Un « Grand Tour » des prisons au siècle des Lumières

L’organisation par la BIU Lsh de journées d’étude sur « Psychiatrie et prison : la question du soin aux personnes détenues » les 3 et 4 février 2011 offre l’occasion de présenter une des premières enquêtes sociales consacrées aux prisons. Il s’agit de The state of the prisons que la bibliothèque possède dans une traduction française de 1791.

L’auteur, John Howard, s’intéresse au sort des détenus dès 1773. Touché par la découverte de la misère régnant dans la prison de Bedford -il est alors « high-sherrif » du comté- il décide d’inspecter toutes les maisons de force de Londres (White-Chapel, Newgate…) et d’Angleterre.

 

Prison de Newgate (vol. II, pl. 20). « Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force ». Paris : Maradan, 1791. 2 vol. Cote BIU Lsh : 68763/1 et 68763/2

 

De 1775 à 1790, Howard entreprend un « Grand Tour » des prisons de France, de Suisse, d’Allemagne, de Russie, d’Espagne… Ses visites, nombreuses – de 1775 à 1777, il se rend dans 230 institutions différentes – sont consignées dans l’Etat des prisons qui paraît pour la première fois en 1777. Cette étude, novatrice par son ampleur géographique et par sa méthode, constitue l’une des premières études comparatives de l’Europe carcérale.

Le philanthrope décrit avec précision les conditions de vie des prisonniers. Il dénonce l’absence de considérations hygiéniques, l’insuffisance des soins, les cachots… Des pistes pour améliorer les conditions de détentions sont proposées, elles inspireront le vote en Angleterre du Penitentiary House Act (1779). Howard préconise de donner un salaire aux geôliers pour éviter qu’ils ne rançonnent les détenus et de distinguer l’enfermement des criminels, des prisonniers pour dettes et des « insensés ». Enfin il remet en cause l’utilisation de la torture et des châtiments corporels comme celui du « manteau espagnol ».

Le manteau espagnol (vol. I, pl. 7). « Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force ». Paris : Maradan, 1791. 2 vol. Cote BIU Lsh : 68763/1 et 68763/2

 

L’Etat des prisons comprend une vingtaine de plans : plans de prisons (notamment celui de la Bastille) ; mais également de maisons de correction et d’hôpitaux. Car Howard décrit une multitude de lieux d’enfermement sans faire de réelle distinction entre des institutions très diverses. Nous le verrons le mois prochain lorsque nous parlerons des ouvrages de la BIU concernant l’Hôtel-Dieu de Lyon.

La Bastille (vol. I, pl. 18). « Etat des prisons, des hôpitaux et des maisons de force ». Paris : Maradan, 1791. 2 vol. Cote BIU Lsh : 68763/1 et 68763/2

 

Bibliographie :

  1. Leclerc, Gérard. L’Observation de l’homme : une histoire des enquêtes sociales. Paris : Ed. du Seuil, 1979.
  2. Petit, Jacques-Guy. « Obscurité des Lumières : les prisons d’Europe, d’après John Howard, autour de 1780 » In : Criminologie, vol. 28, n°1, 1995, p. 5-22. Article disponible en ligne.
  3. Morgan, Rod. “Howard, John (1726?–1790) » In : Oxford Dictionary of National Biography. Oxford University Press, 2004. Article disponible en ligne.
  4. L’édition de 1791 de l‘Etat des prisons est consultable sur Google books : vol. 1 ; vol. 2.

 

Journées d’étude
Jeudi 3 et vendredi 4 février 2011
Bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines

Amphithéâtre de l’ENS de Lyon – site Descartes
15 Parvis René Descartes, Lyon 7ème – métro Debourg
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription recommandée


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 24 janvier 2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Petrelli Pierre, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Un « Grand Tour » des prisons au siècle des Lumières http://bit.ly/fcwSmt […]

  2. 8 mars 2011

    […] to Interfaces, the blog of their Rare Books Department, where you can find for instance a post on the French version from 1791 of John Howard’s The state of prisons. Lately this blog has presented a series of posts on legal medicine in the nineteenth century, Le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *