L’Histoire naturelle des Quinquinas de Weddell : entre l’arbre et l’écorce

  • Quinquina 2 - 1
  • Quinquina 2 - 2
  • Quinquina 2 - 5
  • Quinquina 2 - 6
  • Quinquina 2 - 8
  • Quinquina 2 - 9
  • Quinquina 2 - 10
  • Quinquina 2 - 4
  • Quinquina 2 - 3
  • Quinquina 2 - 11
  • Quinquina 2 - 12
  • Quinquina 2 - 13

Historiquement, les recherches sur le paludisme se trouvent étroitement liées aux études concernant les Quinquinas. Certains traités de pathologie ou de botanique du XIXème siècle en témoignent. La Quinologie de Delondre et Bouchardat – déjà présentée – mentionne, les travaux du médecin naturaliste Hugh Algernon Weddell (1819-1877). Ce dernier est l’auteur d’une Histoire naturelle des Quinquinas. Monographie du genre Cinchona suivie d’une description du genre Cascarilla et de quelques autres plantes de la même tribu (1849).

Page de titre

L’ouvrage en question (désormais désigné par : Hist. Nat) fera l’objet du présent article, dévolu aux études « quinologiques » et aux voyages de Weddell. Mais auparavant, il convient de retracer brièvement la carrière du savant.

Un médecin naturaliste voyageur

Membre d’une vieille famille anglaise, Weddell fait ses études supérieures à Paris, où il devient docteur en médecine (1842). Il participe ensuite – recommandé par le Muséum national d’Histoire naturelle – à l’expédition de Francis de La Porte, comte de Castelnau (1810-1880). Cette mission, embarquée sur le Du Petit Thouars, doit explorer l’intérieur du Brésil et du Pérou (1843-1847). Weddell se sépare de ses compagnons de voyage dans la région du Mattogrosso (1845), afin de sillonner le Brésil, la Bolivie et le Pérou.

H. A. Weddell. Histoire naturelle des Quinquinas. Paris: Masson, 1849. Cote 832

Il collecte alors des spécimens de minéraux, d’animaux et de plantes – Coca, Ipecacuanha, Quinquinas, etc. – et se marie (1847). De retour en France (1848), Weddell fait carrière au Muséum comme aide naturaliste : d’abord, dans la chaire de « Botanique à la campagne » d’Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836), puis dans la chaire de « Botanique et Physiologie végétale » d’Adolphe Brongniart (1801-1876). Weddell quitte le Muséum en 1857. Il travaillera notamment à Poitiers avec le botaniste explorateur de la Bolivie Georges Mandon (1799-1866), avant de décéder d’une crise d’angine de poitrine.

L’introduction

Très dense, elle débute ainsi : « Peu de sujets en Histoire naturelle ont eu le privilège d’exciter l’intérêt général à un plus haut degré que le quinquina ; aucun, peut-être, n’a mérité jusqu’ici l’attention de plus d’hommes éminents ». L’auteur étaie cette affirmation en évoquant trois grandes expéditions naturalistes au Pérou et dans la Nouvelle-Grenade (la Colombie, le Panama, le Vénézuela et l’Équateur actuels). Le voyage de Charles Marie de La Condamine (1701-1774)1 dont fait partie Joseph de Jussieu (1704-1779) conduit à la description du Cinchona officinalis (Linné, 1742). Quittant ses compagnons de voyage pour mener ses propres investigations, Jussieu étudie la Coca (Erythroxylum coca) et visite la province de Yungas où il découvre plusieurs espèces de Quinquinas (1749). Il expédie alors leurs graines à Paris. Weddell a dédié à Jussieu une variété de Cinchona Calisaya « pour rappeler un nom trop peu connu ».

Tab. III Cinchona Calisaya Wedd.

Tab. III bis Cinchona Calisaya Wedd. B. Var. Josephiana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le voyage de La Condamine, l’exploration géographique des Quinquinas s’étend au Nord, en Colombie, grâce aux expéditions du médecin José Celestino Mutis (1732-1808) – de 1783 à 1804 – et des naturalistes Alexander von Humboldt (1769-1859) et Aimé Bonpland (1773-1858) – de 1799 à 1804.  Au Sud, le territoire péruvien est sillonné par les botanistes Hipolito Ruiz (1754-1815) et José Pavon (1754-1840) – de 1777 à 1788. Ruiz publiera un ouvrage intitulé Quinologia o tratado del arbol de la Quina (1792), suivi d’un Supplemento de la Quinologia (1801) rédigé avec Pavon. Il s’y ajoutera une Flora peruviana et chilensis (1798-1802) décrivant douze espèces supposées de Quinquinas. Enfin, la dernière expédition mentionnée par Weddell – et à laquelle il participe – est celle de Castelnau (cf. supra). L’auteur de l’Hist. nat livre un récit très vivant de son périple en solitaire.Toujours dans l’Introduction, Weddell décrit le travail des « Cascarilleros » chargés de localiser les Quinquinas, puis de prélever leur écorce, sous la direction d’un « Majordomo ». In fine, le naturaliste émet des critiques sur « le mode d’exploitation de ce produit précieux […] à la merci des demi sauvages qui le pratiquent ». Weddell propose donc diverses solutions, comme l’acclimatation des Quinquinas dans une colonie française.

Tout sur les Quinquinas

L’histoire naturelle proprement dite des Quinquinas comporte une partie générale et une partie monographique. Concernant les généralités, Weddell signale l’existence du mouvement brownien au sein de cellules foliaires emplies d’un liquide « gommeux-résineux, davantage astringent qu’amer ». Il note que l’amertume des Quinquinas tient non seulement à l’écorce, mais aussi à la feuille et à la fleur. Cet inconvénient gustatif se trouve corrigé dans les corolles par un « arôme délicieux ». Weddell le constate en buvant du « thé » – c’est-à-dire une infusion – de fleurs de Cinchona.

Les monographies sont précédées d’une description en latin du genre Cinchona et d’une étude de la taxinomie des Rubiacées. En effet, cette famille inclut la tribu des Cinchoneae ou Cinchonées, à laquelle appartiennent les Quinquinas. Chaque monographie a pour titre la dénomination latine de la plante étudiée (Cinchona Calisaya, par exemple). Une longue description anatomique en latin est suivie d’« Observations » en français. On lit ainsi p. 31 : « Malgré les explications diverses qu’en donnent les auteurs, l’étymologie du mot Calisaya est encore bien obscure ». L’écorce de la plante prenant une couleur rouge en séchant, il est tentant de fusionner les termes quechuas « Colli » (= rouge) et « saya » (= sorte ou forme). Weddell signale que « M. Delondre avait essayé de faire transporter en Europe un arbre vivant du C. Calisaya, mais cet arbre mourut en chemin » (p. 36). Il loue les études quinologiques de Gaston Guibourt (1790-1867), professeur d’« Histoire naturelle des médicaments » à l’École supérieure de Pharmacie de Paris. Enfin, après les Cinchona, Weddell décrit sous forme de monographies des « genres nouveaux ou peu connus de la tribu des Cinchonées » : Cascarilla, Ladenbergia, Pimentella, Chrysoxylon, etc.

Tab. XXV Cascarilla Carua Wedd.

Tab. XXVII A. Lasionema Cinchonoides Wedd. B. Pimentelia Glomerata Wedd.

Tab. XXVI A. Ladenbergia Dichotoma Kltsch B. Gomphosia Chlorantha Wedd.

Les monographies des Cinchona sont illustrées à la fin de l’Hist. nat., par des planches d’Alfred Riocreux (1820-1912) et Louis Steinheil (1814-1885) – deux peintres de botanique.

Tab. II Cinchona Linn. (Anatomie du bois et de l’écorce)

Tab. I Cinchona Linn.

 

 

En noir et blanc apparaissent des coupes d’histologie végétale et des plants de Quinquinas avec leurs feuilles et inflorescences.

 

 

 

 

La couleur participe au grand réalisme des écorces – qui sortent littéralement de la page – et aux délicats pastels d’une « Carte générale des Andes intertropicales ».

Tab. XXVIII

Tab.XXIX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte des Andes intertropicales montrant la distribution du genre Cinchona

En conclusion, Weddell justifie – deux siècles après – le ton élogieux du Poème du Quinquina (1682) de Jean de La Fontaine (1621-1695) : « Je reviens à l’usage / D’une écorce fameuse, et qui va tous les jours / Rappeler des mortels jusqu’au sombre rivage. / Un arbre en est couvert, plein d’esprits odorants, / Gros de tige, étendu, protecteur de l’ombrage / Apollon a doué de cent dons différents / Son bois, son fruit et son feuillage  […]. Le quina s’offre à vous, usez de ses trésors ».

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Buignet, Henri. « Éloge de G. Guibourt prononcé à la séance solennelle de l’École et de la Société de Pharmacie le 15 novembre 1871 », Journal de Pharmacie et de Chimie. 1872, vol. 15, p. 69-86.

Leandri, Jacques. « Un naturaliste du Muséum à la recherche des Quinquinas : Hugh Algernon Weddell (1819-1877) », Adansonia. 1966, vol. 6, fasc. 2, p. 165-173.

Martinière, Guy et Lalande, Thierry. Aimé Bonpland, naturaliste rochelais aux Amériques (1773-1858) : De l’orchidée à la yerba mate. Paris : Les Indes Savantes, 2010.

Rocco, Fiammetta. L’écorce miraculeuse. Lausanne : Noir sur Blanc, 1926.

Trystram, Florence. Le procès des étoiles. Récit de la prestigieuse expédition de trois savants français en Amérique du Sud, 1735-1771. Paris : Seghers, 1979.

Wulf, Andrea. L’invention de la nature. Lausanne : Noir sur Blanc, 2017.

Un quinonologue illustre : Gaston Guibourt (1790-1867).BIU Santé. Disponible en ligne [consulté le 6 novembre 2018]

Autour de la collection « Guibourt ». Exposition virtuelle BIU Santé, septembre 2010. Disponible en ligne [consulté le 6 novembre 2018]

 

  1. cf. Florence Trystram dans la Bibliographie []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.