Étiqueté : manuel

2

Fenêtre sur… quelques grammaires latines

    Du 1er au 30 septembre 2013 Hall de la Bibliothèque Diderot de Lyon (site Descartes)       Cette exposition/dossier Fenêtre sur… présente quelques ouvrages de grammaire latine et grecque possédés par la Bibliothèque Diderot de Lyon.     Du Moyen-Age à la Révolution, le monde intellectuel et scolaire est totalement dominé par le latin : quiconque veut étudier ou...

0

Apprendre les rudiments du latin au XVIe siècle, 2/2

Le billet proposé le mois dernier a permis de présenter deux ouvrages imprimés à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle que conserve la Bibliothèque Diderot de Lyon et qui appartiennent au genre des rudimenta. Pour rappel, les rudimenta sont un type de manuels de base de la langue latine, très répandus sous l’Ancien Régime, et qui interviennent...

0

Apprendre les rudiments du latin au XVIe siècle, 1/2

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve une riche collection d’ouvrages anciens liés à l’éducation et l’enseignement, provenant en partie du fonds de l’ex-INRP. Parmi ceux-ci figurent des petits livres intitulés couramment Rudimenta. Ce sont des abrégés des règles fondamentales de la grammaire latine, très répandus sous l’Ancien Régime, et qui interviennent les premiers dans l’apprentissage du latin. La bibliothèque a la chance...

0

Les représentations de la machine d’Atwood

Avant l’invention du chronomètre, la chute libre était difficile à étudier quantitativement, car la distance parcourue est grande et le temps de la chute très court : 125 mètres en 5 secondes par exemple. Galilée déjà, avait cherché comment la ralentir en utilisant le plan incliné. Georges Atwood (1745-1807), physicien anglais enseignant à Cambridge, met au point en 1784 un appareil permettant de...

1

Jean Antoine Nollet (1700 – 1770) : l’expérience au service de la diffusion des sciences

  « Le nom de l’abbé Nollet est aujourd’hui presque entièrement oublié. Peu d’hommes ont rendu à l’humanité et à la science des services, sinon plus éclatants, au moins plus réels que l’abbé Nollet; et quand on verra que c’est surtout à créer une science utile et populaire que ce savant a sacrifié ses talents et sa vie, on comprendra moins encore que la...