Le médecin légiste à la Belle Epoque : un collectionneur

Dernier billet de la série sur le médecin légiste à la Belle Époque, nous nous intéressons aujourd’hui à la tentative de constitution d’un savoir systématique sur l’homme qui, bien que dans l’esprit de son époque, est particulièrement remarquable chez Alexandre Lacassagne. Nouvel objet documentaire, l’homme, au 19ème siècle, est mesuré, classé, ordonné, contrôlé…Pour la médecine légale, qui est alors aussi police scientifique, l’anthropométrie est une source inégalable de mesures aussi utiles pour décrire les cadavres que pour décrire un criminel.

Alphonse Bertillon, Anthropologie métrique : conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de mesurer, de photographier et de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques : anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie / Impr. nationale, 1909

Les techniques de mesure employées par les médecins-légistes dans ces rapports sont largement calquées sur l’anthropologie scientifique et le travail de Bertillon. Son appareil de mesure ainsi que ses notes anthropométriques ont largement participé de cette idée de l’homme comme objet d’étude.

Observations anthropologiques sur le vivant, Instructions générales pour les recherches anthropologiques à faire sur le vivant par M. P. Broca, 1879

On retrouve dans les rapports du médecin légiste, devant déposer au tribunal comme expert, ces mesures présentées comme des collections de données. Le médecin remplit des rapports dont la procédure doit être assez claire pour que le médecin évite les erreurs d’autopsie et pour que la cour puisse comparer différentes expertises.

« Pour permettre à l’élève de suivre avec profit ces différentes opérations [d’autopsie], nous distribuons nos feuilles de rapport, qui sont comme un formulaire apprenant à dresser convenablement cet acte médico-légal important qui s’appelle le rapport. » 1

Mais la collection du médecin légiste ne s’arrête pas aux mesures de l’individu. L’anthropométrie donne la possibilité d’une collection de mesures qui seront complétées par les relevés d’empreintes digitales ou dentaires, le prélèvement de poils, peau… On trouve ainsi dans la bibliothèque du laboratoire de Lacassagne une collection étonnante de cheveux, étiquetés et classés en fonction de leur couleur (naturelle ou teinte).

A ces données physiques réunies sur l’homme, s’ajoute une collection de données ethnologiques et anthropologiques sur le criminel : recueils de textes et de dessins de prisonniers, étude des tatouages, conservation de cranes de différents formats et provenances…

Enfin, Lacassagne poursuit cette collection par des répertoire de plaies par balles (expérience et expérimentation), répertoire de suicides (analyse des positions des corps des pendus), répertoire des plantes dangereuses à ingérer…

Paul-Marie-Victor Chavigny : L’expertise des plaies par armes à feu, pistolets, revolvers, fusils, carabines. J.-B. Baillière et fils, 1918

Cette propension à la collection mènera Lacassagne aussi à conserver textes d’études, instruments de travail et spécimens d’analyses que vous pouvez retrouver à la BU Santé Lyon 1, au musée d’anatomie Testut-Latarjet Lyon 1 et à la Bibliothèque Municipale de Lyon.

Billet rédigé par Raphaëlle Bats

1 : Alexandre LACASSAGNE, « Rapport sur l’enseignement de la médecine légale à la Faculté de médecine de Lyon », in AAC, 1900, p.365. Cité par Muriel Salle « Expertises : Alexandre Lacassagne ou le discours de la méthode », 26 mars 2008.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11 février 2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Hypothèses billets, Wilfrid Niobet. Wilfrid Niobet said: Le médecin légiste à la Belle Epoque : un collectionneur: Posté dans : "hyporadar" via marind in Google ReaderDe… http://bit.ly/fSh4Ab […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *