Le Journal des Demoiselles

Page de garde du Journal des Demoiselles, vol. 1848

Page de garde du Journal des Demoiselles, vol.1848

La Bibliothèque Diderot de Lyon dispose, au sein de sa collection de livres anciens, d’une série du périodique le Journal des Demoiselles, paru de 1833 à 1922. On trouve ainsi une liste quasiment exhaustive des exemplaires sortis entre 1833 et 1890. Ce journal, destiné aux jeunes adolescentes de quatorze à dix-huit ans des classes aisées de la société française, s’inscrit dans le domaine de la presse de jeunesse et au sein du thème de l’éducation dans lequel se spécialise la Bibliothèque Diderot de Lyon. La page de garde du journal de 1833 à 1853 présente un rassemblement de divers objets qui reflètent les occupations de la demoiselle.
Fondé en 1833 et géré tout au long de son existence par la famille Thierry, le Journal des Demoiselles apparaît au cours de la monarchie de Juillet, période d’essor considérable pour la presse et en particulier pour le périodique de jeunesse. Il répond également au souci de la bourgeoisie de promouvoir auprès de ses enfants un genre éducatif véhiculant les principes moraux adéquats et un complément à leur instruction. La publication de ce journal, divisée en deux éditions mensuelles dans les premières années de son existence, se décline à partir de 1864 en une multitude d’éditions, dont la dénomination se fait par couleur, et qui ont pour principales différences leur prix et la nature des suppléments. La Bibliothèque Diderot de Lyon détient des volumes réunissant tous les numéros d’une même année.

Entre presse pour enfants et journal féminin de mode

L’organisation du texte ne varie presque pas tout au long de la parution du périodique, bien qu’il adopte progressivement une présentation plus soignée et attrayante. La presse de jeunesse, et en particulier celle pour demoiselles, se caractérise au XIXe siècle par la présence de nombreuses rubriques littéraires. Les catégories Instruction, Littérature étrangère ou encore Éducation et Économie domestique constituent des exemples de rubriques récurrentes qui se déclinent en récits de vies de jeunes filles, poèmes, conversations, conseils ou encore en récits de voyage.

Table des matières du Journal des Demoiselles, vol. 1866

Table des matières du Journal des Demoiselles, vol.1866

Cette multitude de genres littéraires s’oriente continuellement vers les thèmes de la moralité féminine et prépare les jeunes filles à leur vocation de mère, tout en les ouvrant progressivement aux beaux-arts, à la musique, l’histoire ou encore à la botanique. Comme les autres publications de cette époque, le Journal des Demoiselles offre également à ses lectrices de nombreuses illustrations qui servent de support à son discours éducatif. On trouve ainsi une multitude de gravures sur acier, imitations d’aquarelles, rébus, tapisseries, partitions de musique et gravures de mode. Ce périodique participe ainsi à l’expansion de la mode au XIXe siècle. La rubrique Correspondance donne à réaliser des modèles de coiffure, des accessoires de mode ou encore des patrons de broderie ; de plus, à partir du Second Empire, le Journal des Demoiselles fait également place à la publicité et invite les jeunes filles à fréquenter tel ou tel magasin.

Patron de mode proposé par le Journal des Demoiselles, vol. 1833

Patron de mode proposé par le Journal des Demoiselles, vol.1833

Gravure de mode, Journal des Demoiselles, vol.1856, n°II

Gravure de mode, Journal des Demoiselles, vol.1856, n°II

Valérie Wulleman présente ainsi le Journal des Demoiselles comme une « entreprise médiatique dont le succès consiste à rapprocher des visées éducatives et morales avec les impératifs commerciaux ». Cependant, la publication se veut avant tout un manuel d’instruction aspirant à compléter et à parfaire l’éducation des jeunes demoiselles en leur offrant des lectures riches et variées, et où la mode ne disposerait que d’une place mineure.

Au rythme de la vie des jeunes demoiselles du XIXe siècle

L’éducation transmise par le Journal des Demoiselles structure les étapes de la vie de la jeune fille bourgeoise du XIXe siècle. Les publications du périodique retranscrivent la sphère intime et privée du cercle familial qui est le premier espace de la vie de la demoiselle. Elles soulignent la force et l’importance du lien qu’elle y entretient avec sa mère, et lui transmettent par là même les directives qui la forment à sa vie maternelle future. En effet, l’éducation des jeunes enfants étant prise en charge dans un premier temps par la famille, l’implication maternelle y est primordiale. La figure de la mère est représentée comme un idéal féminin à suivre et à atteindre. Le Journal accompagne également les demoiselles dans leur passage de cet espace familial au pensionnat religieux ou laïque qui constitue la seconde étape de leur vie de jeune fille. Ces couvents et les usages qui leur sont propres sont souvent mentionnés dans le Journal des Demoiselles qui les présente comme un cadre rassurant et protecteur que les jeunes filles regrettent de devoir quitter. Après cette période de quelques années, la demoiselle retourne auprès des siens et doit préparer son entrée dans le monde. Le périodique l’accompagne également dans cette période de transition où la jeune bourgeoise s’essaye à la vie mondaine. Il lui donne des conseils et tente de la prévenir contre les excès et les frivolités de ce monde qui lui était jusque-là interdit par des récits fictifs qui rappellent la demoiselle à ses devoirs. Ces derniers opposent généralement le modèle de la jeune fille vertueuse récompensée de sa bonne conduite à la fin du récit, à celui de la demoiselle dépourvue d’une bonne éducation qui montre généralement les conséquences désagréables des comportements jugés néfastes.

Ce périodique propose ainsi une représentation suggestive et souvent fictionnalisée des expériences vécues lors du passage de ces grandes étapes de la vie de la demoiselle. À travers cet accompagnement éducatif et moral au rythme de la vie de ses lectrices, le Journal des Demoiselles contribue à diffuser et à structurer l’encadrement du cercle familial et du pensionnat.

Une instruction limitée aux domaines de la condition féminine

Au XIXe siècle et en particulier sous le Second Empire, une jeune demoiselle issue de la bourgeoisie se doit de disposer d’un esprit vif et cultivé témoignant de la bonne instruction qu’elle a reçue. Cependant, cette dernière ne doit être destinée qu’au cadre familial auquel la jeune fille doit se dévouer ; il faut donc veiller à ne pas former une demoiselle trop savante, au risque qu’elle aspire à aller au-delà de sa condition préétablie. Le Journal des Demoiselles inculque ainsi les rudiments d’un savoir peu approfondi dirigé vers la pratique des langues modernes, l’histoire littéraire, nationale et sainte ou encore la botanique, science féminine par excellence.

Article de la rubrique Botanique, Journal des Demoiselles, vol.1833

Article de la rubrique Botanique, Journal des Demoiselles, vol.1833

Elles reçoivent également quelques notions de sciences physique et chimique destinées à expliquer le réel : les rédacteurs leur donnent généralement un sens au sein de la vie quotidienne et surtout domestique. Cette instruction et la formation de l’esprit de la jeune fille sont donc également dévouées à l’apprentissage de l’entretien de la maisonnée. Ainsi, bien qu’au fil des décennies, en particulier à partir du Second Empire, le Journal élargit son contenu à tous les grands domaines de la connaissance, les objectifs de cette instruction demeurent l’inculcation d’une moralité chrétienne nécessaire à leur condition de jeune fille de la bourgeoisie ainsi qu’une éducation strictement destinée à leur future situation d’épouse et de mère.

Les idées et les valeurs transmises par l’éducation du Journal des Demoiselles

Si la rédaction du Journal des Demoiselles encourage les jeunes filles à la lecture, elle ancre cependant cette dernière au sein du domaine de l’instruction morale : mal sélectionnée, la lecture peut ainsi constituer une véritable menace pour l’éducation des demoiselles du XIXe siècle. À l’époque, la lecture est très surveillée par les adultes, et donc également par la rédaction du journal qui établit une littérature spécialisée, notamment au sein de sa rubrique Bibliographie qui conseille les ouvrages jugés bienséants pour les jeunes filles et prévient contre les lectures dangereuses. Au sein même des textes publiés dans le périodique, le Journal des Demoiselles est souvent amené à pratiquer la censure en adaptant, remaniant ou prévenant les lectrices contre les passages qui ne lui conviennent pas.

Gravure sur acier : La Vierge à la chaise de Raphaël, Journal des Demoiselles, vol. 1855

Gravure sur acier : La Vierge à la chaise de Raphaël, Journal des Demoiselles, vol.1855

Les valeurs transmises par le périodique sont également celles de la moralité chrétienne : le Journal des Demoiselles s’inscrit ainsi dans l’édification d’un enseignement religieux complet pour les jeunes filles.

Tout au long de son apprentissage, la demoiselle doit se préparer à devenir un modèle exemplaire de soumission à Dieu, qui lui permettra de démontrer la même soumission à son mari, ainsi que son affection et sa bonne conduite. La rédaction du Journal construit ainsi l’image d’une piété féminine comme ciment du foyer et garante de l’harmonie du couple et de la famille. Le périodique encourage également les jeunes filles à l’aide aux plus démunis, notamment en leur présentant des héroïnes généreuses multipliant les bienfaits pour les nécessiteux. En particulier sous le Second Empire, le Journal des Demoiselles adopte ainsi un ton très dévot, la religion constituant le soubassement de l’éducation des jeunes filles.

La bonne éducation d’une demoiselle est également jugée sur sa connaissance des codes du savoir-vivre en société. Cette dernière marque son affiliation à son groupe social, et c’est de sa maîtrise de ces usages de civilité que dépend sa renommée sociale. Le Journal des Demoiselles participe donc également à cette éducation de la civilité et du paraître : il présente les attitudes à adopter envers les diverses classes de la société et apprend aux jeunes filles à démontrer des qualités comme la politesse, la pureté, la discrétion ou encore la délicatesse d’esprit. La fiction est très utilisée par le périodique pour véhiculer ces règles et ces valeurs de la vie mondaine et bourgeoise du XIXe siècle.

Poème attribué à Louis XVIII : L'homme et la femme comme il faut

Poème attribué à Louis XVIII : L’homme et la femme comme il faut

La rédaction du Journal des Demoiselles : un féminisme modéré et contradictoire

Dans ses premières années de splendeur, les femmes jouent un rôle essentiel dans la gestion et la rédaction du Journal des Demoiselles. Elles exercent au sein de la famille Thierry un réel pouvoir économique, notamment à travers la figure de Coralie Thierry, gestionnaire avisée qui a su multiplier les initiatives dans le secteur de la mode. Au sein des nombreuses rédactrices qui animent le périodique, on remarque particulièrement Jeanne-Justine Fouqueau de Pussy (1786-1863), rédactrice en chef, dont l’engagement total auprès du Journal est observable à travers le nombre conséquent d’articles qu’elle signe au cours de son activité au sein du périodique. On note également l’engagement d’Alida de Savignac (1790-1847), femme-auteure à l’origine de nombreux articles destinés à éveiller le goût artistique des jeunes filles, et qui offre à ses lectrices des valeurs issues d’un romantisme modéré. L’horizon romantique est à la fois célébré et critiqué au sein du périodique, et la participation de ces femmes-auteures laisse deviner un réel engagement pour la littérature et un sentiment de satisfaction à l’égard du Journal qui va de pair avec une fierté féminine discrètement exprimée. Ces rédactrices véhiculent parfois, comme Jeanne-Justine Fouqueau de Pussy, un moralisme porteur d’une nouvelle représentation du couple et d’une femme plus indépendante et libre de travailler, voire de créer. Sans minimiser la vocation du Journal à éduquer les jeunes filles dans les principes moraux chers à la bourgeoisie du XIXe siècle, ce dernier a également pu constituer un moyen d’expression et une voie d’écriture pour les femmes qui occupaient sa rédaction.

Le Journal des Demoiselles constitue donc une véritable référence en matière d’éducation féminine. Il a forgé les mentalités des jeunes filles du XIXe siècle en leur inculquant les valeurs et la moralité exigées par leurs familles, et offre ainsi une représentation des pratiques sociales de la bourgeoisie du XIXe siècle en matière d’éducation. Ce périodique a fait l’objet d’une thèse de Christine Léger qui étudie les messages qu’il véhicule ainsi que les « fabricantes du Journal » durant la période de la monarchie de Juillet. L’historienne est malheureusement décédée avant la publication de son ouvrage, ce qui rend difficile l’accès à ce travail central sur la question du Journal des Demoiselles et de son influence sur les jeunes filles de la société française.

Billet rédigé par Cécile Marquerie (master 1 « Mondes anciens », ENS de Lyon).

Source

Le Journal des Demoiselles. Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1102.

Bibliographie

GORSE, Amandine. Introduction. In LAFONT Anne. Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1860) – Anthologie. Dijon : Presses du réel/INHA, coll. Sources [en ligne], 31 mai 2012 [consulté le 30 mai 2017]. Disponible sur le Web :<http://inha.revues.org/3637>.

MARCOIN, Francis. Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle. Paris : Honoré Champion, 2006, 896 pages, ISBN : 978-2-7453-1301-0.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 028 MAR

WULLEMAN, Valérie. Le Journal des Demoiselles, Analyse littéraire et médiatique d’un journal pour les jeunes filles du Second Empire, mémoire de master en lettres, sous la direction de Guillaume Pinson, Canada, Québec, université Laval [en ligne], 2010 [consulté le 10 novembre 2017]. Disponible sur le Web : <www.theses.ulaval.ca/2010/27580/27580.pdf>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *