Reliure ancienne du livre imprimé : quelques techniques parmi les plus utilisées

  • 13_rel.Mazarin
    Dorure à répétition d’un motif personnalisé : armes du Cardinal Mazarin
    Publii Terentii comoediae. 1642. Cote : 2RE 4690
  • image-a-la-une_3
  • Reliure estampée à froid à la cathédrale
    Reliure estampée à froid à la cathédrale.
    Flesselles (Mme de) Les jeunes voyageurs en France. 1834. Cote : 2RA 3891
  • Dos long (sans nerfs visibles), reliure en parchemin souple
    Dos long (sans nerfs visibles), reliure en parchemin souple
    Catalogum testium ueritatis. 1562. Cote : 1R 2695
  • Titre manuscrit au dos
    Titre manuscrit au dos
    Catalogum testium ueritatis 1562. Cote : 1R 2695
  • Reliure en basane pleine, éraflures
    Reliure en basane pleine, éraflures
    Donat. Aelii donati commentarii grammatici tres. 1543. Cote : 1R 34641
  • Reliure pleine en veau moucheté/marbré
    Reliure pleine en veau moucheté/marbré
    John Locke. Essai philosophique concernant l'entendement humain 1700. Cote : 1R 2231
  • Reliure pleine en maroquin rouge
    Reliure pleine en maroquin rouge
    Plaidoye de feu maistre Pierre Versoris. 1544. Cote : 1R 38663
  • Dos décoré aux petits fers
    Dos décoré aux petits fers
    Louis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. Cote : FANC 35758
  • Plat décoré à la roulette
    Plat décoré à la roulette
    Louis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. FANC 35758
  • Plat décoré à la dentelle rocaille
    Plat décoré à la dentelle rocaille
    Gabriel-Henri Gaillard. Rhétorique françoise à l'usage de jeunes demoiselles. 1776. 2RA 2977
  • Ais de bois du manuscrit de la 1R
    Ais de bois du manuscrit de la 1R
    Grammaire latine non identifiée sur parchemin. Cote : 1R 2701
  • Reliure germanique, en peau de truie
    Reliure germanique, en peau de truie
    Giglio Gregorio Giraldi. De deis gentium varia & multiplex historia, in qua simul de eorum imaginib. & cognominib. agitur, ubi plurima etiam hactenus multis ignota explicantur, & pleraque clarius tractantur. 1548. Cote : 1R 2686
  • Un livre lyophilisé
    Un livre lyophilisé
  • Une reliure parchemin du FANC
    Une reliure parchemin du FANC
    Baudier Michel. Histoire de l'administration de Suger abbé de Saint-Denys.... 1645. Cote : FANC 6816

La Bibliothèque Diderot de Lyon comprend un nombre suffisamment important de livres anciens pour couvrir à peu près tous les types de reliures anciennes, en dehors des reliures de grand luxe.

La reliure, une protection

Dans les temps où acheter un livre représentait un certain investissement, l’ouvrage se devait d’être bien protégé. La reliure était alors solide et plus ou moins décorée, selon le souhait de l’acquéreur. Les cahiers (assemblages de feuilles de papier) étaient cousus entre eux et fixés entre deux ais (planchettes de bois ou d’un mélange de vieux papier et de colle) recouverts de peau, à l’exception des reliures en parchemin souple, qui se passaient de planchettes.

Ais de bois du manuscrit de la 1RGrammaire latine non identifiée sur parchemin. Cote : 1R 2701

Ais de bois du manuscrit de la 1R
Grammaire latine non identifiée sur parchemin. Cote : 1R 2701

La couture se faisait autour de petits bâtons en bois qui, collés au dos des cahiers, créaient les nerfs. Les coutures les plus courantes en comportent quatre ou cinq. Alde Manuce introduisit la couture grecque, c’est-à-dire avec des nerfs intégrés dans le dos du livre.

Un livre lyophilisé

Un livre lyophilisé

Dos long (sans nerfs visibles), reliure en parchemin soupleCatalogum testium ueritatis. 1562. Cote : 1R 2695

Dos long (sans nerfs visibles), reliure en parchemin souple
Catalogum testium ueritatis. 1562. Cote : 1R 2695

Les peaux de reliure

En ce qui concerne les peaux utilisées pour la couverture, les préférences variaient selon l’époque et le pays. Les premiers livres imprimés en France étaient en majorité couverts de parchemin – peau de chèvre de couleur jaunâtre. Les reliures de luxe étaient faites de vélin – peau d’un veau né-mort qui garde sa couleur très blanche.

Une reliure parchemin du FANCBaudier Michel. Histoire de l'administration de Suger abbé de Saint-Denys.... 1645. Cote : FANC 6816

Une reliure parchemin du FANC
Baudier Michel. Histoire de l’administration de Suger abbé de Saint-Denys…. 1645. Cote : FANC 6816

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, les peaux foncées deviennent à la mode mais la grande période dorée fut celle du siècle suivant. Ainsi la basane et le veau figurèrent parmi les matériaux les plus utilisés. La basane, peau de mouton, est alors la peau la plus banale. D’ailleurs, son prix assez bas reflétait cette qualité moindre car la basane contient souvent des petits points noirs visibles, s’érafle facilement et son caractère mat n’est pas d’une grande beauté.

Reliure en basane pleine, érafluresDonat. Aelii donati commentarii grammatici tres. 1543. Cote : 1R 34641

Reliure en basane pleine, éraflures
Donat. Aelii donati commentarii grammatici tres. 1543. Cote : 1R 34641

Le veau, d’une couleur proche de la basane, est beaucoup plus lisse et ferme, c’est-à-dire qu’il résiste mieux aux frottements. Malheureusement, il est susceptible de contenir des irrégularités, c’est pour cela qu’il était souvent moucheté ou marbré (aspergé d’acide, ce qui crée de petites tâches noires).

Reliure pleine en veau moucheté/marbréJohn Locke. Essai philosophique concernant l'entendement humain 1700. Cote : 1R 2231

Reliure pleine en veau moucheté/marbré
John Locke. Essai philosophique concernant l’entendement humain 1700. Cote : 1R 2231

Le luxe se retrouvait alors dans la reliure en maroquin : la couleur la plus courante était le rouge mais on trouve également du citron, du bleu ou de la havane. Le maroquin est une peau de chèvre tannée d’une manière particulière qui utilise des extraits végétaux.

Reliure pleine en maroquin rougePlaidoye de feu maistre Pierre Versoris. 1544. Cote : 1R 38663

Reliure pleine en maroquin rouge
Plaidoye de feu maistre Pierre Versoris. 1544. Cote : 1R 38663

C’est le tannage qui donne à la peau ses qualités et son aspect. Il s’agit d’un processus d’imprégnation par des produits d’origine végétale : jus d’écorce de chêne, jus de noix de galle ou autres. Pendant le tannage, les peaux sont immergées dans des bains d’eau et de tan, dans lesquels on augmente progressivement la concentration du tan. Cette procédure dure jusqu’à 14 mois. A la fin, la peau est assouplie par des brosses bombées en bois et enduite de gras.

La reliure, un espace pour le décor

La technique appelée l’estampage à froid, beaucoup utilisée au cours des XVe et XVIe siècles, porte un nom trompeur. L’estampage « à froid » se fait par l’impression d’un fer, d’un fleuron ou d’une roulette chauffés sur la peau. Cela crée des motifs en relief et légèrement brunis. Il a été très utilisé sur la peau de truie, essentiellement dans les pays germaniques.

Reliure germanique, en peau de truieGiglio Gregorio Giraldi. De deis gentium varia & multiplex historia, in qua simul de eorum imaginib. & cognominib. agitur, ubi plurima etiam hactenus multis ignota explicantur, & pleraque clarius tractantur. 1548. Cote : 1R 2686

Reliure germanique, en peau de truie
Giglio Gregorio Giraldi. De deis gentium varia & multiplex historia, in qua simul de eorum imaginib. & cognominib. agitur, ubi plurima etiam hactenus multis ignota explicantur, & pleraque clarius tractantur. 1548. Cote : 1R 2686

Les entrenerfs (espace entre deux nerfs) devinrent assez rapidement l’endroit idéal pour être décorés. Tandis qu’au XVIe et au début du XVIIe siècle, le dos restait sans décorations ou comportait uniquement le titre manuscrit, dès la seconde moitié du XVIIe siècle, les décorations aux petits fers s’installèrent sur les entrenerfs.

DTitre manuscrit au dosCatalogum testium ueritatis 1562. Cote : 1R 2695

Titre manuscrit au dos
Catalogum testium ueritatis 1562. Cote : 1R 2695

Dos décoré aux petits fersLouis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. Cote : FANC 35758

Dos décoré aux petits fers
Louis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. Cote : FANC 35758

Le XVIIIe siècle fut également celui de l’utilisation importante de la dorure. Les plats les moins décorés portent un encadrement au filet droit, souvent accompagné de fleurons dans les coins pour cacher la rencontre des lignes. Le filet peut être remplacé par une roulette, ce qui donne un motif répété davantage élaboré. Pour les éditions luxueuses, la roulette est remplacée par une dentelle : motif irrégulier crée à l’aide de plusieurs fers à dorer. Au milieu du plat, se trouve le blason du possesseur ou une planche décorative.

Plat décoré à la rouletteLouis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. FANC 35758

Plat décoré à la roulette
Louis Montegut. Histoire de Notre-Dame de Mont-Serrat. 1747. FANC 35758

Plat décoré à la dentelle rocailleGabriel-Henri Gaillard. Rhétorique françoise à l'usage de jeunes demoiselles. 1776. 2RA 2977

Plat décoré à la dentelle rocaille
Gabriel-Henri Gaillard. Rhétorique françoise à l’usage de jeunes demoiselles. 1776. 2RA 2977

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces motifs décoratifs étaient estampés sur la peau à l’aide de fers chauffés. Avant d’imprimer le motif sur la peau, celle-ci était recouverte d’une couche de blanc d’œuf et d’une fine couche d’huile. L’huile fixait une feuille d’or attachée contre la peau. Ainsi, le doreur pouvait s’approcher de la peau sans craindre de perdre la feuille d’or.

Les techniques décrites étaient constamment améliorées et raffinées. De nombreux motifs très variés apparaissent sur les entrenerfs et sur les plats.

Reliure estampée à froid à la cathédrale.Flesselles (Mme de) Les jeunes voyageurs en France. 1834. Cote : 2RA 3891

Reliure estampée à froid à la cathédrale
Flesselles (Mme de). Les jeunes voyageurs en France. 1834. Cote : 2RA 3891

Dorure à répétition d’un motif personnalisé : armes du Cardinal Mazarin Publii Terentii comoediae. 1642. Cote : 2RE 4690

Dorure à répétition d’un motif personnalisé : armes du Cardinal Mazarin
Publii Terentii comoediae. 1642. Cote : 2RE 4690

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Billet rédigé par Martina Gromesova

Bibliographie :

  • DEVAUX, Yves : Dix siècles de reliure. Paris, Editions Pygmalion, 1977.
  • Inventaire du patrimoine de la région de Poitou-Charentes : Les procédés de la tannerie. Disponible en ligne [Consulté le 17 août 2015]

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 juin 2017

    […] reliure ancienne : – Martina Gromesova, Reliure ancienne du livre imprimé : quelques techniques parmi les plus utilisées, Interfaces. Livres anciens de l’Université de Lyon [carnet de recherche], 24 août 2015.[En […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *