Les fonds patrimoniaux Éducation de la BDL

Comme nous l’avons rappelé plusieurs fois déjà dans nos billets, la Bibliothèque Diderot de Lyon est issue de la fusion entre plusieurs établissements, riches chacun de collections patrimoniales.
Ces collections patrimoniales s’articulent essentiellement autour de trois grands ensembles :

  • les collections patrimoniales de l’ENS de Lyon, dont le fleuron est constitué par les fonds slaves (cf. billet du 24 octobre 2012)
  • les collections patrimoniales Éducation, collections anciennes et fonds spécialisés, héritières de l’ex-INRP
  • les collections patrimoniales de l’Université de Lyon, collections anciennes classiques pluridisciplinaires, auxquelles il faut adjoindre de très importantes collections XIXe, bien sinistrées par l’incendie de 1999.

La présentation des collections Éducation n’avait pas été faite jusqu’à ce jour.

 

Pourquoi des collections Éducation à la BDL ?

 

La BDL a pris la suite de la bibliothèque de l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique), devenu lui-même IFÉ (Institut Français de l’Éducation). L’ancêtre de l’INRP est le Musée pédagogique créé en 1879 à Paris, musée qui se dote très rapidement d’une bibliothèque ; dès 1886 est d’ailleurs entrepris le catalogue des collections, le fameux Catalogue noir.
Au fil des ans et des changements d’implantation dans le 5e arrondissement de Paris (rue Rollin, rue des Ursulines, rue d’Ulm), le musée et sa bibliothèque s’accroissent régulièrement, toujours autour du même thème fédérateur, l’éducation au sens large : la pédagogie, l’enseignement, la littérature jeunesse, la psychologie de l’enfant… Une date importante pour l’histoire de la bibliothèque est celle de 1925-26, qui accorde le dépôt légal des manuels scolaires primaires et secondaires au Musée.

 

 

En 1976, la bibliothèque est détachée du Musée et rattachée à l’INRP. Elle reste à Paris, dans des locaux de plus en plus exigus au fur et à mesure de l’accroissement des collections (ces conditions assez acrobatiques ont eu des conséquences sur le classement et l’organisation de certains fonds) tandis que le Musée national de l’Éducation déménage à Rouen en 1980, emportant le patrimoine muséal : objets, mobilier, matériel scolaire, images mais aussi de très nombreux livres et manuscrits. Est ainsi rompue géographiquement, institutionnellement et intellectuellement une collection unique multisupports centrée autour de l’éducation.
Entre 2000 et 2003, de nouveaux changements adviennent encore : l’INRP et sa bibliothèque déménagent à Lyon sur le site actuel (campus de l’ENS-Lyon).

 

Toutes ces tribulations institutionnelles et géographiques expliquent la présence de ces collections Éducation à Lyon ; c’est pourquoi les trois fonds qui constituent le patrimoine de la BDL n’ont pas de véritable histoire commune jusqu’en 2011-2013 : historiquement et thématiquement, ils constituent trois ensembles intellectuels et documentaires distincts, conservés d’ailleurs dans des lieux différents, traités selon des rythmes différents, signalés de façons diverses…
Tout l’enjeu du département Patrimoine et Conservation qui les chapeaute depuis 2012 est désormais de les faire vivre ensemble, de les faire communiquer le plus possible par le biais de projets communs, de les faire bénéficier tous de la même politique de conservation tout en préservant leurs spécificités propres.

 

Que comportent ces collections Éducation ?

Les collections sont très diverses, composées essentiellement de livres, même si l’on trouve quelques ensembles de photos, des bons points, des travaux d’élèves…
L’ensemble contient environ 170 000 documents, diversement catalogués et signalés1.

Les manuels scolaires constituent l’un des points forts de ces collections  : depuis 1925-26, la bibliothèque reçoit de la BnF un exemplaire du dépôt légal (DL) des manuels scolaires toutes disciplines confondues. Cette politique se poursuit puisqu’aujourd’hui encore, en tant que pôle associé de la BnF, la BDL reçoit le deuxième exemplaire du DL pour les ouvrages Éducation et les manuels scolaires en particulier. La collection est forte aujourd’hui de 80 000 documents, en grande partie signalés et dont certains sont numérisés dans la bibliothèque numérique et dans Gallica.

 

 

La littérature jeunesse est très présente dans les collections, de l’apparition de ce genre jusque dans les années 1990. Les grands noms de l’édition pour enfants au XIXe siècle y sont présents : Hetzel, Mame, Barbou, Mégard, Ardant… en général en très bon état. On trouve des documents de toutes sortes : abécédaires, comptines, livres en tissu, éditions étrangères -notamment russes-, livres animés, premières éditions ou éditions dédicacées… Cet ensemble très riche (autour de 4 000 titres), représentant essentiellement des lectures prescrites, est actuellement en cours de catalogage (d’ici juin 2014, l’ensemble sera signalé dans notre catalogue et bien sûr dans le Sudoc).

Marie ou l’ange de la terre par Melle Fanny de V. Tours : Mame, 1860. Cote : 2RB 15

 

 

 

 

 

La littérature éducative est bien entendu très importante également puisqu’elle est au cœur de la politique de constitution des collections : éditions d’auteurs classiques à destination de la jeunesse (dont des éditions ad usum delphini), ouvrages moraux, préceptes éducatifs, livres pieux pour les enfants, grands traités théoriques d’éducation et d’enseignement (Comenius, Pestalozzi…), livres offerts en prix…

 

 

 

 

Des fonds spécialisés ont également été acquis, acceptés en don ou constitués par la bibliothèque : ouvrages de mathématiques (fonds Labrousse et Minois), ouvrages et revues sur l’éducation des enfants handicapés au début du XXe siècle (fonds Baguer), livres sur le scoutisme (fonds scout), archives et coupures de presse d’un des fondateurs du Musée pédagogique  (fonds Buisson), bibliothèque personnelle de chercheurs contemporains (fonds Jean-Pierre Astolfi)… (La liste complète et le descriptif de ces fonds seront à consulter prochainement sur le site web de la bibliothèque ainsi que dans l’outil Calames).

Fonds Baguer. Le mot et l’image, premier livre des sourds-muets, par J.-J. Valade-Gabel. Paris : F. Tandou : Ed. Debrozy, 1863, p. 28-29

 

 

 

 

 

 

 

 

Fonds scout. Entrez dans la ronde / Ozenne, Hélène. Tours : 1947. Cote : FS 238

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De  nombreux manuscrits sont présents à la bibliothèque, dispersés dans les fonds : cahiers d’écolier, cahiers de piété, cahier de recommandations pour des professeurs (cf. billet du 24 novembre 2013), copies d’élèves, manuscrits de cours mais aussi manuscrits anciens. L’ensemble est en cours d’inventaire et est versé au fur et à mesure dans l’outil de signalement national Calames.

Album d’images. Cote : 2RC 4405

Cahiers d’écolière. Cote : 2RC 4208

Cahiers d’écolière. Cote : 2RC 4208

Album d’images. Cote : 2RC 4405

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Environ 15 000 livres anciens au sens classique du terme (c’est-à-dire antérieurs à 1810)  composent les collections. Ils sont les héritiers des éditions anciennes achetées par Ferdinand Buisson en Italie autour du thème de la pédagogie qui constitua le début et le cœur des collections précieuses.

De eruditione comparanda, Leyde 1699. Cote : 1R 6617

Abbrégé chronologique ou extrait de l’histoire de France / De Mezeray. Paris : 1690. Cote : 2RD 2310

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces collections mal signalées, assez riches cependant, attendent des chercheurs !

 Billet rédigé par Claire Giordanengo

Bibliographie :

Malavieille, Sophie. Reliures et cartonnages d’éditeur en France au XIXe siècle : 1815-1865. Paris : Promodis, 1985. Cote salle éducation : 028 MAL ; cote magasin 1 : GF 05217

Verdure Elisabeth. Cartonnages romantiques (1840-1870), un âge d’or de la reliure du livre d’enfants. Lyon : S. Bachès, 2008. Cote salle éducation : 028 VER

Jouguelet, Suzanne. « Réorienter une politique documentaire », in : Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, n° 161, 1993. Disponible en ligne [consulté le 13 février 2014]

 

  1. L’évaluation chiffrée est à manipuler avec une certaine prudence en raison du signalement très incomplet des collections et des modes de classement choisis dans les décennies antérieures, qui ne recoupent pas forcément les catégories intellectuelles évoquées dans ce billet. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *