devint membre de nombreuses sociétés savantes et était en lien avec un nombre très important de botanistes. Il constitua l’une des bibliothèques les plus riches qu’un particulier ait jamais possédée et un herbier qui, pour son époque, était considérable. Mais sa grande originalité et sa modernité se sont surtout illustrées à travers ses études populationnelles dont il a été un précurseur.

Un jardin expérimental à l’abri des regards

Jordan créa un jardin expérimental à Villeurbanne où il cultiva des milliers de microtaxons1 pour vérifier leur isolement reproductif et prouver l’immuabilité de leurs caractères. En effet, pour lui, une espèce linnéenne était un groupe de différentes formes réunies sous une même dénomination, le tout étant immuable et conçu par Dieu. Le jardin d’Alexis Jordan fut tout d’abord très petit et situé dans le quartier des Brotteaux ; puis il déménagea à Villeurbanne et s’agrandit par achats successifs de parcelles contiguës. Il occupa une surface allant de 6400 m² vers 1843 à 1 hectare en 1876 mais resta pourtant peu connu des lyonnais et caché des regards par de hauts murs. Il était divisé en carrés, eux-mêmes divisés en plates-bandes au nombre de 400 à 700. Les pots contenant les cultures y étaient enterrés par rangs de 5 à 7. Selon les années 50 000 à 100 000 plantes de la flore européenne y étaient cultivées, au moyen de graines qu’il faisait récolter par son personnel, ou qu’on lui adressait de toutes parts.

L’œuvre botanique de Jordan

En 1908 paraît un ouvrage de Roux et Colomb – conservé à la BU de Lyon 1- consacré à l’œuvre botanique de Jordan. Il liste les publications du maître, ses voyages botaniques, les articles consacrés à son herbier et à son jardin, les espèces qu’il a nommées et publiées.

Roux, Claudius; Colomb, Antoine. Catalogue des plantes nommées par Alexis Jordan. Lyon: A. Rey et cie, 1908. Cote 4817/8

Son ouvrage majeur restant Icones ad floram Europae comprenant 355 magnifiques planches gravées , dont les originaux noirs du tirage sont précieusement conservés à l’Herbier de l’Université Claude Bernard Lyon 1 (LY), avec son herbier, ses carnets de semis2 , et de nombreuses notes de travail et de culture. Ces collections extraordinaires conservées à l’herbier LY sont un don de l’Université Catholique de Lyon à laquelle Camille Jordan, héritier d’Alexis, les avait lui-même données.

Pl. Caloscilla venusta . Jordan, A, Fourreau, J. Icones ad floram Europae (1866-1903)

Part d’herbier de la collection Jordan conservée à l’herbier LY. Don UCLy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carnet de semis d’Alexis Jordan

Jordan a été à l’origine du concept de microespèce en botanique et a décrit un nombre incroyable d’« espèces affines » ou « jordanons » ce qui lui valut les sarcasmes de nombreux de ses contemporains, mais aussi l’admiration de ses disciples et collaborateurs. Jordan s’était en effet attaché à cultiver ses « jordanons » dans son jardin années après années, à les mettre en herbier les uns à la suite des autres, ainsi qu’à consigner ses observations.

Lectotype de Biscutella. Part d’herbier coll. Jordan. Herbier LY. Don UCLy

 

 

 

 

Son herbier renferme donc un nombre encore inconnu mais très imposant de spécimens de référence pour la botanique appelés « types nomenclaturaux »3.

 

 

 

 

 

Le décès prématuré de son jeune collaborateur et disciple Jules Fourreau (1844-1871), victime de guerre à la bataille de Nuits-Saint-Georges, marquât une rupture pour Jordan. Il sortit sa dernière publication en 1873 dans les annales de la société linnéenne de Lyon puis cessa de côtoyer les sociétés savantes. Pourtant il poursuivit avec assiduité son travail d’expérimentation, agrandissant et réorganisant son jardin, jusqu’à sa mort en 1897. Contradictoire, il fut libre de toute chapelle scientifique mais prisonnier de ses croyances religieuses puissantes. Étant l’un des premiers à observer et à nommer les mutations, il resta cependant le défenseur de l’immutabilité des espèces. N’appartenant à aucune institution, ne sacrifiant rien de ses fortes convictions, il s’isola de ses confrères et n’obtint pas la renommée qu’il méritait. Voici un portrait assez tranché de Jordan à la fin sa vie, rapporté par son descendant Augustin Jordan en 1983 : « Un octogénaire de haute taille, maigre, mais solidement charpenté, d’un abord glacial. Sans famille, sans amis, sans ambition, sans faiblesse. Insensible à tout ce qui n’est pas son fanatisme. […] Très riche et très avare, il ne dépense jamais un sou de plus qu’il ne faut pour l’entretien de son ménage qui est des plus modestes. ».

Article rédigé par Mélanie Thiebaut, Responsable de Herbier LY, FR-CERESE / LEHNA-UMR CNRS 5023 UCB Lyon 1

Bibliographie :

Bange, Christian. « Le botaniste Alexis Jordan (1814-1897), à la Société Linnéenne de Lyon ». Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon. 2004, n°1, 2004, pp. 7-24. Disponible en ligne [consulté le 10 décembre 2018]

Coquillat, Marcel. « Le Jardin botanique d’Alexis Jordan ». Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon. 1946, n°10, décembre, pp. 63-66. Disponible en ligne [consulté le 10 décembre 2018]

Jordan, Alexis ; Fourreau Jules. Icones ad floram Europae novo fundamento instaurandam spectantes. Paris : F. Savy, G. Masson, 1866-1903.

Jordan, Augustin. Une lignée de huguenots dauphinois et ses avatars. Les Jordan de Lesches-en-Diois du XVIe au XXe siècles. Clermont-Ferrand : Soprep, G. de Bussac, 1983.

Roux, Claudius. « Comptes rendus des séances, année 1915 ». Annales de la Société botanique de Lyon.1920, tome 40, Notes et Mémoires, pp. 15-28. Disponible en ligne [consulté le 10 décembre 2018]

Saint-Lager, Jean-Baptiste. « Notice sur Alexis Jordan ». Annales de la Société botanique de Lyon.1897, tome 22, pp.31-46.

Vèze, Laurence. Alexis Jordan, du jardin de Villeurbanne aux caves du Vatican. Lyon: Institut interdisciplinaire d’études épistémologiques,1992.

Viviand-Morel, Joseph-Victor. « Rapport de visite de M. Viviand-Morel sur la visite aux cultures de M. A. Jordan ». Bulletin de la Société botanique de France, Session extraordinaire. 1876, t.23, pp.147-162.

Viviand-Morel, Joseph-Victor. « Histoire abrégée des cultures expérimentales du Jardin de d’Alexis Jordan, Botaniste lyonnais ». Lyon Horticole. 1907, t. 29, pp. 57-59.

 

 

 

 

 

 

  1. taxon faiblement caractérisé morphologiquement ; un taxon étant un élément de classification systématique (famille, genre, espèce… []
  2. Tous les semis y sont consignés par année, avec leur n°, et l’origine des graines []
  3. ce lectotype de Biscutella glareosa est un spécimen de référence qui a permis à Alexis Jordan de décrire la nouvelle espèce Biscutella glareosa au moment de sa publication. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.