L’Hôtel-Dieu et la Charité dans les collections de la BIU Lsh

Nous avons parlé le mois dernier de l’Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, ouvrage dans lequel John Howard décrit divers lieux d’enfermement. En évoquant le cas des institutions lyonnaises, il ne mentionne pas l’hôpital Notre-Dame de la Charité, pourtant considéré, dès sa création en 1614, comme un modèle d’internement des pauvres. En revanche, J. Howard décrit le fonctionnement et l’organisation de l’Hôtel-Dieu, « estimé le meilleur hôpital qu’il y ait en France ».

 

Hôtel-Dieu de Lyon (pl. 19). Howard, John. « Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force ». Paris : Maradan, 1791. 2 vol. Cote BIU Lsh : 68763/1 et 68763/2

 

La BIU Lsh possède, sur ces deux établissements, trois ouvrages imprimés par Aimé Delaroche, imprimeur de la ville, de l’Hôpital général de la Charité et de l’Hôtel-Dieu. Le Catalogue des noms de Messieurs les Recteurs et Administrateurs de l’Hôpital général de la Charité et Aumône générale de Lyon fait la liste des « zélés citoyens » qui ont dirigé  l’institution et ont « compati aux misères des ouailles de Jésus-Christ ». Le blason aux armes de la Charité que l’on trouve sur la page de titre illustre cette mission d’assistance. On distingue, à côté de l’emblème de la ville, l’allégorie traditionnelle de la Charité recueillant quatre enfants.

 

 

Si la légende attribue au roi Childebert la fondation de l’Hôtel-Dieu, celui-ci n’est construit à son emplacement actuel qu’au XIIe siècle, à l’occasion de la construction du pont (actuel pont de la Guillotière). L’hôpital du Pont-du-Rhône accueillait en priorité les pèlerins et les pauvres voyageurs.

 

En prenant en 1507 le nom d’Hôtel-Dieu, sa fonction se précise. Les soins accordés aux pauvres malades se renforcent au XVIIe, notamment sous l’impulsion des ordres hospitaliers féminins. Les femmes sont, en effet, de plus en plus présentes dans la gestion de ce type d’institution, comme l’illustrent les Règlements pour les domestiques du Grand Hôtel-Dieu de Lyon qui insistent sur le rôle des veilleuses, de la cuisinière, de la sœur en charge des habits des malades… Les armoiries de l’Hôtel-Dieu témoignent de sa mission hospitalière : une femme – semblable à une Vierge de Pitié et peut-être revêtue du costume des sœurs de l’hôpital – secoure un mourant.

 

Armoiries de l’Hôtel-Dieu. « Règlement pour les domestiques du Grand Hôtel-Dieu de Lyon ». Lyon : Delaroche, 1754. Cote BIU Lsh : 50106

 

Les Règlements pour Messieurs les prêtres qui desservent l’Hôpital général (1774) donnent également des consignes très strictes aux huit prêtres qui y étaient affectés : gestion de la sacristie, de l’infirmerie, façon d’administrer les sacrements…

 

Aujourd’hui, le projet de reconversion de l’Hôtel-Dieu en hôtel de luxe paraît bien éloigné de la première mission de cet hôpital :  secourir et soigner les pauvres.

 

Bibliographie :

  1. Gutton, Jean-Pierre. La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789. Paris : les Belles lettres, 1971.
  2. Leclerc, Anne. La Médicalisation de l’Hôtel-Dieu de Lyon : 1750-1802. Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Pierre Gutton, 1994.
  3. Croze, Auguste. Histoire du grand Hôtel-Dieu de Lyon : des origines à l’année 1900. Lyon : Audin, 1924.
  4. Guigue, Marie-Claude. Recherches sur Notre-Dame de Lyon : hôpital fondé au VIe siècle par le Roi Childebert et la Reine Ultrogothe. Lyon : N. Scheuring, 1876.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *