Madame d’Aulnoy et le conte de fées littéraire

Madame d’Aulnoy (165?-1705), aujourd’hui oubliée du grand public, était une conteuse prolifique : elle écrivit vingt-six contes. Très appréciés en son temps, ses contes avaient autant de succès voire plus que ceux de Charles Perrault. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les contes de Madame d’Aulnoy furent réimprimés cinq fois et ceux de Charles Perrault quatre fois. Aussi semble-t-il juste de l’extraire de l’ombre de ce dernier. Les collections patrimoniales de la Bibliothèque Diderot de Lyon où l’œuvre de Madame d’Aulnoy est fort bien représentée nous permettent cette mise en lumière.

 

Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d’Aulnoy : une vie digne d’une héroïne de roman

Portrait dessiné par Élisabeth Chevron et gravé par Pierre-François Basan (1723-1797), à noter la graphie « Berneville » pour « Barneville »
Portrait dessiné par Élisabeth Chevron et gravé par Pierre-François Basan (1723-1797),
à noter la graphie « Berneville » pour « Barneville ». Source : <Gallica
>

Madame d’Aulnoy naquit à Barneville-la-Bertran en 1650 ou 1651 et mourut à Paris le 14 janvier 1705. Issue de la petite noblesse normande, sa mère l’obligea à épouser, à l’âge de 15 ou 16 ans, François de La Motte, baron d’Aulnoy en Brie, trois fois plus âgé qu’elle. Madame d’Aulnoy fut maltraitée par son époux libertin et violent y compris durant ses grossesses. En 1669, elle contribua avec l’aide de sa mère, Madame de Gudane, à faire accuser son mari de propos séditieux à l’encontre du roi. Le baron d’Aulnoy fut innocenté et son épouse emprisonnée, d’abord à la Conciergerie, puis dans un couvent avant d’être finalement relâchée grâce à l’intervention d’un membre de sa famille maternelle.

Séparée de son époux, elle se rendit dans différents pays d’Europe (Flandre, Angleterre et Espagne). De ce dernier voyage, naquit un ouvrage intitulé Relation du voyage d’Espagne. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède un exemplaire du premier tome publié par Claude Barbin en 1691 [cote 52698].

Il est dédicacé au duc de Chartres, Philippe d’Orléans (1674-1723), demi-frère de la défunte reine d’Espagne, Marie-Louise morte en 1689. Madame d’Aulnoy suivant la mode de l’époque fait preuve dans sa dédicace d’une grande flagornerie afin de s’assurer les bonnes grâces du duc et du roi.

Epitre 1 Epitre 2

Elle ouvrit vers 1690, à l’instar de sa grande-tante Marie Bruneau des Loges (1585-1641), un salon littéraire rue Saint-Benoît à Paris. Son salon était fréquenté par d’autres conteuses de l’époque. Citons Henriette-Julie de Castelnau, comtesse de Murat (1672-1716) et Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon (1664-1734), nièce de Charles Perrault. Madame d’Aulnoy appartient au monde des précieuses que Molière a si bien brocardées.

Une femme à l’origine du conte de fées littéraire

Madame d’Aulnoy a créé le premier conte de fées littéraire français. Il a été intitulé après coup L’Île de la félicité, lieu où vit la princesse dont est épris le héros Adolphe. Il est en effet inséré dans un roman Histoire d’Hypolite, comte de Duglas, livre second, publié en 1690.

Charles Perrault publia pour sa part en 1691 une nouvelle en vers assimilable à un conte de fée intitulée La Marquise de Salusses ou La Patience de Griselidis. Il a été publié dans le recueil de plusieurs pièces d’éloquence et de poésie présentées à l’Académie française pour les prix de l’année 1691.

Le cadre éditorial des contes de fées

En 1697, Madame d’Aulnoy connut un grand succès les Contes des fées, suivis des Contes nouveaux ou Les Fées à la mode, parus entre 1697 et 1698. La Bibliothèque Diderot de Lyon détient une réédition complète en quatre volumes, eux-mêmes divisés en deux parties, de format in-12, datée de 1742 et imprimée à Paris par la Compagnie des Libraires [cotes 2RA 4385 et 2RA 4386].

Les Contes des fées Suite des Contes nouveaux ou Les Fées à la mode

Les contes de Madame d’Aulnoy ont été publiés pour la première fois entre avril 1697 et février 1698. Madame d’Aulnoy a fait le choix de publier son œuvre pour la première fois chez Claude Barbin qui était un célèbre imprimeur-libraire parisien, spécialisé dans le merveilleux.

Madame d’Aulnoy a fait paraître la suite de ses contes de fées dans un laps de temps assez court afin de profiter de leur succès. Par ailleurs, elle ne voulait pas se laisser distancer par ses concurrents tels Charles Perrault, Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon, Henriette-Julie de Castelnau de Murat ou encore Charlotte-Rose de Caumont La Force. Cela montre également que Madame d’Aulnoy avait une certaine facilité d’écriture. Il est également fort probable qu’elle ait testé ses contes dans son salon avant de les publier.

Une consécration littéraire de son vivant

Madame d’Aulnoy a publié ses contes sous couvert d’anonymat. Ils étaient signés : « Madame d’**** ». Publier anonymement était d’un usage courant. Cela n’aurait pas été convenable pour une femme du monde, noble et salonnière, de publier sous son nom. Par ailleurs, le métier d’écrivain était encore considéré comme un métier d’homme. Toutefois, personne n’était dupe de l’anonymat de Madame d’Aulnoy. De plus, le conte de fées était un genre nouveau, moderne donc sujet à polémiques. Les contes de Madame d’Aulnoy étaient annoncés dans le Mercure galant, revue française fondée en 1672, à la fois journal d’informations et lieu de publication de poèmes et historiettes. Celui-ci n’hésitait pas à en vanter les mérites après parution. Mais, les contes de fées suscitaient également le désaccord des biens pensants. Ainsi, l’abbé Pierre de Villiers, dans son ouvrage intitulé Entretiens sur les contes de fées et sur quelques autres ouvrages du temps, pour servir de préservatif contre le mauvais goût, publié à Paris chez J. Collombat en 1699, les jugeait oisifs et frivoles.

Les contes de Madame d’Aulnoy sortirent même du cercle mondain qui les avaient vus naître. Ainsi, de nombreux contes firent l’objet d’une réédition dans la Bibliothèque bleue. La Bibliothèque bleue fut créée au début du XVIIe siècle à Troyes par l’imprimeur-libraire Nicolas Oudot (v. 1565-1636). Elle se composait de petits ouvrages brochés imprimés sur du mauvais papier et recouverts d’une couverture en papier gris bleuté (emballage des pains de sucre). Peu coûteuse, elle était destinée à la classe populaire via le colportage.

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède dans une réédition de la Bibliothèque bleue : Contes des fées. La Princesse Rosette [cote 2RA 4540], Fortunée [cote 2RA 4539], La Grenouille bienfaisante, conte nouveau tiré des Fées [cote 2RA 4536]. Ils furent imprimés à Caen par Pierre-Jean-Aimé Chalopin (17..-1822 ?] comme l’indique le matériel typographique (marque de l’imprimeur au titre). Ces ouvrages auraient été publiés entre 1777 et 1822 dates d’exercice de l’imprimeur-libraire.

La Princesse Rosette Fortunée La Grenouille bienfaisante

Les contes de Madame d’Aulnoy devinrent également objets de bibliophilie. Le premier tome des Contes des fées que possède la Bibliothèque Diderot de Lyon porte au contreplat supérieur une vignette ex-libris armoriée : « d’or à l’ancre d’argent, accostée de deux étoiles du même ». Il s’agit de la marque de propriété de Louis-Antoine Tenant de la Tour (1808-1882) qui fut bibliothécaire du roi Louis-Philippe au palais de Compiègne. Poète, homme de lettres, ce fut un grand bibliophile qui laissa derrière lui une importante collection.

Le conte de fées : définitions

Le dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1619-1688) dans une édition de 1690 [cote 1R 180036] définit le conte comme une histoire ou un récit plaisant. Il donne la définition suivante de la fée :

« Terme qu’on trouve dans les vieux romans, qui s’est dit de certaines femmes ayant le secret de faire des choses surprenantes […]. »

Le conte merveilleux, ou conte de fées, est un sous-genre du conte. Il contient des éléments surnaturels, féériques, magiques, mythologiques qui le distinguent de ce dernier.

Selon Raymonde Robert, l’écriture féérique possède trois grandes caractéristiques qui sont essentielles. Le lecteur doit savoir d’emblée que le héros ou l’héroïne victime d’un méfait va se sortir de ce mauvais pas. Le couple héroïque possède des caractéristiques morales et physiques supérieures au commun des mortels, il se retrouve confronté à des personnages qui ne possèdent aucune de ses qualités dans une conception très manichéenne du monde. L’univers du conte se suffit à lui-même.

Charlotte Trinquet donne une autre définition du conte de fées littéraire. Ce sont :

« des récits didactiques d’aventures héroïques où de jeunes personnes, avec ou sans l’aide de fées ou d’autres êtres surnaturels, réussissent – ou non – dans des épreuves qui vont leur permettre d’accéder à un état généralement – mais pas toujours – supérieur à leur situation initiale ».

Le conte de fées, un divertissement mondain

Madame de Sévigné, dans une lettre adressée à sa fille, la comtesse de Grignan, datée du vendredi 6 août 1677, et extraite du Recueil des lettres […], quatrième tome paru en 1784 [cote 22771/4], en donne un aperçu :

« Madame de Coulanges, qui est venue me faire ici une fort honnête visite, jusqu’à demain, voulut bien nous faire part des contes avec quoi l’on amuse les Dames de Versailles : cela s’appelle les mittonner ; elle nous mittonna donc, & nous parla d’une isle verte, où l’on élevoit une Princesse plus belle que le jour […] »

Les contes de Madame d’Aulnoy ont été écrits dans le but de satisfaire un lectorat adulte et féminin. Les contes ont en effet été l’objet d’un jeu à la fin du XVIIe siècle dans les salons littéraires. Il était de bon ton d’en raconter. Une partie des contes est tiré du folklore. Ils ont alors été transformés afin de les adapter à la société galante du XVIIIe siècle. C’est à Madame d’Aulnoy que l’on doit l’idée de les faire passer du stade de l’oralité à celui de l’écriture.

Louis XIV était âgé lorsque les contes de Madame d’Aulnoy parurent. Il était, en outre, influencé par l’austère Madame de Maintenon. L’heure n’était plus aux amusements de sa jeunesse. La fin du règne de Louis XIV fut marquée par un retour à la Cour de la piété et de la morale. Le conte de fée, divertissement mondain, permettait de trouver une échappatoire à la morosité ambiante mais aussi de se rappeler avec nostalgie les fastueuses fêtes royales d’antan, le Versailles, royaume de féérie. En effet, Madame d’Aulnoy puise à la même source merveilleuse que Louis XIV. Celui-ci avait une prédilection pour les contes de fées née dans son enfance lorsque ses nourrices lui en lisaient. Les fêtes qu’il a organisées à Versailles tels les « plaisirs de l’isle enchantée » et dont on conserve des comptes rendus, sont directement issues de ce goût marqué pour la féérie.

Ainsi les contes de fées de Madame d’Aulnoy multiplient-ils les descriptions de châteaux fastueux, de fêtes somptueuses, de riches habits, etc. Ils recréent à leur tour une féérie du décor. Les contes ont donc vocation à divertir ceux qui les écoutent, au sens pascalien du terme, afin d’oublier un instant la misère de la condition humaine qui a pour seul aboutissement la mort. Ils ont vocation à tromper l’ennui d’une classe sociale oisive. C’est pourquoi le décor des contes est si important. Le bonheur ne peut se vivre selon la conception de l’époque que dans un monde de luxe, de raffinement et de plaisirs sans cesse renouvelés. Mais ne nous trompons pas, les contes de Madame d’Aulnoy sont néanmoins ambigus en ce qui concerne la royauté. Certes, elle a dédicacé Les Contes des fées à son altesse royale Madame afin de s’attirer les bonnes grâces de la famille royale.

à son altesse royale Madame

Pourtant, si certains contes font référence à la mansuétude du Roi-Soleil comme dans La Princesse Rosette qui se clôt de la manière suivante :

« Apprenez qu’il est beau de pardonner l’offense
Après que l’on a sçû vaincre ses ennemis ;
Et qu’on en peut tirer une juste vengeance ;
C’est ce que notre Siécle admire dans LOUIS ».

D’autres égratignent au contraire la figure du roi. L’oiseau bleu évoque ainsi la mutinerie d’un peuple contre une méchante reine :

« [La reine et sa fille] étoient regardées comme des Favorites qui avoient abusé de leur faveur : le peuple mutiné courut au Palais demander la Princesse Florine la reconnoissant pour Souveraine ».

Le prince Lutin pour sa part s’avère terriblement prémonitoire puisqu’on y coupe la tête d’un roi impopulaire :

« […] Lutin le prit par les cheveux, & lui coupa la tête comme à un poulet, sans que ce petit malheureux Roi vit la main qui l’égorgeoit. »

Le conte de fées est donc un outil de subversion mais prudente. Il est loin d’être un divertissement innocent. Il amuse parce qu’il est un jeu de l’esprit destiné à des gens cultivés et qui consiste à décrypter ce qui se cache derrière les apparences : des références à la mythologie, au symbolisme mais aussi de petites piques dirigées contre un monarque absolu.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

 

Sources

Les Contes des fées. Par Madame d’****. Paris : Compagnie des Libraires, 1742.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 4385

Suite des Contes nouveaux ou Les Fées à la mode. Par Madame d’**. Paris : Compagnie des Libraires, 1742.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RA 4386

Bibliographie

BEAUVALET-BOUTOUYRIE, Scarlett. Les femmes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). Paris : Belin, 2003.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 940.2/305 BEA f

DEFRANCE, Anne. Les contes de fées et les nouvelles de Madame d’Aulnoy (1690-1698). Genève : Librairie Droz, 1998.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL de

JASMIN, Nadine. Naissance du conte féminin. Mots et merveilles : Les contes de fées de Madame d’Aulnoy (1690-1698). Paris : Honoré Champion éditeur, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL ja

MAINIL, Jean. Madame d’Aulnoy et le rire des fées : essai sur la subversion féérique et le merveilleux comique sous l’Ancien Régime. Paris : Éditions Kimé, 2001.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 840.900 4 AUL ma

ROBERT, Raymonde. Le conte de fées littéraire en France de la fin du XVIe à la fin du XVIIIe siècle. Paris : Honoré Champion éditeur, 2002.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 ROB

SERMAIN, Jean-Paul. Le conte de fées du classicisme aux Lumières. Paris : Éditions Desjonquères, 2005.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.5 SER

TRINQUET, Charlotte. Le conte de fées français (1690-1700). Traditions italiennes et origines aristocratiques. Tübingen : Narr Verlag, 2012.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 843.4 TRI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.