Alexis de Tocqueville : un aristocrate en faveur de la démocratie

On trouve dans les fonds de la Bibliothèque Diderot de Lyon de nombreux ouvrages d’ancienne facture. Ceux que nous souhaitons présenter datent de 1866 et de 1868, et sont l’œuvre d’Alexis de Tocqueville, homme politique et philosophe, connu pour avoir publié De la démocratie en Amérique, édité pour la première fois en 1835.

Une deuxième édition des Œuvres complètes

Une première édition succède tout juste au décès de Tocqueville qui s’éteint en 1859 ; on la trouve en librairie dès 1860. L’hommage rendu par Lacordaire qui prit son siège à l’Académie française en 1861 raviva les couleurs et la vie de l’homme qui avait tant fait pourtant pour sa postérité. Dès lors, Tocqueville deviendra le parangon du libéralisme français, un libéralisme plus moderne que celui dont il faisait profession qui devait déformer le renom de l’auteur ainsi que la réception de l’œuvre.

Nous présenterons ici la deuxième édition des Œuvres complètes d’Alexis de Tocqueville (la première, de 1860, n’étant pas en possession de la bibliothèque) ; cette collection, comme relique d’un temps révolu, brille par son intérêt historique et nous replonge dans la période mouvementée dont Tocqueville fut témoin et acteur. Cette édition est le fruit du travail conjoint de Marie de Tocqueville, devenue veuve, et de Gustave de Beaumont, l’un de ses amis intimes, qui l’a accompagné lors de son expédition aux États-Unis. Dans un troisième temps, ils sont préfacés, pour nombre d’entre eux, par Gustave de Beaumont lui-même, ce dernier faisant état du travail de constitution de cette édition, en montrant les difficultés propres au travail d’édition d’œuvres complètes, ainsi que celles rencontrées pour réunir les correspondances avec les amis, avec des hommes politiques, de lettres ou d’esprit, ainsi qu’avec sa femme, ou à classer encore des écrits plus personnels, comme des comptes rendus de voyages par exemple.

Les œuvres complètes sont organisées de la manière suivante : Les trois premiers volumes correspondent aux deux livres de la Démocratie. Le quatrième porte sur L’Ancien Régime et la Révolution. A la suite de quoi on trouve les correspondances et œuvres posthumes, des correspondances inédites et une série de textes intitulée Mélanges académiques.

Pour autant l’édition de Beaumont n’a pas le niveau d’exhaustivité qu’elle prétend avoir. En effet, conformément aux vœux de Tocqueville, certaines œuvres, lettres et autres n’ont pas été publiées. Celui-ci désirait que l’on publia l’entièreté de son œuvre à la seule condition que les hommes (politiques, lettrés ou autres) dont il est fait mention dans certains de ses écrits, parfois de manière très libre, ne seront plus. C’est ainsi que par respect pour les vivants, il prit le parti de ne pas les invectiver outre-tombe. Ainsi manquent à l’édition de nombreuses lettres, mais aussi les Souvenirs de Tocqueville, mémoires qui traitent des années 1848 à 1851. Nombre de portraits à la mode du XVIIe siècle, dont Tocqueville était féru, auraient porté< atteinte à l’honneur de nombre de protagonistes. À ce titre l’édition de J.P. Mayer est plus complète que celle de Gustave de Beaumont. Cependant, cette dernière mérite notre attention pour sa valeur historique et pour le statut même de cette première tentative éditoriale, qui en fait un précurseur.

Des ouvrages bien conservés

Les œuvres complètes regroupées par Gustave de Beaumont sont éditées chez Michel Lévy frères. La collection se veut « économique » à ses dires ; ces livres devaient donc se distinguer par le peu de moyens avec lesquels il était possible de les acquérir. Les pages restent agréables au toucher, et sont tachées par l’humidité ainsi que par l’usure du temps. Pour autant, il est agréable de constater leur qualité de conservation. La reliure, réalisée a posteriori pour la conservation en bibliothèque, est en carton couvert au dos par du cuir, mais qui demeure en bon état. Il n’y a aucune illustration sur le plat du livre, seulement un papier de plat rouge et noir.

Alexis de Tocqueville

Issu d’une famille aristocratique de vieille date, dont certains noms furent éminents tels Malesherbes, cette filiation fut de première importance à la constitution de son identité.


Cet illustre ancêtre, très apprécié au XIXe siècle, était donc le modèle de Tocqueville : « C’est parce que je suis le petit-fils de Malesherbes que j’ai écrit ces choses ».

De la démocratie en Amérique : un succès ambigu

Sa renommée débute en 1835 lorsqu’il publie la première partie de La démocratie en Amérique, livre qui a pour objet de montrer les effets politiques de la démocratie sur les institutions. Ce fut un succès immense, couronné par l’Académie française (il y entrera en 1841) et qui lui ouvrit les portes de l’Académie des sciences morales et politiques en 1838. L’œuvre est publiée en deux tomes, un pour chaque partie.

Pour autant, « les gens de lettres ne le lisent guère » ; il est qualifié par Balzac d’« écrivain monobible » et il ajoute « tout le monde se dispense de le lire et dit l’avoir lu ». Si le succès de cet ouvrage est dénoncé comme le produit du snobisme des hautes classes par certains littérateurs, il est célébré par d’autres comme « le premier livre philosophique jamais écrit sur la démocratie telle qu’elle se manifeste dans la société moderne » comme le note John Stuart Mill. La réputation de Tocqueville est faite : il devient « l’auteur célèbre de la Démocratie ». Le succès de l’ouvrage est pourtant absolument opposé au doute de l’éditeur : « Son éditeur, homme pourtant très intelligent, mais qui, sans doute, n’avait pas lu son manuscrit, ne s’était qu’à son corps défendant, et après le refus d’un autre libraire, chargé de cette publication » écrit Beaumont. On ne peut être que stupéfait par une telle réserve ; réserve qui n’est pas à la hauteur de l’éclatant succès de l’ouvrage.

Il publie, après cinq années de recherches, le deuxième versant de la Démocratie en 1840. L’objectif de cet ouvrage est de montrer l’influence de la démocratie sur la société et sur les mœurs. Cette deuxième partie cependant n’est guère du goût du public, et ne recevra pas l’approbation des premiers volumes, mais la tiède considération du public français. On la trouve trop sophistiquée, porteuse d’un trop grand nombre de considérations sur la morale, les mœurs, les lois et le lien qui les unit toutes ensembles. Pour autant, l’œuvre est encore célébrée par J. S. Mill : « Nous croyons que personne […] ne lui refusera la gloire d’avoir exploré le sujet jusqu’à une profondeur qui n’avait jamais été reconnue ».

A la diversité des appréciations se joint la diversité des interprétations : les partis parfois les plus opposés se l’approprient. Elle est bien accueillie par les légitimistes, les républicains ainsi que les socialistes, mais « elle est peu goûtée des partisans du pouvoir ». Ceci témoigne à la fois de sa richesse ainsi que de son intérêt pratique.

De l’engagement pour la liberté au coup d’État : une carrière politique écourtée

Tocqueville n’est pas indifférent à la politique, bien au contraire : il devient député en 1841, et ministre des affaires étrangères du 3 juin au 31 octobre 1849, durant la seconde république. Il prend position contre l’esclavage, pour la réforme des prisons et soutient la colonisation mais critique la manière dont elle est orchestrée (notamment en Algérie) qui « donne l’idée d’un peuple barbare, servi par les légistes d’un peuple ultra-civilisé et corrompu employant l’art de ceux-ci pour satisfaire leurs passions brutales ; ou plutôt on y voit des hommes, généraux et administrateurs […] satisfaire des passions et des goûts irrités par la contrainte dans un pays dont la situation exceptionnelle leur servait de prétexte ».

Sa carrière politique prit fin dès l’avènement du Second Empire. Incarcéré après avoir protesté avec plusieurs autres députés dans l’Assemblée, il fut l’un des premiers libérés : malade, ses conditions de détention ne portaient honneur ni au pouvoir sur le point de s’instituer, ni à l’homme qui avait tant fait pour l’intelligence de la démocratie et pour la bonne santé de son pays. Victor Hugo décrit son arrivée dans la caserne du Quai d’Orsay : « M. de Tocqueville, malade, jeta son manteau sur le carreau et dans l’embrasure d’une fenêtre, s’y coucha. Il resta ainsi étendu à terre plusieurs heures ». Lui-même écrit dans une lettre qu’il dormait « sans feu et presque sans nourriture, étendu sur des planches » : voilà des conditions qui ne peuvent seoir à la constitution d’un homme convalescent.

Une histoire de la révolution française

Suite à cela, il commence l’écriture de ses Souvenirs, dont nous avons auparavant fait mention, écriture qu’il interrompt pour commencer un ouvrage sur l’un des seuls sujets qui peuvent encore intéresser l’opinion : la Révolution française.

Ce ne sera pas pour autant une histoire de la Révolution, histoire qui ferait pâle concurrence à celles déjà existantes à son époque, selon ses dires ; ce sera bien plutôt une étude de cette révolution, ce qui permettra d’en éclaircir les causes, mais aussi d’en prévoir les aboutissants. Cet ouvrage est encore un grand succès de librairie à sa parution en 1856, que ce soit en France comme en Europe. Il devient dès sa parution un classique selon Françoise Mélonio. Tocqueville avait donc raison d’écrire : « La Révolution française est une partie considérable de l’Histoire particulière de ce continent, et l’on ne peut rien dire d’elle qui ne leur fasse aussitôt un retour sur eux-mêmes ». L’objet de cette étude est de montrer les vertus présentes sous l’Ancien Régime et dont il est possible, voire nécessaire, de se servir ; il s’agit aussi de montrer les vices qui l’ont mené à sa perte et qu’il faut absolument éviter : pourquoi la Révolution survint en France plutôt qu’ailleurs, et comment, entre autres choses, elle semble tout avoir remis en cause, exceptée la centralisation de l’État, caractère principal de l’absolutisme. Ce livre inspirera, entre autres personnes, Jean Jaurès et Georges Sorel, bien que Tocqueville ait été foncièrement opposé au socialisme.

Un style passé de mode

L’écriture de Tocqueville fut l’objet de diverses critiques ; pour les romantiques, son style est dépassé : on le compare aux auteurs du XVIIe siècle ; on le trouve terne et gris, « trop appliqué » selon Sainte-Beuve, et trop raisonnable. De plus, il est le partisan de l’ordre établi, et se manifeste par son opposition de forme et de fond au romantisme triomphant. Le goût que les hautes classes lui portent le rendent suspect à ceux qui rêvent d’un autre monde. Ainsi, après l’avoir comparé à Montesquieu, on le compare à Pascal.
Pourtant c’est ce même style qui est apprécié par les admirateurs de l’auteur : « M. de Tocqueville est un homme facile à étudier. Il n’y a point en lui de ces enchevêtrements infinis, de ces contrastes bizarres qui font parfois d’un être humain une énigme indéchiffrable […]. Sa personnalité est parfaitement transparente, parce qu’elle est parfaitement une. » écrit Scherer en 1861.
Simplicité du style et de l’esprit s’accordent ; Tocqueville écrit comme il pense. Son écriture est celle de l’honnête homme : il se donne à voir tel qu’il est. C’est ce portrait qui est donné pour la première fois au spectateur avec ces œuvres complètes et Beaumont ne s’y est pas trompé : « Les hommes peuvent aimer un jour l’écrivain qui les intéresse et qui travaille à leur plaire tout en les méprisant ; mais ils ne gardent un souvenir durable que pour l’écrivain qui lui-même les aime, les estime, les charme sans les corrompre, les reprend sans les abaisser, aspire sans cesse à les grandir, et qui, mettant de nobles facultés au service de leurs destinées, consacre tout ce qu’il a d’intelligence et de cœur à les rendre tout à la fois meilleurs, plus heureux, plus libres ».

Le caractère de Tocqueville se décline sous trois modes : en premier lieu, celui de l’homme d’action, qui n’hésite pas à s’engager en politique, que se soit en pensée, dans ses œuvres ou en pratique, par son engagement politique ; le second, celui de l’homme de conviction, croit en ce qu’il défend et agit conformément à ses principes. Enfin, celui de l’homme de cœur, qui bien que voyant les dérives intellectuelles et politiques de son époque, conserve foi et bienveillance pour l’humanité. Pour Beaumont, c’est dans ses correspondances que l’on retrouve le mieux le caractère de l’homme, en regard de son œuvre écrite. On y rencontre en effet les doutes et les inquiétudes de l’auteur, mais aussi ses convictions, ses principes et sa volonté de toujours agir en vue du bien commun.

Billet rédigé par Simon Rougny (Master 2 de Philosophie)

Bibliographie :
Tocqueville, A. (1866 -1868) Œuvres complètes, Paris : Michel-Lévy frères.
Mélonio, F. (1993), Tocqueville et les Français, Paris, Aubier (coll. Histoires).
Benoît, J-L. (2004), Tocqueville Moraliste, Paris, Honoré Champion (coll. Romantisme modernité).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *