Les merveilles célestes de Camille Flammarion

  • Astronomie_05
  • Astronomie_03
  • Astronomie_08
  • Astronomie_13
  • Astronomie_16
  • Astronomie_17
  • Astronomie_23
  • Astronomie_25
  • Astronomie_35
  • Astronomie_29

Les belles soirées du mois d’août sont l’occasion d’observer le ciel à la recherche d’étoiles filantes, de voir la Lune et ses cratères, et de découvrir divers phénomènes astronomiques. Pour accompagner vos nuits étoilées nous vous proposons comme lecture, Les merveilles célestes de Camille Flammarion. Conservé à la BU Lyon 1, l’ouvrage a été publié en 1865 par la librairie Hachette pour inaugurer sa nouvelle collection de la Bibliothèque des merveilles. Créée en 1864 par Louis Hachette et dirigée par Edouard Charton (1807-1890), elle est conçue comme une collection populaire de vulgarisation scientifique. Il s’agit de publier des livres de petit format sur les thèmes les plus divers. Les plus grands vulgarisateurs de l’époque sont mobilisés au premier rang desquels figure Camille Flammarion.

Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Camille Flammarion (1842-1925)

Issu d’une modeste famille de commerçants de Montigny-le-Roi (Haute -Marne), Camille est l’aîné de quatre enfants, son frère Ernest (1846-1936) sera le fondateur de la librairie et des éditions Flammarion. Après des études au séminaire de Langres, Camille Flammarion apprend la gravure et le dessin à Paris. Passionné d’astronomie, il poursuit ses études en suivant des cours du soir et devient élève astronome à l’Observatoire de Paris en 1858. Après sa rencontre avec Alan Kardec, il publie en 1862, La pluralité des mondes habités, l’ouvrage connaît un grand succès mais fait scandale car il envisage l’existence d’extraterrestres. Chassé de l’Observatoire par son directeur Urbain Le Verrier (1811-1877), Flammarion rejoint le Bureau des Longitudes qu’il quitte en 1870 pour se consacrer à la rédaction de nombreux articles et ouvrages de vulgarisation. Ses livres ne se limitent pas à l’astronomie, ils traitent des sciences de la nature (la foudre, les tremblements de terre…) mais aussi de spiritualisme et de philosophie. Parmi la soixantaine de livres de vulgarisation publiés par Flammarion figure Le Monde avant la création de l’homme conservé dans le fonds ancien de la BU qui a fait l’objet d’un billet de blog rédigé par Philippe Jaussaud. Victime d’une crise cardiaque Camille Flammarion meurt le 3 juin 1925 dans sa maison de Juvisy.

Flammarion, Camille. Le monde avant la création de l'Homme. 1886L’astronomie populaire

Dans ses Mémoires Camille Flammarion écrit que lorsque Le Verrier l’a congédié de l’Observatoire il lui a reproché de ne pas être un savant mais un poète.1. C’est en effet une astronomie mâtinée de littérature et accessible au plus grand nombre que veut promouvoir Camille Flammarion avec les Merveilles célestes d’abord puis avec Astronomie populaire publié en1880. Dans le sillage de François Arago (1786-1853), il est partisan d’une astronomie non-mathématique, moins académique et beaucoup plus littéraire. C’est cette approche qu’il défend comme il l’écrit dans son introduction à la Revue d’astronomie populaire (1882) : « L’Astronomie, renfermée à tort jusqu’à ces derniers temps dans des sanctuaires embastionnés, est au contraire, la science la plus sympathique et la plus éminemment populaire […]. Elle ne peut nous être indifférente, car elle seule nous apprend où nous sommes et ce que nous sommes ; de plus elle n’est pas hérissée de chiffres, comme les savants voudraient le faire croire ; les formules algébriques ne sont que des échafaudages analogues à ceux qui ont servi à construire un palais admirablement conçu ; que les chiffres tombent, et le palais d’Uranie resplendit dans l’azur, offrant aux yeux émerveillés toute sa grandeur et toute sa magnificence !».2.Camille Flammarion. Revue d'astromie populaire. Vol. 1 1882

L’exemplaire de la BU

L’exemplaire des Merveilles célestes conservé dans les collections anciennes de la BU est la première édition publiée en 1865 par Louis Hachette. L’ouvrage est illustré de 32 figures en noir et blanc et comprend une carte dépliante des constellations du zodiaque. Il est divisé en six parties :

  • L’ensemble (la Nuit, le ciel, l’espace universel, la disposition générale de l’univers, les Nébuleuses, la Voie lactée)
Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig.5 La nébuleuse du Lion

Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig. 7 La nébuleuse des chiens de chasse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Notre univers (le monde sidéral, la constellation du Nord, le zodiaque, la constellation du sud, le nombre d’étoiles, leurs distances, les étoiles variables, les univers lointains, les soleils doubles, multiples, colorés)
Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Carte du ciel

  • Le domaine du soleil (le système solaire, le Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, les comètes, la composition chimique des astres révélée par l’analyse de la lumière qu’ils nous envoient)
Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig. 16 Les taches du soleil

Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig.21 Jupiter et la Terre

 

Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig.20 Mars

 

  • La Terre (le globe terrestre, les preuves positives que la terre est ronde et tourne sur elle-même et autour du Soleil, la Lune, les éclipses)
Flammarion, Camille. Les merveilles célestes. 1865

Fig.31 Paysage lunaire

  • Aspect philosophique de la création. (Pluralités des mondes habités et la contemplation des cieux).

Conclusion

Si l’objectif de Camille Flammarion est de parvenir à populariser l’astronomie, estimant que la science ne doit pas être réservée à quelques privilégiés, il continue en parallèle à pratiquer une astronomie professionnelle, il fait des observations, des calculs et publie dans des revues savantes. Ses études sur Mars et ses « canaux » font autorité ainsi que ses travaux sur les étoiles doubles et multiples. Comme l’écrit Bernadette Bensaude-Vincent : « parti pour brandir l’étendard de la science populaire contre la science académique dans les années 1860, Flammarion a finalement opéré un revirement dans les années 1880 en formant un nouveau réseau de science populaire, à distance de la vulgarisation et parallèle de la science officielle. ».

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Bibliographie:

Bensaude-Vincent, Bernadette. «Camille Flammarion : prestige de la science populaire». In: Romantisme, 1989, n°65. Sciences pour tous. pp. 93-104. Disponible en ligne [consulté le 27 juillet 2022]

Chaperon Danielle. «Le cinématographe astronomique. Camille Flammarion : un parcours de 1864 à 1898». In: 1895, Revue d’histoire du cinéma, n°18, 1995. Images du réel. La non-fiction en France (1890-1930), pp. 52-65. Disponible en ligne [consulté le 27 juillet 2022]

Fox Robert. «Les conférences mondaines sous le Second Empire». In: Romantisme, 1989, n°65. Sciences pour tous. pp. 49-57. Disponible en ligne [consulté le 27 juillet 2022]

Weber Anne-Gaëlle, « Genres littéraires et révolutions scientifiques au XIXe siècle : l’exemple des astronomies populaires », Revue de littérature comparée, 2009/4 (n° 332), p. 405-424.Disponible en ligne [consulté le 27 juillet 2022]

 

  1. Bensaude-Vincent Bernadette. « Camille Flammarion : prestige de la science populaire ». In: Romantisme, 1989, n°65. Sciences pour tous. p. 93 []
  2. Revue d’Astronomie populaire,1882,p.1-2 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search