La place des images dans les traités de physique

 

En 1756, le recteur de l’université de Paris Jean Cochet écrit : « Je n’ai rien négligé pour rendre aisée, courte et très intelligible, sans le secours des figures dont on se sert ordinairement la Physique que je donne au public : les figures fatiguent plus le lecteur qu’elles ne l’éclairent. ».

Ce n’est pas l’avis des auteurs qui ont contribué à la diffusion de la physique expérimentale depuis le 18e siècle, tous ont utilisé des dessins pour illustrer leurs propos. Les techniques d’impression ne leur permettant pas comme aujourd’hui de les insérer facilement dans le texte, certains auteurs montrent leurs désirs de faciliter le lien texte-image, d’autres ne s’en soucient guère.

 

Rohault, Jacques. Traité de physique. Paris : G. Desprez, 1675. Cote 46142

La première édition du Traité de physique de Jacques Rohault date de 1673, mais l’ouvrage fut réédité plusieurs fois jusqu’en 1730 en français et en latin pour l’étranger. Dans la préface des Institutions de physique, « la dame la plus savante que le monde ait encore eu » selon le dictionnaire de Paulian, Emilie du Chatelet, y fait encore référence en 1740 en ces termes : «nous n’avons point de Physique complette (sic), si on en excepte le petit Traité de Rohaut ». Ce livre a pour particularité de présenter simultanément des dessins, insérés dans le texte. Les dessins gravés sur bois sont parfois très complexes, ponctués de nombreuses lettres repères. Leurs commentaires peuvent nécessiter plusieurs pages et pour faciliter la lecture, Rohault  reproduit plusieurs fois la même figure.


Figure p.329. Rohault, Jacques. Traité de physique. Paris : G. Desprez, 1675. Cote 46142

Figure p.331. Rohault, Jacques.Traité de physique. Paris : G.Desprez, 1675. Cote 46142

 

Certaines éditions de cet ouvrage présentent aussi des planches dépliantes gravées sur cuivre. Ces planches, comme celles que l’on trouve dans Les entretiens physiques d’Ariste et d’Eudoxe de Noël Regnault, ont pour particularité de se déplier verticalement vers le bas, hors du livre, ce qui n’est guère pratique pour le lecteur, mais présente l’avantage de lui permettre de les voir à la suite du texte.

En 1709, dans les Expériences de physique, Pierre Polinière décrit des expériences avec pour chacune : préparation, observation, explication. Les nombreux dessins qui accompagnent ces descriptions sont regroupés dans des planches gravées sur cuivre, rassemblées à la fin de l’ouvrage. Chaque planche peut contenir jusqu’à trente figures différentes. Les dessins sont très petits mais l’auteur a pris soin d’indiquer, en marge du texte, le numéro de la planche et les numéros des figures auxquelles il se réfère. En revanche, certaines planches ne sont pas complètement lisibles en même temps que le texte.

P. 579 et planche17. Polinière, Pierre. Expériences de physique, Paris : Clouzier, Bordelet, David Ganeau, 1741. Cote 37165

 Cet ouvrage, l’un des premiers du genre, eut certainement beaucoup de succès comme en témoigne le texte reproduit à la fin de l’ouvrage d’un jugement contre les nombreux plagiaires : «  Dans la dixième  planche il a copié le tourbillon de matière magnétique de la planche septième fig 11 du livre du suppliant. […] Dans la planche 36 il a contrefait les figures 24, 25 ,26, 27 28 bis et 31 des  planches dix et seizième du livre du suppliant».

Un demi-siècle plus tard, l’abbé Nollet ainsi que Joseph Sigaud de la Fond, soucieux de diffuser la physique expérimentale auprès d’un large public, utilisent de splendides gravures mettant en scène les appareils dans les mains des utilisateurs.

Sigaud de La Fond, Joseph Aignan. Description et usage d’un cabinet de physique expérimentale. Tours : Letourmy, 1795. Cote 45052

Celles consacrées aux expériences d’électricité, science alors en plein développement, seront souvent reproduites pour illustrer les ouvrages de vulgarisation ou/et d’histoire des sciences. Nollet prend la peine de préciser au relieur que les planches doivent être situées juste après la page du texte correspondant, et qu’elles : « […] doivent être placées de manière qu’en s’ouvrant elles puissent sortir entièrement du livre et se voir à droite».

A côté de ces manuels structurés par domaines on trouve des « dictionnaires », dont les entrées se font évidemment par ordre alphabétique mais qui diffèrent assez de nos dictionnaires actuels. Paulian, déjà cité, donne dans sa préface  le : « mode d’emploi pour utiliser le dictionnaire comme un véritable cours de physique ». Le Dictionnaire universel de mathématique et de physique (1753) de Saverien possède cinquante superbes planches, mais les figures sont hélas réparties sans ordre logique ; ainsi par exemple la planche XXVI contient des figures numérotées 34 et 240. C’est pourquoi l’exemplaire de la bibliothèque présente des pages intercalaires avec indication des pages où sont utilisés les dessins.

Planches XXVI. Savérien, Alexandre. Dictionnaire universel de mathématique et de physique, 1753. Cote 10378

Ce dictionnaire est vivement critiqué par Mathurin Brisson dans la préface de son propre dictionnaire : « Nous avons un autre Ouvrage, intitulé : Dictionnaire de Mathématique et de Physique, par M. Saverien. Mais cet Ouvrage est plus Mathématique que Physique ; et la partie Physique y est assez mal traitée. […]. De plus, on trouve dans cet Ouvrage un bon nombre de fautes grossières, et qui ne sont pas des fautes d’impression ». En cela il n’a pas tort puisque sur le dessin 34 de la  planche XXIV, l’image dans le miroir ne correspond pas totalement à l’objet placé devant lui.

Page de titre. Brisson, Mathurin-Jacques. Dictionnaire raisonné de physique, vol. de planches. Paris : Hôtel de Thou, 1781. Cote 10356

 

 

Brisson a recours à une autre technique pour l’utilisation de ses planches : il les fait relier dans un volume séparé, elles constituent un album à part. Cette technique sera aussi parfois utilisée par les éditeurs du XIXe siècle pour les manuels destinés aux élèves des lycées créés par Napoléon : on peut citer celui de l’abbé Haüy rédigé à la demande de l’empereur lui même en l’an VII, ou encore ceux des physiciens Pouillet, Biot ou Despretz. Associés à un programme officiel, les dessins dans ces ouvrages sont moins variés que ceux du siècle précédent. Les planches, gravées sur cuivre, sont toujours aussi denses que celles de Polinière, la seule différence est l’insertion dans le texte du renvoi aux illustrations et non plus en marge.

 

 

Il en sera ainsi jusqu’à ce qu’un professeur d’une école privée, Adolphe Ganot, choisisse d’utiliser la technique de gravure sur bois de bout, pour illustrer le cours qu’il publie à son compte en 1851 pour les candidats au baccalauréat ès sciences, diplôme devenu obligatoire pour les études de médecine.

Cette technique, moins coûteuse, permet de placer les dessins juste à côté du texte correspondant comme le faisait Rohault un siècle et demi plus tôt et de faire des reproductions d’appareils bien plus réalistes.

Fig. 95. Ganot, Adolphe. Traité de physique. Paris : Chez l’auteur 1860. Cote 45253

Le succès fut immense et à partir de cette date, les illustrations seront toujours placées à côté du texte. Seuls les spectres bénéficieront encore d’une planche hors texte car reproduite en couleur.

Spectre des métaux, pl.1. Ganot, Adolphe. Traité de physique. Paris : Chez l’auteur 1860. Cote 39927

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois, Université Lyon1

 

Bibliographie :

Barrier, Pauline. Étude du rapport image-texte dans les ouvrages d’hydraulique du fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Sciences de Grenoble, de 1588 à 1811. Mémoire de master 2009-2010. Disponible en ligne [consulté en janvier 2013]

Belhoste, Bruno. Les sciences dans l’enseignement secondaire français : 1789-1914. Paris : INRP-Economica,1995

Biot, Jean-Baptiste. Traité de physique expérimentale et mathématique. Paris : Deterville, 1816

Brisson, Mathurin-Jacques. Dictionnaire raisonné de physique. Paris : Hôtel de Thou, 1781

Despretz, César. Traité élémentaire de physique. Paris : Méquignon-Marvis, 1827

Haüy, René-Just. Traité élémentaire de physique. Paris : Bachelier, 1821

Hulin-Jung, Nicole. L’organisation de l’enseignement des sciences : la voie ouverte par le Second Empire. Paris : Éd. du C.T.H.S., 1989

« L’illustration au service des ouvrages de sciences physiques aux XVIIIe et XIXe siècles ». Blog Interfaces/Livres anciens de l’université de Lyon. 2012. Disponible en ligne [consulté en janvier 2013]

Khantine-Langlois, Françoise. « Les ouvrages de physique d’Adolphe Ganot : une référence de 1851 à 1931 ». Physique Impériale. Aseiste, 2005. Disponible en ligne [consulté en janvier 2013]

Nollet, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale. Paris : Hippolyte-Louis Guerin, 1764

Paulian, Aimé Henri. Dictionnaire de physique. Paris : J. J. Niel, 1789

Polinière, Pierre. Expériences de physique. Paris : Clouzier, Bordelet, David Ganeau, 1741

Pouillet, Mathias-Claude-Servais. Notions générales de physique et de météorologie à l’usage de la jeunesse. Paris : Béchet, 1850

Regnault, Noël. Les entretiens physiques d’Ariste et d’Eudoxe. Paris : David l’afné, 1745

Rohault Jacques. Traité de physique. Paris : G. Desprez, 1675. Cote 10378

Sigaud de La Fond, Joseph Aignan. Description et usage d’un cabinet de physique Expérimentale. Tours : Letourmy, 1795.

Tonnelier de Breteuil, Gabrielle Emilie (marquise du Châtelet). Institutions de physique. Paris : Prault fils, 1740

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 janvier 2013

    […] La place des images dans les traités de physique […]

  2. 25 janvier 2013

    […] La place des images dans les traités de physique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *