La Quinologie de Delondre et Bouchardat

  • 2
  • Quinology 77
  • Quinology 97
  • Quinology 2
  • Quinology 59
  • Quinology 12
  • Quinology 3
  • Quinology 16
  • Quinology 17
  • Quinology 89
  • Quinology 94

L’exposition « Les plantes, un monde en mouvement » à voir actuellement à la BU sciences de l’Université Claude Bernard Lyon 1, est l’occasion de feuilleter quelques ouvrages de botanique conservés dans les fonds patrimoniaux du SCD Lyon 1. Après avoir présenté le mois dernier les travaux du botaniste Gaston Bonnier, les deux prochains billets seront l’occasion de découvrir les études menées au XIXème siècle sur les Quinquinas et leurs vertus thérapeutiques.

Les Quinquinas sont des arbres tropicaux de la famille des Rubiacées, originaires de l’ancien Pérou.

John Eliot.The quinology of the East Indian plantations. London: L. Reeve & Co,1869. Cote 850

John Eliot. The quinology of the East Indian plantations. London: L. Reeve & Co,1869. Cote 850

John Eliot.The quinology of the East Indian plantations. London: L. Reeve & Co,1869. Cote 850

Il en existe une vingtaine d’espèces, dont seules la jaune et la rouge sont utilisables en pharmacie pour leur écorce. Cette dernière constitue une « drogue » au sens de la pharmacognosie : elle contient plusieurs alcaloïdes, comme la quinine dotée de propriétés antipaludéennes ou la quinidine – isomère de la quinine – régulatrice du rythme cardiaque. Au XIXème siècle ont été publiés des ouvrages de « quinologie » (« quinology » en anglais) soigneusement illustrés. L’un d’entre eux, répertorié au catalogue du fonds ancien de la BU Lyon 1, va retenir notre attention. Il s’agit d’un traité rédigé par les pharmaciens Augustin-Pierre Delondre (1790-1865) et Apollinaire Bouchardat (1806-1886), qui s’intitule Quinologie. Des Quinquinas et des questions qui, dans l’état présent de la science et du commerce, s’y rattachent avec le plus d’actualité (1854).

Deux pharmaciens quinologues

Né à Paris, Delondre appartient à une grande famille d’apothicaires et d’épiciers de la capitale. Installé comme droguiste avant d’être reçu maître en pharmacie (1815), il se passionne ensuite pour la production de la quinine. Ceci le conduit à fonder sa propre entreprise à Nogent-sur-Marne (1828), puis un cartel avec deux collègues, et à tenter d’extraire localement l’alcaloïde en Amérique du Sud (1846). Delondre subit des déconvenues, mais rapporte de son voyage une importante documentation pour la Quinologie. Ce membre correspondant de la Société de Pharmacie de Paris s’éteint au Havre (1838). Son confrère Apollinaire Bouchardat, natif de l’Isle-sur-Serin (Yonne), est neveu et père de pharmacien. Il suit comme Delondre les cours de l’École de Pharmacie de Paris, mais choisit la carrière hospitalo-universitaire : docteur en médecine et pharmacien des hôpitaux (1832), agrégé de médecine (1833), puis pharmacien chef de l’Hôtel-Dieu (1834-1855), Bouchardat devient finalement professeur d’hygiène à la faculté de médecine de Paris (1852). Il s’illustre dans de nombreux domaines, comme la chimie physique, la botanique, l’hygiène ou l’alimentation. Pionnier de la diabétologie, Bouchardat est membre de l’Académie de Médecine (1850).

Voyages, botanique et pharmacie

Le but des auteurs de la Quinologie  est le suivant : préciser la dénomination, la classification et l’efficacité thérapeutique des différentes espèces de Quinquinas, en se basant sur leur origine géographique, ainsi que sur la teneur en alcaloïdes de leurs écorces. Il s’agit de produire « plutôt un traité pratique qu’un ouvrage de science » et d’« ouvrir la voie aux plus jeunes, qui feront mieux ensuite ».

La première partie de l’ouvrage propose un « Aperçu historique des Quinquinas ». Delondre et Bouchardat retracent une histoire botanique, chimique et pharmaceutique de la plante. Ils restent, à une exception près (cf. infra), dans la réalité des faits scientifiquement avérés et utilisent des citations empruntées à des articles, à des notices biographiques, à une lettre, etc. L’approche historique de Delondre et Bouchardat suscite plusieurs remarques. D’abord, la nomenclature quinologique rappelle des confusions du passé. « Quinquina » dérive en effet de « kina kina » (« l’écorce des écorces »), un terme quechua désignant une plante de la famille des Légumineuses. Quant au nom de genre latin (Cinchona), attribuée par Linné au Quinquina gris (Cinchona officinalis, 1742), il renvoie à un fait imaginaire que semblent adopter nos deux pharmaciens. Au XVIIème siècle, la comtesse del Chinchon – épouse du vice-roi du Pérou – aurait été guérie d’une fièvre paludéenne grâce à l’administration de l’« écorce miraculeuse ». Ensuite, si les auteurs de la Quinologie mentionnent certains évènements majeurs – comme la découverte au Pérou, par des missionnaires jésuites, des propriétés fébrifuges de l’écorce de l’« arbre des fièvres » -, en revanche ils en passent d’autres sous silence – telle la préparation par l’anglais Robert Talbor (1642-1681) d’une forme médicamenteuse à base de « poudre des jésuites ». Enfin, Delondre et Bouchardat doutent de la possibilité d’acclimater les Quinquinas, alors que l’« arbre des fièvres » sera implanté dès 1850 dans les colonies anglaises et hollandaises. Le pharmacien botaniste britannique John Howard Eliot (1807-1883) publiera d’ailleurs The quinology of the East Indian plantations (1869-1876), un ouvrage illustré de quinze magnifiques planches en couleurs.

John Eliot. The quinology of the East Indian plantations. London: L. Reeve & Co,1869. Cote 850

La seconde partie de la Quinologie raconte le voyage de Delondre en Amérique du Sud. Désireux de s’affranchir du monopole bolivien sur la drogue végétale, le pharmacien recherche des fournisseurs. L’un d’entre eux inspire au pharmacien un récit haut en couleurs, rappelant un roman d’aventures : « Santo-Domingo se tenait debout derrière lui, et armant son pistolet, dirigeait le canon au-dessus de la tête du contremaître pour lui brûler la cervelle, lorsque ce dernier se retourna subitement, la direction du canon fut changée et la balle n’effleura que son épaule ».(p.20) D’ailleurs, Delondre compare le journal de San-Domingo à L’Antiquaire de Walter Scott (1771-1832), un roman de mœurs aux multiples péripéties.

Intitulée « Description des Quinquinas en suivant la chaîne des Andes, depuis la Bolivie jusqu’à la Nouvelle-Grenade », la troisième partie de la Quinologie regroupe des monographies d’écorces. Chacune est nommée à l’aide d’une courte phrase, qui sert de titre à l’étude correspondante : « Quinquina jaune orangé roulé (Nouvelle Grenade) », par exemple. Viennent ensuite les caractères physiques (couleur, saveur, texture, aspect des surfaces, etc.) et chimiques (composition qualitative et quantitative en alcaloïdes, rendements d’extraction). Les monographies sont illustrées –  à la fin du livre – de vingt-trois planches en couleurs représentant des écorces de Quinquinas .

Pl.11 Quinquina jaune orangé roulé

Pl.7 Quinquina rouge vif

 

 

 

 

 

 

 

 

Une « Carte générale des Andes intertropicales » – reproduite d’après Weddell – et une coupe géographique parachèvent l’iconographie de la Quinologie. Empruntée à Humboldt et Bonpland et intitulée « Géographie des plantes équinoxiales », la coupe permet de localiser les végétaux « des Andes et Pays voisins », ainsi que de repérer la zone des Cinchona.

Carte générale des Andes intertropicales

Géographie des plantes équinoxiales

Enfin, la quatrième partie de la Quinologie présente des « Déductions pratiques ». Il s’agit, par exemple, de comparer l’action antipaludique de deux alcaloïdes de l’écorce des Quinquinas : la quinine et la cinchonine – prises en compte dans les monographies. Delondre présente son « quinium », un médicament contenant plusieurs alcaloïdes fébrifuges. Quant à la quinidine, nocive pour un cœur sain, elle doit être bannie des préparations à base de Quinquina.

Le mot de la fin reviendra à Delondre, affirmant « Aujourd’hui, près de ma soixante-quatrième année, me voilà de nouveau sur la brèche pour défendre l’industrie [du Quinquina], à laquelle j’ai consacré toutes mes facultés et toutes mes ressources, et tâcher de rendre utile ma vieille expérience. Heureux si je puis y parvenir ! ».

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Bouvet, Maurice. « Les Delondre, une grande famille pharmaceutique ». Revue d’Histoire de la Pharmacie. 1951, n°129, p. 155-165.

Chast, François. « Apollinaire Bouchardat, pharmacien, nutritionniste ». Annales Pharmaceutiques Françaises. 2000, vol. 58, p. 435-442.

Cheymol, Jean. « Apollinaire Bouchardat (1806-1866) ». Compte-Rendu de la Séance Publique Annuelle de l’Académie de Pharmacie, 5 janvier 1977. 1977, p. 48-69.

Flahaut, Jean. « Apollinaire Bouchardat honoré à l’Isle-sur-Serein ». Revue d’Histoire de la Pharmacie. 1994, n°302, p. 308-309.

Rocco, Fiammetta. L’écorce miraculeuse. Lausanne : Éditions Noir sur Blanc,1926.

Schlienger, Jean-Louis. (2016) « Mais qui était vraiment Apollinaire Bouchardat, icône de la diabétologie ? ». Médecine des Maladies Métaboliques. 2016, vol. 10, n°7, p. 683-688.

Exposition virtuelle Des Quinquinas à la quinine (XVIIème-XIXème siècles). BIU Santé, 2010. Disponible en ligne [consulté le 26 septembre 2018]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.