Le médecin légiste à la Belle Epoque : des morts et des vivants

Nous avons vu le mois dernier que le médecin légiste est un véritable enquêteur faisant appel aussi bien à ses connaissances médicales et scientifiques qu’à des intervenants spécifiques (bottier, tailleur dans le cas du Pr Jaboulay) pour élucider le mystère de l’identification des victimes, de celle des criminels et la plupart du temps celle des causes du décès. Dans ces dernières, le rôle du médecin légiste dépasse largement la simple identification.

Annales d’Hygiène Publique et de médecine légale, Paul Brouardel, 1829-1881

La participation d’Alexandre Lacassagne au Conseil d’hygiène et de salubrité du département du Rhône n’est à ce titre pas anodine. Pour Lacassagne, cette implication du médecin-légiste dans la marche de la société est tout à fait révélatrice de son adhésion à la philosophie positiviste de Comte. Lacassagne a une vision très noire de la société dans laquelle il vit et a une forte conscience de l’état de délabrement sanitaire de certains quartiers. En bon positiviste, il estime que la société française est sur le chemin d’un progrès auquel chacun doit participer, et pour lequel  le médecin-légiste doit favoriser les conditions : instruction, santé, sécurité. Sa bibliothèque de laboratoire (conservée à la BU Lyon 1) comme sa bibliothèque personnelle (conservée à la BM de Lyon) sont révélatrices du lien fort qu’il établit entre assainissement sanitaire et assainissement moral, selon l’idée que l’on peut difficilement élever son esprit dans des conditions de vie misérables. Loin de cantonner son rôle à celui de médecin des morts, Lacassagne pense le médecin légiste comme médecin de la société française, participant par ses analyses au progrès dont elle a tant besoin.

Hygiène de Lyon : compte rendu des travaux du Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département du Rhône (1860-1885)

Ainsi, le médecin-légiste se doit de connaitre les quartiers et les zones d’insalubrité pour pouvoir faire le lien entre certains décès et la provenance des corps (voir la carte ci-dessus faite par Alexandre Lacassagne pour déterminer les établissements insalubres de la ville de Lyon). Et à revers, la mise en évidence d’une cause de mortalité récurrente par la médecine légale donne la possibilité d’une législation. On trouvera dans la littérature médicale un grand nombre d’exemples de cette relation entre médecine-légale et droit et notamment dans la mise en évidence des décès causés par le monoxyde de carbone des gaz d’éclairage (voir les analyses de sang ci-dessus) ou dans l’évolution des prises en compte des métiers à risque et des conditions de travail.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *