Les contes de fées de Madame d’Aulnoy : la recette d’un succès littéraire et éditorial

Lorsque Madame d’Aulnoy fait paraître en 1697 Les Contes des fées, suivis l’année suivante des Contes nouveaux ou Les fées à la mode, elle connaît un vif succès éditorial. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède une réédition complète de ces contes, imprimée en 1742 [cotes 2RA 4385 et 2RA 4386]. Dans un précédent billet (<Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire>), notre intérêt s’est porté sur la vie de la conteuse, sur le cadre éditorial dans lequel se sont glissés ses contes, sur le succès qui a suivi leur publication ainsi que sur le milieu social qui a vu naître ce nouveau genre littéraire. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur les ingrédients qu’a utilisés Madame d’Aulnoy pour remplir sa marmite des fées – expression empruntée à Nadine Jasmin – et faire de ses contes un genre littéraire en vogue à son époque. Les passages, empruntés à la réédition de 1742 des contes de Madame d’Aulnoy, ont été fidèlement retranscrits.

Une large part de folklore

Madame d’Aulnoy s’est largement inspirée des contes folkloriques. La littérature italienne baroque, très appréciée sous Louis XIV, s’était inspirée du folklore bien avant Madame d’Aulnoy. Ainsi, Gracieuse et Percinet vient du conte-type 4251 : La Recherche de l’époux disparu que l’on retrouve chez Giambattista Basile (1575-1632). Celui-ci a écrit Le Conte des contes, appelé également Pentamerone. Cet ouvrage en deux volumes a été publié entre 1634 et 1636 après la mort de l’auteur.

Table des contes, tome premier, première partie Table des contes, tome quatrième, seconde partie

Le Prince Marcassin est également une reprise du conte-type 433 Le Prince en serpent. La métamorphose d’un prince en animal est un thème présent chez Basile mais aussi chez Straparole. Giovanni Francesco Straparola ou Jean François Straparole de Caravage (v. 1480-v. 1558), écrivain italien de la Renaissance a écrit Les Nuits facétieuses. Cet ouvrage a été publié entre 1550 et 1555. Le cadre de celui-ci est une fête, organisée sur l’île de Murano, près de Venise. Chaque personne participant à la fête raconte une histoire ou une fable puisant dans le merveilleux.

Toutefois, seule une partie des contes de Madame d’Aulnoy est dérivée d’un conte-type : dix sur vingt-six. Les autres sont de pures inventions.

Une grosse cuillerée de mythologie gréco-latine

Les références mythologiques sont nombreuses au sein des contes de Madame d’Aulnoy. Elles permettent d’y intégrer une touche de merveilleux et de partager avec les lecteurs cultivés des connaissances communes. Citons-en quelques-unes : dans Serpentin vert, la conteuse fait référence à Proserpine et aux enfers, dans L’Île de la félicité aux dieux Zéphyr et Éole, dans Le Nain jaune, aux nymphes et aux sirènes, dans La Princesse Carpillon aux centaures et aux amazones.

Table des contes, tome second, seconde partie Table des contes, tome quatrième, première partie

Quelques pincées de littérature médiévale

Madame d’Aulnoy a intégré dans ses contes des touches de féérie médiévale. Cette dernière regorge de fées, de châteaux enchantés, de belles dames, de monstres et de preux chevaliers. Ainsi, le thème du conte Le Pigeon et la colombe est emprunté au Conte de Flore et Blanchefleur, qui est un poème anonyme du XIIe siècle célébrant l’amour courtois. Dans L’Oranger et l’abeille, Madame d’Aulnoy va même jusqu’à imiter le style des troubadours :

« Ors vous le dirai, répondit le Nain : jaçoient que soïez en quête d’un gentil Damoisel, d’une émerveïllable Dame, & de leur monture, je les avisai hier en cet ére qui se pavanoient tous coyent & réjoüis ; icel gentil Chevalier reçut le lots & galardon des Joûtes & Tournoyements qui se firent à l’honneur de Merlusine […] ».

Une touche de Renaissance

L’emprunt à la littérature de la Renaissance consiste chez Madame d’Aulnoy à enchâsser une partie de ses contes dans un récit. L’emploi du récit-cadre permet ainsi d’introduire un genre littéraire nouveau dans un genre plus connu afin de le légitimer. Il sert aussi à mettre en scène le conte. Le récit-cadre introduit un personnage qui lit ou invente un conte comme cela se faisait dans les salons. Le lecteur se retrouve alors en terrain connu.

Le premier conte de Madame d’Aulnoy, L’Île de la félicité, est enchâssé dans L’Histoire d’Hypolite, comte de Duglas. Le second tome des Contes des fées est introduit par Le Récit de Saint-Cloud où Madame d’Aulnoy se met en scène lisant des contes à ses amis. Les contes sont eux-mêmes mis en abyme dans deux nouvelles, dites espagnoles, Don Gabriel Ponce de Léon et Don Fernand de Tolède. De même, dans le second volume des Contes nouveaux ou Les fées à la mode, les contes sont enchâssés dans une nouvelle burlesque intitulée Le nouveau gentilhomme bourgeois.

Le schéma narratif du récit-cadre est emprunté au Décaméron de Boccace écrit entre 1349 et 1353. Les nouvelles sont encadrées par le récit de la rencontre fortuite de l’auteur avec leurs narrateurs.

Table des contes, tome troisième, première partie

Un assaisonnement digne des goûts du Grand Siècle

Tout d’abord, Madame d’Aulnoy s’adapte à la demande de son lectorat en faisant du conte un genre littéraire court. En effet, le genre long en vogue au Grand Siècle, comme Clélie de Madame de Scudéry, édité en dix volumes entre 1654 et 1660, commence à lasser en cette fin de XVIIe siècle.

Elle multiplie par ailleurs dans ses contes les clins d’œil à son époque. Dans Serpentin vert, elle écrit :

« Il n’y avoit point de soir que l’on ne jouât une des plus belles pieces de Corneille ou de Moliere ».

Dans La Biche au bois, elle fait allusion à la princesse Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), qui a épousé le 7 décembre 1697, Louis de France (1682 -1712), duc de Bourgogne, puis dauphin de France :

« Les bonnes Fées venoient voir la Princesse de tems en tems, elles lui apportoient des raretés sans pareilles, des habits si bien entendus, si riches & si galans, qu’ils sembloient avoir été faits pour la nôce d’une jeune Princesse, qui n’est pas moins aimable que celle dont je parle […] ».

Elle fait également allusion, dans le conte ci-dessus, à l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), inspecteur général des bâtiments du roi depuis 1691, alors au faîte de sa carrière.

« [Les fées] avoient pris pour bâtir [leur palais], l’Architecte du Soleil : il avoit fait en petit ce que celui du soleil est en grand […] ».

Madame d’Aulnoy colle aux préoccupations d’une noblesse qui survalorise le paraître. Elle décrit dans ses contes un monde de plaisirs et de luxe outranciers. Dans Fortunée, le prince des bois

« étoit habillé d’une longue veste mêlée d’or & de soye verte, ratachée par de grandes boutonnieres d’émeraudes, de rubis & de diamans […] ».

Les belles parures côtoient les beaux objets. Ainsi, à nouveau, dans La Biche au bois :

« [Le berceau] étoit d’un bois si rare, qu’il coutoit cent mille écus la livre ».

Une bonne dose d’amour…

Madame d’Aulnoy tisse des intrigues romanesques dans le goût de l’époque. Les contes de fées reprennent en effet la tradition littéraire du Grand Siècle qui consiste à analyser longuement les sentiments amoureux, comme chez Mademoiselle de Scudéry, citée plus haut.

Les contes de Madame d’Aulnoy s’inscrivent donc dans la tradition romanesque de l’amour tendre et vertueux, emprunté au modèle courtois mentionné plus haut. Le prince est ainsi soumis, dévoué et respectueux alors que la princesse se distingue par sa vertu.

Toutefois, si les héros sont parfaits, leur passion est, elle, tourmentée. Cela donne lieu à de multiples scénarios, d’autant plus protéiformes que la magie s’en mêle. Par ailleurs, si la conteuse complique à l’envi ses histoires d’amour, c’est aussi afin de tenir son lectorat en haleine. Ainsi en est-il de la Chatte Blanche, personnage tiré du conte du même nom, transformée en animal par des fées afin de la punir d’avoir épousée un beau prince alors qu’elle était promise à l’affreux roi Migonnet.

Par ailleurs, l’amour n’est chaste qu’en apparence dans les contes de Madame d’Aulnoy. Les allusions sexuelles sont déguisées. Ainsi, dans L’Oiseau bleu, l’héroïne caresse le «charmant oiseau» qui est en fait son amoureux métamorphosé ! Dans Serpentin vert, la connotation sexuelle est plus explicite. La princesse s’est éprise d’un roi invisible et a accepté de l’épouser sans le voir. Poussée par la curiosité, une nuit, elle allume une chandelle et se montre horrifiée lorsqu’elle se rend compte qu’elle s’est donnée à un monstre.

« Mais quel cri épouventable ne fit-elle pas, lorsqu’au lieu du tendre Amour blond, blanc, jeune & tout aimable, elle vit l’affreux Serpentin vert aux longs crins herissés ! ».

Dans Le Dauphin, c’est encore plus clair puisque la princesse Livorette se retrouve enceinte sans le savoir ! Toutes les nuits, sans qu’elle s’en rende compte, son serin, Biby, se métamorphose en prince et vient la rejoindre.

…de monstres, de violence et de cruauté

Dans les contes de Madame d’Aulnoy, une grande place est également accordée à la métamorphose animale. Ce thème trouve sa source dans les récits folkloriques, dont il a été question plus haut. Ainsi en est-il du conte-type 432 du prince changé en oiseau, thème développé dans L’Oiseau bleu. Cela traduit également chez la conteuse un penchant libertin. Elle se sert des animaux afin d’outrepasser les interdits (sexualité, violence, cruauté).

L’amour peut également être monstrueux sans recourir à la métamorphose animale. Ainsi, dans Le Rameau d’or :

« [Le prince] monte & trouve dans un Salon magnifique une grande & vieille Fée d’une horrible maigreur ; ses yeux ressembloient à deux lampes éteintes ; on voït le jour au travers de ses jouës, ses bras étoient comme des lattes, ses doigts comme des fuseaux, une peau de chagrin noir couvroit son squelet. […] ».

« Enfin, Prince lui-dit-elle, […] ne songez plus à votre petite Bergere, […] Je suis la Reine des Météores, je vous veux du bien, & je puis vous en faire d’infinis si vous m’aimez ».

Le conte peut tout autant être teinté de sadisme comme nous le montre un autre passage du Rameau d’or :

« […] il y avoit douze Chats pendus au plancher, qui servoient de lustres, & qui faisoient un miaulis à faire perdre patience, & sur une longue Table douze grosses Souris attachées par la queuë, qui avoient chacune devant elles un morceau de lard où elles ne pouvoient atteindre : de sorte que les Chats voïoient les Souris sans les pouvoir manger, les Souris craignoient les Chats, & désespéroient de faim auprès d’un bon morceau de lard ».

De même dans La bonne petite souris, Madame d’Aulnoy dresse le portrait d’un roi particulièrement cruel tel un Gilles de Rais :

« […] il pendoit lui-même les criminels, il se réjoüissoit à leur faire du mal : quand une bonne Maman aimoit bien sa petite fille ou son petit garçon, il l’envoïoit querir, & devant elle il lui rompoit les bras ou lui tordoit le cou ».

Table des contes, tome premier, seconde partie Table des contes, tome troisième, seconde partie

Une pincée de féminisme

Le féminisme s’exprime tout d’abord par la discréditation de l’homme. Si dans leur description les princes sont charmants, dans leurs actes, ils peuvent se montrer amorphes. La métamorphose animale suggère également cette passivité. Ainsi, dans le conte intitulé Le Mouton, le prince est transformé en ovidé et se retrouve ainsi victime d’une castration de métamorphose.

Par ailleurs, certaines héroïnes de contes n’hésitent pas à se travestir en homme afin de démontrer leur courage, qualité censée être l’apanage des hommes, comme dans Belle-Belle ou Le chevalier Fortuné dont voici un extrait :

« Seigneur, lui dit-elle, je viens vous supplier de me permettre de partir pour l’armée ; je suis d’une taille avantageuse, & assez robuste, je m’habillerai en homme, & je passerai pour votre fils […] ».

Une autre marque de féminisme se retrouve dans le fait de décrire des femmes de pouvoir. Celles-ci s’incarnent tout d’abord dans le personnage de la fée. Elle apparaît d’emblée dans le titre des œuvres de Madame d’Aulnoy : Les Contes des fées et Suite des contes nouveaux, ou Les fées à la mode. Mais pas uniquement dans le titre : la fée est aussi omniprésente au sein du récit. La fée, comme le souligne Antoine Furetière dans son dictionnaire est l’héritière de la déesse romaine Fata qui détenait le destin (fatum). Elle incarne le triomphe de la femme ainsi que son autonomie suprême.

La thématique du mariage forcé est également évoquée dans La Chatte blanche où l’héroïne s’y oppose et déclare :

« Eh qui vous a dit, m’écriai-je, que je voulois être mariée ? ce n’est point du tout mon intention, renvoyez le Roy Migonnet […] qu’il me trouve belle ou laide, je ne suis point pour lui ».

De même, dans La Belle aux cheveux d’or, la reine est hostile au mariage qu’on lui impose :

« […] elle répondit à l’Ambassadeur qu’elle remercioit le Roi & qu’elle n’avoit point envie de se marier ».

Un soupçon de morale

La morale, dans les contes de Madame d’Aulnoy, est moins franche que dans ceux de Charles Perrault. Elle est souvent détournée, tournée en dérision, empreinte de cynisme. Si la conteuse sacrifie à la veine moraliste de la littérature classique qui associe toujours l’instruction au plaisir, son objectif est avant tout de séduire. N’est-elle pas une enchanteresse ? C’est pourquoi la morale de ses contes manque de profondeur.

Une fin heureuse

Les contes de Madame d’Aulnoy ne finissent pas toujours bien. Dans L’Oranger et l’abeille, les deux amants sont transformés en palmier. Dans L’Île de la félicité, le prince est rattrapé par le Temps et meurt. L’héroïne, inconsolable se retire alors du monde.

La recette employée par Madame d’Aulnoy pour concocter ses contes de fées montre bien qu’elle s’adresse à un public d’adultes cultivés. Il faudra attendre la seconde moitié du XVIIIe siècle et Jeanne-Marie Leprince de Beaumont (1711-1780) pour que le conte de fées s’adresse à un public d’enfants. Au XIXe siècle, les contes de Madame d’Aulnoy seront remaniés afin qu’ils puissent être mis entre toutes les mains. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire illustré des contes de Madame d’Aulnoy, destiné aux enfants. Il est intitulé Les Contes choisis [Cote 2RC 1132]. Il a été publié en 1847 chez Belin-Leprieur et Morizot. Il s’agit d’un très beau cartonnage dit romantique recouvert de percaline bleu nuit dont le plat supérieur est orné d’un motif réalisé à l’aide d’une plaque à dorer. Il représente une vieille femme racontant des histoires à de jeunes enfants.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Les Contes des fées. Tome premier [-second]. Par Madame d’****. Paris : Compagnie des Libraires, 1742.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 4385

Suite des Contes nouveaux ou Les Fées à la mode. Tome troisième [-quatrième]. Par Madame d’**. Paris : Compagnie des Libraires, 1742.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 4386

Bibliographie

BEAUVALET-BOUTOUYRIE, Scarlett. Les femmes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). Paris ; Belin, 2003.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 940.2/305 BEA f

DEFRANCE, Anne. Les contes de fées et les nouvelles de Madame d’Aulnoy (1690-1698). Genève : Librairie Droz, 1998.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL de

DELARUE, P., TENEZE, M.-L. Le conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France. Paris : Maisonneuve et Larose, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 848 CON de

JASMIN, Nadine. Naissance du conte féminin. Mots et merveilles : Les contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698). Paris : Honoré Champion éditeur, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL ja

MAINIL, Jean. Madame d’Aulnoy et le rire des fées : essai sur la subversion féérique et le merveilleux comique sous l’Ancien Régime. Paris : Éditions Kimé, 2001.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL ma

ROBERT, Raymonde. Le conte de fées littéraire en France de la fin du XVIe à la fin du XVIIIe siècle. Paris : Honoré Champion éditeur, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 ROB

SERMAIN, Jean-Paul. Le conte de fées du classicisme aux Lumières. Paris : Éditions Desjonquères, 2005.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 SER

TRINQUET, Charlotte. Le conte de fées français (1690-1700). Traditions italiennes et origines aristocratiques. Tübingen : Narr Verlag, 2012.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.4 TRI

  1. La classification internationale Aarne-Thompson ou ATU a indexé le contenu des contes populaires et les a classés par conte-type. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.