Charles Marie de La Condamine et les controverses géodésiques au XVIIIe siècle

L’exposition qui s’est déroulée à la Bibliothèque universitaire des sciences de Lyon 1 à l’occasion de la fête de la science, consacrée à la Représentation des mondes, a permis de redécouvrir un scientifique du XVIIIe siècle La Condamine et sa contribution à la géodésie.

Dans les années 1730 une controverse scientifique s’élève en France quant à la forme de la Terre : est –elle aplatie ou au contraire allongée aux pôles ? Qui faut – il croire ? Newton, dont la théorie de l’attraction prédit une Terre aplatie aux pôles ? Ou le célèbre astronome Jacques Cassini qui la calcule allongée? Deux expéditions sont décidées par le Roi pour mesurer un degré du méridien grâce à la technique de triangulation, et cela, à deux endroits volontairement fort éloignés l’un de l’autre : la Laponie au pôle nord et le Pérou à la latitude de l’équateur.

La Condamine embarque en avril 1735 avec deux collègues, Bouguer le mathématicien et Godin l’astronome. Arrivés à Quito en mars 1736, ils décident de mesurer l’arc de méridien compris entre Quito au nord et Cuenca au sud. Dans son ouvrage Mesure des trois premiers degrés du méridien dans l’hémisphère austral publié en 1751, La Condamine nous a laissé une carte de triangulation ainsi qu’une coupe de terrain de cette méridienne.

 

La Condamine, Charles Marie de. Mesures des trois premiers degrés du méridien dans l’hémisphère austral. Paris : Imprimerie royale, 1751. planche hors texte. cop. 2011 David Tang

 

Journal de voyage fait par ordre du Roi à l’Equateur servant d’introduction historique à la mesure des trois premiers degrés du méridien. Paris : Imprimerie royale : Durand : Tissot, 1751 – 1754. Planche hors texte. cop. 2011 David Tang

En raison de multiples obstacles (mésentente entre Bouguer et les deux autres membres de l’équipe, problèmes financiers, rudesse du climat andin, caractère accidenté du terrain), les travaux ne seront définitivement terminés qu’en 1743. Comme pour l’expédition conduite par Maupertuis en Laponie, les résultats seront sans appel : la Terre est aplatie aux pôles, Newton avait raison. Malheureusement la mésentente au sein de l’équipe péruvienne ternira quelque peu la portée des travaux entrepris. Rentré en France en 1745 après Bouguer, La Condamine a la surprise de constater que ce dernier a profité de son absence pour s’approprier les résultats de l’expédition. La Condamine décide alors de contre attaquer sur un autre terrain : lors de sa première intervention publique le 28 avril, il choisit de présenter à l’Académie des Sciences le récit de sa descente du fleuve Amazone entre Quito et Para. Il publiera ensuite le récit de son expédition : Journal de voyage fait par ordre du Roi à l’Equateur servant d’introduction historique à la mesure des trois premiers degrés du méridien. La controverse entre La Condamine et Bouguer durera jusqu’à la mort de ce dernier en 1760.

 

 

 

 

 

 

Billet rédigé par Chantal Jonneaux

Les œuvres

Bouguer, Pierre. Justification des mémoires de l’Académie royale des sciences de 1744 et du livre de la figure de la terre, déterminée par les observations faites au Pérou, sur plusieurs faits qui concernent les opérations des Académiciens. Paris : Jombert, 1752. BU Sciences Lyon 1, cote 10352.

La Condamine, Charles Marie de. Journal de voyage fait par ordre du Roi à l’Equateur servant d’introduction historique à la mesure des trois premiers degrés du méridien ; [avec] Histoire des pyramides de Quito ; [suivi de] Supplément au journal historique du voyage à l’Equateur, et au livre de la mesure des trois premiers degrés du méridien servant de réponse à quelques objections ; [suivi de] Supplément au journal … pour servir de réponse aux objections de M.B. [Bouguer Pierre] ; [suivi de] Pièces justificatives qui n’ont point été rapportées dans le corps de l’ouvrage. Paris : Imprimerie royale : Durand : Tissot, 1751 – 1754. BU Sciences Lyon 1, cote 2878.

La Condamine, Charles Marie de. Mesures des trois premiers degrés du méridien dans l’hémisphère austral : tirée des observations de Messieurs de l’Académie royale des sciences, envoyés par le Roi sous l’équateur. Paris : Imprimerie royale, 1751. BU Sciences Lyon 1, cote 10351.

 Bibliographie

Badinter, Elisabeth. Les passions intellectuelles. T1, Désirs de gloire. Fayard, 2001. Pp. 60 – 63 ; 72-74 ; 280-281

La Condamine, Charles Marie de. In Gillipsie, Charles Coulston. Dictionary of scientific biography. 15, Supplément 1. New york: C. Scribner’s sons, 1978. Pp. 269 – 273

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *