Une grammaire pour les dames ?

La bibliothèque possède dans sa collection de livres pour la jeunesse une Grammaire des dames publiée par M. de Prunay en 1777 à Paris chez Lottin l’aîné.

Frontispice et page de titre

Il s’agit d’un manuel (au sens de petit livre qui tient aisément dans la main), relié en cuir (puisqu’à l’époque, le possesseur fait relier ses ouvrages et ne les achète pas déjà reliés) ; un ex-libris manuscrit écrit d’une main d’enfant indique : « Ce livre apartient à Mlle Mimy Beraud », ce qui indique sinon un usage du moins une possession.

Ex-libris

Pour un livre destiné à des enfants et à être utilisé en classes, la présentation en est un peu aride : il n’y a pas de couleurs, pas d’illustrations (en dehors de celle du frontispice et des bandeaux décoratifs en tête de chapitre), très peu de tableaux (hormis pour la conjugaison), quelques jeux typographiques sur les polices (italique, romaine).

Une grammaire spécifiquement pour les dames ?

Sur la gravure en frontispice, seule illustration du livre, neuf fillettes d’environ 9-10 ans étudient chacune avec attention l’une des neuf parties du discours, sous la houlette de leur jeune enseignante, dans une bibliothèque.

Frontispice

Tout comme la gravure, le sous-titre (Grammaire des dames, où l’on trouvera des principes sûrs & faciles, pour apprendre à orthographier correctement la langue française, avec les moyens de connaître les expressions provinciales, de les éviter, & de prévenir, chez les jeunes demoiselles, l’habitude d’une prononciation vicieuse, dédiée à Son Altesse sérénissime madame la princesse de Lambale, surintendante de la maison de la reine) suggère qu’il s’agit davantage d’une grammaire pour les filles (« les jeunes demoiselles », « les petites demoiselles ») que pour les dames.

Avant 1770-1780, la grammaire française n’est pas une discipline scolaire en soi. Les garçons apprennent de la grammaire latine (voire grecque) et l’orthographe du français par le biais du latin (par les exercices de thème et de version) ; les filles, qui ne reçoivent pas cet enseignement des langues anciennes, vont devoir acquérir les subtilités du français  par d’autres moyens (lorsque l’on juge nécessaire qu’elles soient instruites) ; garçons et filles n’ont donc ni le même enseignement ni les mêmes ouvrages. Or la maîtrise de la langue, comme le remarque Prunay dans sa préface, devient de plus en plus nécessaire courant XVIIIe pour tous ; une bonne maîtrise de la langue, et notamment de son orthographe, devient la marque d’une bonne éducation.

p. V de la préface

p. VI de la préface

C’est par conséquent aux jeunes filles que s’adressent les premières grammaires grand public du français. La Grammaire des dames de Prunay est l’une des premières grammaires françaises destinée aux dames. On entend par dames, des personnes qui ne savent pas le latin, qui ne veulent pas d’un ouvrage trop savant (on y évite le jargon), veulent un vocabulaire simple, bref qui sont des débutantes. Il ne faut pas oublier que par leur constitution fragile, les dames ne peuvent poser leur attention longtemps sur un sujet. Adresser sa grammaire aux dames, c’est une manière de signaler, dès le titre, qui est aussi un argument commercial, une grammaire pour les débutants ou la jeunesse, pour tous ceux qui veulent s’instruire mais aisément ou, comme le dit l’auteur dans sa préface : « promptement, en s’amusant et sans fatiguer leur mémoire » ; c’est pour cela qu’il a enlevé les « épines ordinaires [de sa grammaire] et qu’il l’a ornée de quelques fleurs ».

Ce n’est donc pas un traité de grammaire (comme la bibliothèque en possède beaucoup), c’est une grammaire pratique, une grammaire d’usage, destinée à l’apprentissage et à la maîtrise du français.

Comment s’organise cette grammaire ?

Au XVIIIe siècle, très courantes sont les fautes en tous genres lorsque les gens, même de condition, écrivent en français. On trouve donc dans La grammaire des dames de quoi remédier à toutes sortes de fautes.

Le livre est construit autour de considérations très pratiques :

    • sur l’orthographe

page 22

page 23

    • sur les formules appropriées à utiliser dans la correspondance

page 42-43

    • sur les neuf parties du discours (nom, pronom, article, adverbe, verbe, participe, préposition, conjonction, interjection) qui occupent plus de 100 pages

page 49

S’ensuivent des « remarques très instructives pour parler avec justesse » et des « expressions provinciales à éviter ».

pages 162-163

pages 234-235

Le livre se termine par une sorte de fourre-tout intitulé « Alphabet français » dans lequel se mêlent des lettres, des prières, des accentuations, des homonymes, des exemples, les cris des animaux…

pages 296-297

pages 310-311

Il s’agit bien là des prémices de ce qui deviendra la grammaire scolaire du français et qui paraîtra indispensable à partir du XIXe siècle pour apprendre le français et l’orthographe à tous les élèves.

Billet rédigé par Claire Giordanengo, Bibliothèque Diderot de Lyon

En savoir plus : <WebRadio-KADEKOL>Chronique Biblio>.

Source :

Prunay, Grammaire des dames, où l’on trouvera des principes sûrs & faciles, pour apprendre à orthographier correctement la langue française, […]. Par Mr. de Prunay, chevalier de l’ordre royal & militaire de St Louis, À Paris, chez Lottin l’aîné, imprimeur-libraire du Roi & de la ville, rue St-Jâques, près de St-Yves, au Coq & au Livre d’or. MDCCLX-XVII. Avec approbation & permission, 1777 [2RA 859]

Bibliographie :

Chervel, André, Histoire de la grammaire scolaire : et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français, Paris, 1981 [306516]

Ayres-Bennett (dir), La grammaire des dames, in Histoire épistémologie langage, n° 16/II, 1994 [en ligne] URL : www.persee.fr/issue/hel_0750-8069_1994_num_16_2 (consulté le 15/09/2017)

Beck-Busse, Gabriele, « À propos d’une histoire des « Grammaires des Dames ». Réflexions théoriques et approches empiriques », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 47-48 | 2012. URL : http://dhfles.revues.org/3121 (mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 15/09/2017)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *