La magie blanche dévoilée

La Bibliothèque Diderot de Lyon possède les œuvres complètes d’Henri Decremps parues à la fin du XVIIIe siècle sur « la magie blanche » c’est-à-dire la prestidigitation. L’auteur prétendait lutter contre la crédulité du public et le charlatanisme en dévoilant les tours destinés ou à l’amusement des foules, ou à la vente de produits « miracle ». Dans la préface de son premier ouvrage, La magie blanche dévoilée, l’auteur affirme que son but est de donner à voir le mécanisme derrière l’illusion. Mais il met aussi en garde ses lecteurs contre les illusionnistes et les éventuelles dérives que leur soi-disante magie peut provoquer : « Si celui qui opère ou qui raconte ces prestiges est un imposteur éloquent, les esprits faibles adoptent alors des préjugés pernicieux & donnent dans des écarts ». Si l’on poursuit la lecture on découvre dans l’ « Avis » que l’ouvrage se destine à expliquer vingt-trois tours qui ont pu être vus à Paris par les spectateurs contemporains. Ces tours étaient ceux de Joseph Pinetti, un prestidigitateur italien qui offrait des représentations dans diverses cours d’Europe et notamment celle de Louis XVI. Les explications données par l’auteur ne sont en réalité que des hypothèses de sa part, qui bien que vraisemblables, demeurent néanmoins ses interprétations personnelles. Pour autant, en prétendant révéler les secrets du magicien, La magie blanche dévoilée et les ouvrages qu’il publie ensuite vont faire la notoriété d’Henri Decremps.

Henri Decremps était encore étudiant quand il commença à s’intéresser aux sciences occultes, en commençant par la cryptographie, suite à la lecture de La Polygraphie de Trithème parue au 16e siècle. Refusant la carrière ecclésiastique à laquelle on le destinait, il préféra s’installer à Paris où il se mit à lire abondamment. Puis il parcourut toute la France et plusieurs pays voisins. Les notes qu’il prit de ses voyages lui servirent ensuite à composer ses ouvrages. Ses connaissances étaient multiples et lui permirent d’enseigner la littérature comme l’astronomie, la géographie ou encore la navigation.
C’est après son retour à Paris en 1783, qu’il publie son premier ouvrage : La magie blanche dévoilée. Le livre connut un franc succès, fut traduit en anglais et réimprimé à Bruxelles. Pinetti n’apprécia guère cette publication et la prétention de Decremps à révéler toutes les astuces de ses tours. D’après un extrait de la revue L’Illusionniste1, Pinetti organisa par vengeance une mise en scène durant ses spectacles, où il se plaignait qu’un imposteur prétendait révéler son savoir dans le seul but de lui nuire. Un homme payé par lui se présentait alors parmi la foule comme étant Henri Decremps. S’ensuivait une querelle fictive et la foule de spectateurs huait et poussait vers la sortie cet intrus qui gâchait son plaisir. Cette querelle mondaine fut loin de s’arrêter là puisque Decremps publia quatre autres volumes : Supplément à la Magie Blanche, Testament de Jérôme Sharp, Codicille de Jérôme Sharp et Les petites aventures de Jérôme Sharp. Pinetti fut ruiné et partit pour l’Angleterre puis la Russie. Decremps, fort de sa nouvelle popularité, fut attaché à l’ambassade de France auprès de la cour d’Angleterre. Mais le succès s’arrêta là et les recettes de la vente de ses livres seules ne lui permirent pas de vivre. Il continua donc à enseigner diverses disciplines jusqu’à sa mort en 1826.

Ses premiers ouvrages sont davantage tournés vers la lutte contre le charlatanisme, qu’il exprime avec une certaine vigueur dans son « Avant-propos » au Codicile de Jérôme Sharp : « Peu de temps après la publication de mon premier volume, le charlatanisme terrassé se releva tout meurtri de blessures ; & croyant que j’avais épuisé toutes mes forces dans le combat, il osa m’attaquer à son tour ; je me défendis avec une vigueur qui l’étonna, & la victoire se décida pour la seconde fois ».
Dans cet ouvrage, il explique un tour consistant à faire croire qu’un couteau est planté dans le bras du magicien. Il montre qu’un charlatan use de ce subterfuge pour vendre un produit de guérison miracle bien qu’il ne soit en réalité jamais blessé. Ses démonstrations sont fréquemment illustrées de croquis gravés qui permettent une meilleure visualisation des outils mentionnés.

Le Testament de Jérôme Sharp est en particulier intéressant quant aux techniques qu’il donne pour l’exécution de tours de cartes. Les mouvements des mains sont difficiles à exprimer de manière claire et sont illustrés par un certain nombre de vignettes gravées sur bois.

 

 

L’œuvre permet d’apprendre d’abord à mélanger les cartes, à sortir du paquet une carte définie ou à substituer une carte à une autre. Ces gestes de base sont suivis de la description de différents tours, la plupart illustrés.
Le dévoilement de ces tours est souvent l’occasion d’une mise en garde contre les possibilités de tricherie qu’offrent les jeux de cartes ou de gobelets notamment. Ainsi l’auteur révèle des astuces qui permettent par exemple à un joueur de gagner un pari à coup sûr.

L’ambition affichée de l’œuvre de démystifier le public se double d’une portée éducative. Henri Decremps a pour objectif de populariser les sciences et en particulier la physique, en démontrant par une explication logique le fonctionnement des tours de magie. Dans Les petites aventures de Jérôme Sharp, il explique un tour qui donnait l’illusion que le prestidigitateur parvenait à faire brûler l’air, quand ce qu’il brûle est en réalité de l’éther. Après avoir dévoilé leurs subterfuges, le narrateur ponctue son récit de commentaires ironiques à l’égard de ces pseudo-savants.

Il expose également différents phénomènes « trompe-l’œil » tels que la réfraction de la lumière. Pour illustrer ce phénomène l’exemple utilisé est celui d’une pièce placée dans un vase rempli d’eau. La déviation de la lumière qui se produit lorsqu’elle traverse l’eau fait que l’œil humain croit voir apparaître la pièce en haut du vase alors qu’elle se trouve en réalité au fond.
Les disciplines abordées sont diverses. Dans le Codicile de Jérôme Sharp, le protagoniste propose de réaliser un cadran nocturne qui permet de déduire l’heure de la position des étoiles.

Différentes expériences récréatives sont également mises en scène, dans lesquelles la démarche scientifique a pour but la fascination et l’amusement. La magie de l’époque mêlait déjà illusions et instruments scientifiques. Ces inventions venaient renouveler le répertoire des spectacles de magie. « La magie blanche » appelée aussi « physique amusante » peut se définir comme les jeux d’illusion qui utilisent des principes mathématiques ou physiques pour créer un effet « magique ».
Henri Decremps montre donc aussi des expériences scientifiques dont le seul but est le divertissement mais qui nécessitent une certaine ingéniosité et des connaissances techniques. Dans le Codicile de Jérôme Sharp, il décrit une machine électrique qui fait tourner des rouages pour représenter le mouvement de la Terre et de la lune.

Les expérimentations de ce type se sont en particulier développées après la découverte de l’électricité, et s’inscrivent dans la lignée des cabinets de curiosités qui illustraient déjà une fascination certaine pour les mystères de la nature. En témoigne au chapitre XXV de La magie blanche dévoilée, le cabinet de machines de M. Van-Estin qui contient « ce que l’industrie humaine a inventé de plus étonnant », à savoir : des serpents qui rampent, des oiseaux qui chantent, un orgue jouant de lui-même, ou encore un automate jouant aux échecs.

Joseph Pinetti a tenté de partager lui aussi son savoir dans une œuvre intitulée Amusements physiques, & différentes expériences divertissantes, publiée en 1784, probablement en concurrence à La magie blanche dévoilée. Tout comme Henri Decremps il explique la réalisation de différents tours de prestidigitation bien connus dont la manière de « deviner une carte pensée par quelqu’un », la « manière de changer une carte qui est dans la main d’une personne ». Mais il expose aussi différentes expérimentations qui font intervenir des compétences mathématiques, physiques ou chimiques. Il décrit par exemple le « moyen de faire changer la couleur d’une rose » en brûlant du souffre sous la fleur pour la rendre blanche. Il propose également des subterfuges a priori improbables dont au chapitre VII : « pour faire tomber une hirondelle pendant son vol, par le moyen d’un coup de fusil, chargé avec de la poudre comme à l’ordinaire, & ensuite trouver le moyen de la rappeler à la vie », ou encore au chapitre suivant : « manière de faire meugler, comme si elle était en vie, une tête de veau cuite & servie sur une table ».

Toutes ces œuvres sont rédigées non seulement de manière à ce que le lecteur comprenne le procédé réel derrière l’illusion magique, mais à ce qu’il puisse également s’il le souhaite s’essayer à réaliser ces expériences lui-même et devenir à son tour illusionniste.

Billet rédigé par Émilie Bleschet

Sources :

  • DECREMPS, Henri. La magie blanche dévoilée ou Explication des tours surprennants, qui font depuis peu l’admiration de la capitale et de la province, avec des réflexions sur la baguette divinatoire, les automates joueurs d’échecs. &c. &c. Par M. Decremps, Paris, 1784. (1R 77223-1)
  • PINETTI, Joseph. Amusements physiques et différentes expériences divertissantes, composées & exécutées, tant à paris que dans les diverses Cours de l’Europe ; par M. Joseph Pinetti de Willedal, romain, chevalier de l’Ordre-mérite de Saint-Philippe, professeur de mathémtiques & de physique, protégé par toute la Maison royale de France, pensionnaire de la Cour de Prusse, &c. Nouvelle édition, augmentée par l’auteur de six nouvelles expériences physiques, & de nouvelles gravures. Paris, 1785. (1R 77223-2)
  • DECREMPS, Henri. Supplément a la magie blanche dévoilée. Contenant l’explication de plusieurs tours nouveaux joués depuis peu à Londres, avec des éclaircissemens sur les artifices des joueurs de profession. Les cadrans sympathiques, le mouvement perpétuel, les chevaux savans, les poupées parlantes, les automates dansants, les ventriloques, les sabots élastiques. &c. &c. Par Mr Decremps. Avec 29. fig. Paris, 1785. (1R 77224)
  • DECREMPS, Henri. Testament de Jérôme Sharp, professeur de physique amusante ; où l’on trouve parmi plusieurs tours de subtilité, qu’on peut exécuter sans aucune dépense, des préceptes & des exemples sur l’art de faire des chansons impromptu ; pour servir de complément à la Magie blanche dévoilée ; par M. Decremps, du musée de Paris. Avec 69 fig. Seconde édition. Paris, 1786. (1R 77225)
  • DECREMPS, Henri. Codicile de Jérôme Sharp, professeur de physique amusante ; où l’on trouve parmi plusieurs tours dont il n’est point parlé dans son testament, diverses récréations relatives aux sciences & beaux-arts ; pour servir de troisième suite à la Magie blanche dévoilée ; par M. Decremps. Avec 64 fig. Paris, 1788. (1R 77226)
  • DECREMPS, Henri. Les petites aventures de Jérome Sharp, professeur de physique amusante ; ouvrage contenant autant de tours ingénieux que de leçons utiles, avec quelques petits portraits à la manière noire ; par l’auteur de la Magie Blanche. 18 figures. Bruxelles, 1789. (1R 77230)
  • CERCLE FRANCAIS DE L’ILLUSION. L’Illusionniste, N°20, août 1903
  • ARTEFAKE, l’art de l’illusion. Henri Decremps (1746-1826). Disponible sur : http://www.artefake.com/Henri-DECREMPS-1746-1826.html

 

  1. L’Illusionniste, N°20, août 1903 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *