L’animal, l’homme et le monstre : histoire d’étranges poissons

L’exposition « Figures de l’animal » organisée en octobre dernier par la BIU Lsh a donné l’occasion de (re)découvrir l’Histoire entière des poissons de Guillaume Rondelet dans l’édition lyonnaise de 1558. Cet ouvrage, paru d’abord en latin en 1554, restera, pendant près de deux siècles, l’ouvrage le plus complet sur la faune marine. Certaines descriptions font preuve d’une précision toute scientifique, d’autres sont totalement fantaisistes comme ces descriptions de poissons en « habits » de moine et d’évêque.

 

« Du monstre marin en habit d’évêque », livre XVI, p. 362. Rondelet, Guillaume. La Première (et la seconde) partie de l’Histoire entière des poissons, composée en latin par maistre Rondelet, maintenant traduite en françois. A Lion : par Macé Bonhomme, 1558. Cote INRP : 1R 204412

 

Le poisson-évêque doit son nom à la forme de sa tête, semblable à celle d’une mitre, ainsi qu’à ses nageoires qui rappellent la robe portée par les évêques durant l’office. Cette créature, mi-homme, mi-poisson apparaît pour la première fois en 1433, date à laquelle elle aurait été pêchée dans la mer Baltique. Enfermé par ordre du roi de Pologne, le poisson sembla si malheureux qu’un groupe d’évêques obtint l’autorisation de le relâcher. Il plongea alors dans la mer après avoir salué d’un signe de croix la foule qui s’était réunie pour assister à l’évènement. Conrad Gesner signale, dans le livre III de son Historiae animalium, la découverte d’un autre poisson-évêque en 1531. Les gravures de Rondelet sont tirées de cet ouvrage que l’on peut consulter à la BU sciences de Lyon I1.

 

La relation que fait Rondelet d’un poisson-moine pêché au large des côtes de Norvège est assez semblable. Cette créature, mi-homme, mi-poisson, aurait « une face d’homme, mais rustique et malgracieuse, la tête rase et lise. Sur les épaules comme un capuchon de moine, deux longues pinnes au lieu de bras, le bout du corps finissant en une queue large ». Rondelet précise ensuite que ce portrait lui a été donné par Marguerite de Valois, reine de Navarre.

 

« Du monstre marin en habit de moine», livre XVI, p. 361

 

 

Ces poissons, pourtant issus de l’imaginaire populaire, étaient considérés comme bien réels à l’époque et Rondelet rappelle que Pline, déjà, avait parlé de « l’homme marin » comme d’une créature « non feinte ». Correspondant au goût du siècle pour les prodiges et phénomènes monstrueux, ils fascinèrent des savants comme Ambroise Paré, Ulisse Aldrovandi, ou encore Pierre Belon.

 

Bibliographie :

  1. Baudet, Jean. Penser le vivant : une histoire de la médecine et de la biologie. Paris : Vuibert, 2005.
  2. Céard, Jean. La nature et les prodiges : l’insolite au XVIe siècle. Genève : Droz, 1996.
  3. Martin, Ernest. Histoire des monstres depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Précédé de Le Désenchantement des monstres par Jean-Jacques Courtine. Grenoble : J. Millon, 2002.
  4. Exposition virtuelle disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, et consacrée aux « Merveilles de la mer ».
  1. Gesneri, Condari. Historiae animalium liber III : qui est de Piscium & aquatilium animantium natura : cum iconibus singulorum ad vivum expressis fere omnib. DCCVI. […]. Apud Christoph Froschouerum, 1558. Cote BU Sciences Lyon I : 132215. L’ouvrage est disponible sur Google books []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pour information, dans l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, livre IX qui traite des monstres marins :
    « Une députation de Lisbonne fut envoyée à l’empereur Tibère, pour lui annoncer qu’on avait vu et entendu dans une certaine caverne un triton qui jouait de la conque ; et il avait la forme qu’on lui connaît. La figure attribuée aux néréides n’est pas fausse non plus : seulement leur corps est hérissé d’écaillés là même où elles ont la forme humaine. On en a vu en effet, sur ce même rivage, une qui y mourut, et dont les glapissements plaintifs furent entendus au loin par les habitants. Le légat de la Gaule écrivit au dieu Auguste qu’on apercevait sur la côte plu2 sieurs néréides mortes.
    [2] Je puis citer des témoins qui occupent un rang distingué dans l’ordre équestre, et qui m’ont certifié avoir vu dans l’océan de Cadix un homme marin, d’une conformation complètement semblable à la nôtre ; que pendant la nuit il montait dans les navires, et que la partie du bâtiment sur laquelle il s’asseyait, penchait aussitôt, et même se submergeait s’il y restait longtemps. »

  1. 21 juin 2013

    […] de Londres) . de la gravure du moine de mer du XVIe siècle : Bibliothèque nationale de France . Université de Lyon . Cryptomundo (en anglais)   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *