Christian Bérard et Louis Jouvet : fonds René Thomas-Coële

En 2001, la Bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines s’est enrichie d’un fonds privé assez inhabituel dans ses collections : il s’agit des archives et documents de travail de René Thomas-Coële, passionné de théâtre et assistant-secrétaire de Louis Jouvet entre 1938 et 1951. Sa carrière durant il a récolté ce qui avait trait au « patron » mais aussi à d’autres metteurs en scène qui l’ont côtoyé, Gaston Baty, le couple Pitoëff ou Jacques Copeau, ainsi qu’aux troupes qu’ils dirigeaient. A la mort de Louis Jouvet, René Thomas-Coële a poursuivi ce travail d’archiviste et a continué de s’intéresser à la scène, notamment en travaillant pour la Société d’histoire du théâtre et en publiant des textes sur le sujet. L’ensemble du fonds comporte ainsi environ 300 monographies, des collections de périodiques et une quantité importante d’archives : photographies, correspondances, programmes, hommages…

 

 

Le fonds René Thomas-Coële permet de pénétrer les coulisses du théâtre de l’Athénée que dirigea Louis Jouvet entre 1934 et 1951 et qui a fait sa renommée. Parmi les documents d’archives on retrouve quelques croquis préparatoires de Christian Bérard (1902 – 1949), peintre et décorateur, mais aussi costumier, dont le talent a servi une quinzaine de mises en scène de Jouvet. Ce dernier a monté de nombreuses pièces de Molière, en particulier L’École des femmes en 1936 qui marque l’apogée de sa collaboration avec Christian Bérard.

 

"L'École des femmes", acte II, scène 5 : Arnolphe (Louis Jouvet) et Agnès (Madeleine Ozeray). Cote BIU Lsh : RTC 10/5

 

La mise en scène de Jouvet comme la scénographie développée par Bérard séduisent le public ; le décorateur fait preuve d’inventivité en créant des costumes d’un style nouveau et un décor mobile qui permet de figurer deux lieux simultanément. Il garde un plateau assez épuré, persuadé que le détail, la discrétion attirent le regard plus qu’un décor massif. Par la suite on retrouve cette sobriété -notamment Dom Juan ou le Festin de Pierre en 1947- qui rejoint la conception de Jouvet d’un théâtre au service de l’auteur, de son texte.

 

"Dom Juan ou le festin de Pierre", acte V, scène 7 : Sganarelle : "Voilà, par sa mort, un chacun satisfait".  Cote BIU Lsh : RTC 10/5

« Dom Juan ou le festin de Pierre », acte V, scène 7 : Sganarelle : « Voilà, par sa mort, un chacun satisfait ». Cote BIU Lsh : RTC 10/5

 

Bibliographie :

  1. Barr, Heather A. Le décor de théâtre dans les années trente : Gaston Baty, Louis Jouvet et leurs décorateurs. Mémoire de DEA, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1994.
  2. Kochno, Boris. Christian Bérard. Paris : Éd. Herscher, 1987.
  3. Loubier, Jean-Marc. Louis Jouvet : le patron. Paris : Ramsay, 2001.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Un parcours de théâtre de 1897 à 1920 qui croise Sarah Bernhardt, Loti, Coquelin, puis Dullin, Jouvet et Copeau.
    Lettre de Thomas Coële à Maxime Nemo (1888-1975)
    Recherche tout documents iconographiques sur les 2 pièces montées par Jouvet au Théâtre du Chateau d’Eau en 1913-1914: Monte Cristo et Folies de l’Escadron puis en 1914 au Vieux Colombier avec Jouvet et Dullin : L’Eau de Vie de Ghéon et la Nuit des Rois de Shakespeare. où joua Maxime NEMO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *