Les ouvrages d’Henri Beauregard : des témoins historiques d’une carrière de naturaliste

  • Henri Beauregard (1)
  • Henri Beauregard (6)
  • Henri Beauregard (5)
  • Henri Beauregard (8)
  • Henri Beauregard (7)
  • Henri Beauregard (10)
  • Henri Beauregard (6)
  • Henri Beauregard (4)(4)

Les ouvrages anciens permettent de suivre l’évolution des préoccupations scientifiques de chercheurs disparus. Dans certains cas, ils traduisent des tournants, voire des difficultés survenus dans la carrière de l’auteur : le corpus bio-bibliographique revêt alors un relief particulier, puisqu’il entre en résonance avec l’histoire de vie. L’exemple d’Emmanuel Henri Beauregard (1851-1900) permettra d’illustrer cette observation. Ses ouvrages présents dans les collections de la BU Lyon1, matérialisent les trois phases de sa carrière académique.

Portrait. Guignard, Léon. Centenaire de l’École supérieure de pharmacie de l’Université de Paris. Paris : A. Joanin et cie,1904. Cote 11542

L’École de Pharmacie : entre botanique et anatomie

Henri Emmanuel Beauregard naît le 6 décembre 1851 au Havre. Il est le plus jeune fils d’un médecin hospitalier de la ville, qui lui transmet sa passion pour l’histoire naturelle. Beauregard étudie à Paris la médecine, la pharmacie et les sciences. Interne des hôpitaux (1872), puis préparateur bénévole à l’École supérieure de pharmacie de Paris (1873), il soutient une thèse de doctorat ès sciences naturelles intitulée Recherches sur les réseaux vasculaires de la chambre postérieure de l’œil des Vertébrés (1876).

Page de titre

Comme l’explique Henri Coutière (1869-1952) (cf. Bibliographie), les « réseaux » concernées « constituent chez les Oiseaux et les Reptiles l’organe singulier appelé « peigne » ou « marsupium », « repli falciforme » ou « campanula Halleri » chez les Poissons ». Beauregard démontre que ces organes sont homologues de deux branches de l’artère ophtalmique des Mammifères et qu’ils nourrissent les milieux transparents de l’œil en accroissent la netteté des images rétiniennes.

Beauregard consacre sa thèse de pharmacien de première classe aux plantes du genre  Daphne (famille des Thyméléacées) (1876). Docteur en médecine (1877) – avec une thèse sur le développement des organes génito-urinaires des Mammifères -, préparateur titulaire (1877), puis maître de conférences (1878), il enseigne la micrographie à l’École de pharmacie de Paris (1875-1879). Beauregard obtient l’agrégation d’histoire naturelle avec un mémoire de biologie végétale (1879). Ensuite, il publie avec Marie Louis Victor Galippe (1848-1922) un Guide de l’élève et du praticien pour les travaux pratiques de micrographie (1880) de 904 pages. Qui est Galippe ? Pharmacien de première classe et médecin, ce préparateur d’histoire naturelle à l’École de Pharmacie de Paris (1874-1877) deviendra ensuite chef de laboratoire à la faculté de médecine de Paris. On lui doit des travaux très variés – en chimie, toxicologie, hygiène, stomatologie, bactériologie, etc. Après des considérations théoriques sur le microscope et la microscopie, le Guide de Beauregard et Galippe détaille de nombreuses applications à des substrats biologiques – tissus animaux et végétaux, poils, parasites, matières textiles, sang, urine, lait, etc. Récompensé par le prix Buignet de l’Académie de médecine (1880), l’ouvrage sera réédité huit ans plus tard.

Fig.436.H.Beauregard; V.Galippe Guide de micrographie. Paris: Masson, 1880. Cote 38454

 

Fig.511.H.Beauregard; V.Galippe Guide de micrographie. Paris: Masson, 1880. Cote 38454

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Muséum : Cétacés et Coléoptères vésicants

Après l’agrégation, Beauregard décide d’orienter ses recherches vers l’anatomie animale. Il rejoint alors le laboratoire d’« Anatomie comparée » de Georges Pouchet (1833-1894) au Muséum national d’Histoire naturelle. Les deux hommes ont déjà travaillé ensemble et s’entendent parfaitement. D’abord aide-naturaliste délégué (1883), puis titulaire (1885), Beauregard remplira de facto la fonction de directeur du laboratoire d’« Anatomie » et suppléera plusieurs fois son maître dans son enseignement au Muséum.

Pl XII. Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l’homme et des animaux. 1881 Cote 137527

PL.XVI Journal de l’anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l’homme et des animaux.1881 Cote 137527

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pharmacien, qui partage l’intérêt de Pouchet pour les Cétacés, dissèque des cadavres de Cachalots et de Baleines échoués sur les côtes françaises (1882-1892). Les résultats obtenus éclairent toutes les branches de l’anatomie des Cétacés : description de l’articulation temporo-mandibulaire, de l’organe à spermaceti, découverte d’une valvule spirale dans les canaux déférents, élucidation de la nature de l’ambre gris, établissement d’une parenté entre Baleines et Ongulés, etc. Il en résulte plus d’une trentaine d’articles, co-signés en général avec Pouchet. Leurs illustrations reproduisent des préparations anatomiques , dont certaines ont enrichi les collections du Muséum.

Durant ses « années Muséum », Beauregard se consacre à un autre grand sujet d’étude : les insectes vésicants. Ceux-ci constituent – selon les termes du naturaliste – une « tribu » de plus d’un millier d’espèces issues d’une vingtaine de genres. Il s’agit essentiellement de Coléoptères de la famille des Meloïdae, dont le plus connu est la « mouche espagnole » ou Cantharide officinale (Lytta vesicatoria). Beauregard étudie l’anatomie, la biologie et les propriétés pharmacologiques des insectes vésicants. Il localise dans le sang et les organes génitaux le principe irritant qu’ils sécrètent : la cantharidine, qu’a isolée en 1810 le pharmacien Pierre Jean Robiquet (1780-1840) (cf. article sur la caféine). Outre de nombreux articles, Beauregard publie un ouvrage de plus de cinq cents pages sur Les insectes vésicants (1890). Dix-neuf planches, soigneusement dessinées, sont rassemblées à la fin du volume.

Pl.XVIII. H. Beauregard. Les insectes Vésicants. Paris: Alcan, 1890. Cote 39616

Comme le signale le Dr. Rémy de Saint-Loup dans le Journal des Connaissances Médicales Pratiques, l’ouvrage peut être « lu avec intérêt par toutes les personnes qui s’occupent des sciences de la vie » (1891) (cf. Bibliographie)

D’autres recherches de Beauregard portent sur la biologie des poissons Protoptères ou l’anatomie des Mammifères. Avec Pouchet, le pharmacien rédige un Traité d’ostéologie comparée (1889) – comportant 331 figures dans le texte.

P.258. H. Beauregard; G. Pouchet. Traité d’ostéologie comparée. Paris: Masson, 1889. Cote 39542

Les espèces fossiles s’y trouvent envisagées parallèlement aux espèces actuelles et, bien entendu, une place importante est réservée aux Cétacés.

Retour à l’Alma mater : la cryptogamie

Outre ses articles et ouvrages scientifiques, Beauregard publie des œuvres destinées au grand public, comme Le microscope et ses applications (1893). Ce livre de 210 pages, faisant écho au Guide de l’élève et du praticien (cf. supra), expose les principes physiques de la microscopie,ainsi que les applications de la technique à l’observation des tissus, des microorganismes et des parasites – végétaux ou animaux.

Fig.14. H Beauregard. Le microscope et ses applications. Paris: Gauthier-Villars, 1893. Cote 40135

Écarté de la succession de Pouchet au Muséum et nommé « agrégé libre » (1894), Beauregard devient finalement professeur de « Cryptogamie » de la faculté de pharmacie de Paris (1898). Il a publié auparavant plusieurs articles sur les Cryptogames de l’ambre gris. Épuisé et malade, Beauregard meurt à Grasse le 25 mars 1900, après avoir corrigé les épreuves d’une Matière médicale zoologique (1901) co-signée avec Coutière .

En conclusion, l’étude bio-bibliographique des ouvrages de Beauregard permet de cerner les points forts d’une œuvre – Cétologie, Coléoptères vésicants -, ainsi que les tournants d’une carrière. Elle montre aussi l’importance des liens scientifiques établis, au XIXème siècle, entre le Muséum et l’École de Pharmacie de Paris.

Article rédigé par Philippe Jaussaud, Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1

Bibliographie

Coutière, Henri. « M. le Docteur Beauregard, Professeur à l’École supérieure de pharmacie de Paris ». Bulletin des Sciences Pharmacologiques. 1899, vol. 2, pp. 138-146.

Dillemann, Georges. «  Professeurs et agrégés de l’École supérieure de pharmacie de Paris ». Revue d’Histoire de la Pharmacie. 1987, vol. XXXIV, n°274, pp. 201-211.

Petit, Auguste. « Le Docteur Henri Beauregard (1852-1900) ». Journal de l’Anatomie et de la Physiologie Normales et Pathologiques. 1900, vol. XXXVI, pp. 139-142.

Planchon, Gustave. « Discours de M. Planchon, Directeur de l’École supérieure de Pharmacie de Paris, prononcé aux obsèques de M. le Professeur H. Beauregard ». Journal de Pharmacie et de Chimie. 1900, 6ème série, vol. XI, pp.  427-431.

Radais, Maxime. « H. Beauregard », in Guignard, Léon (sous la dir.). Centenaire de l’École supérieure de Pharmacie de Paris, Volume commémoratif (1803-1903). Paris : Joanin et Cie, 1904.

Saint-Loup (de), Rémy. « Les insectes vésicants, par le Dr. Beauregard ». Journal des Connaissances Médicales Pratiques et de Pharmacologie. 1891, 59ème année, 5ème série, vol. XI, pp. 135-136

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *