Enseigner l’histoire : les tablettes chronologiques

  • _DSC2207
  • BDL_1R-45263_Photo-1_fermoir
  • BDL_1R-45263_Photo-2-3_page-de-titre
  • BDL_1R-45263_Photo-2-3_dedicace-au-roy
  • BDL_1R-45263_Photo-4-5_premier-plat
  • BDL_1R-45263_Photo-4-5_page-du-D
  • BDL_1R-45263_Photo-6_tableau
  • BDL_1R-45263_Photo-7-8_frontispice
  • BDL_1R-45263_Photo-7-8_frontispice_bis
  • BDL_2-ROP-4199_Photo-10_double-1ere-page_1
  • BDL_2-ROP-4199_Photo-10_double-1ere-page_2
  • BDL_49565_Photo-11_page-de-titre
  • BDL_74892_page-de-titre

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède, issu de la Réserve du Musée pédagogique, un joli petit livre de format oblong intitulé Tablettes chronologiques contenant la suite des Papes, Empereurs & Roys qui ont régné depuis la naiss de J. Chr. jusqu’à présent, écrit par Guillaume Marcel, avocat au Parlement, édité chez Pierre Mortier à Amsterdam en 1690. L’ouvrage est joliment relié en veau avec un fermoir.

BDL_1R-45263_Photo-1_fermoir

Comment ça marche ?

Ce livre fait partie de ces petits ouvrages « pratiques » dont le lecteur moderne se demande d’abord comment il va bien pouvoir s’en servir et qui, pour tout esprit rétif aux modes d’emploi ou autres règles du jeu, est d’un abord un peu complexe…

Pourtant l’auteur l’affirme dans sa dédicace au roi : « L’ordre dont je me sers est exact et facile ». La page suivante explique cependant qu’il est bon de lire attentivement la règle de l’ouvrage, et un exemple permet en outre d’illustrer le tout.

BDL_1R-45263_Photo-2-3_page-de-titreBDL_1R-45263_Photo-2-3_dedicace-au-roy

 

 

 

 

 

 

 

 

Des listes alphabétiques permettent de trouver le nom du roi sur lequel on veut obtenir des renseignements.

Cherchons par exemple le roi Dagobert : on cherche sur la page des D ; si l’on prend bien Dagobert I, l’on est renvoyé en C 7, soit la lettre C, qui marque que c’est un roi de France, et la page 7 pour les renseignements. En page 7, l’on trouve bien Dagobert ; on apprend qu’il est mort en 646 (ce que l’on croyait à l’époque) de mort naturelle (marquée par un m minuscule). S’il était mort au combat comme Henri II, il y aurait un M’ ; s’il était mort de mort violente, il aurait un M majuscule… Les noms dans la liste alphabétique sont suivis de petits dessins : flèches, soleils, lunes, Z, et autres signes curieux… Chacun a un sens : Z (que l’on trouve par exemple après le nom de Dagobert) signifie « Jupiter marque un prince riche, libéral et chéri de son peuple», les trois points « qu’un prince est haï de ses sujets », le soleil que « le prince qui le porte est accompli » etc.

BDL_1R-45263_Photo-4-5_premier-platBDL_1R-45263_Photo-4-5_page-du-D

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n’est pas faux que pour qui est un peu patient, tout est expliqué sur cette page initiale, qui constitue en quelque sorte la clé de l’ouvrage.

A l’autre bout du livre, une autre page récapitule la durée des règnes des rois de France, d’Angleterre, de Pologne etc. depuis le début de leur règne jusqu’en 1690 : 1270 ans de règne de rois de France depuis 420 par exemple.

BDL_1R-45263_Photo-6_tableau

L’ouvrage est illustré également de deux frontispices gravés, dont l’un représente l’Europe et l’autre le Temps portant la France vers un avenir lumineux.

BDL_1R-45263_Photo-7-8_frontispiceBDL_1R-45263_Photo-7-8_frontispice_bis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume Marcel (1647-1708)

Issu d’une famille ancienne, Guillaume Marcel fut ambassadeur (à Constantinople, en Algérie et en Egypte), avocat au Parlement, et commissaire de la Marine à Arles. Il a écrit d’autres ouvrages d’histoire et de géographie. S’il est tombé dans l’oubli aujourd’hui, son œuvre connut un grand succès et fut maintes fois rééditée ; l’édition de la BDL date de 1690 mais ce n’est pas la première (1669, 1682, 1686, 1688) et il y en eut d’autres (1703, 1714, 1729…). Ses tablettes furent traduites en anglais (1689), en espagnol (1721), en italien (1750).

La BDL possède une édition complétée encore en 1825 : Tablettes chronologiques […] par G. Marcel, avocat, continuées par Edouard Gauthier, l’un des collaborateurs de la biographie universelle… En 1825, l’éditeur a changé (c’est Peytieux, libraire-éditeur), la présentation des règles est beaucoup plus aérée (et donc un peu plus claire), la dédicace au roi, le mot de l’auteur, les frontispices ont disparu mais le contenu est exactement le même ; la durée des règnes a été allongée pour atteindre 1825 : la durée des règnes des rois de France est maintenant de 1405 années et non de 1270 années.

_DSC2207

Davantage conforme à l’esthétique XIXe, le cartonnage est illustré de deux gravures : l’Histoire et la Mort sur le premier plat (Clio écrit, avec à ses pieds des ruines antiques et égyptiennes, et la Mort se tient derrière elle avec faux et sablier), les insignes des pouvoirs religieux et royal au dos (mitre, couronne, crosses, faisceaux, sceptres, boucliers, casque…)

BDL_2-ROP-4199_Photo-10_double-1ere-page_1BDL_2-ROP-4199_Photo-10_double-1ere-page_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume Marcel publia également des Tablettes chronologiques contenant avec ordre l’état de l’Eglise en Orient et en Occident, plusieurs fois rééditées également en 1682, 1686, 1687, 1696, 1709.

BDL_49565_Photo-11_page-de-titre

Des ouvrages de forme plus classique complètent sa bibliographie mais la BDL n’en possède pas d’autre.

Les tablettes chronologiques

Les tablettes chronologiques ne sont pas une invention de Guillaume Marcel. Les plus célèbres ne sont d’ailleurs pas les siennes, mais celles de l’abbé Lenglet Dufresnoy.

BDL_74892_page-de-titre

La chronologie, dont la méthode se perfectionne vers le début du XVIIe siècle, devient une des façons d’appréhender l’histoire : elle permet de grouper les faits non pas par similarité mais par rapprochement dans le temps. Elle permet aussi de mémoriser l’histoire et d’instaurer de la méthode dans l’apprentissage de celle-ci,  matière vaste et infinie dans laquelle il est facile de se perdre. Chronologie et géographie deviennent « les deux yeux de l’histoire » : elles débutent l’étude de l’histoire, qui ne saurait se faire sans tables des temps et cartes. De nombreux abrégés chronologiques voient le jour, distincts de l’histoire, mais indissociables de celle-ci.

Les tablettes s’adressent à un public mondain, de plus en plus nombreux, qui ne saurait apprendre et retenir toutes les dates mais qui en aurait l’usage : d’où la nécessité de cette chronologie de poche. On ne connaît en revanche pas l’usage réel qui en a été fait. Certains se sont même gaussés d’un tel abrégé de poche, la chronologie n’étant qu’une aide à la lecture sérieuse (donc assise) de qui veut connaître l’histoire : il n’y aurait aucune raison d’avoir des tablettes de poche… (« ces tablettes qui passent d’ailleurs pour exactes seroient d’une grande commodité si l’occasion se presentoit d’agiter des questions chronologiques en se promenant, mais c’est un cas bien rare […] », Contant d’Orville, André-Guillaume, Bibliothèque historique à l’usage des dames, Paris, 1779, p. 10).

Billet rédigé par Claire Giordanengo

  • Bruter, Annie. L’histoire enseignée au Grand Siècle, naissance d’une pédagogie, Paris, 1997 (cote : 626955).
  • Les Tablettes Chronologiques… ouvrage curieux. In : Le blog du bibliophile, des bibliophiles, de la bibliophilie et des livres anciens [Disponible en ligne] (consulté en janvier 2015).
  • Ludwig maximilians universität münchen. Historische Tabellenwerke. In : Site web de l’Université [Projet de recherche][Disponible en ligne].(Consulté en janvier 2016)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.