La fascination de la montagne

24 septembre 2012
Par

Si le XVIIIe siècle n’a pas au sens strict « découvert » la montagne, comme on a parfois tendance à l’affirmer quelque peu rapidement, il est le siècle qui a popularisé celle-ci et où se multiplient les voyages : voyages scientifiques et d’exploration ainsi que voyages touristiques. La bibliothèque possède trois ouvrages qui ont été de véritables best-sellers en leur temps de ce type de littérature.

 

Gottlieb Sigmund Gruner (1717-1778)

L’Histoire naturelle des glacières de la Suisse est la traduction libre en français, parue en 1770, des 3 volumes de l’ouvrage de Gottlieb Sigmund Gruner (1717-1778), Die Eisgebirge des Schweizerlandes, paru à Berne entre 1760 et 1762. Le titre français, assez infidèle, fut choisi pour rappeler le titre du célèbre livre de Buffon, Histoire naturelle, et le traducteur est M. de Kéralio, professeur à l’École militaire, qui avait déjà traduit un récit de voyage en Sibérie.

Page de titre. Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

Frontispice. Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ouvrage de Gruner est une description des glaciers suisses vallée après vallée. L’auteur, en véritable homme des Lumières, évoque tout : les insectes, les papillons, les avalanches, les salines, les chutes d’eau, les eaux thermales, les vents, les roches, les croyances religieuses… mais dans sa troisième partie, il s’attache à expliquer de façon scientifique la formation des glaciers et plus généralement celle des montagnes. Il donne dans cet ouvrage la première théorie générale des glaciers, ainsi qu’un début de classification, il esquisse des comparaisons entre les glaciers des Alpes et ceux du nord de l’Europe. Il s’interroge sur les origines des glaciations, posant ainsi les questions scientifiques essentielles auxquelles ses successeurs s’efforceront de répondre ; c’est lui qui établit également la première carte suisse des minéraux.

L’ouvrage s’accompagne en effet de 18 planches de gravures hors-texte gravées par Zingg d’après les dessins de Grim ; ces planches comportent des sigles, représentant les minéraux, et des lettres permettant de se repérer sur chaque carte. L’ouvrage de Gruner a ouvert un certain nombre de perspectives sur la formation des massifs montagneux.

Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

 

 

Horace Bénédict de Saussure (1740-1799)

Le Voyage dans les Alpesd’Horace-Bénédict de Saussure, paru en 4 volumes entre 1779, 1786 et 1796 à Neuchatel et Genève, est sans conteste le grand best-seller sur les Alpes pendant une cinquantaine d’années : en 1834, on en publie encore une édition, expurgée d’une bonne partie des remarques scientifiques désormais obsolètes.

Page de titre. Saussure, H. B. Voyages dans les Alpes précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève. Neuchatel : S. Fauche, 1779-1796. Cote : R2 3124, t. 1 à 4

 

Saussure est un professeur à l’Académie de Genève, fasciné par la montagne et le Mont-Blanc dès son plus jeune âge ; il réalise la deuxième ascension de ce mont en 1787 ; il en donne d’ailleurs le récit : Relation abrégée d’un voyage à la cime du Mont Blanc.

Son œuvre est une sorte de somme scientifique, philosophique et ethnologique, tout autant qu’un récit d’aventures ; s’y mêlent expérimentation, observations diverses sur les plantes et les animaux, relevés de température, observations géologiques, remarques personnelles sur ses émotions, considérations esthétiques. Ses 30 ans de pérégrinations dans la région du Mont-Blanc ont permis à Saussure de mieux comprendre le massif, les rapports entre les différentes chaînes de montagnes, leurs structures. La recherche permanente de la hauteur, qui sous tend toutes ses excursions, c’est aussi la recherche d’un point absolu qui permettrait l’appréhension et donc la compréhension totale du massif et par-delà de la montagne en général.

Saussure, H. B. Voyages dans les Alpes précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève. Neuchatel : S. Fauche, 1779-1796. Cote : R2 3124, t. 1 à 4

 

 

Marc Théodore Bourrit (1739-1819)

L’ouvrage en trois tomes de Marc-Théodore Bourrit, Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers…, paru en 1787 à Genève est un autre classique du genre ; c’est une réédition, dans un ordre différent, des trois tomes publiés en 1781, 1783 et 1785 sous le titre Nouvelle description générale des Alpes. Très lu et très connu à l’époque, l’ouvrage a aussi été très rapidement traduit notamment en anglais.

Page de titre, tome 2. Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

Frontispice. Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bourrit est un Genevois, d’extraction modeste, chantre à la cathédrale de la ville. Il a parcouru les Alpes en tous sens et se considérait un peu comme le guide officiel de la vallée de Chamonix. Il fut le dessinateur de Saussure avec lequel il a fait plusieurs expéditions. Son livre sur la description des glaciers de Savoie fut très connu au point qu’il devint le premier volume dans l’édition de 1787 (il n’était que 3e dans l’édition de base). L’histoire du texte est complexe tant l’auteur a remanié  ses écrits tout au long de sa vie, au fur et à mesure de ses périples : on pourrait presque la faire commencer en 1773 par la première Description des glacières, glaciers et amas de glaces du duché de Savoye.

On reproche souvent à Bourrit son style ampoulé, ses métaphores très lourdes et surtout son fonds scientifique moins étoffé que ses prédécesseurs. C’est sans doute qu’il marque le tournant entre des érudits voyageurs et vrais scientifiques et des voyageurs plus spectateurs que scientifiques, les premiers touristes en quelque sorte. Dans la deuxième moitié du siècle, les voyageurs commencent à affluer à Chamonix, la vallée se transforme : des hôtels poussent, des marchands de souvenirs s’installent, la concurrence entre les guides fait rage.

Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

L’ouvrage comprend de jolies petites gravures hors-texte dessinées par Bourrit lui-même et gravées par Angel Moitte, ainsi qu’une carte dépliante également dessinée par l’auteur.

 

Bibliographie :

Broc, Numa. Les montagnes au siècle des Lumières. Paris : Éd. du CTHS, impr. 1991. Cote magasin 2 : 111839

Joutard, Philippe. L’invention du Mont Blanc. Paris : Gallimard, impr. 1986. Cote : 910.11 INV

Guyot, Alain. « Le récit de voyage en montagne au tournant des Lumières. Hétérogénéité des sources » in : Sociétés et représentations, 2006/1 n° 21, p. 117-133. Cote : PG 23

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Bibliothèque Diderot de Lyon

Laisser un commentaire

En images