Les eaux : médecine ou miracle ?

Au XIXème siècle, alors que le témoignage des médecins valait pour vérité pratique et procédure intemporelle, le témoignage des patients a toujours fait figure de crédulité. Ainsi, les thérapies par la nature (eau, lumière…) ont toujours semblé plus miraculeuses que médicales. Il est vrai que le soin venant de la nature et non de la prescription du médecin, ce retour à une médecine hippocratique au détriment d’une médecine galénique était difficile à admettre pour un grand nombre de médecins.

 

Docteur Pierre Trenque Challes-les-Eaux en Savoie Imprimerie de Montsouris, 1948.

Docteur Pierre Trenque. Challes-les-Eaux en Savoie Imprimerie de Montsouris, 1948

Le témoignage des soignés n’y changeait rien, bien au contraire. Si l’engouement des populations pour les bains et autres thérapies naturelles s’est fortement développé avec la bourgeoisie au début du XIXème siècle, la reconnaissance scientifique et universitaire a été plus tardive.

Même si les médecins intéressés par ces thérapies regorgeaient d’inventivité dont on reconnaissait la valeur technique, la question de la valeur scientifique de la thérapie elle-même restait volontairement en suspens.
c’est finalement , le développement des sciences expérimentales qui fera de l’eau une thérapie médicale acceptée.

 

Toussain Rapou Essai sur l'atmidiatrique; ou, Médecine par les vapeurs avec des gravures et la description et la description d'un nouvel appareil fumigatoire Gabon, 1819.

Toussain Rapou. Essai sur l’atmidiatrique; ou, Médecine par les vapeurs avec des gravures et la description et la description d’un nouvel appareil fumigatoire. Gabon, 1819

 

En effet, la découverte des propriétés de l’eau, des substances minérales qui y sont contenues a joué un rôle dans cette réhabilitation. Dès lors que l’eau, élément naturel, pouvait être prescrite en fonction de sa qualité et de ses quantités de minéraux, alors la médecine prescriptive se l’est appropriée comme thérapie. Ainsi, chaque station thermale peut présenter son bilan « ferrugineux », sa liste de minéraux et les maladies pour lesquelles elle se présente comme thérapie.

Docteur Pierre Trenque Challes-les-Eaux en Savoie Imprimerie de Montsouris, 1948

Docteur Pierre Trenque. Challes-les-Eaux en Savoie Imprimerie de Montsouris, 1948


Cette justification scientifique aura permis aux pratiques thermales d’être validées et d’entrer à l’université. Maurice Villaret (1877-1946) obtiendra la première chaire d’hydrologie en 1911 à la Faculté de Médecine de Paris.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *