Quelques journaux des écoles Freinet

Témoin d’une des formes d’éducation novatrice du XXe siècle, la Bibliothèque Diderot de Lyon possède un petit fonds de journaux scolaires provenant d’écoles  suivant la pédagogie Freinet. Tous datent des années cinquante et soixante.

Des objets bibliographiques de peu de prix

Malgré leur caractère patrimonial, ces journaux sont peu remarquables extérieurement : de petit format, très courts (toujours moins d’une vingtaine de pages), imprimés sur du papier d’assez mauvaise qualité, brochés, presque toujours agrafés, ils n’ont pas grand-chose pour attirer l’œil si ce n’est parfois le dessin sur leur couverture ou leurs titres, aussi variés qu’évocateurs : Pommes de pins, Le Joyeux Semeur, L’Envolée, L’Écho du viaducSoleil levant

Un examen plus approfondi révèle qu’ils proviennent de toute la France et qu’il s’agit de véritables petits journaux avec une année, un numéro, un tirage, un tarif d’abonnement. Sur certains figurent encore des timbres du service postal pour les abonnements.

Des textes extrêmement divers

Ces journaux sont composés de textes signés, écrits par des enfants, filles et garçons, qui souvent donnent leur âge, parfois de façon fort précise : 6 ans et demi, 13 ans et 8 mois ; ceci les situe de la maternelle au collège.

Les Petits des Commards, journal scolaire mensuel, 2e année, avril 1960
Le Joyeux Cours élémentaire, 8e année, octobre 1967 Les Petits des Commards, journal scolaire mensuel, 2e année, avril 1960

Ces écrits sont très variés aussi bien en longueur – de quelques lignes à quelques pages – que par leurs sujets : petits poèmes, phrases, anecdotes, portraits, comptes rendus de visites, récits d’expérience… Ce qui frappe c’est la liberté de ton qui donne à l’ensemble un aspect spontané : on croit voir vivre une classe en feuilletant ces journaux.

Le Briol, journal scolaire, 7e année, n° 42, décembre-janvier 1952 En avant, journal scolaire, n° 6, 13e année, mars
Le Briol, journal scolaire, 7e année, n° 42, décembre-janvier 1952 En avant, journal scolaire, n° 6, 13e année, mars

Malgré la simplicité des matériaux employés, un souci décoratif les anime tous : les polices des textes sont variées tant en taille qu’en couleur et des illustrations empruntant à différentes techniques (linogravure, pochoirs…) parsèment leurs pages.

Au fil des jours, périodique scolaire 128, 12année, n° 72, juin 1962 Les Frênes, journal mensuel illustré, 9année, octobre 1954

Des témoins de la pédagogie Freinet

Ces journaux scolaires sont produits par des écoles et des collèges qui relèvent de la pédagogie Freinet.

Couverture du Rubellois

Célestin Freinet (1896-1966) est un instituteur engagé qui a mis en œuvre des techniques pédagogiques originales, plus libres, plus actives, davantage centrées sur l’enfant en tant que futur citoyen et acteur de sa vie dans la société. L’engagement pédagogique de Freinet fut d’ailleurs inséparable de son engagement politique.

Célestin FreinetParce que l’écrit est très important dans la société, la production d’écrits est au cœur de la pédagogie de Célestin Freinet et des enseignants qui ont suivi et suivent ses méthodes, notamment la production de textes libres, d’écriture libre qui peuvent se manifester sous la forme d’un journal. Ces journaux ne sont d’ailleurs qu’un des aspects de la pédagogie Freinet qui encourage aussi la correspondance entre écoliers, le dessin libre, les structures coopératives.

Le journal scolaire est la trace écrite de tout un travail : l’élève est incité à écrire librement ce qu’il a envie d’écrire. Il peut raconter ce qu’il vit, ce qu’il voit, ce qu’il a besoin ou envie d’exprimer ; dans certains cas, si l’élève est d’accord, son texte va être travaillé collectivement pour pouvoir être publié dans le journal scolaire. Le texte de l’enfant est donc le centre et le point de départ de tout un travail scolaire : corrections, recherche d’une meilleure formulation, d’un style plus efficace…

Les textes des enfants peuvent remplacer le manuel scolaire, jugé trop répressif, et devenir des supports pédagogiques. Au-delà, le texte permet à l’enfant de se découvrir soi-même, il lui apporte la joie de créer et devient un véritable instrument de communication et de socialisation.

En effet, le journal scolaire est un vrai journal : il va être distribué ou vendu dans le quartier, dans le village ou envoyé vers d’autres écoles. Ainsi la coupure qui existe, dans l’école traditionnelle, entre l’enfant et l’écolier tend à être abolie : la vraie vie de l’enfant (sa vie familiale, sa vie dans le quartier, dans le village…) entre dans l’école par le texte libre et la vie de l’école retourne vers la société par le biais du journal scolaire, de ses articles, de ses dessins et de sa diffusion hors de l’école.

L’imprimerie dans la classe

Partisan d’une pédagogie active, où l’enfant contrôle le processus de la conception jusqu’à l’impression, l’illustration et la diffusion, Freinet milite très tôt pour introduire du matériel d’imprimerie dans les classes ; son manifeste L’imprimerie à l’école est publié pour la première fois en 1927.

2édition du manifeste de Freinet en 1935 [cote 1R 110409]

La presse, d’un modèle simple, peut être fabriquée par l’enseignant ; les caractères sont achetés par le biais de la coopérative scolaire. L’enfant met en page, manie les caractères pour composer, encre, apprend les techniques d’impression pour les illustrations (linogravure…). Le manque de matériel ne saurait empêcher la création d’un journal : certains sont juste polycopiés ou un limographe peut être utilisé.

Le Rubellois, journal scolaire, n° 1, décembre 1965. De Floride en Phocée, voici d’autres échos, Pâques 1952

Le journal est produit dans le cadre de la coopérative scolaire, autre entité collective essentielle de la pédagogie Freinet : c’est ce groupement d’élèves incluant l’adulte, qui permet le fonctionnement collaboratif du journal.

Les écoles relevant de la pédagogie Freinet sont très nombreuses aujourd’hui de par le monde ; elles publient toujours des journaux. Les journaux scolaires de la Bibliothèque Diderot de Lyon n’étant pas très anciens, nombre de ces petits écoliers sont aujourd’hui des adultes qui probablement n’imaginent pas que leurs écrits d’enfance sont conservés dans les fonds patrimoniaux d’une bibliothèque.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Collection de journaux scolaires de la Bibliothèque Diderot de Lyon (non catalogués ni cotés à ce jour mais disponibles pour consultation sur place en salle Patrimoine).

Bibliographie

VERGNIOUX, Alain. Le texte libre dans la pédagogie Freinet. Repères, n° 23, 2001, p. 151-168. Disponible sur le Web : <Persée> [consulté le 5 décembre 2018].

VERGNIOUX, Alain. Cinq études sur Célestin Freinet. Caen : PUC, 2005.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 641373

Autres ressources

Très nombreuses ressources sur le site de l’Institut coopératif de l’École moderne (ICEM) : <ICEM>.

Site « Culture, histoire et patrimoine de Passy » : <L’atelier d’imprimerie de Célestin Freinet>.

Webradio Kadékol : <IFÉ QUOI ? : épisode 13 (16/11/2018)>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.