Le médecin légiste à la Belle Epoque : un enquêteur

En 1886, Alexandre Lacassagne crée les Archives de l’Anthropologie Criminelle (AAC), une revue pluridisciplinaire, sur la médecine légale et la criminologie. L’AAC parut de 1886 à 1914. Parcourir cette revue donne une bonne idée du métier de médecin légiste à la Belle Epoque, des compétences nécessaires, des méthodes suivies et des grandes « enquêtes » menées. Car en effet, même lorsque le médecin légiste ne travaille pas sur une grande affaire criminelle, la recherche et l’identification des corps ou des causes de la mort s’apparente à une enquête mêlant science et intuition.

Portrait du Prof. Jaboulay (Oeuvre du graveur F. Vally). Ce fichier est sous licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique

On prendra pour exemple de ce travail l’identification du corps du Pr Matthieu Jaboulay. L’autopsie conduite par Etienne Martin, rédacteur aux AAC après en avoir été le secrétaire, médecin légiste, collaborateur de Lacassagne, est décrite dans les AAC,  volume 1  de l’année 1914, page 103 et suivantes.

En novembre 1913 , le rapide Lyon-Paris percute un train postier. Les corps, déchiquetés par les structures métalliques des wagons, étaient peu reconnaissables. Parmi ces malheureux on comptait le Pr Jaboulay, professeur à la Faculté de médecine de Lyon, titulaire de la chaire de clinique chirurgicale, parti pour Paris participer au jury d’agrégation. Etienne Martin va être mandaté par la Faculté de médecine de Lyon pour identifier le corps du Pr Jaboulay de telle sorte que son décès soit prononcé officiellement et que sa chaire puisse être réattribuée.

S’ensuit alors une autopsie s’appuyant à la fois sur des techniques d’identification

  • anatomique : observation du tronc pour déterminer le sexe et donc l’identité spécifique du corps
  • médicale : observation des organes pour déceler des spécificités médicales. Dans le cas du Pr. Jaboulay, E. Martin note la présence d’adhérence pleurales qui sont compatibles avec les douleurs post-grippe dont se plaignait le Pr.
  • scientifique : analyse microscopiques et biologiques des cheveux pour en déterminer leur couleur et leur taille
  • anthropométrique : mesure des corps (tronc, humérus gauche…) et application d’équation permettant de déterminer la taille d’un corps à partir de la taille de membres (planche de Broca, coefficient de Rollet…)
  • contextuelle : observation des débris de vêtements. dans le cas de Jaboulay, Etienne Martin fera venir son bottier et son chemisier (comprendre le tailleur de chemises) afin de comparer d’une part les mesures qu’ils ont de jaboulay avec les mesures de l’encolure, du tour de pied…et d’autre part les matières utilisées pour fabriquer bottes et chemises. Il fera aussi venir le domestique et la famille du Professeur pour confirmer l’appartenance des vêtements.

On ne peut que constater l’étendue des domaines de connaissances auxquels le métier de médecin légiste fait appel : anatomie, médecine, sciences, anthropologie, connaissance du milieu social des victimes…C’est l’ensemble de ces données relevées par le médecin légiste à la fois dans l’étude des corps (interne, externe…) et de ce qui entoure le corps (objets, vêtements…) qui vont permettre de conclure que les débris proposés à l’autopsie sont ceux du Pr Jaboulay. Il s’agit bien du même individu (identité numérique).

Les Archives de l’Anthropologie Criminelle sont consultables à la BU santé, Lyon 1. Mais vous pouvez aussi les consulter en ligne sur le site Criminocorpus.

Billet rédigé par Raphaëlle Bats


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 décembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by bibumed, Marsattac. Marsattac said: Un bon sujet de polar historique avec comme héros Le médecin légiste à la Belle Epoque : un enquêteur | Interfaces http://bit.ly/fRKAix […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *