L’abrégé de physique de l’Abbé Para du Phanjas

Parmi les ouvrages de la BU récemment numérisés figure, Elémens de physique : ou abrégé du cours complet de physique, spéculative et expérimentale, systématique et géométrique de l’Abbé Para du Phanjas édité en 1781 par l’imprimeur-libraire parisien, Louis-Alexandre Jombert (1749-1811). Comme l’indiquent les cachets apposés sur la page de titre et à la fin du volume, l’ouvrage provient de la bibliothèque du lycée impérial de Tournon, il fait partie de l’ensemble de livres transférés à l’Université de Lyon après la décision ministérielle de 1888. De format in-octavo, il comprend 736 pages d’un texte très dense. Il est illustré de dix planches dépliantes gravées sur cuivre et composées de 136 figures numérotées en continu. En feuilletant l’exemplaire on observe une erreur d’impression, la planche V est en double alors que la planche VI est manquante. La reliure est en veau fauve marbré avec un dos à nerfs orné de caissons de fleurons dorés, la pièce de titre est en maroquin rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Para du Phanjas (1724-1797)

François Para né en 1724 dans le hameau de Fangeas dans les Hautes Alpes et meurt à Paris en 1797. Après des études au collège des jésuites d’Embrun, il devient novice dans cet ordre. Il enseigne la philosophie et les mathématiques à Embrun puis dans d’autres établissements, à Marseille, Grenoble et Besançon. Après la suppression de la Compagnie de Jésus et la fermeture de ses collèges en 1762, il devient membre du clergé séculier et s’installe à Paris. On sait qu’il a prêté serment sur la constitution civile du clergé puis s’est rétracté. A Paris, il fréquente le cercle de Madame Adélaïde, fille de Louis XV et soutient des jésuites. Par son entremise et celle de l’archevêque de Paris, il obtient des revenus qui lui permettent d’écrire. En 1767, lors de la publication de son premier ouvrage, Eléments de métaphysique sacrée et profane ou Théorie des êtres insensibles, il ajoute à son nom celui de son lieu de naissance et signe ses livres, Abbé Para du Phanjas. Ce grand érudit comprend qu’en cette fin du 18ème siècle, la métaphysique doit tenir compte de l’évolution des sciences mathématiques et physiques. Il publie en 1772, la Théorie des êtres sensibles, ou Cours complet de physique spéculative, expérimentale, systématique et géométrique en 4 volumes, l’ouvrage sera réédité plusieurs fois et comprendra un volume supplémentaire dans l’édition de 1788.

L’abrégé

 

 

Dans sa préface, l’Abbé Para explique qu’il publie cet abrégé pour rendre son cours complet accessible au plus grand nombre, il écrit page 7 et 8 : « Le Public nous a suffisamment paru désirer, pour l’usage des Séminaires, des Collèges, d’un grand nombre de Maisons d’Institutions un Abrégé de ce Cours Complet de Physique ; & tel est l’ouvrage élémentaire que nous lui donnons ici en un seul volume [..]. Ces Elémens de Physique, ne sont au fond, qu’un simple extrait ou qu’une simple réduction de notre cours complet de physique en quatre grands volumes in-octavo ».

 

 

Dans cette édition, il reprend les dix traités sur : la matière, les corps, le mouvement, la mécanique, la terre, l’eau, l’air, la lumière et le ciel. Chaque traité est divisé en sections comportant des paragraphes aux titres très variés: définitions, théorèmes démontrés par l’expérience, objections à réfuter, problèmes avec solutions. Les deux premiers traités concernent la physique corpusculaire, avec des discussions historiques sur la constitution de la matière comme, par exemple, les monades de Leibnitz ou les atomes de Gassendi. On y trouve aussi les définitions des acides, des sels ou de la cristallisation.

Les trois traités suivants sont consacrés à la mécanique. Les lois des différents types de mouvements sont expliquées et illustrées par les nombreuses figures de la planche V, puis appliquées aux machines usuelles : poulies et treuils représentés sur la planche VI absente dans l’exemplaire de la BU.

Pl.V

Le sixième traité intitulé théorie de la terre aborde la géologie de la terre, le règne animal et végétal, cette partie n’est pas illustrée. Les quatre dernières théories : celle de l’eau avec les lois de l’hydrostatique, de l’air avec les actions pneumatiques et acoustiques, de la lumière (l’optique) et du ciel (l’astronomie) sont complétées par les figures des planches VII à X.

Pl. VIII l’optique.

 

L’Abbé Para conçoit son enseignement comme un programme complet de formation, il explique pages 10 et 11: « Ces Eléments de Physique sont rapportés & assortis à nos Elemens de Métaphysique. Dans ceux-ci & dans ceux-là, la Méthode est la même & de leur réunion résultera un assez riche fonds de connaissances philosophiques, pour occuper utilement & agréablement, pendant environ deux ans, les jeunes élèves de la Philosophie : surtout, si on associe à ces deux ouvrages élémentaires, un Cours élémentaire de Mathématiques, sans lesquelles il n’y a point de vraie science, en genre de physique. ». Son ouvrage renvoie régulièrement aux pages de son traité de métaphysique mais aussi à des livres de mathématiques dont il donne les références en fin de volume. Soucieux de faciliter l’apprentissage de ses lecteurs, il ajoute également une table de correspondances qui renvoie aux auteurs qu’il cite comme Euclide ou de Bezout et propose à la fin une « Table alphabétique des matières qui fait de tout cet ouvrage, un petit dictionnaire de Physique ».

Les cours de l’Abbé Para attiraient de très nombreux étudiants et érudits ce qui lui a valu d’être considéré comme un des savants les plus remarquables du XVIIIe siècle.

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois

 

Sources:

Para Du Phanjas, François. Élémens de métaphysique sacrée et profane, ou Théorie des êtres insensibles. Besançon : J.-P. Chaboz, 1767.

Para Du Phanjas, François. Théorie des êtres sensibles, ou Cours complet de physique spéculative, expérimentale, systématique et géométrique, mise à la portée de tout le monde. Paris : C.-A. Jombert, 1772.

 Para Du Phanjas, François. Principes du calcul et de la géométrie, ou Cours complet de mathématiques élémentaires mises à la portée de tout le monde. Paris : C.-A. Jombert père, 1773.

Para Du Phanjas, François. Elémens de physique : ou abrégé du cours complet de physique, spéculative et expérimentale, systématique et géométrique. Paris : Louis-Alexandre Jombert, 178. Disponible en ligne [consulté le 7 décembre 2020]

Bibliographie:

Olivier Perru. Hommes d’église et science au XVIIIe siècle : vers une harmonie entre raison, nature et création. Paris : librairie philosophique J.Vrin, 2012.

.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search