Aux sources de la botanique moderne : un ouvrage de la Renaissance, le De historia stirpium commentarii insignes

  • Chamaemelum
  • Portrait de Leonhart Fuchs

    Planche extraite de Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. In officina isingriniana, 1542

Sorti des presses d’Isengrin à Bâle en 1542, le De historia stirpium commentarii insignes  (Commentaires remarquables sur l’histoire des plantes) – de Leonhart Fuchs renferme plus de 500 gravures sur bois, toutes magnifiques de part leur précision et leur finesse, représentant des plantes pour la plupart médicinales, originaires d’Allemagne ou du Nouveau monde.

Planche extraite de Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. In officina isingriniana, 1542

Si elle s’appuie sur le grec Dioscoride et la tradition médiévale, cette œuvre n’en innove pas moins de par une approche plus scientifique de la botanique.  Il ne s’agit plus seulement pour Fuchs, médecin et universitaire de son état, de discourir sur les plantes, mais aussi de fonder leur identification sur l’observation et, partant de là, d’assurer de manière plus fiable la pratique médicale. L’ouvrage, rédigé en latin, s’ouvre sur un glossaire qui précise la définition des termes spéciaux employés dans le texte.  Trois index, en latin, en grec et en allemand complètent l’organisation alphabétique du texte – curieusement selon l’ordre alphabétique des lettres grecques – et permettent d’établir une relation claire entre le nom des plantes, leur description et leur représentation.  Pour cette représentation, Leonhart Fuchs s’est entouré de trois artistes, Heinrich Füllmaurer,  Albrecht Meyer et Veit Rudolphe Speckle.  Les plantes sont d’abord dessinées d’après nature puis gravées fidèlement avec leurs attributs, racines, feuilles, fleurs et fruits.

Planche extraite de Fuchs, Leonhart. De historia stirpium commentarii insignes. In officina isingriniana, 1542

Avec ses contemporains, Pierandrea Matthioli (1501 – 1577), Otto Brunfels (1489 – 1534) et Jérôme Bock (1498 – 1554), Leonhart Fuchs peut être considéré comme un des pères fondateurs de la botanique moderne. Plus de 100 ans plus tard, Charles Plumier, autre botaniste notoire, lui rendra hommage en donnant son nom à une plante de l’île de Haïti (Saint – Domingue à l’époque) aux belles fleurs rose foncé : le fuchsia.

Article rédigé par Chantal Jonneaux

Sources :

–      Notices de abebooks.de concernant l’ouvrage De histoira stirpium commentarii insignes (consultation du 16/02/2011)

–      Allorge, Lucile et Ikor, Ollivier. La fabuleuse odyssée des plantes. Hachette littérature, 2006. Pp. 92 – 94

–      Boorstin, Daniel Joseph. Les découvreurs. Seghers, 1986. Pp. 398 – 399

–      Botanique, in Encyclopedia universalis T3. Encyclopedia unversalis, 1971. Pp. 456 – 457


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. en tant que fan d’étymologie, je suis heureuse de connaître l’origine du fuchsia et je me permets de reciter encore Pline pour celle de la « nymphea alba » et aussi pour cette considération -comment faut-il la prendre !- : « Des femmes même… »
    XXXVI. [1] « Des femmes même ont ambitionné de donner leur nom à des plantes: ainsi Artémise, femme de Mausole, adopta la plante appelée auparavant parthenis. D’autres prétendent que cette plante a été ainsi nommée de la déesse Artémis Ilithye, attendu qu’elle est employée particulièrement pour les maladies des femmes. Elle jette beaucoup de rejetons, comme l’absinthe, mais elle a les feuilles plus grandes et grasses. On en distingue deux espèces : l’une à feuilles plus larges (artemisia arborescens), l’autre plus délicate, à feuilles plus menues (armoise des champs, artemisia campestris, L. ), et ne croissant que dans les parages maritimes. Quant à la plante ( artemisia camphorata, L.) à laquelle quelques-uns donnent le même nom, et qui vient au milieu des terres, elle a une tige simple, des feuilles très petites, beaucoup de fleurs qui éclosent lors de la maturité du raisin, et une odeur qui n’est pas désagréable. On l’appelle encore botrys et ambrosia; elle croît dans la Cappadoce.
    XXXVII. [1] La plante nommée nymphrea (nymphrea alba, L.) provient, dit-on, d’une nymphe morte de jalousie pour Hercule. Pour cela quelques-uns la nomment héracléon, et d’autres rhopalon, à cause de sa racine semblable à une massue; et on ajoute que ceux qui en prennent pendant douze jours perdent la faculté du coït. La plus estimée est celle d’Orchomène et de Marathon. Les Béotiens, qui en mangent la graine, la nomment madon. Elle vient dans l’eau ; de larges feuilles flottent à la surface, et d’autres partent de la racine; la fleur ressemble au lis, et, quand elle est passée, laisse une tête semblable à celle du pavot. La tige est grêle. On la récolte en automne. La racine, noire, se sèche au soleil : c’est un remède pour le cours du ventre. Il y a encore une autre nymphaea (nymphaea lutea, L.) qui croît en Thessalie, dans le fleuve Pénée. La racine est blanche, la tête jaune, de la grandeur d’une rose. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *